Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 17/07/2018, 09:26 par Claire Mollien
l-emploi-du-travail-en-perspectiveNous cherchons pour notre client final basé dans le 94 :
Publié le 21/06/2018, 14:22 par Claire Mollien
l-emploi-les-employeurs-de-la-lecture-pour-tousMerci à Isis de Romefort et à Pierre Jean Lllorens pour leurs contributions en partage ; des annonces sont proposées tout au long de...
Publié le 12/06/2018, 11:54 par Claire Mollien
Avec un grand merci à Pierre- Jean Llorens pour ce partage ... toujours très utile de savoir ça Aide juridique gratuite totale ou...

  Les Etats Généraux du Pouvoir Citoyen (EGPC) sont portés par les forces vives de la société qui souhaitent faire de la politique autrement. Ils s’adressent à celles et ceux qui souhaitent, plus largement qu’ils ne le font déjà, se mobiliser, s’entraider, coopérer et co-construire la société de demain.

 

Les Etats généraux du Pouvoir Citoyen sont un processus qui va se déployer dans le temps et qui s’articule autour de 3 axes :

 

 

  • Accélérer la prise de conscience de l’interdépendance des trois dettes, financière, sociale et écologique afin de faire émerger des réponses face à la gravité de la situation ;

  • Mettre en lumière, valoriser et relier les initiatives citoyennes qui aujourd’hui, partout en France, en Europe, et dans le monde, proposent déjà des solutions et des alternatives à la crise de la démocratie, en alliant justice sociale, esprit d’entreprise, solidarité, créativité et sobriété heureuse ;

  • Créer et faire vivre un une « société civique », espace de débat, de délibération, d’enrichissement et de construction de solutions, en rassemblant tous les acteurs, qu’ils œuvrent au sein de la société civile, du monde politique, de l’entreprise, des médias… et qui partagent le même sentiment d’urgence et la même envie d’agir ensemble pour construire le monde que nous voulons pour nous et les générations futures.

 

site web : eg-pouvoir-citoyen.org

 

 

  • « Avant de me relier avec toi j’ai besoin de te connaître, d’être en confiance, et de savoir que nous partageons des valeurs et des aspirations communes. » : la reliance entre les initiatives citoyennes présuppose que les porteurs de ces initiatives, ainsi que les personnes impliquées, se connaissent et se reconnaissent.

  • Développer cette connaissance et cette reconnaissance, créatrices de confiance, est l’objectif des Rendez-vous de la convivialité citoyenne.

  • Les Rendez-vous de la convivialité citoyenne sont une démarche déployée par les EGPC.

 

 

 

 

 

Quel est le principe des Rendez-vous de la convivialité citoyenne ?

 

  • Les Rendez-vous de la convivialité citoyenne sont l’occasion de prendre ensemble un « vrai temps de récit » d’une expérience, d’un projet, d’une initiative.

  • Il s’agit de raconter et de partager « son » histoire, et éclairant les processus d’intention et d’engagement qui sont à la fois d’ordre collectif et personnel.

  • Prendre ce temps du récit est nourrissant et inspirant.

 

 

 

 

Comment se déroule un Rendez-vous de la convivialité citoyenne ?

 

Un Rendez-vous de la convivialité citoyenne se déroule en 3 temps d’une durée moyenne totale de 2h30.

 

  1. Raconter et partager le récit (en moyenne 1heure)

 

  • Le(s) porteur(s) d’une initiative raconte(nt) l’initiative, l’histoire 

  • Temps d’éclairage : échange sous forme de questions centrées sur l’initiative - réponses

 

  1. Développer l’imaginaire (en moyenne 1 heure)

 

  • En quoi l’histoire qui vient de nous être racontée permet de féconder d’autres initiatives, d’autres projets : en quoi et comment ce que nous venons d’entendre nous inspire ?

 

  1. Développer la reliance (en moyenne 30 minutes)

 

  • En quoi notre histoire/notre initiative peut se relier à l’histoire/l’initiative que nous venons de partager ?

 

L’expérience montre que le déroulement ci-dessus, tout en étant souple, doit être respecté. Il est ainsi nécessaire que le Rendez-vous de la convivialité citoyenne soit animé par une personne qui sera garante de ce déroulement et de « son esprit ».

 

 

 

 

 

Comment animer un rendez-vous de la convivialité citoyenne ?

 

 

 

  • Créer le groupe. Il est utile de commencer le rendez-vous en demandant aux participants de dire, rapidement, pourquoi ils sont là, quel est leur intérêt et leur intention. Cela permet à chacun d’exister dans le groupe, et cela donne des indications au narrateur sur l’esprit et les attentes des personnes auxquelles il va s’adresser.

 

 

 

  • Le temps « Raconter et partager un récit » : c’est un temps d’écoute empathique qui peut être suivi d’un temps de clarification/questions-réponses.

 

  • l’animateur devra bien insister sur la notion « d’écoute » et veiller à sa qualité.

  • le temps du récit, à la première personne, est engageant pour le narrateur. L’animateur pourra, si nécessaire, l’accompagner en posant des questions de relance, ou en l’invitant à éclairer la dimension humaine du projet, les périodes d’enthousiasme, la nature des difficultés rencontrées…

  • l’animateur pourra également veiller à clarifier le sens de certains mots utilisés par le narrateur, afin que les freins sémantiques ne soient pas un obstacle à la qualité du partage.

  • l’animateur devra enfin veiller à ce que les questions posées par les participants à la fin de cette séquence soient de « vraies » questions permettant d’aller plus loin dans la connaissance de l’initiative, et pas des opinions déguisées en questions (ce que nous avons parfois tendance à faire).

 

 

 

  • Le temps « Développer l’imaginaire » : ce second temps suppose un changement de rythme et même un changement de posture pour les participants (les corps bougent). Il peut se dérouler à l’occasion du partage d’un verre, d’un repas, d’un pique-nique,… afin de concourir à créer le climat de convivialité recherché, à développer l’imaginaire, à aller puiser dans la ressource « plaisir ». Les rires et l’humour dans le « temps de l’imaginaire » sont les bienvenus, ils sont stimulants.

 

  • Ce temps sera l’occasion pour les participants d’exprimer en quoi le récit qui vient de leur être proposé les inspire.

  • Il pourra également être l’occasion, si telle est la demande du narrateur, de donner à ce dernier des pistes nouvelles pour avancer dans son projet/initiative. L’animateur pourra alors utiliser la technique du « moi, à ta place » : les participants s’adressent au narrateur en suggérant ce qu’ils feraient à présent s’ils étaient à sa place…. (principes du co-développement, de la fécondité croisée)

 

  • Cette dernière modalité d’animation permet véritablement d’ouvrir le champ des possibles. Elle est particulièrement bénéfique si l’initiative qui fait l’objet du récit est « bloqué », ou en cas de nouvelles initiatives émergeantes.

 

 

 

  • Le temps « Développer la reliance » : il termine le « temps du développement de l’imaginaire ». Il peut renvoyer à l’utopie et au rêve, ou au pragmatisme (points de rencontre, dates, organisation…).

  • Quel est la « bonne taille » du groupe pour un Rendez-vous de la convivialité citoyenne ?

  • Elle va de 8 à 80, sous-entendu « tout est possible ».

  • Dans le cas d’un petit groupe, les participants pourront véritablement prendre le temps de l’écoute, du partage et de l’expression en étant dans une relation de proximité tout au long du rendez-vous.

  • Dans le cas d’un grand groupe, il sera préférable en phase 2, « le temps de l’imaginaire », et en phase 3, « le temps de la reliance », de constituer des petits groupes d’échange pour favoriser le partage, l’expression et la qualité de la relation humaine.

  • Il est également possible et enrichissant d’organiser, dans le cas d’un grand groupe, plusieurs rendez-vous dans un même espace temps (avec possibilité en fin de rendez-vous d’avoir un temps partagé tous ensemble).

 

 

 

 

 

Comment préparer un Rendez-vous de la convivialité citoyenne ?

 

  • S’assurer auprès du futur narrateur qu’il est « OK » avec l’approche proposée. Il est essentiel qu’il adhère au fait qu’il s’agira pour lui, non pas de faire une synthèse intellectuelle, mais d’offrir un récit vivant qui laisse apparaître la dimension humaine de l’initiative : origine, anecdotes, dimension personnelle, évolution relationnelle, question du bon usage des erreurs des divergences, des enthousiasmes, des déceptions, modalités apprenantes….

  • Avoir un échange préalable avec le narrateur afin de l’aider, si nécessaire, à préparer son récit.

  • Privilégier pour le Rendez-vous un lieu/cadre agréable…

 

 

 

 

 

Quelle forme peut prendre le récit ?

 

  • Là encore, tout est possible, tout dépend du choix du(des) narrateur(s).

  • Le récit peut être présenté par une seule personne, la narratrice, si elle se sent légitime pour raconter l’histoire de cette initiative, de ce projet… et souhaite vivre cette expérience de convivialité citoyenne.

  • Le récit peut également, si les porteurs de l’initiative qui sera présentée le souhaitent, être raconté à plusieurs voix, sous la forme d’un dialogue, d’une mise en scène théâtrale,…

  • Dans tous les cas, l’expérience l’indique, il sera souhaitable de respecter les trois temps du déroulement et leurs durées.

 

 

 

 

 

Ce qui reste après un Rendez-vous de la convivialité citoyenne…

 

  • Un Rendez-vous de la convivialité citoyenne est avant tout une expérience de partage dans « l’ici et maintenant » qui nourrit les personnes qui y participent.

  • L’expérience montre que cette expérience est apprenante autant pour les participants que pour le(s) narrateur(s) lui-même (eux-mêmes).

  • Dans l’optique d’une démultiplication, ces Rendez-vous peuvent être filmés avec l’accord des participants et être mis en ligne sur un site web ou sur You Tube.

  • Ils peuvent également faire l’objet d’un retour écrit, avec néanmoins le risque de gommer l’aspect convivial de l’échange. Il conviendra alors d’utiliser un style d’écriture et de mise en forme qui fera apparaître la dimension conviviale de l’événement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Rendez-vous de la convivialité citoyenne nécessitent peu de moyens et d’organisation logistique.

 

 

 

Ils sont ainsi facilement reconductibles.

 

 

 

Ils inscrivent de ce fait le processus des EGPC dans la durée, et dans la prise en compte de la richesse qui s’exprime au cœur des différents territoires.

 

 

 

Ils peuvent être sources d’inspiration, d’ouverture de l’imaginaire, et de reliance à l’échelle locale comme à l’échelle internationale.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous rejoindre et / ou nous soutenir
http://assemblee-virtuelle.org
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Guillaume Rouyer
06 28 34 54 99

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Etats Généraux du Pouvoir Citoyen (EGPC) sont portés par les forces vives de la société qui souhaitent faire de la politique autrement. Ils s’adressent à celles et ceux qui souhaitent, plus largement qu’ils ne le font déjà, se mobiliser, s’entraider, coopérer et co-construire la société de demain.

Les Etats généraux du Pouvoir Citoyen sont un processus qui va se déployer dans le temps et qui s’articule autour de 3 axes :

  • Accélérer la prise de conscience de l’interdépendance des trois dettes, financière, sociale et écologique afin de faire émerger des réponses face à la gravité de la situation ;

  • Mettre en lumière, valoriser et relier les initiatives citoyennes qui aujourd’hui, partout en France, en Europe, et dans le monde, proposent déjà des solutions et des alternatives à la crise de la démocratie, en alliant justice sociale, esprit d’entreprise, solidarité, créativité et sobriété heureuse ;

  • Créer et faire vivre un une « société civique », espace de débat, de délibération, d’enrichissement et de construction de solutions, en rassemblant tous les acteurs, qu’ils œuvrent au sein de la société civile, du monde politique, de l’entreprise, des médias… et qui partagent le même sentiment d’urgence et la même envie d’agir ensemble pour construire le monde que nous voulons pour nous et les générations futures.

site web : eg-pouvoir-citoyen.org