Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 03/07/2020, 09:10 par Claire Mollien
Et voilà! Toute bonne chose a une fin.  1er avril 2020, la retraite a sonné à ma porte ... alors la rédactrice web, community...
Publié le 08/06/2020, 08:02 par Claire Mollien
d-autres-sujets-de-lecture-d-analyses-il-y-a-matiere-a-reflexionavec un grand merci à Pierre-jean Llorens pour ses sujets en partage : L’heure d’assainir le business des Ehpad a-t-elle...
Publié le 08/06/2020, 07:43 par Claire Mollien
revue-de-presse-emploi-social-avec-ses-sondages-enquetes-pistes-le-tout-en-partageavec un grand merci à Pierre-Jean Llorens pour ses fidèles contributions : consultant sap fi co pour un client a paris 50 60 ke Pour...

avec un grand merci à Pierre-jean Llorens pour ses sujets en partage :

L’heure d’assainir le business des Ehpad a-t-elle sonnée

https://www.atlantico.fr/decryptage/3589252/l-heure-d-assainir-le-business-des-ehpad-a-t-elle-sonnee--guy-andre-pelouze-richard-tourisseau?utm_source=wm&utm_medium=email&utm_campaign=20200501


Le géant des Ehpad Korian avait programmé 54 millions d’euros de dividendes pour ses actionnaires, malgré le désastre

sanitaire.

Face au scandale médiatique, le géant a dû céder et rétropédaler sur sa décision

Comment fonctionnent les Ephad en France ?

Richard Tourisseau: En 2002, le secteur médico-social n’a pas été reconnu comme service public. Mais nous sommes sur un secteur qui n’est pas que concurrentiel, car il est là pour assurer un certain nombre de prestations. Depuis ce temps-là, à la fois l’assurance-maladie ou le département interviennent de plus en plus dans le financement de tous les établissements. Il y a une légitimité de la puissance publique à encadrer le fonctionnement de tous les établissements, publics ou associatifs. Tous fonctionnent à peu près de la même manière. Un tarif hôtelier et un tarif soin et dépendance.

Le tarif soin est pris en charge par l’assurance-maladie à 100% et le tarif soin en grande partie par le département et pour une petite partie par les personnes elles-mêmes. Tout se concentre donc sur l’hébergement. Les logiques sur ce point ne sont pas tout à fait les mêmes. Souvent, les établissements privés empruntent sur une quinzaine d’années pour financer leurs établissements donc ils ont besoin d’un rendement très important pour renvoyer des dividendes et rembourser ces emprunts.

Mais cela n’est pas encadré. Nous avons créé beaucoup d’établissements privés à but lucratifs. Ceux-ci regrettent souvent de ne pas avoir suffisamment de financement pour pouvoir embaucher le personnel qualifié nécessaire. Lorsque l’État avait dit « nous allons unifier les moyens des établissements en fonction de la population qu’il accueille, les départements vont réajuster les dotations ». Tout le monde a cru qu’on allait commencer par monter les plus bas qui rejoindront les mieux dotés ensuite. Mais les départements ont amené tout le monde à la moyenne !

Mais comme les établissements public et privés associatif étaient plutôt au-dessus de celle-ci, et les établissements commerciaux au-dessous, finalement, on a piqué aux uns pour donner aux autres. Ce qui fait que potentiellement, si nous ne sommes pas vigilants, la dynamique de facilité et de marges plus importantes peut être renforcée. Si nous sociabilisations les moyens supplémentaires donnés à l’issue de la crise par exemple, et que nous ne sommes pas vigilant sur le fait que cela permet de créer des emplois qualifiés, les marges augmenteront mécaniquement.

La concomitance de la crise sanitaire et du versement de ces dividendes est-elle malvenue pour Korian ?

Guy André Pelouze: Le mot crise sanitaire est un mot tiroir (les politiques abusent du mot crise, crise énergétique, crise écologique, crise climatique, crise agricole, crise sanitaire...) mais il reflète mal la réalité. Quelle est elle? La Covid-19 Un nouveau virus le SARS-CoV-2 est apparu à WuHan en Chine entraînant une pandémie. Il s’agit en France d’une épidémie qui a des conséquences humaines et économiques. Les politiques publiques peuvent atténuer ou amplifier de tels événements épidémiques qui sont des chocs externes pour les populations et les systèmes de production. Les conséquences humaines et économiques sont différentes selon les pays ce qui laisse entrevoir un rôle plus ou moins efficace de ces politiques publiques en dehors d’autres facteurs.

Les EHPAD sont des établissements à risque lors de la survenue de tout phénomène épidémique. Nous ne sommes pas loin en France de la moitié des décès en EHPAD même si les décès hors établissements de soins ne sont pas comptabilisés...

De nombreux facteurs sont impliqués mais le principal est la fragilité des résidents. L’âge entraîne une immunosénescence et les comorbidités notamment les pathologies cardiovasculaires et le diabète type 2 augmentent le risque d’une forme grave de la Covid-19. Le secteur des EHPAD comprend des entreprises privées et des administrations publiques. Korian est un acteur majeur de ce secteur des EHPAD puisqu’il gère 23 554 places de même que des établissements de soins de suite et réadaptation. Il a eu à faire face à de nombreux cas de Covid-19 dans son personnel et chez les résidents de ses établissements. D’après la presse le groupe Korian déplore 606 décès sur 23 000 résidents. Cela représente 2,3 % de décès sur la population de personnes hébergées.

Dans ce contexte comme d’autres entreprises Korian publie ses résultats de l’année dernière (2019). Ce point est important. Pour un chiffre d’affaires de 3,61 milliards d’euros son bénéfice net est de 136 millions d’euros (3,8%) et l’assemblée générale avait décidé de distribuer 48% de ce bénéfice aux actionnaires et d’en investir 52%. Ces ratios sont plutôt dans la norme des entreprises de ce type. Les deux agendas celui des résultats des entreprises et celui de l’épidémie sont différents.

Le sujet n’est pas leur concomitance mais la gestion de l’entreprise. Sur ce point je ne sais pas quels investissements sont prévus pour 2020 mais il y a de fortes chances pour que les programmes soient chamboulés et que pour juger de cette gestion il faille attendre un peu. D’ailleurs on apprend par la presse que le 29/04/2020 le groupe suspend ses objectifs 2020 et supprime la distribution d’un dividende aux actionnaires.

La mortalité est très élevée dans les Ephad, est-ce un problème d'investissement ? Une volonté de les rentabiliser au maximum ? De gestion ?

Richard Tourisseau: Je suis plus mesuré sur le sujet. Aujourd’hui la grande majorité des établissements, quel que soit leur statut juridique, ont souffert principalement du fait de ne pas avoir de masques. C’est clair. Nous avons été la cinquième « roue du carrosse » : pas de masques, pas de tests... Il peut y avoir des établissements ou la gestion n’a pas été bonne, nous en avons eu des exemples ! Mais la plupart ne sont pas concernés.

La maladie a aussi pénétré parce qu’à un moment donné, nous n’avons pas été en capacité de protéger le personnel. Ce denier a pu se retrouver porteur sain ou non et faire rentrer le virus dans les établissements. C'est pour cette raison que nous avons été obligé d’empêcher les visites des familles, ce qui pourra d’ailleurs nous être reproché. Il faut l’assumer.

Lorsque le virus entrait de partout dans certains lieux, il n’était pas possible d’ajouter les venues de personnes dont on ne pouvait pas contrôler leur état de santé. Chez Korian, ils ont parfois pris, non pas l’eau, mais le virus, mais c’est loin d’être le cas partout. Par exemple, Orpea, l’autre grand leader du secteur dont nous n’entendons pas beaucoup parler en France est très attaqués en Espagne...

Guy André Pelouze: Ce n’est pas un problème de moyens financiers puisque nous dépensons plus dans le système de soins que les Allemands avec des résultats inférieurs. Donc pour les EHPAD il n’y a à ma connaissance pas de preuves que les investissements soient en panne ni que les moyens soient inférieurs aux autres pays européens. Je ne connais pas par ailleurs d’entreprise qui veuille faire du déficit. Car c’est un suicide assuré.

L’état, ses établissements notamment les hôpitaux en déficit (environ 300 sur 1304), la sécu, devraient s’en inspirer car de nombreux pays ont des comptes sociaux en excédent et de bons résultats en terme de qualité des soins. Il faut donc trouver d’autres causes potentielles.

Le secteur est régulé par des normes multiples et supérieures en nombre et en contraintes à beaucoup d’autres pays. Les mauvais résultats des EHPAD ne sont pas en rapport avec une déréglementation. Mais pour répondre à votre question de manière rationnelle et non idéologique la bonne initiative serait de comparer les EHPAD publics et privés en terme de résultats, de mortalité et morbidité.

Curieusement ces comparaisons ne sont pas accessibles car il n’y a pas de données ouvertes dans le système de soins ou ce que l’on appelle le médico-social. Comme il n’y en a pas non plus dans le secteur médecine, chirurgie, obstétrique...

En réalité il va falloir que nous analysions scientifiquement ce qui s’est passé dans les EHPAD. Avant d’invoquer la recherche du profit un bouc émissaire plutôt qu’une piste réelle, revenons à l’essentiel. Sans possibilité de tester et d’isoler les résidents porteurs et ce le plus tôt possible la réponse à l’épidémie a été particulièrement aveugle. Pour l’instant trois points sont à souligner:

- L’absence de tests n’a pas permis d’isoler précocement les résidents qui ont été contaminés

- Le personnel n’a pas pu non plus être testé et donc la transmission n’a pas été cassée

- L’impréparation des établissements face à une épidémie majeure est apparue dans la lenteur de la mise en oeuvre des dispositifs de prévention. Le manque d’équipements a joué un rôle mais d’autres facteurs ont aggravé la situation et chaque établissement devra faire un retour d’expérience à partir de sa situation et de la réponse initiée.

Comment pourrait-on imaginer les Ephad de demain afin que ce genre de catastrophe ne se reproduisent plus ?

Richard Tourisseau: J’ai du mal à croire que nous changions de philosophie vis-à-vis de ces établissements après la crise. Aujourd’hui, la création de nouveaux établissements est très limitée. Le fait d’aligner ceux qui existent actuellement possède un avantage, ce que le niveau de qualité est supposément le même partout. Le problème, c’est que cela peut aussi amener à niveler ces services à la moyenne, sans être sûr qu’elle soit acceptable.

S'il n’y a pas de moyens supplémentaires qui sont données, s'il n’y a pas un effort qui est fait au niveau de la densification du personnel et notamment du personnel qualifié rien ne changera, quel que soit les endroit ! C’est un débat idéologique qui doit avoir lieu au niveau des départements et des ARS. Est-ce que les futurs conseillers départements ou régionaux souhaitent faire campagne pour des Ephad à vocation sociale ou non ? Le public et l’associatif ont des subventions mais seulement pour l’investissement, pas pour le fonctionnement où tous les établissements sont logés à la même enseigne. Mais les grands groupes n’interviennent que dans des endroits où les terrains sont rentables. Il suffit de voir sur Paris... Les prix sont élevés et la surface réduite.

Et si ces établissements ont des actionnaires qui exigent des retours sur investissements, cela ne facilite pas les choses. Nous sommes dans quelque chose qui est un champ économique comme il en existe tant d’autres, mais est-ce que les Ephad doivent relever de ce choix économique ? Les prix de séjours sont très élevés aujourd’hui et cela créé des inégalités fondées sur le patrimoine de chacun.

Guy André Pelouze: Je le répète c’est plutôt la politique de test qu’il faut éviter de reproduire car elle a été à l’origine d’un retard dans l’isolement des premiers cas au moment où nous n’avions pas de test. Par ailleurs il faut être réaliste les résidents des EHPAD auront toujours une mortalité supérieure à la population générale dans ce type d'événement. Plusieurs pistes sont intéressantes à développer. 1/ la question de l’architecture des établissements en particulier pour rendre efficace l’isolement 2/ les systèmes de ventilation qui jouent un rôle dans la propagation des micro-organismes en raison de l’absence de filtration efficace 3/ la formation du personnel qu’il s’agisse du quotidien en temps normal ou bien des situations critiques

Pour ce faire il faut des études et des comparaisons européennes. Nous devons nous inspirer de ce qui se fait de mieux en Europe et dans le monde. Il va falloir investir. C’est à dire produire et remettre l’économie en marche. Cette crise met en relief un fait incontournable: nous dépensons plus de 800 milliards de dépenses sociales, certaines de ces dépenses sont utiles indispensables. D’autres sont inutiles, de convenance ou de la fraude. Il faut choisir et garantir d’abord le risque maladie et la santé publique. Il faut que les moyens des prélèvements obligatoires soient concentrés sur ces objectif prioritaires.

 

 
 

 Paris, le 19 mai 2020

 
 

SOUS EMBARGO

Jusqu'au 19 mai 2020 à 18 heures

 
 

À PARAÎTRE :

Pratiques des médecins généralistes dans les territoires devenus zones d’intervention prioritaire

Julien Silhol (Insee), Blandine Legendre et Martin Monziols (DREES)
Coll. 
Études et Résultats, n°1147,

Drees, mai.

 

Entre 2014 et 2017, les médecins généralistes exerçant dans des territoires actuellement classés en zones d’intervention prioritaire (ZIP), caractérisées par une offre de soins insuffisante ou des difficultés dans l’accès aux soins, ont des pratiques d’exercice spécifiques.

Ils ont une patientèle plus importante et déclarent réaliser davantage de consultations. Mais leur temps de travail hebdomadaire reste comparable à celui des médecins généralistes exerçant hors ZIP. Leur durée moyenne de consultation est donc plus courte que celle de ces derniers.

Ils ont légèrement moins de liens avec les autres professionnels de santé et consacrent moins de temps à la formation continue. Ils ont également tendance à prescrire davantage d’antidouleurs opioïdes, mais moins de soins paramédicaux, et effectuent moins d’actes de prévention.

Ces résultats tiennent compte des caractéristiques individuelles observées des médecins, ainsi que de certaines caractéristiques de leur patientèle et de leur commune d’installation. Malgré des différences de pratiques d’exercice au quotidien, les médecins généralistes installés dans une zone devenue ZIP ne se distinguent pas de leurs confrères au regard de la conception qu’ils se font de leur travail (suivi médical, soutien psychologique et social, coordination des soins, etc.).

 

Sondage Ifop / DN : Le confinement a-t-il fait exploser la balance des Français

Levée d'embargo : mercredi 6 mai 2020 à 8h00

Véritable épreuve psychologique, le confinement a-t-il bouleversé les habitudes alimentaires et fait exploser la balance des Français À moins d'une semaine du déconfinement, une enquête de l'Ifop lève le voile sur l'impact que le huit clos imposé aux Français a eu sur leur corpulence, leur équilibre alimentaire et la manière dont les couples confinés ensemble se sont répartis la charge liée la préparation des repas. Commandée par Darwin Nutritionun site d'information et de conseil consacré à l'alimentation saine, cette étude permet pour la première fois de mesurer sur la base d'un échantillon conséquent (3000 personnes) les répercussions que la crise a eu à la fois sur l'alimentation des Français et le partage des tâches relatives à l'activité culinaire entre hommes et femmes. Riche en enseignements, cette enquête permet de tirer plusieurs leçons de la période de confinement :

POUR LIRE LES RESULTATS DE L'ETUDE, CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSOUS :

https://www.darwin-nutrition.fr/actualites/alimentation-francais

1)      Le poids des Français a évolué durant le confinement mais pas forcément dans le même sens

Déplacements moins fréquents, baisse de l'activité physique, grignotages accentués par l'anxiété liée à une situation générale incitant à la recherche d'aliments sucrés (biscuits, chocolat, gâteaux...) qui « rassurent » ... Le confinement a indéniablement favorisé une prise de poids chez une majorité des Français (57%) : ces derniers rapportant avoir pris en moyenne 2,5 kilos depuis le 17 marsEt alors même que l'excès de poids affecte beaucoup plus la gent masculine (58%) que féminine (41% [1]), le nombre de kilos pris durant le confinement s'avère sensiblement plus élevé chez les hommes (+ 2,7 kilos) que chez les femmes (+ 2,3 kilos).

988an$IN109801588745777288@VWP21DB02" width="560" style="box-sizing: content-box; vertical-align: middle; line-height: 1.4em; max-width: 10000px; width: 560px; height: 503px;">

Cette prise de poids a particulièrement affecté les Français vivant en famille nombreuses - 64des Français confinés avec plus de 4 personnes ont pris du poids contre seulement 53% de ceux confinés seuls - et/ou pratiquant peu d'activité physique 65% des personnes n'en faisant pas ont pris du poids contre 42% chez ceux faisant du sport tous les jours. De même, elle apparaît très corrélée au stress au regard du niveau qu'elle atteint (66%) chez ceux se disputant « régulièrement » avec leur conjoint à propos des tâches du foyer.

Cependant, le poids n'a pas évolué dans le même sens pour tous. Ainsi, 14% des Français rapportent que leur poids « n'a strictement pas changé » durant la période de confinement. De même, 29% d'entre eux déclarent avoir perdu des kilos pendant cette période, notamment dans les rangs de ceux vivant seuls (33%) et ayant pu faire du sport tous les jours (43%).

Le point de vue de Quentin Molinié de Darwin Nutrition "La prise de poids n'est pas un problème en soi, et était prévisible dans un contexte de stress et de dépense énergétique limitée. Plus de temps à la maison signifie plus de temps consacré à la préparation des repas mais aussi plus d'occasions de grignoter."

2)      Les kilos en trop s'avèrent une préoccupation beaucoup plus féminine que masculine

Dans un pays comme la France où le sous-poids des femmes est plus valorisé que dans le reste de l'Europe [2], l'évolution de la masse pondérale liée au confinement s'accompagne d'un dénigrement de sa corpulence plus prononcée dans la gent féminine que masculine.

En effet, alors même qu'après plusieurs semaines de confinement, la proportion de personnes en surpoids est plus faible dans la gent féminine (46%) que masculine (59%)les Françaises s'avèrent beaucoup plus nombreuses (61%) que leurs homologues masculins (47%) à être mécontentes de leur poids, sachant que leur insatisfaction est d'autant plus forte qu'elles ont pris du poids durant le confinement : 69% chez les femmes ayant pris des kilos depuis le 17 mars, contre 50% chez celles n'en ayant pas pris.

988an$IN109801588745777289@VWP21DB02" width="690" style="box-sizing: content-box; vertical-align: middle; line-height: 1.4em; max-width: 10000px; width: 690px; height: 380px;">

Cette mésestime de soi à propos du poids atteint après ces semaines de confinement ne s'inscrit toutefois pas forcément dans une volonté de « chasse au kilos » chez les hommes si l'on en juge par le taux élevé d'insatisfaction chez les hommes ayant une corpulence inférieure à la normale : 51% d'entre eux sont insatisfaits de leur poids, signe qu'une faible corpulence peut être interprétée chez certains hommes comme un manque de virilité à combler. De même, chez les femmes, cette insatisfaction est à décorréler quelque peu de l'évolution de leur masse pondérale durant le confinement autant que de leur corpulence réelle dans la mesure où elle est loin d'être faible chez les Françaises ayant perdu du poids depuis le 27 mars (48%) tout comme chez celles ayant actuellement une « corpulence normale » (43%) ou « insuffisante » (29%) selon les tranches d'indice de masse corporelle de l'OMS.

Si elle va dans le sens de précédentes enquêtes ayant mis en lumière une plus grande insatisfaction des Françaises à l'égard de leur poids [3]cette étude montre en tous que la « contrainte pondérale » pèse toujours plus sur les femmes que sur les hommes et ceci indépendamment de l'évolution récente ou du niveau réel de leur corpulence.

3)      La lutte contre le surpoids : un effort qui passe plus un meilleur équilibre alimentaire que par un régime au sens strict

Quelle repose sur des éléments objectifs ou subjectifs, cette mésestime de sa masse pondérale incite sans doute les Français à envisager de manger plus équilibré à partir du 11 mai : une majorité de Français (56%) déclarent envisager de manger plus sain et équilibré lorsque le déconfinement aura lieu, sachant que cette proportion monte à 61% chez les personnes ayant pris du poids durant le confinement.

988an$IN109801588745777290@VWP21DB02" width="646" style="box-sizing: content-box; vertical-align: middle; line-height: 1.4em; max-width: 10000px; width: 646px; height: 387px;">

Sensiblement plus fort chez les femmes (60%) que chez les hommes (51%), ce désir de « faire attention » tient donc moins à la corpulence réelle des individus - qui reste plus problématique dans la gente masculine que féminine - qu'à leur désir de correspondre aux normes de minceur en vigueur. Le fait que plus d'un tiers des femmes trop maigres (35%, contre 10% des hommes) envisagent de manger plus équilibré à partir du 11 mai est d'ailleurs le signe que la minceur constitue toujours un enjeu féminin tant elle reste un critère étroitement associé à la beauté féminine.

En revanche, la proportion de Français ayant l'intention de suivre un véritable régime alimentaire, c'est-à-dire exercer une surveillance particulière de leur alimentation, est beaucoup plus limité (18%) tout en restant assez genré : 21% des femmes en envisagent un, contre 15% des hommes.

Symptomatique d'une volonté de se maintenir en bonne santé, le suivi d'un régime s'avère un indicateur précieux de l'intérêt porté à l'alimentation qui apparaît ainsi particulièrement élevé chez les mères de famille avec des enfants (30%).

4)      La charge liée à la préparation des repas une source de tensions conjugales plus forte que la question de l'alimentation équilibrée

Globalement, le caractère équilibré de la nourriture à acheter ne semble pas avoir été un sujet de tensions important au sein des couples - à peine plus d'un tiers d'entre eux s'est disputé à ce sujet depuis le 11 mai - même s'il semble sensiblement plus conflictuel chez les jeunes (45%) que chez les seniors (27%). 

En revanche, le temps de préparation culinaire arrive en tête des sujets de tensions au sein des couples (42%), en particulier dans les générations les plus jeunes : 53% chez les personnes en couple de moins de 35 ans, contre 31% chez les seniors.

Cette plus forte tension tient sans doute au fait que le huit clos favorise une plus forte contestation de l'inégale répartition observée généralement en matière de temps de préparation culinaire : 1h12 par jour pour les femmes contre 22 minutes pour les hommes (toutes journées confondues) d'après la dernière enquête emploi du temps de l'INSEE en France (Nabli & Ricroch, 2012).

Tout d'abord, le confinement ne permet plus à certains hommes d'échapper à cette tâche en se prévalant d'une indisponibilité liée à l'exercice d'un travail rémunéré ou encore de déplacements en dehors du domicile pour des activités liées au foyer (ex : entretien de la voiture, transport des enfants, etc.). Ensuitele nombre plus élevé de repas à préparer et l'augmentation fréquente du nombre de personnes par foyer s'est traduit par une surcharge globale de travail culinaire qui a rendu cette inégale répartition d'autant plus lourde à supporter qu'il était plus difficile à externaliser ou à alléger via des substituts marchands (ex : livraison de repas, achats de plats préparés...). Enfin, l'explosion du temps à consacrer aux enfants (ex : activités de soins, aide aux devoirs, loisirs...) à partir dès la fermeture des écoles a joué aussi un rôle dans la mesure où le travail éducatif et l'accompagnement scolaire revenant le plus souvent aux mères, celles-ci n'étant plus en mesure d'effectuer un travail qu'elles prenaient habituellement en charge...

988an$IN109801588745777291@VWP21DB02" width="549" style="box-sizing: content-box; vertical-align: middle; line-height: 1.4em; max-width: 10000px; width: 549px; height: 369px;">

5)      Même en période de confinement, l'activité culinaire reste inlassablement une affaire de femmes...

Un des principaux enseignements de l'étude est  que l'égal temps de présence des hommes et femmes au domicile n'a pas égalisé le temps consacré à la préparation des repas...

En effet, en ce qui concerne la préparation des repas, 71% des femmes estiment que cette tâche leur incombe le plus souvent, contre 21% qui considèrent que cette répartition est égalitaire entre les deux membres du couple et à peine 8% que c'est leur conjoint qui en fait le plus. Et si les regards croisés entre femmes et hommes ne sont pas complètement symétriques (par exemple 22% des hommes estiment qu'ils en font plus), il n'y en a pas moins une certaine convergence pour reconnaître que les femmes préparent davantage les repas au sein des foyers confinés.

988an$IN109801588745778292@VWP21DB02" width="617" style="box-sizing: content-box; vertical-align: middle; line-height: 1.4em; max-width: 10000px; width: 617px; height: 386px;">

Ainsi, cette étude confirme l'une des grandes constantes repérées concerne la division sexuelle des tâches relatives à l'alimentation (Warde et al., 2007), à savoir que l'activité culinaire reste inlassablement une affaire de femmes... La comparaison avec une enquête menée en 2017 montre que chez les couples hétérosexuels, la charge repose même un peu plus sur les épaules des femmes en période de confinement (60%) qu'auparavant (58%).

988an$IN109801588745778293@VWP21DB02" width="691" style="box-sizing: content-box; vertical-align: middle; line-height: 1.4em; max-width: 10000px; width: 691px; height: 301px;">

Une autre question de l'enquête montre d'ailleurs que peu d'hommes vivant en couple participent plus à l'élaboration des repas qu'avant le confinement : 21%, soit moins que le nombre de femmes (25%) mettant plus la main à la patte en période de confinement.

988an$IN109801588745778294@VWP21DB02" width="677" style="box-sizing: content-box; vertical-align: middle; line-height: 1.4em; max-width: 10000px; width: 677px; height: 258px;">

A noter que certains hommes s'investissent plus que la moyenne. C'est le cas des hommes de moins de 50 ans et des « jeunes couples » (moins d'un an). De même, on note une plus forte participation des hommes vivant dans des couples se disputant régulièrement à propos des tâches domestiques (30%, contre 16), signe que l'expression d'un mécontentement a bien un impact en la matière.

S'il a fortement baissé durant les dernières décennies, le temps de préparation culinaire reste en période de confinement une activité majoritairement féminine alors même qu'il appelle un ensemble de tâches qui pourraient être partagé (planification des menus, achats alimentaires, transport des achats, stockage des denrées alimentaires, anticipation et préparation des repas, service, vaisselle, rangement, etc.). En outre, les femmes conservent la « charge mentale » (Haicault, 1984) d'un approvisionnement anticipé qui n'est pas quantifié dans cette enquête.

Le point de vue de Quentin Molinié de Charlotte Jean : "Contrairement à ce que l'on aurait pu espérer, le confinement est loin d'avoir allégé la charge mentale - et la charge tout court - des femmes en matière de préparation des repas."

6)      Quel est l'impact du confinement sur les habitudes alimentaires des Français ?

Le "fait maison" a le vent en poupe : 42% d'entre eux consacrent plus de temps qu'avant à la préparation des repas, et 29% font plus d'aliments maison, comme le pain et les yaourts. Par ailleurs, 21% des Français déclarent avoir moins recourt aux livraisons à domicile. Consommer des produits locaux n'a jamais été aussi important : 35 % des sondés déclarent accorder plus d'importance au caractère local de leurs aliments depuis le 17 mars. La Ruche Qui dit Oui ! (réseau d'achat direct aux producteurs), par exemple, a ainsi vu son nombre de commandes tripler partout en France.

988an$IN109801588745778295@VWP21DB02" width="697" style="box-sizing: content-box; vertical-align: middle; line-height: 1.4em; max-width: 10000px; width: 697px; height: 435px;">

7)      Vers une alimentation plus saine et respectueuse de l'environnement après le confinement ?

29% des français déclarent qu'ils accorderont plus d'importance à l'impact de leur alimentation sur l'environnement après le 11 mai. Sans surprise, les nouvelles générations sont particulièrement concernées : les jeunes, et notamment les étudiants, déclarent qu'ils accorderont plus d'importance à l'équilibre de leur alimentation post-confinement (42% des étudiants contre 33% toutes catégories confondues), et à l'impact de celle-ci sur l'environnement (37% des étudiants contre 29% toutes catégories confondues

988an$IN109801588745778296@VWP21DB02" width="697" style="box-sizing: content-box; vertical-align: middle; line-height: 1.4em; max-width: 10000px; width: 697px; height: 353px;">

POUR LIRE LES RESULTATS DE L'ETUDE, CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSOUS :

https://www.darwin-nutrition.fr/actualites/alimentation-francais

Le point de vue de François Kraus de l'Ifop

"Si le huit clos imposé aux Français a fait quelque peu évolué leur poids, force est de constater que l'égal temps de présence des hommes et femmes au domicile n'a pas égalisé le temps consacré à la préparation des repas. Bien que le confinement ait créé les conditions d'une plus forte contestation de l'inégale répartition de l'activité culinaire, la préparation des repas, comme le reste du travail domestique, l'apanage des femmes. Au regard des faibles évolutions observées chez les seniors, cette grande inertie tient sans doute au fait qu'en raison de la prégnance de cette division sexuelle du travail culinaire, nombre d'hommes ont développé des formes d'incompétence telles que cela les empêchent de s'y mettre. Or, comme a pu le montrer Solenn Carof« l'injonction qui pèse sur le corps des femmes, associée aux charges de préparation des repas, crée un environnement pathogène générant des souffrances physiques et psychiques » [4] qui peuvent s'avérer des plus problématiques. La lutte contre l'inégale répartition du temps de travail culinaire est donc non seulement un impératif moral mais aussi un enjeu de santé publique." François Kraus  

Le point de vue de Charlotte Jean et de Quentin Molinié, responsables de Darwin-Nutrition.fr

"On constate que cette crise a permis aux Français.es de porter plus d'attention au contenu de leur assiette. Si les sujets tels que les circuits courts, le bio ou la production durable étaient déjà des enjeux importants avant le confinement, ils le seront encore d'avantage à l'avenir. Des crises comme celle que l'on traverse ont des effets dramatiques, mais sont aussi des moteurs de changements incroyables - et on l'observe nettement dans le domaine de l'alimentation." Charlotte Jean

"Il est clair que le bien-être physique et psychologique ne provient pas tant de régimes restrictifs que du choix éclairé, de la qualité, et de la diversité de son alimentation. C'est tout le sens de la mission que l'on porte avec Darwin Nutrition". Quentin Molinié

A propos de l'étude

POUR CITER CETTE ETUDE, IL FAUT UTILISER A MINIMA LA FORMULATION SUIVANTE :

«  Étude Ifop pour Darwin Nutrition réalisée par internet du 24 au 27 avril 2020 auprès d'un échantillon de 3 045 Français âgés de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine »

A propos de Darwin-Nutrition.fr :

Darwin Nutrition est un média digital-native indépendant consacré à l'alimentation saine, créé en 2019. Son équipe éditoriale, composée d'auteures spécialisées et de professionnelles de la nutrition, explore les bienfaits d'aliments exceptionnels pour le bien-être, et rencontre celles et ceux qui les produisent dans une démarche durable. Darwin Nutrition a été fondé par Charlotte Jean et Quentin Molinié, deux jeunes voyageurs ayant changé de mode de vie après une décennie parisienne passée derrière un bureau. Le site a reçu la certification HONcode qui atteste de la transparence, de la responsabilité et de la traçabilité de l'information santé sur Internet.

 

Étude Révèle: Les Villes les Mieux Positionnés pour l'Emploi après le Covid19

La hausse du chômage étant source d'inquiétude dans le monde entier, comment et où commencer à chercher un nouvel emploi est au premier plan dans l'esprit de beaucoup de gens, et trouver un angle narratif positif peut être un défi. Il se trouve que j’ai un nouveau set de statistiques qui je pense peut offrir à votre audience une source d’espoir et d’inspiration pour le futur. En effet, ce dernier pointe les meilleures villes où trouver un emploi en 2020.

Ce jeu de données analyse les statistiques économiques disponible avant le début de la crise Covid-19 et pendant afin d’analyser les changements en tant que taux de chômage et comment les mesures de confinement ont impacté l’économie en plus de comparer les mesures locales, la qualité de vie et l’égalité des sexes dans chaque ville afin de déterminer quelles sont les villes offrant les meilleurs opportunités en terme de carrière à travers le monde. Un extrait de notre communiqué de presse est disponible ci-dessous.

Cette étude est disponible pour une publication immédiate. Je reste bien entendu à votre disposition si vous avez la moindre question. Aussi, s’il se trouve que vous connaissez un pair susceptible d’être intéressé par ces données; j’apprécierai grandement que vous leur fassier parvenir ce message de ma part.

Vous retrouverez aussi la méthodologie complète et les résultats à cette adresse: https://www.futurelearn.com/info/2020-best-cities-for-jobs-index

Bien à vous,

Yaniss Illoul

Responsable Relations Presse

FUTURELEARN

For Immediate Release

2020 Best Job Cities, Post-COVID-19

Data reveals the cities with the best outlook for employment based on statistics relating to opportunities, infrastructure and quality of life, as well as the economic impact of governmental response to the coronavirus pandemic

  • Singapore is the best city to find a job in 2020, with a relatively low COVID-19 economic impact, good opportunities for young people and women, an efficient government, and high disposable income.  
  • Copenhagen ranks as the 2nd best city to find a job, followed by Helsinki and Oslo.
  • South-East Asian cities Seoul, Hong Kong and Tokyo have the lowest estimated impact on the economy due to COVID-19, due to governmental policies regarding lockdown and relative virus rates.

London, United Kingdom, May2020 — FutureLearn, the online learning platform built on social pedagogy, has released a data-driven study revealing the cities with the best outlook for employment in 2020, based on both pre and post-COVID-19 figures. Commissioning this study late in 2019, FutureLearn aimed to use data and statistics to determine the best cities for jobs, but since research began, the COVID-19 pandemic transformed every aspect of our lives, not least the economy and global career prospects.

To confirm this, we ran a poll* in some of the countries featured in this index such as France, Italy and the USA who have undergone governmental lockdown. We found that, on average, 50% of respondents had either lost their job entirely or had had their earning capacity reduced in some manner since the start of the pandemic. With many people around the world now searching for new career opportunities, this project combines figures from before and after coronavirus measures were put in place. It aims to give a data-driven insight into the best cities for jobs, while reflecting on the economic impact of COVID-19, and each government’s response to the crisis.

 

La lettre Service-Public.fr
Lettre n°975 du 30 avril 2020 Abonnement aux sujets d’actualité  twitter @servicepublicfr  service-public.fr sur Facebook

Rendez-vous le jeudi 14 mai 2020 pour la prochaine lettre

Plan de déconfinement progressif à partir du 11 mai 2020

Publié le 30 avril 2020

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté, mardi 28 avril à l'Assemblée nationale, le plan de déconfinement progressif à partir du 11 (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-460b7e81af/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 PAPIERS - CITOYENNETÉ

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 30 avril 2020

Déconfinement : déplacements et offre de transports limités

Quelles seront les interdictions de déplacement après le déconfinement ? Quelles mesures barrières seront mises en place dans les transports (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 30 avril 2020

Déconfinement : réouverture progressive des crèches, écoles et collèges

Quelles seront les conditions de réouverture des écoles et des crèches après le déconfinement ? Les enfants devront-ils porter un masque à (...)   Lire la suite >

VIE-PUBLIQUE.FR Publié le 28 avril 2020

La stratégie nationale de déconfinement présentée à l'Assemblée nationale

Vie quotidienne, vie au travail, écoles, transport, vie sociale... Le Premier ministre a présenté, le 28 avril, devant l'Assemblée nationale la (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-460b7e81af/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 SOCIAL - SANTÉ

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 28 avril 2020

AlloCovid : un nouvel assistant vocal pour diagnostiquer le Covid-19

Lancé le 27 avril par des chercheurs de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) et de l'Université de Paris, le (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 29 avril 2020

Coronavirus : la vente de masques grand public autorisée dans les pharmacies

Un arrêté publié au Journal officiel le 26 avril 2020 autorise la vente de masques dits « grand public » ou « alternatifs » dans les pharmacies. Ces (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 29 avril 2020

Nicotine : limitation de la vente des substituts jusqu'au 11 mai

Afin de prévenir les risques sanitaires liés à une consommation excessive ou à un mésusage de spécialités pharmaceutiques contenant de la (...)   Lire la suite >

TUTELLE Publié le 29 avril 2020

Seul un médecin peut constater l'altération des facultés d'une personne

Seul un médecin inscrit sur une liste établie par le procureur de la République peut constater l'altération des facultés d'une personne dans un (...)   Lire la suite >

SOINS OPTIQUES Publié le 28 avril 2020

Les orthoptistes autorisés à renouveler lunettes et lentilles de contact

Vous avez cassé ou perdu vos lunettes ? Vous devez remplacer d'urgence vos lentilles de contact ? Vous pouvez désormais vous rendre chez un (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 28 avril 2020

Compléments alimentaires : attention aux plantes qui pourraient perturber vos défenses immunitaires

Saule, reine des prés, harpagophytum, curcuma, échinacées, bouleau, peuplier, réglisse... L'Agence nationale de sécurité sanitaire de (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-460b7e81af/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 FORMATION - TRAVAIL

RECRUTEMENT DES PROFESSEURS Publié le 27 avril 2020

Capes, agrégation, concours de professeurs des écoles : les concours de l'enseignement 2020 maintenus

Dans la perspective de la sortie progressive du confinement à partir du 11 mai 2020, Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation, a annoncé le (...)   Lire la suite >

PONTS, WEEK-ENDS PROLONGÉS Publié le 29 avril 2020

Le calendrier des jours fériés en 2020

C'est l'article L 3133-1 du code du travail qui fixe la liste des fêtes légales considérées comme des jours fériés. Rappel avec Service-public.fr des jours fériés prévus en 2020 et des principales règles qui s'appliquent pour les salariés. (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 29 avril 2020

1er mai : où acheter du muguet ?

Pourrez-vous offrir le brin de muguet porte-bonheur à vos proches cette année ? En raison du confinement lié à l'état d'urgence sanitaire, la (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-460b7e81af/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 TRANSPORTS

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 27 avril 2020

Contraventions et amendes : des délais plus longs pour contester

En raison des mesures de confinement liées à la crise du Covid-19, les délais de contestation des avis de contravention et d'amende forfaitaire (...)   Lire la suite >

Épidémie Coronavirus (Covid-19) : ce qu'il faut savoir

Publié le 24 avril 2020

Informations générales, déplacements et confinement, travail, santé, aides sociales, justice, citoyenneté, initiatives solidaires, garde (...)   Lire le dossier >

À LIRE

4 numéros de Questions internationales en accès libre

Découvrez 4 numéros de Questions internationales à lire en ligne. L'actualité internationale décryptée par les meilleurs spécialistes.   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-460b7e81af/web/img/courriel/lettreV2/grey.png") center center repeat-x;">

AGENDA

DU

04 AVR.

AU

04 MAI

2020

 

CALENDRIER

Vacances scolaires : les dates des vacances de printemps 2020

Lire la suite >

DU

20 AVR.

AU

12 JUIN

2020

 

IMPÔT SUR LE REVENU

Déclaration d'impôt 2020 sur les revenus 2019 : les dates varient selon le département de résidence

Lire la suite >

À PARTIR DU

01 MAI

2020

 

ÉMOLUMENTS

Notaires : les nouveaux tarifs réglementés applicables au 1er mai 2020

Lire la suite >

JUSQU'AU

15 MAI

2020

 

DOSSIER SOCIAL ÉTUDIANT (DSE)

Étudiants et futurs étudiants : les demandes de bourse et de logement, c'est jusqu'au 15 mai !

Lire la suite >

 

Tous surveillés - 7 milliards de suspects

https://www.arte.tv/fr/videos/083310-000-A/tous-surveilles-7-milliards-de-suspects/

Des caméras de Nice à la répression chinoise des Ouïghours, cette enquête dresse le panorama mondial de l'obsession sécuritaire, avec un constat glaçant : le toalitaisme numérique est pour demain.

Aujourd'hui, plus de 500 millions de caméras sur la planète offrent aux autorités la capacité de nous surveiller, à peu près partout et à chaque instant. Sous couvert de lutte contre le terrorisme ou la criminalité, les grandes puissances se sont lancées dans une dangereuse course aux technologies de surveillance. Dorénavant, l'incroyable perfectionnement de l'intelligence artificielle valide l'idée d'un regard total. Aux États-Unis, les forces de police utilisent la reconnaissance faciale pour identifier les suspects. En Chine, les caméras peuvent repérer les criminels de dos, à leur simple démarche. En France, la police utilise des caméras intelligentes qui analysent les émotions et les comportements des passants. Marquée par l'attentat au camion du 14 juillet 2016, qui a fait 86 morts, et s'est produit en dépit des 2 000 caméras scrutant la ville, Nice se situe désormais à l'avant-garde de l'expérimentation. Le centre de supervision et les zones dédiées à la reconnaissance faciale sont les chevaux de bataille du maire Christian Estrosi, qui veut faire de sa ville une safe city. Comme un virus, l'idéologie du tout sécuritaire se répand à la mesure d'une révolution numérique à la puissance exponentielle. Va-t-elle transformer notre monde en une planète habitée par 7 milliards de suspects ? Quel niveau de surveillance nos libertés individuelles peuvent-elles endurer ?

Dictature 3.0
On le surnomme le "marché de la peur", estimé à 40 milliards de dollars par an. Colossaux, les enjeux de la surveillance intelligente aiguisent les appétits de sociétés prêtes à promouvoir le "modèle Big Brother" pour engranger les plus grands bénéfices. L'enquête internationale de Sylvain Louvet démonte les rouages de cette machine aux innombrables facettes et dévoile la relation incestueuse qui se noue entre les industriels et les pouvoirs publics. En Israël, elle souligne les liens entre l'armée, le Mossad et les start-up technologiques, soupçonnées de tester la reconnaissance faciale aux checkpoints. En France, elle met en lumière l'influence du secteur privé, dans les orientations choisies par le maire de Nice, Christian Estrosi. Aux États-Unis, l'enquête donne la parole à ceux qui dénoncent la faillibilité du logiciel de reconnaissance faciale d'Amazon couplé à un fichage biométrique généralisé. Le documentariste a également réussi à enquêter en Chine, pays où l'obsession sécuritaire est en passe de donner naissance à une nouvelle forme de régime : la dictature 3.0. Arrestations "préventives" arbitraires, mise en place d'un système de notation des citoyens, fichage ADN et persécution systématisée (allant jusqu'à l'apposition d'un QR code sur la porte des appartements) de la minorité musulmane des Ouïghours... L'arsenal de la répression connaît un degré de raffinement inédit dans l'histoire de l'humanité. Un camp du Goulag numérique : telle est la vision du futur dessinée par ce documentaire aussi percutant que glaçant.

 

Tickets restaurant, chèques cadeaux… - Nouvelles conditions de validité Le ministère du Travail augmente le plafond d’utilisation des Tickets restaurant. Une souplesse ponctuelle qui se décline aussi du côté des autres bons, cartes ou chèques de paiement cofinancés par l’entreprise.
Lire la suite
Covid-19 - Le moustique tigre victime de fake news Le moustique tigre a débarqué avec les premières chaleurs quasi estivales. Depuis, la rumeur affirme qu’il transmettrait le coronavirus. Vrai ou faux ?
Lire la suite
Fournisseurs d’accès à Internet Pour différencier les différents FAI, note palmarès se base sur des éléments tels que la fiabilité du service, la satisfaction des clients, la qualité de l'assistance ou encore l'honnêteté des contrats.
Consultez le palmares
Coronavirus - Comment protéger son épargne Dans le contexte d’une économie mondiale au ralenti, quelles décisions prendre vis-à-vis de son épargne ? Nos conseils.
Lire la suite
Santé, confinement et Ehpad - Les résultats de notre troisième vague de sondage Niveau d’inquiétude des Français, respect des mesures liées aux confinement, situation dans les Ehpad… Retrouvez les résultats de notre enquête.
Lire la suite

 

Produits alimentaires - On ne peut plus se fier aux étiquettes ! Une « souplesse » a été accordée aux industriels de l’agroalimentaire : ils peuvent dans certains cas modifier leurs recettes sans que cela soit inscrit sur l’étiquette du produit. Explications.
Lire la suite

 

Produits de première nécessité - Des prix toujours en hausse, surtout pour les fruits et légumes Principaux enseignements de nos relevés de prix sur les produits de première nécessité : les prix moyens sont repartis en légère hausse, alors que l’ampleur des ruptures de stock se réduit.
Lire la suite

 

Achat de voiture neuve - Les constructeurs misent sur l’achat à distance L’écroulement du marché automobile en cette période de confinement pousse les constructeurs à proposer la vente de voiture en ligne et la livraison à domicile. Mais attention aux modes de financement proposés.
Lire la suite

 

Covid-19 - Alerte sur les sprays aux huiles essentielles Les sprays et diffuseurs aux huiles essentielles sont de plus en plus utilisés depuis le début de l’épidémie. À tort. Inefficaces contre le coronavirus, ils présentent en revanche de vrais risques.
Lire la suite
 
Plus d'infos surwww.onpassealacte.fr  
 
La lettre Service-Public.fr
Lettre n°976 du 14 mai 2020 Abonnement aux sujets d’actualité  twitter @servicepublicfr  service-public.fr sur Facebook

Rendez-vous le jeudi 28 mai 2020 pour la prochaine lettre

L'état d'urgence sanitaire en pratique

Publié le 12 mai 2020

Face à la crise sanitaire provoquée par l'épidémie de Covid-19, un état d'urgence sanitaire a été déclaré le 23 mars 2020. Il vient d'être (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-851cb81a68/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 PAPIERS - CITOYENNETÉ

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 12 mai 2020

Déconfinement : déplacements et offre de transports encore limités

Quelles sont les interdictions de déplacement après le déconfinement ? Quelles mesures barrières sont mises en place dans les transports (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 13 mai 2020

Les nouvelles attestations de déplacement au-delà de 100 km et dans les transports publics : quelles sont les règles ?

Depuis le 11 mai 2020, les mesures de déconfinement progressif ont modifié les restrictions de déplacement qui étaient en vigueur depuis le 17 (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 12 mai 2020

Déconfinement : réouverture progressive des crèches, écoles et collèges

Quelles sont les conditions de réouverture des écoles et des crèches après le déconfinement ? Les enfants doivent-ils porter un masque à (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 14 mai 2020

Commerces et établissements ouverts ou fermés après le 11 mai 2020 ?

À partir du 11 mai 2020, à l'exception de Mayotte, la France entre dans une première phase de déconfinement y compris dans les départements en (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 11 mai 2020

11 mai 2020 : début du plan de déconfinement progressif

Le plan de déconfinement se met progressivement en place à partir du 11 mai 2020 selon les indicateurs médicaux. En effet, il ne sera pas le (...)   Lire la suite >

VIE-PUBLIQUE.FR Publié le 14 mai 2020

Municipales 2020 : prochaine installation des conseils municipaux élus au premier tour

Le Premier ministre a annoncé le 12 mai 2020 que les conseils municipaux élus au premier tour des municipales le 15 mars dernier vont entrer en (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-851cb81a68/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 FORMATION - TRAVAIL

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 05 mai 2020

Déconfinement dans les entreprises : assurer la sécurité et la santé des salariés

Le ministère du Travail a publié le 3 mai 2020 « un protocole national de déconfinement » pour guider les entreprises dans leur reprise d'activité (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 07 mai 2020

Les personnes salariées vulnérables et leurs proches peuvent bénéficier du dispositif d'activité partielle

Les salariés ayant un risque de développer une forme grave d'infection au Covid-19 ainsi que les proches vivant à leur domicile en arrêt de (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-851cb81a68/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 SOCIAL - SANTÉ

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 07 mai 2020

Une aide exceptionnelle de solidarité pour les foyers les plus modestes

Pour soutenir les foyers démunis ou modestes face aux difficultés financières liées à la crise sanitaire causée par l'épidémie de covid-19, une (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 06 mai 2020

Aide covid-19 jeunes : aide de 200 euros versée aux étudiants et aux jeunes précaires

Édouard Philippe a annoncé le 4 mai devant le Sénat le versement d'une aide de 200 € dès le mois de juin pour soutenir les étudiants et les (...)   Lire la suite >

SÉCURITÉ SOCIALE Publié le 11 mai 2020

AAH, prime d'activité et RSA : les nouveaux montants publiés au Journal officiel

Allocation aux adultes handicapés (AAH), montant forfaitaire de la prime d'activité et du revenu de solidarité active (RSA) : trois décrets (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 14 mai 2020

Vente de masques grand public et chirurgicaux dans les pharmacies

Dans le cadre du déconfinement progressif engagé le 11 mai 2020 et afin d'équiper très largement la population française en masques de (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 14 mai 2020

Vente de masques de protection dans les enseignes de la grande distribution

Pour accompagner le déconfinement progressif engagé le 11 mai 2020 et afin que chaque Français puisse s'équiper en masques de protection, les (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-851cb81a68/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 ARGENT

BANQUES Publié le 14 mai 2020

Paiement sans contact : augmentation du plafond à 50 euros pour le paiement en carte bancaire

Sur recommandation de l'Autorité bancaire européenne, le plafond d'un paiement sans contact jusqu'alors fixé à à 30 € est relevé à 50 € à partir (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 11 mai 2020

Commerces : peut-on vous refuser un paiement en espèces par crainte du virus ?

Vous avez été confronté à un refus de paiement en argent liquide chez un commerçant qui invoquait le risque de contagion par la manipulation des (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-851cb81a68/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 LOGEMENT

MÉNAGES AUX REVENUS MODESTES Publié le 11 mai 2020

Chèques énergie 2020 : le calendrier d'envoi département par département

Le calendrier d'envoi des chèques énergie pour 2020 est mis à jour. Il prévoit un envoi automatique par courrier entre début avril et fin mai (...)   Lire la suite >

JUSQU'AU

10 JUIL.

2020

 

LA QUESTION DE LA SEMAINE

Peut-on se faire expulser pendant la trêve hivernale ?

Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-851cb81a68/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 TRANSPORTS

ÉPIDÉMIE COVID-19 Publié le 14 mai 2020

Contrôle technique : modification des délais pendant l'état d'urgence sanitaire

Les délais pour effectuer le contrôle technique de votre voiture ont été modifiés pendant l'état d'urgence sanitaire, entré en vigueur sur (...)   Lire la suite >

TRANSPORTS Publié le 14 mai 2020

Entrée en vigueur du forfait mobilités durables

Afin d'encourager dès à présent le recours à des transports plus propres à la sortie du confinement, le « forfait mobilités durables » entre en (...)   Lire la suite >

ACCIDENT Publié le 07 mai 2020

La responsabilité d'un propriétaire de véhicule peut être engagée dans un accident de la circulation pour une fuite d'huile ?

Dans cette affaire, un tracteur avait perdu de l'huile alors qu'il se déplaçait sur la route. Ceci provoqua le dérapage d'un véhicule arrivant (...)   Lire la suite >

Épidémie Coronavirus (Covid-19) : ce qu'il faut savoir

Publié le 13 mai 2020

Informations générales, déconfinement et déplacements, travail, santé, aides sociales, justice, citoyenneté, initiatives solidaires, garde (...)   Lire le dossier >

À LIRE

Comprendre la souveraineté numérique

Gouvernance et défense du cyberespace, contrôle de la protection des données personnelles... Que font les États ?   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-851cb81a68/web/img/courriel/lettreV2/grey.png") center center repeat-x;">

AGENDA

JUSQU'AU

15 MAI

2020

 

DOSSIER SOCIAL ÉTUDIANT (DSE)

Étudiants et futurs étudiants : les demandes de bourse et de logement, c'est jusqu'au 15 mai !

Lire la suite >

DU

20 AVR.

AU

12 JUIN

2020

 

IMPÔT SUR LE REVENU

Déclaration d'impôt 2020 sur les revenus 2019 : les dates varient selon le département de résidence

Lire la suite >

DU

15 MAI

AU

02 JUIL.

2020

 

RECRUTEMENT

Fonction publique d'État : le calendrier des concours

Lire la suite >

 
Coronavirus - Arrivée des masques dans la confusion Trouver des masques en pharmacie ou en grande surface relève encore du parcours du combattant, les prix vont du simple au double, et évaluer leur qualité s’avère plus compliqué que prévu.
Lire la suite

 

Coronavirus et données de santé - Deux fichiers pour suivre les malades Pour tracer les malades du Covid-19 et leur entourage, le gouvernement va constituer deux fichiers de données qui défient le respect du secret médical et de la vie privée.
Lire la suite
Aliments ultratransformés - Les repérer pour les limiter Les aliments ultratransformés participent à la hausse des maladies chroniques (diabète, hypertension, accidents cardiovasculaires…). Quelques clés pour les identifier et réduire leur consommation.
Lire la suite
Réparation de vélo - Comment profiter du chèque de 50 € Pour inciter les français à remonter en selle, le gouvernement subventionne la réparation des vélos à hauteur de 50 €. Voici comment en profiter.
Lire la suite
Solidarité familiale - Quelles sont vos obligations ? Les parents peuvent exiger de leurs enfants une aide financière pour vivre décemment. Si cette solidarité ne s’exerce pas « naturellement », une intervention du juge est possible.
Lire la suite
Cancer du sein - Les effets indésirables des anti-aromatase enfin reconnus Donnés en prévention de la rechute de certains cancers du sein, les effets indésirables des anti-aromatase, très lourds mais longtemps négligés, posent un dilemme aux femmes : continuer ou arrêter ?
Lire la suite
Produits de première nécessité - Les pénuries se tassent, pas les prix Depuis le début du confinement, Que Choisir relève les prix des produits de première nécessité. Lors de la 7e semaine, les prix moyens étaient en nette hausse, alors que les ruptures de stock se réduisaient.
Lire la suite
Alimentation - Les filières de qualité plongent dans la crise Avec le confinement, les consommateurs se sont tournés vers certains types de produits au détriment d’autres. Allié à la fermeture des lieux de restauration et des marchés de plein air, ce choix a mis à mal des pans entiers de la filière agricole française. Décryptage.
Lire la suite
Soins buccodentaires - Ne reportez pas votre visite chez le dentiste Bien que les délais pour obtenir un rendez-vous risquent de s'allonger, les chirurgiens-dentistes incitent les Français à ne pas négliger leur santé buccodentaire et à appeler leur praticien en cas de problème.
Lire la suite
Renseignements téléphoniques - Les 118 s’accrochent à Google Google n’autorisait plus certaines sociétés de renseignements téléphoniques à faire de la publicité sur son moteur de recherche. La justice lui a donné tort. Tant pis si ces publicités peuvent être trompeuses...
Lire la suite

 

 

Etude Coronavirus et Immobilier : 3 Français sur 10 investiront dans l’immobilier

 

 

 
 
 

Communiqué de presse
Paris, le 19 mai 2020

 
 

Sous embargo jusqu’au 20 mai 2020 à 12 heures

 
 

Aide sociale à l’enfance :
la situation avant et pendant le confinement lié à la crise sanitaire

La DREES publie deux nouvelles études sur l’aide sociale à l’enfance. La première décrit les jeunes hébergés et l’activité des établissements de l’aide sociale à l’enfance (ASE) en temps « normal », à partir d’une enquête exhaustive menée par la DREES tous les quatre ans auprès de ces structures. La seconde est une « photographie » du fonctionnement et des difficultés des établissements et services d’action éducative de l’ASE durant la période de confinement, réalisée grâce à une enquête flash spécifique lancée par la DREES début avril à la demande d’Adrien Taquet, Secrétaire d’État auprès du Ministre des Solidarités et de la Santé.

« 61 000 enfants, adolescents et jeunes majeurs hébergés fin 2017 dans les établissements de l'aide sociale à l'enfance »


Fin 2017, l’aide sociale à l’enfance (ASE) dispose de 1 963 établissements (maisons d'enfants à caractère social [MECS], foyers de l’enfance, pouponnières, villages d’enfants et lieux de vie) et de 64 700 places dédiées à l’hébergement des jeunes (y compris en placement à domicile). Le nombre de places connaît une hausse de 7 % par rapport à fin 2012. L’offre d’hébergement est plus diversifiée qu’en 2012 : l’hébergement en internat collectif reste majoritaire (59 % des places), mais sa part baisse ( 9 points depuis fin 2012) au bénéfice de l’hébergement éclaté, hors de l’établissement, et du placement à domicile. Le taux d’occupation global des places d’hébergement est de 95 % (contre 92 % fin 2012). 61 400 jeunes sont ainsi hébergés par les établissements (y compris ceux suivis en placement à domicile), soit un tiers environ des 177 000 jeunes hébergés par l’ASE fin 2017 (les autres étant placés, pour la plupart, en familles d’accueil).


62 % des jeunes en établissement sont des garçons, 11 % des jeunes sont majeurs, 13 % ont une reconnaissance d’un handicap par une MDPH, 19 % sont des mineurs non accompagnés (MNA). Aux âges d’instruction obligatoire, 97 % des jeunes hébergés sont scolarisés. À 11 ans, à l’âge d’intégrer le collège, les enfants hébergés en établissement éprouvent un retard scolaire important : 40 % sont encore scolarisés à l’école primaire, contre 10 % pour l’ensemble des enfants de 11 ans.


Sur l’ensemble des mineurs et jeunes majeurs pris en charge au 1er janvier 2017, 14 % ont quitté l’établissement où ils étaient à cette date sans mesure de protection (et sont donc sortis de l’ASE) au cours de l’année 2017, 27 % en sont partis en conservant une mesure de protection et 59 % y sont toujours en fin d’année. Parmi les jeunes qui sont majeurs fin 2017, 34 % des jeunes présents en établissement au 1er janvier 2017 sont sortis de l’ASE en cours de cette année.


« Les établissements et services de l’aide sociale à l’enfance durant le confinement »


En date du 5 avril 2020, dans l’ensemble des établissements de l’ASE et des services d’action éducative (action éducative en milieu ouvert [AEMO] et action éducative à domicile [AED]), 0,6 % des jeunes et 3,5 % du personnel sont déclarés malades (suspectés ou avérés) du Covid 19. Parmi le personnel, la part de malades du Covid 19 est plus élevée en Ile de France et dans le Grand Est. Les hospitalisations sont toutefois très rares.


Au cours de la semaine du 30 mars au 5 avril, deux établissements sur trois et la moitié des services d’action éducative ont eu une baisse de leurs effectifs de personnel par rapport à la situation avant confinement. Les problèmes de garde d’enfants du personnel sont largement évoqués par les structures connaissant une baisse de leurs effectifs, alors que les éventuels droits de retrait sont extrêmement secondaires. En raison de la crise, dans trois établissements de l’ASE sur cinq et dans deux services d’action éducative sur cinq, le personnel présent doit travailler plus qu’en temps normal.


La crise a eu pour conséquence une réduction des suivis à domicile réalisés par les structures. Quatre services d’action éducative sur cinq déclarent avoir pu maintenir les visites à domicile, mais pour une petite partie des enfants concernés seulement. Par ailleurs, quatre établissements sur cinq n’ont pu maintenir le droit de visite et d’hébergement des parents.


La quasi totalité des établissements (98 %) se sont déclarés en mesure d’assurer le suivi et le soutien scolaire d’au moins une partie des jeunes scolarisés, le plus souvent pour l’ensemble ou pour une grande majorité des jeunes (83 %). La continuité des suivis et des soins médico psychologiques a rencontré davantage de difficulté.


De fortes disparités apparaissent quant à la disponibilité de masques pour le personnel. Dans un tiers des établissements de l’ASE, il n’y avait, au 5 avril, pas du tout de masque pour le personnel en contact avec des enfants non malades du Covid 19. Il y en avait en revanche pour l’ensemble du personnel dans 45 % des établissements. Le manque de masques constaté à cette date était moindre dans les services d’action éducative.

Télécharger les publications :
« 61 000 enfants, adolescents et jeunes majeurs hébergés fin 2017 dans les établissements de l'aide sociale à l'enfance ». Abassi E., Les Dossiers de la DREES n°55, mai 2020.
« Les établissements et services de l’aide sociale à l’enfance durant le confinement ». Abassi E., Les Dossiers de la DREES n°56, mai 2020.

Pour en savoir plus :
Sur le site de la DREES, voir la page d’information sur la protection de l’enfance, et les données sur l’aide sociale à l’enfance publiées dans : « L’aide et l’action sociales en France – Perte d’autonomie, handicap, protection de l’enfance et insertion – Édition 2019 » Leroux I. (dir.), DREES, coll. Panoramas de la DREES-social, novembre 2019.

À propos de l’enquête auprès des établissements et services de la protection de l’enfance
L’enquête de la DREES auprès des établissements et services de la protection de l’enfance (ES PE) porte sur l’activité des établissements, leur personnel et les jeunes qu’ils hébergent ou qui en sont sortis dans l’année. L’enquête existe depuis 1983. La dernière vague porte sur 2017, la précédente sur 2012.
Plusieurs publications vont suivre en 2020-2021. Elles seront notamment disponibles sur la page web de l’enquête ES PE. La méthodologie de l’enquête y est aussi présentée.

À propos de l’enquête flash sur le fonctionnement des établissements et services de l’aide sociale à l’enfance pendant la période de confinement liée au Covid 19


L’enquête flash (format court) sur le fonctionnement des établissements et services de l’ASE pendant la période de confinement liée au Covid 19 est une enquête statistique, menée par la DREES, au niveau national. La préparation de l’enquête a eu lieu la semaine du 30 mars 2020. La collecte s’est achevée mardi 14 avril 2020. L’enquête vise à disposer d’informations quantitatives sur la situation dans le contexte de crise liée au Covid 19 et à permettre de tirer des enseignements pour mieux se préparer en cas de nouvelles crises.

À propos de la DREES :


Mise en place par le décret du 30 novembre 1998, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) fait partie avec l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et les autres services statistiques ministériels du service statistique public (SSP). Son rôle est de fournir des informations fiables et des analyses dans les domaines du social et de la santé. L’action de la DREES s’appuie, depuis vingt ans, sur un engagement déontologique dont les principes, codifiés et partagés au niveau européen, sont l’indépendance professionnelle, l’engagement sur la qualité, le respect du secret statistique, l’impartialité et l’objectivité. La DREES est aussi un service statistique ministériel dont la mission prioritaire est d’accompagner et d’évaluer les politiques publiques sociales et sanitaires.

 

Masques - Un incontournable de notre nouvelle vie sociale Avez-vous trouvé des masques dans le commerce ? En avez-vous cousu ? Nous avons intégré les masques à notre 4e étude sur le confinement, qui tombait en pleins préparatifs pour le déconfinement.
Lire la suite
Purificateurs d’air - Des résultats mitigés Nos confrères allemands de Stiftung Warentest ont testé des purificateurs d’air à filtres vendus outre-Rhin, mais six d’entre eux sont également disponibles en France. Faut-il s’équiper ?
Lire la suite
Covid-19 - À quoi servent les tests ? Virologiques ou sérologiques, une certaine confusion règne autour des tests de détection du Covid-19. Quelles sont les différences, quelles sont leurs performances et surtout quand y avoir recours ?
Lire la suite
Chaînes de sport - Des dédommagements à la demande Le coronavirus a privé les amateurs de foot de nombreux matchs. Or les abonnés à Canal+, BeIN Sports et RMC Sport continuent à payer leur abonnement, et aucun dédommagement automatique n'est prévu.
Lire la suite
Ehpad et Covid-19 - Le mois le plus long Pendant six semaines, les personnes âgées hébergées en Ehpad n’ont pas eu le droit de voir leurs proches. Une décision qui pose à nouveau la question de la considération accordée au grand âge dans nos sociétés.
Lire la suite
Orange - La galère du dépannage Des réparations qui tardent, des rendez-vous auxquels personne ne se présente, des déplacements gratuits facturés… Les clients d’Orange sont nombreux à s’arracher les cheveux dès qu’un technicien doit intervenir à leur domicile.
Lire la suite
Tentative de phishing - L’arnaque au colis est de retour Si vous recevez un SMS indiquant que vous devez vous acquitter de frais d’affranchissement avant de recevoir votre colis, méfiance… Vous risquez de vous retrouver abonné à de soi-disant cours de yoga.
Lire la suite
Annulation des abonnements sportifs - Foire aux questions La fermeture des clubs de sport à la demande des pouvoirs publics et le confinement ont rendu impossible l’utilisation de votre abonnement. Quels sont vos droits ?
Lire la suite
Fromages au lait cru - Entre risques et bénéfices Ces fromages véhiculent parfois des bactéries pathogènes à l’origine de redoutables intoxications alimentaires. La filière s’en prémunit par des mesures draconiennes et met en avant les bénéfices pour la santé de la riche flore bactérienne du lait cru.
Lire la suite
Vacances - Où va-t-on pouvoir partir en vacances cet été ? Après deux mois de confinement, de nombreux Français s'interrogent sur leurs possibilités de déplacement cet été. Si les voyages en France seront a priori possibles, ce ne sera pas forcément le cas en Europe...
Lire la suite
Déconfinement - Dans quels cas doit-on remplir une déclaration de déplacement ? Au même titre que le déconfinement, nos libertés de mouvement sont progressives. Pour l’heure, chaque sortie à plus de 100 km en dehors de notre département doit faire l’objet d’une déclaration écrite.
Lire la suite
Transmission du coronavirus - La climatisation est-elle en cause ? Transmission du virus à haute dose sur des paquebots, puis dans un restaurant chinois. Il n’en fallait pas plus pour lancer une polémique sur la climatisation. Est-elle coupable ?
Lire la suite
Coronavirus-Vols annulés - L’UFC-Que Choisir assigne 20 compagnies aériennes Coronavirus-Vols annulés - L’UFC-Que Choisir assigne 20 compagnies aériennes
Lire la su

 

 

Les clients des néo-banques : Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Que détestent-ils ? Que cherchent-ils exactement ?

69 % des 18-24 ans ne veulent pas avoir la même banque que leurs parents

Les trois critères principaux qui font la différence entre les néo-banques :

La réactivité à 67 %, les coûts plus bas à 64 % et le tout digital à 52 %

Les 25-49 ans sont ceux ayant eu le moins bon relationnel avec leur ancien conseiller bancaire à 61 %

41 % des clients ont plus de contacts avec leur néo-banque et 65 % apprécient le relationnel

81 % des 50-64 ans plébiscitent la rapidité des réponses d'une néo-banque...

Mais 89 % des 18-24 ans regrettent le manque de services complémentaires

61 % des clients d'une néo-banque se disent incapables de retourner dans une banque traditionnelle

Paris, 25 mai 2020

Moneway, la première néo-banque grand public évolutive et collaborative, a mené une enquête nationale afin de savoir qui étaient vraiment les utilisateurs des néo-banques. Un sondage mené auprès de plus de 4 600 clients français qui donne une vision plus claire des profils, mais également des désirs et des envies pour la banque du futur.

Lien officiel : 

*Méthodologie : enquête réalisée en ligne auprès de 21 216 personnes représentatives de la population nationale française selon la méthode des quotas, durant la période du 11 au 18 mai 2020, sur le panel propriétaire BuzzPress France.

Profils des répondants 4 665 personnes se déclarent clientes d'une néo-banque.

Répartition par âge 59 % entre 18-24 ans, 24 % entre 25-49 ans, 12 % entre 50-64 ans et 5 % plus de 65 ans.

Les jeunes actifs : premiers clients des néo-banques

Sur les 21 216 personnes interrogées, 4 665 ont déclaré être clientes d'une néo-banque. La répartition par âges est un révélateur intéressant. En effet, 59 % des clients ont entre 18 et 24 ans, 24 % entre 25 et 49 ans, 12 % entre 50 et 64 ans et seulement 5 % ont plus de 65 ans. Le service est donc largement plébiscité par les jeunes nouveaux actifs.

Pourquoi avoir choisi une néo-banque ?

Pour les 18-24 ans, les trois critères de choix principaux sont clairement identifiés :

-          N°1 Avoir une banque différente de leurs parents à plus de 69 %.

-          N°2 Avoir plus de réactivité à 64 %.

-          N°3 Payer moins de frais à 59 %.

Pour les 25-49 ans, le plus important est la réactivité à 68 %, juste devant le besoin de contacts réguliers à 61 % et la recherche d'innovations à 56 %.

Pour les 50-64 ans, c'est également la réactivité qui prime pour 79 % d'entre eux, mais également le fait de moins payer à 67 % puis la volonté de tout digitaliser à 51 %.

Enfin, pour les plus de 65 ans, la réactivité semble aussi être le critère principal à 65 %, avant l'envie de tester un service nouveau à 62 % et l'aspect réduction des coûts à 61 %.

Pourquoi avez-vous choisi une néo-banque ?

Réponses

18-24 ans

25-49 ans

50 - 64 ans

Plus de 65 ans

Pour tester

31 %

49 %

44 %

62 %

Pour les innovations

46 %

56 %

47 %

51 %

Pour tout digitaliser

57 %

51 %

51 %

45 %

Pour me différencier de mes parents

69 %

29 %

39 %

11 %

Pour plus de contact

31 %

61 %

26 %

59 %

Pour plus de réactivité

64 %

68 %

79 %

65 %

Pour moins payer

59 %

8 %

67 %

61 %

Autre

3 %

49 %

7 %

6 %

Un mauvais relationnel avec son ancienne banque

Sans surprise, les personnes âgées de 25 ans et plus étaient toutes dans une banque traditionnelle avant de passer au tout numérique. À noter cependant que pour 3% des 18-24 ans, leur premier compte bancaire a été ouvert dans une néo-banque.

Apparemment, les anciens clients des banques traditionnelles manquaient d'un bon relationnel avec leur conseiller. C'est en tous cas ce que déclarent 54 % des plus de 65 ans, 58 % des 18-24 ans et des 50-64 ans, et plus de 61 % des 25-49 ans qui semblent les plus mécontents.

Étiez-vous dans une banque traditionnelle auparavant ?

Réponses

18-24 ans

25-49 ans

50-64 ans

Plus de 65 ans

Oui

97 %

100 %

100 %

100 %

Non

3 %

0 %

0 %

0 %

Si oui, aviez-vous un bon relationnel avec votre conseiller ?

Réponses

18-24 ans

25-49 ans

50-64 ans

Plus de 65 ans

Oui

42 %

39 %

42 %

46 %

Non

58 %

61 %

58 %

54 %

Virtuels... mais avec plus de contacts !

À la question « Avec qui avez-vous ou aviez-vous le plus de contacts et d'échanges ? », toutes les générations répondent : « Avec ma néo-banque ». Les 18-24 ans sont ceux qui communiquent le plus avec 54 % de représentativité.

Avec qui avez-vous ou aviez-vous le plus de contacts et d'échanges ?

Réponses

18-24 ans

25-49 ans

50 - 64 ans

Plus de 65 ans

Ma banque traditionnelle

19 %

26 %

31 %

33 %

Ma néo-banque

54 %

41 %

32 %

36 %

Aucune des deux

11 %

8 %

7 %

4 %

Les deux à l'identique

16 %

25 %

30 %

27 %

Même constat en ce qui concerne le relationnel avec une néo-banque. L'appréciation positive est bien supérieure à la moyenne globale pour toutes les tranches d'âge et varie de 76 % pour les 18-24 ans jusqu'à 56 % pour les plus de 65 ans.

Appréciez-vous le relationnel avec votre néo-banque ?

Réponses

18-24 ans

25-49 ans

50 - 64 ans

Plus de 65 ans

Oui

76 %

68 %

61 %

56 %

Non

24 %

32 %

39 %

44 %

Mais que veulent-ils ?

Si les chiffres diffèrent en valeurs, il est surprenant de constater que dans l'ensemble toutes les générations aiment les mêmes critères pour une néo-banque. Ainsi, la rapidité des réponses arrive en numéro sauf pour les plus de 65 ans qui préfèrent la qualité des réponses. Un choix qui fait partie du top trois des autres tranches d'âge. La qualité des réponses est choisie par tout le monde ainsi que la simplicité des échanges. 

Si oui, qu'est-ce qui vous plaît le plus ?

Réponses

18-24 ans

25-49 ans

50 - 64 ans

Plus de 65 ans

La rapidité des réponses

78 %

79 %

81 %

62 %

L'aspect communautaire

59 %

56 %

51 %

44 %

La participation aux innovations

62 %

61 %

59 %

73 %

La qualité des réponses

71 %

69 %

72 %

79 %

La prise en compte des avis clients

58 %

52 %

67 %

73 %

La simplicité des échanges

74 %

78 %

68 %

69 %

Les outils utilisés pour dialoguer

61 %

66 %

61 %

61 %

Autre

2 %

4 %

6 %

4 %

À l'inverse, certaines notions déplaisent aux clients des néo-banques. En numéro : le manque de services complémentaires pour les personnes de 18 à 64 ans (entre 89 % et 71 %). Les plus de 65 ans regrettent l'absence de rencontres physiques (81 %) mais également l'absence d'agence réelle (69 %), ce qui est également le deuxième critère négatif pour les autres générations.

Si non, qu'est-ce qui vous plaît le moins ?

Réponses

18-24 ans

25-49 ans

50 - 64 ans

Plus de 65 ans

La qualité des réponses

22 %

21 %

19 %

21 %

Le manque de rencontres physiques

49 %

52 %

67 %

81 %

L'absence d'agence réelle

63 %

65 %

68 %

 

 

Seulement 6% des Français pensent être totalement sereins pour leurs vacances

78% des Français veulent toujours prendre des vacances cet été

48% pensent que leur employeur ne va pas leur imposer de travailler

Des dates de congés non imposées pour 59% des Français

Crise sanitaire et économique :

82% des Français préfèrent partir en vacances plutôt que de continuer à travailler

Plus de 11% des Français tomberont le masque pendant leurs vacances

Les 4 destinations choisies par 61% des Français :

N°1 : Bretagne à 22%

N°2 : Occitanie / Pyrénées-Méditerranée à 16%

N°3 : Auvergne Rhône-Alpes à 12%

N°4 : PACA à 11%

Paris, 25 mai 2020

Vacances ou travail ? Que vont faire les Français cet été ?

QAPA, la plateforme de recrutement par l'intérima voulu savoir plus en détail ce que les Français prévoyaient de faire ou pas pour leurs congés. Une enquête menée auprès de 4,5 millions de personnes qui montre une très forte volonté de vacances mais en demi-teinte.  

Lien officiel : www.qapa.fr

*Méthodologie : Sondage réalisé le 20 et 24 mai 2020 auprès de 4,5 millions de candidats et 135 000 recruteurs sur la plateforme QAPA. Parmi ces personnes interrogées, 52% d'entre eux sont des non-cadres et 48% sont des cadres. Toutes les informations mises en avant par les candidats sont déclaratives.

Vive les vacances !

Crise sanitaire, coronavirus, confinement ou pas, la période des vacances reste sacrée pour les Français. Ainsi, plus de 78% déclarent qu'ils prendront des congés cet été. Seulement 12% n'en auront pas et 10% sont encore dans l'expectative.  

Allez-vous pouvoir prendre des vacances cet été ?

Réponses

Pourcentages

Oui

78%

Non

12%

Je ne sais pas

10%

Travail ou vacances imposés ?

Même si plus de 6 millions de Français ont été au chômage partiel depuis le début du confinement, plus de 48% pensent que leur employeur ne va pas leur imposer de travailler cet été. Uniquement 19% y seront contraints et 33% ignorent encore si tel sera le cas.    

Pensez-vous que votre employeur va vous imposer de travailler cet été ?

Réponses

Pourcentages

Oui

19%

Non

48%

Je ne sais pas

33%

Apparemment, peu de Français se verront également imposer leurs dates de congés par leur employeur. C'est en tout cas ce que pensent 59% des personnes interrogées et sans doute ce qu'espèrent plus de 37% qui n'ont pas eu de directives. Enfin, 4% seront obligés de partir aux dates choisies par leur patron.

Pensez-vous que votre employeur va vous imposer des dates pour vos vacances ?

Réponses

Pourcentages

Oui

4%

Non

59%

Je ne sais pas

37%

En vacances coûte que coûte

Même en période de crise sanitaire et économique, 82% des Français préfèrent partir en vacances plutôt que de continuer à travailler pour récupérer un peu plus d'argent suite à leur manque d'activité ou leur chômage partiel.  

A choisir, en raison de la crise sanitaire, vous préférez :

Réponses

Pourcentages

Prendre quand même des congés

82%

Travailler pour récupérer de l'argent

18%

Des vacances au top ?

Une chose est certaine, les vacances d'été 2020 ne seront pas des plus joyeuses. En effet, plus de 58% des Français pensent qu'ils seront sereins mais avec la crise sanitaire en tâche de fond et 36% ne le seront pas du tout. Seuls 6% vont tout oublier sous le soleil.

Selon vous, allez-vous être serein(e) cet un été ?

Réponses

Pourcentages

Oui, la crise sanitaire est passée

6%

Oui, mais la crise sanitaire est encore là

58%

Non, la crise sanitaire est toujours présente

36%

Un été masqué

Les tenues estivales vont également être très spéciales. Ainsi, 87% des Français porteront un masque pendant leurs vacances mais uniquement en présence d'autres personnes et dans les lieux publics et 2% le garderont toute la journée. Pour les 11% restants, pas question de se voiler la face.

Allez-vous porter un masque si vous partez en vacances ?

Réponses

Pourcentages

Oui toute la journée

2%

Oui mais uniquement en présence d'autres personnes et dans les lieux publics

87%

Non

11%

Douce France...

Sans surprise, la grande majorité des Français ne prendra pas le risque de partir loin cet été. En effet, 76% ont décidé de rester en France pour leurs vacances. 6% iront tout de même dans un autre pays et 18% préfèrent rester confinés chez eux.  

Si vous le pouvez, vous aller passer vos vacances :

Réponses

Pourcentages

En France

76%

A l'étranger

6%

Chez moi

18%

Mais où partiront les Français ?

Parmi les 13 régions, 4 regroupent plus 61% des choix des Français ! La Bretagne arrive en numéro 1 avec 22% de votes, suivie de la région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée avec 16% et l'Auvergne Rhône-Alpes avec 12% juste devant la région PACA avec 11%.

Dans quelle région allez-vous ou aimeriez-vous partir en vacances ?

Réponses

Pourcentages

Bretagne

22%

Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

16%

Auvergne Rhône-Alpes

12%

PACA

11%

Normandie

7%

Île-de-France

6%

Grand Est

5%

Corse

4%

Hauts-de-France

4%

Pays-de-Loire

4%

Bourgogne Franche-Comté

3%

Centre - Val de Loire

3%

Nouvelle Aquitaine

3%

QAPA en 4 chiffres :

+500 entreprises clientes,

+10 000 intérimaires salariés par QAPA,

+50% des offres d'emploi reçoivent des profils disponibles en moins de 4 heures,

20% des intérimaires sont recrutés en CDI après 3 mois de mission.

 

 
 
 

Communiqué de presse
Paris, le 28 mai 2020

 
 

Sous embargo jusqu’au 29 mai 2020 à 6 heures

 
 

RESULTATS ENQUÊTE FLASH :

Pratiques et opinions des médecins généralistes

pendant le confinement lié au Covid-19

Début avril, la DREES a réalisé une enquête flash auprès des médecins généralistes pour connaître leurs opinions et pratiques pendant le confinement lié au covid-19. Les résultats de cette enquête montrent dans quelle mesure l’activité des généralistes a été bouleversée mais aussi plus largement ce qu’ils pensent de cette crise sanitaire.

L’activité des médecins généralistes pendant le confinement


Le volume horaire de 9 généralistes sur 10 a diminué pendant la première quinzaine d’avril, entrainant une baisse du temps de travail moyen comprise entre 13 % et 24 %. Dans la perspective d’un éventuel afflux de patients au moment de la levée du confinement, 7 médecins généralistes sur 10 se déclarent prêts à augmenter leur temps de travail au –delà de leurs horaires habituel avant la crise.


Par ailleurs, les médecins généralistes ont pris des dispositions pour le diagnostic de patients suspectés d’être infectés par le coronavirus mais aussi pour leur surveillance. À ces fins, 7 sur 10 ont mis en place de la téléconsultation, tandis que 4 sur 10 ont eu recours aux visites à domicile. Pour autant, seulement 1 médecin généraliste sur 10 déclare que plus de la moitié de ses consultations a pour motif principal le coronavirus, cette proportion est de 1 sur 4 dans les départements les plus touchés par l’épidémie.


Les demandes de soins pour stress, troubles anxieux ou dépressifs ont augmenté par rapport à la normale pour plus d’1 médecin sur 2 alors que les autres motifs de consultations (suivi de pathologies chroniques, suivi de grossesse, suivi pédiatrique) ont fortement diminué pour la majorité des médecins. Afin de réaliser le suivi de leurs patients les plus à risque, la moitié des médecins ont adopté une démarche active pour les joindre.

Perception des risques et opinions des médecins généralistes face à la crise sanitaire


4 médecins généralistes sur 10 considèrent l’épidémie Covid-19 particulièrement grave contre 7 personnes sur 10 en population générale et un quart des médecins estiment que leur risque d’être contaminé est élevé.


À la mi-avril, 6 médecins sur 10 estiment ne pas pouvoir se protéger efficacement lors des consultations. Parmi eux, deux tiers déclarent s’en sortir par le « système D ». 1 médecin généraliste sur 3 craint de contaminer ses patients lors des consultations, compte tenu des moyens de protection dont il dispose et 1 médecin sur 6 s’est fait dépister à la mi-avril.


6 médecins sur 10 font confiance au ministère chargé de la santé pour gérer l’épidémie, et la moitié pour informer les professionnels de santé. 2 médecins sur 3 jugent que les recommandations officielles diffusées sur le site du Ministère sont claires, mais 2 sur 3 pensent également qu’elles changent trop souvent.

Télécharger les publications :


« Comment les médecins généralistes ont-ils exercé leur activité pendant le confinement lié au Covid-19 ? » Monziols, M. et al. (2020, mai). DREES, Études et Résultats, n° 1150.
« Perception des risques et opinion des médecins généralistes pendant le confinement lié au Covid-19 »Verger, P. et al. (2020, mai). DREES, Études et Résultats, n° 1151.


À propos du panel d’observation des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale


La DREES, en collaboration avec les Observatoires régionaux de santé (ORS) et les Unions régionales de professionnels de santé, médecins libéraux (URPS-ML) des régions Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Paca) et Pays de la Loire, et l’Aix-Marseille School of economics collecte, depuis fin 2018, le quatrième panel national de médecins généralistes libéraux, enrichi de deux sur-échantillons pour les régions partenaires : plus de 3000 médecins sont inclus dans cette opération.
Le panel des médecins généralistes a trois objectifs principaux :
- observer le cadre d’activité des généralistes et leurs environnement professionnel et rythmes de travail ;
- observer les pratiques de prise en charge en médecine générale et leurs déterminants ;
- répondre aux attentes spécifiques des acteurs régionaux.

À raison d’une vague d’enquête par semestre pendant trois ans, le panel interroge les mêmes médecins, sur leurs conditions de travail et leurs pratiques d’exercice.

À propos de l’enquête flash auprès des médecins généralistes pendant le confinement lié au Covid-19


Les participants au quatrième Panel d’observation des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale de la DREES ont été interrogés du 9 au 21 avril 2020 par internet. Le questionnaire aborde notamment l’évolution de la charge de travail des médecins généralistes et l’organisation qu’ils adoptent pendant le confinement pour suivre leurs patients habituels ainsi que leur perception de la gravité et l’ampleur de l’épidémie. Cette enquête « flash » est soumise en matière de rigueur et de qualité aux exigences de la statistique publique.

À propos de la DREES :


Mise en place par le décret du 30 novembre 1998, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) fait partie avec l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et les autres services statistiques ministériels du service statistique public (SSP). Son rôle est de fournir des informations fiables et des analyses dans les domaines du social et de la santé. L’action de la DREES s’appuie, depuis vingt ans, sur un engagement déontologique dont les principes, codifiés et partagés au niveau européen, sont l’indépendance professionnelle, l’engagement sur la qualité, le respect du secret statistique, l’impartialité et l’objectivité. La DREES est aussi un service statistique ministériel dont la mission prioritaire est d’accompagner et d’évaluer les politiques publiques sociales et sanitaires.

La lettre Service-Public.fr
Lettre n°977 du 28 mai 2020 Abonnement aux sujets d'actualité  twitter @servicepublicfr  service-public.fr sur Facebook

Téléphone au volant : le permis peut être suspendu en cas d'infraction routière

Publié le 27 mai 2020

Commettre une infraction au Code de la route en tenant son téléphone à la main est désormais sanctionné d'une rétention du permis de conduire. (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 PAPIERS - CITOYENNETÉ

ÉPIDÉMIE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 26 mai 2020

Déconfinement : comment contacter les services publics ?

Commissariats, préfectures, mairies, bureaux de poste, tribunaux, centres des Impôts, caisses d'Assurance maladie, caisses d'allocations (...)   Lire la suite >

VIE-PUBLIQUE.FR Publié le 28 mai 2020

Second tour des municipales : le décret de convocation des électeurs est paru

Date du second tour, dépôt des candidatures, campagne électorale, deux décrets du ministre de l'Intérieur détaillent les modalités (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 27 mai 2020

Voyageurs arrivant en France : qui est concerné par la quatorzaine ?

La quatorzaine ou mise à l'isolement est un dispositif qui s'adresse aux voyageurs arrivant en France métropolitaine ou en Outre-mer. Elle peut (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 FORMATION - TRAVAIL

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 19 mai 2020

Assouplissement temporaire du compte épargne-temps dans la fonction publique

Dans la fonction publique d'État et la magistrature, le nombre de jours pouvant être déposés sur le compte épargne-temps (CET) est porté à 20 (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 26 mai 2020

Une prime exceptionnelle pour certains agents publics

Une prime exceptionnelle est versée aux agents publics et agents de droit privé d'établissements publics des trois fonctions publiques qui ont (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 19 mai 2020

La prime exceptionnelle aux soignants en détail

Par reconnaissance pour l'effort des personnels soignants mobilisés depuis le début de l'épidémie du coronavirus, une prime exceptionnelle leur (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 22 mai 2020

Télétravail : quelles conditions de mise en place ?

Afin de limiter la propagation du coronavirus, il est demandé aux entreprises d'organiser du télétravail ou du travail à distance lorsque cela (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 19 mai 2020

Suspension des jours de carence pendant l'état d'urgence sanitaire

La suspension du délai de carence pour l'ensemble des arrêts maladie, et pas seulement pour les personnes atteintes du Covid-19, s'applique (...)   Lire la suite >

INAPTITUDE AU TRAVAIL Publié le 26 mai 2020

Un salarié déclaré inapte peut-il commencer un nouvel emploi et cumuler deux salaires ?

Lorsqu'un salarié n'est pas licencié ou reclassé dans le mois qui suit la déclaration de son inaptitude médicale, son employeur doit reprendre (...)À la suite d'une situation de harcèlement moral, une salariée a été déclarée inapte à son poste de travail. Comme il n'existe pas de possibilité (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 TRANSPORTS

SÉCURITÉ ROUTIÈRE Publié le 28 mai 2020

Éthylotests : ce qui change à partir du 22 mai

S'il n'est plus obligatoire de disposer d'un éthylotest jetable dans sa voiture, les établissements de nuit doivent désormais en fournir à leur (...)   Lire la suite >

DÉCONFINEMENT Publié le 27 mai 2020

Comment protéger son vélo contre le vol ?

Vous en avez assez de vous faire voler votre vélo ? Vous craignez de le laisser dans la rue ? Y a t-il un moyen de le retrouver ? Marquage, (...)   Lire la suite >

MOBILITÉS DURABLES Publié le 19 mai 2020

Coupdepoucevelo.fr : une aide de 50 euros pour la réparation et la reprise en main de votre vélo

Vous avez décidé de ressortir votre vieux vélo du garage pour aller travailler, faire vos courses ou bien faire de l'exercice ? Pour vous aider (...)   Lire la suite >

DÉCONFINEMENT Publié le 27 mai 2020

Une carte des pistes cyclables temporaires et pérennes du Grand Paris

Dans le cadre du déconfinement progressif, pour encourager les déplacements à vélo, la Métropole du Grand Paris et le Collectif Vélo (...)   Lire la suite >

JUSQU'AU

17 JUIN

2020

 

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19)

Cartes Navigo et Imagine R : demandez votre remboursement jusqu'au 17 juin

Lire la suite >

ÉPIDÉMIE SARS-COV-2 (COVID-19) Publié le 19 mai 2020

SNCF : remboursement et échange des voyages sans frais

La circulation ferroviaire reprend progressivement dans le cadre du déconfinement. Cependant, la propagation du coronavirus restant incertaine, (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 JUSTICE

DISCRIMINATIONS Publié le 25 mai 2020

FLAG ! : une application pour signaler des actes de LGBTphobie, sérophobie et de violences conjugales

Insultes, agressions, violences familiales ou conjugales, discriminations... Vous êtes victime ou témoin d'un de ces actes envers des personnes (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 SOCIAL - SANTÉ

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 28 mai 2020

Tests de dépistage du Covid-19 : une prise en charge à 100 %

Test sérologique ou de type RT-PCR, qui peut se faire dépister et où ? Quelle est la prise en charge ? Comment sont transmis les résultats ? (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 28 mai 2020

Une aide exceptionnelle d'urgence de l'Agirc-Arrco aux salariés

Salarié ou dirigeant salarié du secteur privé, vous connaissez des difficultés d'ordre financier du fait de la crise sanitaire ? Vous pouvez (...)   Lire la suite >

VACCINATION Publié le 26 mai 2020

Le calendrier vaccinal 2020

Rappel des vaccinations obligatoires, extension du vaccin contre les infections à papillomavirus humains (HPV), suspension de l'obligation du (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 LOGEMENT

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 26 mai 2020

Syndics de copropriété : les assemblées générales peuvent se tenir à distance

Visioconférence, vote par correspondance, augmentation du nombre de voix portées par un mandataire... Dans le contexte de précautions sanitaires (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 LOISIRS

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 19 mai 2020

Manifestations culturelles ou sportives annulées : peut-on se faire rembourser ?

Festivals, représentations théâtrales, événements sportifs, abonnements aux salles de sport privées... Vous avez pris des billets pour des (...)   Lire la suite >

Épidémie Coronavirus (Covid-19) : ce qu'il faut savoir

Publié le 28 mai 2020

Informations générales, déconfinement et déplacements, travail, santé, aides sociales, justice, citoyenneté, initiatives solidaires, garde (...)   Lire le dossier >

À LIRE

Citoyenneté et République

Comment l'histoire nous éclaire-t-elle sur les mutations et les adaptations de nos démocraties et le présent ?   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/grey.png") center center repeat-x;">

AGENDA

DU

20 AVR.

AU

12 JUIN

2020

 

IMPÔT SUR LE REVENU

Déclaration d'impôt 2020 sur les revenus 2019 : les dates varient selon le département de résidence

Lire la suite >

DU

15 MAI

AU

02 JUIL.

2020

 

RECRUTEMENT

Fonction publique d'État : le calendrier des concours

Lire la suite >

 

Covid-19 - Faut-il passer un test sérologique ? La liste des tests sérologiques officiellement validés a été publiée. De nombreuses personnes se sont déjà rendues en laboratoire pour en passer un. Mais les recours médicalement justifiés sont assez rares.
Lire la suite
Arnaques sur Internet - Les repérer, bien réagir, s’en prémunir Achats, paiement des impôts, appels aux dons… Que Choisir décrypte les principales arnaques et vous donne des conseils pour vous en protéger ou réagir si vous en avez été victime.
Lire la suite
Masques - L’information à la peine Des contrôles de la DGCCRF montrent que les notices des masques ne sont pas toujours présentes. Pour les masques réutilisables en tissu, le nombre de lavages possibles n’est pas toujours indiqué.
Lire la suite
Vélos et vélos électriques - Decathlon lance la location par abonnement Decathlon lance la location de vélo et de vélo électrique sans engagement à Paris et à Lyon. Les tarifs, entre 15 et 75 €/mois, comprennent une garantie contre le vol et l’entretien du vélo.
Lire la suite
Vieillir en forme - C’est possible et vous le faites ! Activité physique régulière, alimentation équilibrée, vie sociale épanouie… ll existe des méthodes éprouvées pour bien vieillir et il n’est jamais trop tard pour les adopter.
Lire la suite
Contrôle technique - Les centres débordés Le 23 juin, c’est la fin de la tolérance pour les automobilistes n’ayant pas pu réaliser le contrôle technique. Désormais, tous se précipitent dans les centres de contrôle, au risque de ne pouvoir passer à temps.
Lire la suite
Covid-19 - Un Covid-Score pour estimer les risques individuels Une équipe de chercheurs a lancé un outil permettant de calculer un score de risque individuel de développer le Covid-19 et d’en décéder. L’idée est d’évaluer le risque pour soi-même mais aussi de comprendre les risques des publics fragiles pour mieux les protéger.
Lire la suite
Aménagement du littoral - Menace sur 8 sites exceptionnels Bandol, Douarnenez, Fouesnant, Port-Vendres, Saint-Cyprien, Saint-Malo… Huit bords de mer jusqu’ici préservés font l’objet de projets d’aménagement massifs.
Lire la suite
Fraude au compteur kilométrique - Et si on s’inspirait de la Belgique ? Si en France on ne dispose d’aucun moyen pour certifier le kilométrage d’une auto, en Belgique, le document Car-Pass indique un suivi précis. Le bilan 2019 démontre son efficacité avec seulement 0,2 % de fraude.
Lire la suite
Casques de moto - Nouvelle norme d’homologation Vieillissante, l’actuelle norme d’homologation des casques 22.05 va être remplacée par la 22.06, plus sévère, en juin 2020. Elle ne sera toutefois imposée aux fabricants qu’à partir de 2023.
Lire la suite
Ingrédients dans les cosmétiques - Le résorcinol épinglé, l’aluminium blanchi Largement utilisés dans les cosmétiques, le résorcinol et l’aluminium viennent de faire l’objet d’avis d’experts qui confortent les choix que nous avons faits dans le cadre de notre application QuelCosmetic.
Lire la suite

 

 

CONFERENCE DE PRESSE

Présentation du 4e rapport de l’Observatoire national du suicide :


« Suicide : quels liens avec le travail et le chômage ?
Penser la prévention et les systèmes d’information »


Mercredi 10 juin 2020 à 10h30
par téléphone

Les informations de connexion à la conférence téléphonique seront envoyées après inscription auprès de :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


L’Observatoire national du suicide présentera son quatrième rapport qui fait un état des lieux des connaissances sur le suicide lié au travail et au chômage. Aujourd’hui, ces connaissances restent parcellaires en l’absence de données sur le lieu de survenue des suicides et la difficulté d’imputer les gestes suicidaires au travail ou au chômage. Malgré ces difficultés, l’Observatoire propose une réflexion sur ce phénomène complexe car multifactoriel. Cette réflexion est complétée par les dernières données disponibles sur le nombre de suicides, de tentatives de suicides et de pensées suicidaires en France dans l’ensemble de la population et pour certaines professions spécifiques.

Ce rapport a été rédigé avant la crise sanitaire liée au Covid-19. Par conséquent, il ne propose pas d‘analyse de l’impact psychologique de cette crise ni de ses effets sur les conduites suicidaires. Certains résultats du rapport peuvent néanmoins éclairer la question des effets de cette crise sanitaire sur les travailleurs selon leur situation professionnelle.

« Présentation du 4e rapport »
Fabrice Lenglart, directeur de la DREES et président délégué de l’ONS


« Portée et significations des suicides en lien avec le travail »
Christian Baudelot, expert de l’Observatoire national du suicide


« Construire la prévention des suicides chez les chômeurs »
Michel Debout, expert de l’Observatoire national du suicide

« Le sujet sensible du traitement médiatique du suicide en période de crise sanitaire »
Charles Edouard Notredame, coordonnateur du programme Papageno et représentant de l’Association nationale de la maison des adolescents à l’Observatoire national du suicide

 

FLASH INFO : ETUDE EXCLUSIVE IFOP x WEEZEVENT 

Les Français & la reprise des activités de divertissement événementiel post-confinement 

Pour diffusion immédiate 

Bonjour,

Le secteur de l'événementiel a été frappé en premier par la crise du COVID-19, et il sera aussi le dernier à pouvoir reprendre une activité "normale".

Alors que 9 Français sur 10 participent à des événements "en temps normal", 93% d'entre eux se déclarent aujourd'hui "en manque" et restent toutefois inquiets de pratiquer à nouveau ces activités dans le contexte actuel. 

Le retour du public dans les salles, stades, cinémas, salons, festivals... est donc un enjeu majeur pour les acteurs de la filière, et plus largement pour l'économie française, tant la culture, le sport, les rencontres et les divertissements ont un rôle de catalyseur pour l'activité économique et sociale du pays.

Pour aider les organisateurs d'événements à préparer une sortie de crise, Weezevent (solution de billetterie en self-service utilisée par plus de 200 000 structures) a lancé en partenariat avec l'IFOP une étude sur la façon dont les Français se projettent vis-à-vis de la pratique d'activités de divertissement et de la participation à des événements dans cette période post-confinement.

À l'intérieur, retrouvez leurs attentes, inquiétudes et budgets prévus quant à la reprise des activités de divertissements événementiels

La lettre Service-Public.fr
Lettre n°978 du 4 juin 2020 Abonnement aux sujets d'actualité  twitter @servicepublicfr  service-public.fr sur Facebook

Établissements, commerces et lieux ouverts ou fermés après le 2 juin 2020 ?

Publié le 03 juin 2020

À partir du 2 juin 2020, la France entre dans la deuxième phase de déconfinement progressif initié le 11 mai dernier. Quels sont les (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 PAPIERS - CITOYENNETÉ

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 03 juin 2020

2 juin 2020 : phase 2 du plan de déconfinement

Compte tenu des indicateurs positifs sur le plan sanitaire, la phase 2 du déconfinement progressif initié le 11 mai a débuté le 2 juin 2020. Cette 2e étape du déconfinement, du 2 au 21 juin 2020, est caractérisée par la levée d'un grand nombre de restrictions concernant les déplacements et les lieux de vie sociale, culturelle et sportive. Les nouvelles règles sont détaillées dans un décret publié le 1 (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 04 juin 2020

Mariages et PACS : reprise des célébrations et des enregistrements

Dans le cadre du déconfinement progressif, il est à nouveau possible depuis le 2  juin 2020 de célébrer les mariages et d'enregistrer les PACS (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 TRANSPORTS

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 03 juin 2020

Phase 2 du déconfinement : déplacements et transports collectifs

Depuis le 2 juin 2020, la France est entrée dans la deuxième phase de déconfinement. Cette nouvelle phase voit la levée des restrictions de (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 04 juin 2020

L'attestation pour l'utilisation des transports en commun aux heures de pointe

Depuis le 11 mai 2020, les mesures de déconfinement progressif ont modifié les restrictions de déplacement qui étaient en vigueur depuis le 17 (...)   Lire la suite >

PLAN DE SOUTIEN À L'AUTOMOBILE Publié le 03 juin 2020

Bonus écologique et prime à la conversion en hausse à partir du 1er juin

Vous voulez acheter ou louer une voiture ? Avez-vous pensé au bonus écologique et à la prime à la conversion ? Dans le cadre du Plan de soutien (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 FAMILLE

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 04 juin 2020

Ephad : rendre visite à un proche est à nouveau possible

À partir du 5 juin 2020, les visites dans les établissements hébergeant des personnes âgées (Ephad) sont assouplies. Cette disposition devrait (...)   Lire la suite >

VIE-PUBLIQUE.FR Publié le 02 juin 2020

Télésurveillance des examens à distance par les universités : que dit la CNIL ?

Les établissements d'enseignement supérieur qui souhaitent mettre en place des dispositifs de télésurveillance pendant les examens à distance (...)   Lire la suite >

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Publié le 29 mai 2020

Parcoursup : qui peut bénéficier de l'Aide à la mobilité ?

Lycéen boursier, vous êtes en train de répondre aux propositions d'admission sur Parcoursup dans les délais indiqués. Sachez que si vous (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 SOCIAL - SANTÉ

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 03 juin 2020

Une consultation médicale gratuite pour les personnes fragiles

Considérée comme personne vulnérable, vous n'avez pas pu consulter votre médecin ou réaliser des examens médicaux pendant le confinement ? Vous (...)   Lire la suite >

ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS (COVID-19) Publié le 02 juin 2020

StopCovid : l'application qui alerte les contacts d'un malade du Covid-19

L'application pour smartphone StopCovid visant à briser les chaînes de contamination du Covid-19 peut être installée à partir du 2 juin 2020. (...)   Lire la suite >

ALLERGIES Publié le 03 juin 2020

Pollens : le point sur les risques allergiques

Rhinite, conjonctivite, asthme... Dans son bulletin du vendredi 29 mai 2020, le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) note la (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 LOGEMENT

ENGIE Publié le 04 juin 2020

Tarifs réglementés du gaz : - 2,8 % au 1er juin 2020

Les tarifs réglementés de vente de gaz d'Engie baissent de 2,8 % en moyenne au 1er juin 2020 par rapport au barème applicable depuis le 1er (...)   Lire la suite >

EXPERTISE JUDICIAIRE Publié le 03 juin 2020

Dans un procès civil, une expertise amiable même en présence de toutes les parties, ne suffit pas

Un rapport d'expertise amiable ne peut être la seule preuve que va retenir un juge, même si toutes les parties ont assisté à l'expertise. C'est (...)   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/darkblue.png") center center repeat-x;">

 ARGENT

IMPÔT SUR LE REVENU Publié le 03 juin 2020

Déclaration d'impôt 2020 sur les revenus 2019 : les dates limites approchent

En raison du contexte sanitaire lié au Coronavirus, des aménagements pour la déclaration des revenus en 2020 sont prévus. Modification du (...)   Lire la suite >

SOLDES 2020 Publié le 04 juin 2020

Le début des soldes d'été décalé au 15 juillet

En raison des difficultés économiques rencontrées par les commerçants pendant la crise sanitaire du Coronavirus Covid-19, les soldes d'été 2020 (...)   Lire la suite >

Épidémie Coronavirus (Covid-19) : ce qu'il faut savoir

Publié le 04 juin 2020

Informations générales, déconfinement et déplacements, travail, santé, aides sociales, justice, citoyenneté, initiatives solidaires, garde (...)   Lire le dossier >

À LIRE

Comprendre les enjeux des élections municipales et participer au débat

Une sélection d'ouvrages : institutions, décentralisation, prolifération des fake news ...   Lire la suite >

https://www.service-public.fr/resources/v-f038699589/web/img/courriel/lettreV2/grey.png") center center repeat-x;">

AGENDA

À PARTIR DU

01 JUIN

2020

 

AUTO-ÉCOLES ET ÉLÈVES-CANDIDATS

Permis de conduire : un nouveau contrat-type

Lire la suite >

DU

15 MAI

AU

02 JUIL.

2020

 

RECRUTEMENT

Fonction publique d'État : le calendrier des concours

Lire la suite >

Loyers impayés, une bombe à retardement post-Covid ?

nformation presse - Wizi - Mai 2020

Post-Covid, y'aura-t-il une vague de loyers impayés qui pénalisera les 3 millions de Français propriétaires bailleurs ?
Wizi, qui a constaté une hausse d'environ 5% de loyers impayés pendant le confinement, ne peut pas l'exclure. Le modèle de cette startup immobilière, qui fluidifie et sécurise toutes les étapes de la location de longue durée entre particuliers, se révèle donc particulièrement pertinent en période de crise, pour les propriétaires comme pour les locataires, puisqu'elle assure aux propriétaires que le loyer sera bien payé le 5 de chaque mois et n'exige ni garant ni CDI pour valider le dossier d'un locataire.

« Les loyers impayés sont sans doute la bombe retardement du confinement, estime Julien Lozano, CEO de Wizi. Nous avons constaté seulement 5% d'impayés supplémentaires pendant cette période, mais nous redoutons que cette "bonne nouvelle" soit en trompe l'œil. Les impayés s'additionnent les uns aux autres et créent des situations de plus en plus inextricables. Et les appels à la grève des loyers que nous avons entendus pendant le confinement, comme par exemple à New York, doivent inciter les propriétaires bailleurs français à souscrire une Garantie Loyers Impayés (GLI) (seuls 15% le font) où faire confiance à Wizi pour que le loyer leur soit payé chaque 5 du mois, que le locataire l'ait réglé ou pas. »

Wizi est une start-up qui opère sur un marché de 3,2 milliards d'euros en France et de plus de 15 milliards d'euros en Europe. Elle se rémunère à l'aide d'une commission mensuelle sur les loyers encaissés. Ce « Airbnb de la location longue durée » propose actuellement plusieurs milliers de biens à la location et ambitionne de réaliser un volume d'affaires de 6 millions d'euros en France en 2020, avant de dupliquer son modèle en Europe.
Lancée par trois cofondateurs aux expertises complémentaires, la nouvelle plate-forme Wizi n'a pas que des objectifs business. Elle aspire aussi à créer plus de solidarité sur son marché. « Avant Wizi, l'immobilier locatif de longue durée n'avait pas bougé depuis 30 ans. Disrupter ce marché, c'est aussi jouer un rôle social auprès des propriétaires comme auprès de toutes les personnes qui ne sont pas en CDI depuis 3 mois et qui ont du mal à se loger », explique Julien Lozano.
Une proposition de valeur unique à l'heure où Aurélien Taché, député LREM du Val-d'Oise et Président du Conseil National de l'Habitat, propose de créer un fonds d'indemnisation de 200 millions d'euros pour rembourser les impayés de loyers auprès des propriétaires.

 

 

 

 

Forfait B&You 20 Go - Augmentation surprise de 80 % ! Bouygues Télécom vient d’annoncer à certains de ses abonnés que leur forfait B&You 20 Go à 4,99 €/mois passerait bientôt à 8,99 €/mois, soit une augmentation de 80 % !
Lire la suite
Covid-19 - Faut-il choisir un masque chirurgical ou en tissu ? La consigne est désormais au port du masque dans la plupart des lieux publics et on a le choix entre masques chirurgicaux et masques en tissu. Mais se valent-ils ?
Lire la suite
Trottinettes et vélos électriques - Quelle assurance choisir ? Avec le déconfinement et la volonté d’éviter les transports en commun, les engins de déplacement personnel motorisés arrivent en masse sur les voies publiques. Comment bien s'assurer ?
Lire la suite