Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 05/12/2017, 10:35 par Claire Mollien
Bilan du SMCL 2017 : 58 120 visiteurs qualifiésLe rendez-vous business de référence du marché des collectivités locales
Publié le 05/12/2017, 10:31 par Claire Mollien
l-emploi-et-ses-chiffresDes emplois "relayés partagés" sur Twitter : https://twitter.com/TriangleLe chaque jour ; ne vous en privez pas, c'est gratuit...
Publié le 28/11/2017, 15:26 par Claire Mollien
lyceens-de-terminale-ce-qui-va-changer-pour-l-inscription-dans-le-superieur-en-2018https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A12143?xtor=EPR-100 Fin d'APB remplacée par la...

Merci Pierre-Jean Llorens pour ces pistes

 Veyret Technique Découpe (Drôme)
Trophée Emploi

Le jury a voulu saluer une reprise d’'entreprise exemplaire par des salariés qui ont démontré la pertinence de leur stratégie. Spécialisée
dans les emporte-pièces pour les fabricants de chaussures, Veyret Technique Découpe a été créée en 1964. Suite à une première reprise par un investisseur à la gestion hasardeuse, elle dépose le bilan en 1992. José Magalhaes, le comptable, se lance alors dans une reprise en scop avec dix autres cadres. Elu dirigeant, il met en place une diversification cohérente avec des opérations de croissance externe. L’entreprise a elle-même grandi en doublant sa surface à Romans-sur-Isère avec 110 salariés.
 SET (Haute-Savoie)
Trophée Démocratie

Cette reprise d’entreprises par ses salariés a été particulièrement médiatisée car elle a été acquise de haute lutte face à un puissant fond d’investissement américano-singapourien. Une réussite qui s’explique par une mobilisation sans faille de toute son équipe. Créé en 1975 par un ingénieur, Set fabrique des machines pointues qui permettent de poser des puces sur différents supports. Plusieurs fois rachetée, elle atterrit en 2007 dans le giron d’une start-up américano-suédoise. Ce repreneur lui-même en difficultés profite de SET qui se retrouve en redressement judiciaire. Pascal Metzger, responsable du bureau d’études et représentant du personnel, lance avec quatre autres ingénieurs une reprise par les salariés soutenue par l’Union régionale des scop. Mais leur offre, pourtant jugée plus solide, est écartée en 1ère instance. Vu la mobilisation des salariés, le procureur fait appel et la justice tranche cette fois-ci en leur faveur. Aujourd’hui, 31 des 39 salariés sont associés au capital de la société coopérative qui détient SET. Les objectifs de chiffre d’affaires vont être dépassés et de nouveaux produits ont été lancés.
 
Val Horizon (Ain)
Trophée Mobilisation territoriale

Le jury a distingué avec Val Horizon le solide redressement d’une association devenue le centre d’un Pôle territorial de coopération économique. Créée au début des années 80, Val Horizon, basée à Trévoux, était au départ spécialisée dans l’animation et la garde d’enfants. Son activité s’est étendue à la prise en charge de nombreuses initiatives sociales, y compris des communes voisines. Mais au tournant des années 2000, elle est en crise. Recruté en 2006, Armand Rosenberg redonne du sens à son action et la réorganise autour de trois pôles, l’animation socioculturelle, la petite enfance et les chantiers d’insertion. Val Horizon retrouve alors l’équilibre et poursuit son développement en passant d’un budget de 2 à 4 millions d’euros. Selon la nature des projets, elle les intègre pour plusieurs années ou se concentre sur une aide au démarrage.
 
Probesys (Isère)
Trophée Innovation

Spécialisée dans le logiciel libre, cette scop de Fontaine, dans l’Isère, fête ses dix ans. Les trois fondateurs ont ainsi fait partie des précurseurs à une période où l’informatique était un secteur sinistré. Leurs principaux clients : des collectivités locales qu’ils ont également accompagnées dans le cloud. "L’idée est de faire tourner plusieurs machines virtuelles à partir d’une seule machine physique pour atteindre un niveau de haute disponibilité permanent”, résume Cyril Zorman, cogérant. Quant au statut de scop, il était cohérent avec leur secteur d’activité. "Il y avait des valeurs communes entre les scop et le logiciel libre au niveau de la valeur travail, du partage, de l’idée de communauté
 
L’Équipée (Drôme)
Trophée Culture et Communication

Cette association est installée sur le site la Cartoucherie avec Folimage le célèbre studio de créations et a contribué à redonner une vie à ce lieu historique. Fondée en 2001, elle sensibilise aux activités de l’image et organise notamment le Festival d’un jour. Ce dernier, qui dure aujourd’hui six jours, accueille 12 000 spectateurs sur 19 communes. L’Equipée travaille aussi sur un nouveau projet : l’école du spectateur pour les enfants et les adultes. L’association intervient aussi dans les établissements scolaires pour proposer la réalisation de court-métrages avec les élèves. Enfin, elle supervise aussi une activité de formation professionnelle. Le budget total est ainsi passé de 250 000 à 400 000 euros dont 40 % en autofinancement avec quatre permanents.
 
Grap (Rhône)
Trophée Entrepreneuriat

La stratégie de cette coopérative est de rassembler différents projets pour mutualiser des services comme la comptabilité, les achats et la gestion des stocks. À l’origine du projet : Olivier Bidaut, 38 ans, et Julien Weste, 31 ans, fondateurs de 3 p’tits pois, l’épicerie bio et solidaire installée rue Chevreul dans le 7e arrondissement. Grap regroupe 13 activités avec trois épiceries, deux boulangeries bio, un restaurant... Ils travaillent en ce moment sur le projet de la Halle d’Oullins, prévu pour 2014, avec une boutique de producteurs en vente directe mais aussi une épicerie et un traiteur, qui sera géré par une SARL classique car ils ne veulent pas se limiter aux statuts mais privilégier la cohérence des valeurs.
 
EAG Pâtisserie (Isère)
Trophée Coup de cœur

Située à Voiron dans l’Isère, c’est la première entreprise adaptée dans le secteur de la pâtisserie. Autre originalité : les salariés handicapés sont aussi des coopérateurs. Lancée en avril 2013, EAG Pâtisserie rassemble déjà cinq salariés. L’équipe travaille avec des collectivités locales mais aussi des entreprises privées comme Schneider, Samse, Rossignol... Ils ont également obtenu l’agrément sanitaire de la Direction départementale des protections des populations, indispensable pour de gros contrats. EAG Pâtisserie pense atteindre 230 000 euros au premier exercice et 490 000 euros au troisième.
 
Malteurs Echos (Ardèche)
Trophée Coup de cœur
Relancer une filière malt française pour les micro-brasseries, c’est le pari ambitieux de Malteurs Echos. Basée en Ardèche, cette coopérative créée en janvier 2013 par trois trentenaires s’est installée dans un ancien frigo à fruits. Deux agriculteurs et huit brasseurs les suivent dans l’aventure. Ils devraient atteindre une production de 150 tonnes la première année. L’objectif est de rassembler producteurs et clients dans une coopérative pour atteindre le seuil de rentabilité, soit 500 tonnes, puis monter jusqu’à 1000 tonnes.
 
 

Composition du Jury : Stéphane Tronchon, Union régionale des scop ; Bernadette Sozet, directrice régionale de Rhône-Alpes Actives ; Lionel Favrot, directeur de la rédaction de Mag2 Lyon et gérant de CoopMag ; Cyril Kretzschmar, délégué à l’Économie sociale et solidaire au Conseil Régional.