de France Lumiere

 http://www.amazon.fr/France-Lumi%C3%A8re/e/B00AHVC1C2/ref=ntt_athr_dp_pel_1

Le vêtement pend. Il est trop grand pour elle. Les manches longues poursuivent le bras. Le pouce trouve sa place dans l’orifice prévu à cet effet. Muni d’une

grange capuche qu’un cordon resserre au cou, la veste bleue fluo l’habille chaudement. En polyester et 9 % d’élastane, elle ressent une impression de douceur confortable. Elle nage carrément dedans. Elle l’a acheté en sachant qu’il ne restait qu’une taille bien supérieure à la sienne. Pour se protéger de la pluie, elle rajoute par-dessus un imperméable usagé et délavé. Un foulard autour du cou, elle enfile ses bottes en caoutchouc.

La voilà fin prête cette promeneuse matinale pour affronter les rigueurs printanières du moment. La luminosité est forte. Elle troque sa monture pour une paire de lunettes de soleil. La fraîcheur la saisit dès les premiers instants. Elle part d’un pas décidé pour se réchauffer. Des rafales de vent accompagnées de grésille l’obligent à superposer la capuche de sa veste bleue et celle de l’imperméable. Elle noue les cordelettes pour maintenir le tout sur sa tête. Elle éprouve un certain bien être de l’avoir couverte ainsi que ses oreilles. Elle tire sur ses manches pour protéger ses mains transies par la fraîcheur.

La randonneuse presse l’allure et passe devant les potagers de ses voisins. Les plants de tomate, courgette font grise mine, jaunis par un manque de soleil. Les températures matinales de 6° sont plutôt basses pour la saison. Aux premiers jours de juin, seules les pommes de terre savourent l’abondance des intempéries sur un sol en pente. Elles promettent une belle cueillette. Quant aux cerises, elles ont repoussé leurs productions à de courtes durées.

Maintenant que le beau temps est revenu, l’épouvantail est en place pour conjurer le mauvais sort.

France LUMIERE

 http://www.amazon.fr/Toile-votre-R%C3%A9seau-professionnels-ebook/dp/B00AGJ2ABC/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1354612744&sr=1-1