de France Lumiere

http://www.amazon.fr/France-Lumi%C3%A8re/e/B00AHVC1C2/ref=ntt_athr_dp_pel_1

Depuis un long moment, le bruit devenait assourdissant. Toute la carcasse, ébranlée dans ses structures, craquelait de partout. L’intérieur de l’habitacle, dérangé de toutes parts, subissait chaque secousse. Les pavés, inégaux, causaient, lors du passage des roues,

un inconfort certain. Très vite, le véhicule sortit de l’enceinte et emprunta le chemin. La cour de la ferme ne résonna plus que du chant du coq. Le gel du petit matin avait figé les herbes de l’allée centrale. Le potager avait revêtu son habit hivernal. La voiture prit de la vitesse et le cheval augmenta son allure au petit trot.  A l’horizon, le soleil s’étirait mollement, timidement et réveillait doucement les teintes picturales de sa palette graduée. L’air vif perça l’intérieur de la berline à peine réchauffée.

Les deux occupants, engoncés dans leurs chaudes pelures, veillaient à limiter l’emprise du froid sur les centimètres de peau encore au contact de l’air. Bonnets, gants, écharpes étaient de sortie. L’allée et le retour n’y suffiront pas pour rehausser la température intérieure fort basse. Mais après tout, la gare se distançait du logis familial que d’une dizaine de kilomètres. Peut-être, au retour, une rapide halte occasionnera quelques emplettes pour satisfaire la gourmandise et rendre le sourire à l’écolier déposé au train du matin.

Pour réaliser une vingtaine de kilomètres par jour, voire plus si des courses obligatoires s’imposaient, la bonne et fidèle Julie suffisait bien à la charge. Elle occupait l’ancienne écurie réhabilitée pour l’occasion afin d’accueillir la berline et son équipage. Soignée aux petits oignons, la vieille jument avait repris du service à la mort de l’automobile, d’un modèle assez récent. Il fallait des moyens financiers sérieux, après la panne sèche, pour la remettre en état après l’explosion du moteur.

France LUMIERE