Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 28/01/2020, 15:39 par Claire Mollien
d-autres-lectures-concernant-les-retraites-l-immobilier-l-environnementMerci Pierre-Jean Llorens pour tous ces partages dès ce début d'année ... Etude : Quelle image les Français ont-ils du logement...
Publié le 28/01/2020, 15:03 par Claire Mollien
Bonjour à toutes et à tous, Certain(es) diront : "Le Réseau du Triangle n'est plus ce qu'il était"!. Ils n'auront pas tort. Les...
Publié le 28/01/2020, 15:24 par Claire Mollien
debut-d-annee-quelles-sont-les-pistes-les-tendancesavec, comme toujours, un immense merci à Pierre-Jean Llorens pour son active participation à cette revue de presse sociale plutôt...

avec un grand merci à Pierre-Jean Llorens, inlassablement, pour sa contribution à toutes ces revues de presse.. certes, celle-ci est plutôt tardive de deux semaines, mais bon, quand on aime on ne compte pas ... () ...

Déjà, en partage, un texte reçu concernant cette période très particulière que nous vivons tous, confinés, partout dans

le Monde, ou presque ..

"Moustapha Dahleb  la plus belle plume tchadienne, a écrit:

L'HUMANITÉ ÉBRANLÉE ET LA  SOCIÉTÉ EFFONDRÉE PAR UN PETIT MACHIN.

Un petit machin microscopique appelé coronavirus bouleverse la planète. Quelque chose d'invisible est venu pour faire sa loi. Il remet tout en question et chamboule l'ordre établi. Tout se remet en place, autrement, différemment.

Ce que les grandes puissances occidentales n'ont pu obtenir en Syrie, en Lybie, au Yemen, ...ce petit machin l'a obtenu (cessez-le-feu, trêve...).

Ce que l'armée algérienne n'a pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (le Hirak à pris fin).

Ce que les opposants politiques n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (report des échéances électorales. ..).

Ce que les entreprises n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu (remise d'impôts, exonérations, crédits à taux zéro, fonds d'investissement, baisse des cours des matières premières stratégiques. ..).

Ce que les gilets jaunes et les syndicats  n'ont pu obtenir, ce petit machin l'a obtenu ( baisse de prix à la pompe, protection sociale renforcée...).

Soudain, on observe dans le monde occidental le carburant a baissé, la pollution a baissé, les gens ont commencé à avoir du temps, tellement de temps qu'ils ne savent même pas quoi en faire. Les parents apprennent à connaître leurs enfants, les enfants apprennent à rester en famille, le travail n'est plus une priorité, les voyages et les loisirs ne sont plus la norme d'une vie réussie.

Soudain, en silence, nous nous retournons en nous-mêmes et comprenons la valeur des mots solidarité et vulnérabilité. 

Soudain, nous réalisons que nous sommes tous embarqués dans le même bateau, riches et pauvres. Nous réalisons que nous avions dévalisé ensemble les étagères des magasins et constatons ensemble que les hôpitaux sont pleins et que l'argent n'a  aucune importance. Que nous avons tous la même identité humaine face au coronavirus. 

Nous réalisons que dans les garages, les voitures haut de gamme sont arrêtées juste parce que personne ne peut sortir.

Quelques jours seulement ont suffi à l'univers pour établir l'égalité sociale qui était impossible à imaginer.

La peur a envahi tout le monde. Elle a changé de camp. Elle a quitté les pauvres pour aller habiter les riches et les puissants. Elle leur a rappelé leur humanité et leur a révélé leur humanisme.

Puisse cela servir à réaliser la vulnérabilité des êtres humains qui cherchent à aller habiter sur la planète mars et qui se croient forts pour clôner des êtres humains pour espérer vivre éternellement.

Puisse cela servir à réaliser la limite de l'intelligence humaine face à la force du ciel.

Il a suffi de quelques jours pour que la certitude devienne incertitude, que la force devienne faiblesse, que le pouvoir devienne solidarité et concertation.

Il a suffi de quelques jours pour que l'Afrique devienne un continent sûr. Que le songe devienne mensonge.

Il a suffi de quelques jours pour que l'humanité prenne conscience qu'elle n'est que souffle et poussière.

Qui sommes-nous ? Que valons-nous ? Que pouvons-nous face à ce coronavirus ?

Rendons-nous à l'évidence en attendant la providence.

Interrogeons notre "humanité" dans cette "mondialité" à l'épreuve du coronavirus.

Restons chez nous et meditons sur cette pandémie.

Aimons-nous vivants !"

 

 

MESSAGE DE POLE EMPLOI

A compter du lundi 16 mars 2020, les agences de pôle emploi adaptent leur fonctionnement pour continuer de vous accompagner. Nos conseillers sont donc disponibles par téléphone au 39 49 et par mail via votre espace personnel sur pole-emploi.fr. Vous pouvez y effectuer toutes vos démarches en ligne (actualisation, changement de situation, etc.).

Privilégiez le 3949 ou le mail, une réponse rapide vous sera apportée.
Si vous ne pouvez ni téléphoner ni nous joindre par mail, vous pouvez venir en agence : nous nous organisons pour vous accueillir ou vous proposer un RV.
Dans ce cas, pour préserver la santé de tous, respectons ensemble les gestes suivants : se laver les mains très régulièrement, tousser ou éternuer dans son coude, saluer sans se serrer la main, utiliser des mouchoirs à usage unique, les jeter, et respecter une distance d'un mètre entre nous.

Vous avez besoin d'une assistance particulière pour vous inscrire ou vous actualiser : une assistance téléphonique au 3949 est à votre disposition pour vous aider à vous inscrire en ligne. Si vous n'avez aucun accès à un ordinateur, vous pourrez toutefois le faire en agence. Vous pourrez par ailleurs vous actualiser au téléphone, au 3949.

Vous deviez être à un entretien, un atelier ou à une formation : toutes les invitations à vous rendre dans l'une de nos agences sont annulées. Vous recevrez de nouvelles informations directement par votre conseiller. Si vous suivez une formation ou des ateliers organisés par un autre organisme : votre formateur ou accompagnateur reviendra vers vous pour vous indiquer les solutions possibles (proposition de suivi à distance, report,…).

Dans cette période difficile, tous les collaborateurs de Pôle emploi sont plus que jamais à votre écoute, et adaptent leurs services à cette situation exceptionnelle.

Cordialement.

L'équipe Pôle emploi

 

 

 

Sélection d’offres d’emploi sur mesure

 
Apollo SAS
Rédacteur(ice) Web

Apollo SAS · 69007, Lyon, Auvergne-Rhône-Alpes, France

check icon  

Compétences correspondantes : Design graphique, Marketing, Journalisme et 7 de plus

LinkedIn  

Candidature simplifiée

 
 
WorldSkills France - COFOM
CHEF(FE) DE PROJET JUNIOR COORDINATEUR (TRICE) DES OPERATIONS EVENEMENTIELLES

WorldSkills France - COFOM · 69100, Villeurbanne, Auvergne-Rhône-Alpes, France

Anne-Lise  

1 relation travaille ici

LinkedIn  

Candidature simplifiée

 
 
FRANCO SUISSE
ASSISTANT(E) POLYVALENT (E) H/F

FRANCO SUISSE · Annecy, Auvergne-Rhône-Alpes, France

LinkedIn  

Candidature simplifiée

 
 
ORPHOZ
Consultant.e junior

ORPHOZ · Lyon, Auvergne-Rhône-Alpes, France

École Supérieure de Commerce Et de Management - ESCEM  

1 ancien étudiant travaille ici

 
 
Micropole
Chef de projets web

Micropole · Villeurbanne, FR

Yohann  

1 relation travaille ici

LinkedIn  

Candidature simplifiée

 
 
TransPerfect
French Speakers - Language Data Analyst

TransPerfect · Greater Lyon Area

École Supérieure de Commerce Et de Management - ESCEM  

2 anciens étudiants travaillent ici

 
 
Département de l'Isère
Assistant social de polyvalence H/F - NOUVEAU

Département de l'Isère · Le Péage-de-Roussillon, Auvergne-Rhône-Alpes, France

Severine  

1 relation travaille ici

 
 
FORGET FORMATION
Conseiller en formation

FORGET FORMATION · Lyon et périphérie

clock icon  

Soyez parmi les 3 premiers candidats

 
 
SUEZ France
Responsable Communication

SUEZ France · Lyon, FR

Andi  

1 relation travaille ici

 
 
TERCIO RH
Assistant commercial (h/f)

TERCIO RH · 69150, Décines-Charpieu, Auvergne-Rhone-Alpes, France

clock icon  

Soyez parmi les 19 premiers candidats

LinkedIn  

Candidature simplifiée

 
Voir plus d’offres d’emploi

 

 

POUR LES AUTO ENTREPRENEURS :

https://www.youtube.com/watch?v=FDF7jfXU6Sc  

 

 

RhoneAlpesJob
Bonjour Claire,
De nouvelles offres correspondent à votre alerte RhoneAlpesJob pour : Ma JobAlerte

Assistant Commercial et Administratif H/F
Travail temporaire - Saint-Étienne - 42
Toma Intérim

Hier

Assistant Administratif et Commercial H/F
Travail temporaire - Lozanne - 69
Toma Intérim

Hier

Assistant Commercial H/F
Travail temporaire - Saint-Étienne - 42
Toma Intérim

Hier

Ingénieur Commercial Eti - Grands Comptes H/F
CDI - Lyon - 69
UPTOO

Il y a 1 jours

Commercial Grands Comptes Industrie H/F
CDI - Lyon - 69
UPTOO

Il y a 1 jours

Ingénieur Commercial H/F
CDI - Clermont-Ferrand - 63
ENGIE Solutions

Hier

Ingénieur Commercial - Daffaires - Division R&D H/F
CDI - Villeurbanne - 69
Aeos Consultants

Hier

 

 

Routiers, un métier qui subit des préjugés ? Les acteurs de terrain

Alors que le secteur du TRM (Transport Routier de Marchandise) est en pleine croissance (+3.6 points de croissance du chiffre d'affaire en 2018*), il est touché, sur l'ensemble du territoire national, par une pénurie de main d'œuvre et souffre encore d'une image négative auprès du grand public et des jeunes.

Pourtant, la branche professionnelle du Transport et les acteurs de terrain (Carcept Prev, AFTRAL, AFT …) se mobilisent depuis de nombreuses années pour redorer l'image de cette profession attractive et améliorer considérablement la qualité de vie au travail. Tournée de prévention « Transportez-vous bien », développement de programme de santé « Nutrition » et « Sommeil », formation aux gestes de premier secours, accompagnement de l'emploi des personnes en situation de handicap dans le transport … des mesures d'envergure sont prises pour fidéliser les salariés et attirer de nouvelles recrues.

Depuis 8 ans, la branche organise aussi le plus grand concours des professionnels du TRM sur le territoire national : le Trophée des routiers. Un concours qui a l'ambition de montrer le professionnalisme et l'engagement des professionnels du transport routier. Depuis le 1er mars, les inscriptions sont ouvertes pour s'inscrire à la 4ème édition de ce Trophée et tenter de devenir LE meilleur chauffeur routier de France. Au programme : des épreuves dans chaque région de France (théoriques et pratiques) et une grande finale nationale en septembre.

Pour plus d'infos sur https://www.carcept-prev.fr/le-trophee-des-routiers-2020.

 

 

RhoneAlpesJob
Bonjour Claire,
De nouvelles offres correspondent à votre alerte RhoneAlpesJob pour : Ma JobAlerte

Technico-Commercial H/F
CDI - Lyon - 69
De Graët Consulting

Hier

Conseiller de Clientèle Professionnels - Entité Commerciale H/F
CDD - Tassin-la-Demi-Lune - 69
Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes

Hier

Consultant Commercial Immobilier H/F
CDI - Lyon - 69
CBRE

Hier

Technico Commercial H/F
Alternance - Lyon - 69
IFAG Lyon

Hier

Technico-Commercial Itinérant Secteur Industriel H/F
CDI - Chambéry - 73
Sixième Sens RH

Hier

 

Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite

 

 

Une première sur Saint-Étienne !

Pôle emploi et ses partenaires vous invitent à participer à une action de découverte des métiers dans un format original et interactif : le 7 et le 8 avril 2020 au Zénith de Saint-Étienne (voir détail en pièce jointe).

3 secteurs qui recrutent sur notre territoire : l'industrie, le bâtiment, le transport.
15 métiers présentés
1 parcours de découverte

A l'issue, vous pourrez échanger librement avec des professionnels de l'emploi et de l'orientation pour partager et construire votre projet.

Cordialement,
Pôle emploi Loire

 

 

chef de projet erp en cdi client final a marseille

-Chef de projet ERP, salaire de 55/60 ke pour un CDI client final

Si vous êtes interessés, merci de nous faire parvenir un CV,

  

Hervé Dulaire

IT Resourcer

ITProject-search

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

SALAIRES DES CADRES :
CE QUE VEULENT LES FEMMES


 
Paris, le 3 mars 2020 – Le cabinet Robert Walters dévoile les résultats de son étude de rémunération en se focalisant sur les attentes salariales des femmes. Selon l'enquête réalisée auprès de plus de 1 900 cadres, 70% des femmes s'attendent à recevoir une augmentation cette année.

L'étude de rémunération Robert Walters 2020* affirme que 80% des cadres sont confiants quant au marché de l'emploi dans leur domaine d'activité. Parmi eux, les hommes sont particulièrement optimistes, puisqu'ils sont 82% à affirmer avoir confiance en l'avenir contre seulement 76% des femmes interrogées.  

DEMANDER UNE AUGMENTATION : UNE AFFAIRE D'HOMMES ?

Selon l'enquête, 75% des hommes s'attendent à recevoir une augmentation en 2020 contre seulement 70% des femmes. Parmi elles, 35% espèrent une hausse supérieure à 4%, alors même que Robert Walters prévoit une moyenne des augmentations de salaires des cadres comprise entre 2% et 3% cette année.

En outre, si les hommes sont plus nombreux à attendre une augmentation, ils seront également un plus grand nombre à oser la réclamer à leur employeur. En effet, 63% des hommes interrogés envisagent de demander une augmentation au cours de l'année, contre seulement 52% des femmes.

CONFIANCE DU MANAGEMENT VERSUS SALAIRE

Si la rémunération reste un élément important en termes d'attractivité des candidats, il apparaît que cet aspect purement financier ne soit pas le plus important pour fidéliser les femmes à l'entreprise. En effet, elles sont seulement 33% à affirmer que le salaire est très important dans leur satisfaction professionnelle.

Pour les femmes cadres, c'est la confiance accordée par le management qui est déterminante, puisque 69% d'entre elles affirment que c'est un élément très important pour leur épanouissement professionnel, contre seulement 56% des hommes interrogés. Les cadres n'hésitent d'ailleurs plus à quitter une entreprise dès lors qu'ils sont en désaccord avec les pratiques managériales**.


 
Découvrez l'intégralité de
l'Etude de rémunération Robert Walters 2020

 

 
*Enquête candidat Robert Walters réalisée auprès de plus de 1 900 candidats en septembre 2019
**Livre blanc Robert Walters,  Intégration et fidélisation des talents : les clés d'un recrutement réussi


Méthodologie de l'étude

  • Etude de rémunération Robert Walters 2020 : données issues d'entretiens réalisés auprès de 50 000 candidats et clients en France, de janvier à décembre 2019.
  • Enquête candidat Robert Walters France : enquête réalisée auprès de plus de 1 900 candidats interrogés en ligne en septembre 2019 en France.
  • Baromètre de l'emploi Robert Walters 2019 : Etude réalisée sur la base des données du site www.jobfeed.fr, agrégateur recensant l'ensemble des offres d'emploi parues sur tous les job boards et sites carrières des entreprises. Les volumes présentés sont les volumes d'offres cadre/non cadre recensées sur la période du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2019 (en comparaison avec la même période en 2018). L'étude se limite aux fonctions suivantes : Achats & Supply Chain, Assurance, Avocats, Banque, Conseil, Construction, Finance, Immobilier, Ingénieurs, IT & Digital, Juridique, Fiscal et Conformité, Sales & Marketing, Santé, Ressources Humaines.

 
A propos de Robert Walters – www.robertwalters.fr

Référence mondiale du recrutement spécialisé, Robert Walters intervient sur le recrutement de cadres en top et middle management dans les domaines d'activité suivants : Finance, Banque, Assurance, Ressources Humaines, Juridique & Fiscal, Private Practice, IT & Digital, Ingénieurs, Logistique & Achats, Immobilier & Construction, Retail & Grande Consommation, Conseil et Santé. Le cabinet a également développé une activité de Management de Transition, qui répond aux besoins urgents et stratégiques des entreprises pour faire face à des situations de changement, de crise ou d'internationalisation.
 

3808an$IN127801583146530385@VWP21DB02" width="160" style="box-sizing: content-box; vertical-align: middle; line-height: 1.4em; max-width: 10000px; width: 160px; height: 48px;">

Communiqué de presse

Paris, 2 mars 2020

Etude 2020 de l'Observatoire SKEMA de la féminisation des entreprises :

Les entreprises du CAC 40 excluent les femmes de l'Olympe de la gouvernance

L'édition 2020 de l'Etude de l'Observatoire SKEMA de la Féminisation des entreprises dirigée par le Professeur Michel Ferrary, chercheur affilié à SKEMA Business School analyse chaque année la place des femmes au plus haut niveau de l'entreprise.

Principal enseignement de l'étude 2020 malgré les avancées rendues possibles par la loi Copé-Zimmermann, les femmes demeurent très largement exclues de l'Olympe de la gouvernance, à savoir présidence et direction générale.

Pourtant, l'étude montre qu'un portefeuille composé d'actions d'entreprises dont l'encadrement est féminisé à plus de 40% surperforme le CAC40 et le portefeuille des entreprises les plus masculines à la fois sur le long terme et lors de la crise financière de 2008.

L'ascenseur législatif vers les conseils d'administration

L'étude souligne les effets positifs de la loi    Copé-Zimmermann sur la féminisation des conseils d'administration : Au 1er janvier 2019, la quasi-totalité des entreprises du CAC40 domiciliées en France étaient au-delà du quota de 40% de femmes dans leur conseil d'administration (moyenne du CAC40+20: 42.53%).

L'exclusion de l'olympe de la gouvernance

L'Observatoire SKEMA de la féminisation des entreprises livre un résultat sans appel : les femmes occupent seulement 3,33% des 120 postes de président et/ou directeur général des 60 plus grandes entreprises du CAC40+20 : 0 femmes PDG, 2 femmes présidentes du conseil d'administration, 2 femmes directrices générales.

Les évadés sociaux du CAC40+20

Ce sont les groupes qui s'expatrient pour éviter le quota de 40% de femmes dans le conseil d'administration imposé par la loi Copé-Zimmermann.

Sur les 7 entreprises qui sont les plus éloignées du quota de 40%, la plupart sont juridiquement domiciliées dans des pays étrangers non soumis à des quotas ou soumis à des quotas plus faibles: Airbus 25% (Pays-Bas), TechnipFMC 21,43% (Royaume-Uni), SES 25%, ArcelorMittal 33,33% (Luxembourg) et STMicroelectronics 33,33% (Suisse).

L'irréductible plafond de verre pour accéder aux comités exécutifs: diversité et  exclusion ?

Les femmes ne représentent que 17.49% des comités exécutifs alors qu'elles représentent 32.97% de la population des cadres, vivier traditionnel de recrutement des dirigeants. L'épaisseur du plafond de  verre est bien réelle : 15.48. La stabilité de cette faible représentation au cours des années milite pour l'instauration de quotas de femmes dans les comités exécutifs.

Index d'inégalité

Il met en évidence les entreprises qui discriminent le plus et le moins les femmes en matière de promotion professionnelle. L'étude remet le Prix citron à Hermès et le Prix orange à Sodexo.

La bipolarisation sexuelle des grandes  entreprises :

Michel Ferrary constate une rupture de plus en plus marquée entre les entreprises très féminisées (pourcentage élevé de femmes dans les effectifs et l'encadrement) qui ont des difficultés à recruter des hommes et les entreprises peu féminisées (pourcentage faible de femmes dans les effectifs et dans l'encadrement) qui ont des difficultés à recruter des femmes.

Le Gender Equality Index surperforme les performances boursières du CAC40 et du Male Index

Un portefeuille composé d'actions d'entreprises dont l'encadrement est féminisé à plus de 40% surperforme le CAC40 et le portefeuille des entreprises les plus masculines à la fois sur le long terme et lors de la crise financière de 2008.

Retrouvez l'intégralité de l'Etude 2020

de l'Observatoire SKEMA de la féminisation des entreprises :

https://www.skema-bs.fr/facultes-et-recherche/recherche/observatoire-de-la-feminisation

Depuis 2007, à l'initiative de son fondateur, le professeur Michel Ferraryl'Observatoire SKEMA de la féminisation des entreprises analyse l'évolution du pourcentage de femmes dans les conseils d'administrationles comités exécutifsl'encadrement et les effectifs des 60 plus grandes entreprises  privées françaises (CAC40 + CAC Next 20).

Il analyse également le lien entre la féminisation des différents niveaux hiérarchiques (conseils d'administration, comités exécutifs, encadrement et effectifs) et leurs performances économiques et financières (croissance, rentabilité, cours de bourse...).

Les travaux de l'Observatoire SKEMA de la féminisation des entreprises ont fait l'objet de nombreuses publications académiques et présentations dans des conférences scientifiques.

À propos de Michel Ferrary

Michel Ferrary est chercheur affilié à SKEMA Business School depuis 2001 Il est le fondateur de l'Observatoire SKEMA de la Féminisation des Entreprises. Son parcours académique est exemplaire : Docteur en Sciences de Gestion (HEC Paris - 1997), HDR ; il a enseigné dans les plus Grandes Ecoles françaises et est reçu en tant que professeur visitant dans les plus prestigieuses universités américaines (Harvard et Stanford). Il a également réalisé différentes missions de conseil sur les questions de diversité et de performance des organisations auprès de grands comptes (AccentureKering, Mazars, Engie, EMC...) et d'administrations : ministère de la Défense, ministère de l'Intérieur, ministère des Affaires sociales, confédération helvétique, etc.

Michel Ferrary est également professeur à l'Université de Genève depuis 2010 et membre du Haut Conseil à l'Egalité entre les femmes et les hommes depuis 2019.

Michel Ferrary axe ses principales recherches dans les domaines tels la sociologie et l'économie des organisations, le management des ressources humaines, le management des réseaux sociaux, et l'entrepreneuriat...

À propos de SKEMA Business School

Avec 8 500 étudiants de 120 nationalités et 45 000 diplômés présents dans 145 pays, SKEMA Business School est une école globale qui, par sa recherche, ses 50 programmes d'enseignement, sa structure multi-site internationale forme et éduque les talents dont ont besoin les entreprises du XXIe siècle. Désormais, l'école est présente sur 7 sites : 3 campus en France

(Lille, Sophia-Antipolis, Paris), 1 en Chine (Suzhou), 1 aux Etats- Unis (Raleigh), 1 au Brésil (Belo Horizonte) et 1 en Afrique du Sud (Le Cap - 2020). En septembre 2019, l'école a annoncé l'implantation à Montréal de SKEMA GLOBAL LAB in Augmented Intelligence, son laboratoire de recherche en intelligence augmentée et de son nouveau centre de R&D : SKEMA Quantum Studio.

SKEMA est multi-accréditée - EQUIS, AACSB et AMBA - et fait partie des institutions pilotes à bénéficier de « EFMD Accredited Programme » pour son Global Executive MBA.

www.skema-bs.fr. Suivez-nous sur twitter : @SKEMA_BS

 

 Paris, le 27 février 2020

 
 

SOUS EMBARGO

Jusqu'au 28 février 2020 à 6 heures

 
 

À PARAÎTRE :

Au titre de la politique familiale, les dépenses sociales et fiscales liées aux enfants atteignent 4,7 % du PIB en 2017 Compte de l’enfance

Céline Pilorge, Morgane Glotain, Laure Omalek
Coll.Les Dossiers de la DREES, n°50,

Drees, février.

 

Le compte de l’enfance mesure les dépenses sociales et fiscales liées aux enfants au titre de la politique familiale. Cette étude actualise et complète la précédente édition du compte de l’enfance, publiée par la DREES en 2015, qui ne portait que sur les données 2013. Dans cette nouvelle édition, les dépenses sociales et fiscales liées aux enfants sont présentées pour six années, entre 2012 et 2017.

Selon le périmètre retenu, les dépenses sociales et fiscales liées aux enfants sont évaluées entre 63 et 107 milliards d’euros en 2017, soit entre 2,7 % et 4,7 % du PIB. Elles représentent entre 3 700 euros et 5 000 euros par an par enfant de moins de 21 ans. Ces dépenses sont définies selon deux périmètres : un périmètre « cœur », retraçant l’ensemble des prestations qui n’existeraient pas s’il n’y avait pas d’enfant (allocations familiales, prestation d’accueil du jeune enfant, etc.), et un périmètre « étendu », incluant d’autres dispositifs sociaux-fiscaux, plus larges, de la politique familiale (quotient familial pour le calcul de l’impôt sur le revenu, droits familiaux de retraite, etc.).

Entre 2012 et 2017, si les dépenses sociales et fiscales liées aux enfants ont été globalement stables, elles recouvrent des évolutions contrastées. Le « cœur » des dépenses en faveur des enfants augmente en moyenne de 1,2 % par an en valeur. Cette évolution atone en volume masque un fort ralentissement des dépenses en 2014 et en 2015, suivi d’une stabilité en 2016 et d’une légère accélération en 2017. Ce ralentissement s’explique notamment par les réformes de la Prestation d’accueil du jeune enfant (Paje) et des allocations familiales, qui se traduisent par un ciblage accru de ces prestations vers les familles les plus modestes.

Sur un périmètre plus large, étendu notamment au quotient familial et aux suppléments familiaux de certaines prestations sociales, les dépenses liées aux enfants augmentent légèrement en valeur (+0,7 % par an en moyenne). Si les suppléments de prestations au titre des enfants (RSA, allocation logement, etc.) contribuent positivement à la croissance, ils sont plus que compensés par la contraction des dépenses liées au quotient familial. En effet, l’abaissement du plafonnement de cet avantage fiscal en 2013 puis 2014 en a réduit l’ampleur, notamment chez les ménages les plus aisés. En intégrant l’évolution démographique, la dépense sociale moyenne par enfant se contracte légèrement entre 2012 et 2017 (–0,4 % par an en moyenne en volume).

De façon générale, sans augmentation globale des dépenses, les politiques familiales sur la période et le plan de lutte contre la pauvreté de 2013 ont recentré les aides vers les familles les plus modestes.

________________________________________________________________

CONTACT PRESSE :

Souphaphone Douangdara,  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  - 01 40 56 81 97

 

Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite
Franchise Expo Paris 2020
Lire la suite
Lire la suite
Lire la suite

La Maison des Services de Pélussin organise pour la deuxième année un RALLYE POUR L'EMPLOI DANS LE PILAT RHODANIEN
Cette action a pour but de redynamiser la recherche d'emploi par le biais de visites d'entreprises.
Être disponible les 1, 2, 3 Avril avec des CV !


Réunion d'Information Collective le jeudi 5 mars 14h00 auprès de la  Maison des Services du Pilat Rhodanien.


+ d'infos 04 74 56 75 60

Pour 95% des Français, la discrimination raciale existe encore au travail

65% pensent que la discrimination raciale au travail est encore plus présente qu'avant

74% des Français n'ont jamais eu de patron de couleur

Les critères les plus discriminatoires pour trouver un emploi : la religion à 22% et le nom de famille à 21%

49% des Français ont déjà été victimes d'un acte raciste au travail... Et 75% en ont déjà été les témoins

Pourtant, 95% des Français pensent les compétences ne sont pas liées aux apparences

 

Paris, 16 mars 2020

Le monde (du travail) est-il de plus en plus discriminatoire ?

À l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale du 21 mars 2020, c'est la question que QAPA, la plateforme de recrutement par l'intérim, a posé à plus de 4,5 millions de candidats et 135 000 recruteurs afin de savoir si certaines mentalités en entreprise avaient évolué. Les choses semblent en effet avoir changées, mais peut-être pas dans le bon sens...

Lien officiel : www.qapa.fr

*Méthodologie : Sondage réalisé entre le 10 et 13 mars 2020 auprès de 4,5 millions de candidats et 135 000 recruteurs sur QAPA. Parmi ces personnes interrogées, 52% d'entre eux sont des non-cadres et 48% sont des cadres. Toutes les informations mises en avant par les candidats sont déclaratives.

La discrimination au travail augment-t-elle ?

Lorsque 65% des Français déclarent trouver que la discrimination raciale au travail est encore plus présente qu'avant et que plus de 31% considèrent qu'elle diminue un peu, il semblerait que la lutte pour l'égalité entre les hommes et les femmes soit bien loin d'être gagnée.

Pensez-vous que la discrimination raciale au travail est encore présente en France ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui encore plus qu'avant

65%

62%

67%

Oui mais moins qu'avant

31%

33%

29%

Non plus du tout

5%

5%

4%

Toujours pas de patrons de couleur... ni de DRH !

Déjà en 2017, QAPA révélait dans un sondage que 75% des femmes et 63% des hommes n'avaient jamais eu de dirigeants ou bien de supérieurs hiérarchiques de couleur. Les choses sont encore pires en 2020 puisque 78% des femmes et 69% des hommes n'ont toujours pas eu de chef de couleur.

Même constat pour les postes de direction des Ressources Humaines puisque 89% des Français n'ont jamais passé d'entretien d'embauche avec une personne de couleur.

Avez-vous déjà eu un patron ou supérieur hiérarchique de couleur ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

27%

22%

31%

Non

74%

78%

69%

Avez-vous déjà passé un entretien d'embauche avec un DRH de couleur ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

12%

14%

9%

Non

89%

86%

91%

La religion avant la couleur

La couleur de peau ne semble plus être le critère discriminatoire le plus important pour trouver un emploi. En effet, pour 22% des Français c'est la religion qui occasionne le plus de discrimination, devant le nom de famille à 21% et la couleur de la peau qui n'arrive qu'à la troisième place avec 18%.

Selon vous, quel est le critère le plus discriminant en France pour trouver un emploi ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Sa couleur de peau

18%

19%

17%

Sa religion

22%

21%

23%

Son lieu d'habitation

14%

14%

15%

Son origine ethnique

15%

14%

16%

La connotation de son nom de famille

21%

21%

19%

Son accent

9%

9%

10%

Autre

1%

2%

1%

Toujours plus de victimes

Les actes racistes au travail semblent être en pleine explosion. En effet, en 2017, 32% de répondants avouaient avoir été victimes d'un acte raciste sur le lieu de travail. Ce chiffre grimpe à 49% en 2020 !

Un fait conforté par le nombre de personne ayant été témoin d'un acte raciste puisque 71% des femmes et 78% des hommes disent avoir été dans ce cas.

Avez-vous déjà été victime d'un acte raciste au travail ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

49%

57%

41%

Non

51%

43%

59%

Avez-vous déjà assisté à un acte raciste au travail ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

75%

71%

78%

Non

26%

29%

22%

Compétences ne rime pas avec apparences

Point positif : 95% des Français pensent heureusement que la couleur de la peau ou l'apparence physique ne sont pas du tout liées à un gage de sérieux ou à de meilleures compétences.

Pensez-vous que la couleur de la peau ou l'apparence physique est synonyme de plus de sérieux et de meilleures compétences ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

5%

6%

4%

Non

95%

94%

96%

QAPA en 4 chiffres :

+500 entreprises clientes,

+10 000 intérimaires salariés par QAPA,

+50% des offres d'emploi reçoivent des profils disponibles en moins de 4 heures,

20% des intérimaires sont recrutés en CDI après 3 mois de mission.

 

Psychologiquement, combien de temps les Français pensent-ils pouvoir supporter le confinement ?

33% des Français ne restent pas chez eux...

81% des femmes et 78% des hommes craignent la notion de confinement

71% des Français pensent ne pas supporter un confinement de plus de 3 semaines

72% pensent que le confinement va nuire à leur travail

Seulement 1 Français sur 2 arrive à télétravailler efficacement à la maison

57% des Français pensent avoir besoin d'un accompagnement psychologique par la suite...

Mais 89% des entreprises n'en proposent aucun !

Paris, 23 mars 2020

Après une semaine complète de confinementQAPA, la plateforme de recrutement par l'intérim, a voulu savoir comment les Français se sentaient psychologiquement. Un sondage qui révèle que l'obligation de rester à la maison est loin d'être aussi simple que prévu pour la grande majorité des Français.  

Lien officiel : www.qapa.fr

*Méthodologie : Sondage réalisé entre le 17 et 20 mars 2020 auprès de 4,5 millions de candidats et 135 000 recruteurs sur QAPA. Parmi ces personnes interrogées, 52% d'entre eux sont des non-cadres et 48% sont des cadres. Toutes les informations mises en avant par les candidats sont déclaratives.

33% de Français encore dehors...

Il semble que la notion de confinement ne soit pas une contrainte pour la totalité des Français. En effet, si 73% des femmes et 61% des hommes déclarent rester chez eux33% des Français conservent apparemment une activité professionnelle « normale ». En revancheglobalement cette situation de confinement provoque un sentiment de crainte chez 79% des personnes interrogées.

Subissez-vous la contrainte de confinement ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

67%

73%

61%

Non

33%

27%

39%

Craignez-vous ce confinement ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

79%

81%

78%

Non

21%

19%

22%

Peu de résistance... au confinement !

Si le confinement doit durer plus de 14 jours, les Français risquent de très mal le vivre. En effet, seulement 23% se sentent capables de rester chez eux trois semaines8% pas plus d'un mois et seulement 17% aussi longtemps qu'il le faudra. Ainsi, pour 28% la limite acceptable ne peut pas dépasser 14 jours et 16% ne supportent déjà pas une semaine.

Combien de temps pensez-vous pouvoir supporter de rester chez vous ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Pas plus de quelques heures

1%

1%

1%

Pas plus de deux jours

3%

2%

3%

Pas plus d'une semaine

16%

17%

15%

Pas plus de deux semaines

28%

27%

29%

Pas plus de trois semaines

23%

24%

22%

Pas plus d'un mois

8%

9%

7%

Aussi longtemps qu'il le faut

17%

15%

19%

Je ne sais pas

4%

5%

4%

No futur...

Cette situation de confinement pèse également sur l'avenir professionnel des Français puisque 75% des femmes et 69% des hommes pensent que cette période délicate va nuire à leur travail par la suite.

Pensez-vous que cela va nuire à votre travail ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

72%

75%

69%

Non

28%

25%

31%

Seul 1 Français sur 2 arrive à télétravailler

Si le home office pouvait faire rêver avant l'épidémie, la vision des Français a bien changé depuis. Ainsi, en étant actuellement forcés de travailler chez eux à la maison, plus de 48% des Français avouent avoir finalement beaucoup de difficultés pour s'organiser et être efficaces même si 52% parviennent à travailler sans problème.

Arrivez-vous à travailler efficacement ou bien avez-vous des difficultés pour vous organiser et être efficace ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

J'arrive à travailler efficacement

52%

53%

51%

J'ai des difficultés pour m'organiser et être efficace

48%

47%

49%

Séquelles morales

La crise risque de laisser également des traces psychologiques sérieuses. En effet, 37% des hommes et 48% des femmes interrogées pensent avoir besoin d'un accompagnement psychologique pour faire face à la crise du coronavirus. Malheureusement, les Français devront certainement se débrouiller par eux-mêmes puisque 89% des entreprises ne proposent aucun accompagnement psychologique à l'heure actuelle.

Pensez-vous avoir besoin d'un accompagnement psychologique pour faire face à cette crise ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

43%

48%

37%

Non

57%

52%

63%

Votre entreprise propose-t-elle un accompagnement psychologique pour faire face à cette crise ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

11%

12%

9%

Non

89%

88%

91%

QAPA en 4 chiffres :

+500 entreprises clientes,

+10 000 intérimaires salariés par QAPA,

+50% des offres d'emploi reçoivent des profils disponibles en moins de 4 heures,

20% des intérimaires sont recrutés en CDI après 3 mois de mission.

 

 

Témoignages : ils font la sieste au travail (avec l’accord de leur boss)
Bien dormi ? 40% des cadres avouent avoir déjà fait une sieste au travail selon le dernier sondage Cadremploi. Mais 73% ont dû se cacher pour piquer leur petit roupillon. Ce n’est pas du tout le cas des 4 cadres que nous avons interviewés. Ils sont même encouragés par leur boss qui connaissent les vertus de la sieste. Faites de beaux rêves…
LIRE LA SUITE

 

263 100 emplois nets créés en 2019 : la création d'entreprise nouvelle 

Suite à la publication des chiffres de l’Insee, je vous propose de faire un focus sur la création d'entreprise, nouvelle alternative à la recherche d'emploi.
Pour ce faire, je vous propose une mise en relation avec Initiative France, 1ère association française de financement et d'accompagnement des créateurs d'entreprises, qui accompagne chaque année de nombreux chômeurs dans leur projet de création d'entreprise. Pour la seule année 2019, l'association reconnue d'utilité publique a permis à plusieurs milliers de demandeurs d'emplois de lancer leur entreprise pour créer leur propre emploi et pourquoi pas devenir employeur à leur tour.

Un succès qui s'explique par l'appui du réseau reposant sur une aide financière (jusqu'à 30 000 euros prêtés gratuitement) et un accompagnement humain et technique bénévole (parrainage) permettant à tous ceux qui le souhaitent, y compris les personnes éloignées de la culture entrepreneuriale, d'entreprendre dans les meilleures conditions.

 

Pour 2/3 des entreprises, leur développement international dépend du recrutement de talents aux compétences spécialisées

  • 67 % des entreprises mentionnent l’accès à des compétences et à des capacités spécialisées comme un facteur clé pour leur internationalisation ;
  • 66 % déclarent que la proximité des fournisseurs et ressources au niveau mondial est le moteur de leur expansion internationale ;
  • L’accès à une main-d’œuvre abordable est aussi une motivation pour plus de la moitié (55 %) des organisations

Nanterre, le 10 mars 2020 – 75 % des organisations déclarent que les opportunités sur leur marché sont le moteur principal de leur développement international. Les entreprises citent également le recrutement de talents aux compétences spécialisées comme l’un des principaux facteurs déterminant leurs ambitions de croissance mondiale, au même titre que la proximité des fournisseurs et une main-d’œuvre abordable. Tels sont les principaux enseignements du rapport « Les défis RH du développement international », réalisé par The Economist Intelligence Unit pour ADP (Automatic Data Processing), leader mondial et pionnier des solutions en gestion du capital humain.

Pour ce rapport, 1 000 directeurs et responsables RH de différents secteurs à travers le monde ont été interrogés. Il étudie les motivations, les priorités et les défis du développement international. L’étude révèle que les efforts de croissance des entreprises répondent à divers facteurs, et montre que le renforcement e leur main d’œuvre joue un rôle important dans le développement à l'international.

Selon l’enquête, 55 % des répondants déclarent que le besoin d’accéder à une main-d’œuvre abordable les oblige à s’étendre sur de nouveaux territoires, tandis que 66 % des organisations affirment que leur recherche de talents aux compétences spécialisées les incite à regarder au-delà de leur pays d’origine. Ces résultats reflètent une volonté de capitaliser au mieux sur l’expérience et les talents dispersés à travers le monde afin d’en faire profiter les différentes strates au sein de leurs organisations. L’objectif est de se constituer des équipes véritablement internationales capables d’affronter la concurrence à l’échelle mondiale. 

Carlos Fontelas De Carvalho, président d’ADP en France et en Suisse explique : « Dans un monde de plus en plus connecté, il n’est pas surprenant que le développement international soit un objectif important pour de nombreuses organisations en quête de croissance. L’expansion à l’international est cependant un marathon et non pas un sprint.

Elle nécessite une profonde compréhension de la culture et du marché, et c’est pourquoi la capacité à planifier, gérer et superviser un effectif international va devenir une clé de réussite. Cela est particulièrement vrai pour les entreprises qui s’implantent sur de nouveaux marchés afin d’attirer de nouveaux collaborateurs spécialisés. »

Carlos Fontelas De Carvalho poursuit : « La croissance mondiale offre une multitude d’avantages importants, de l’accès aux opportunités de marché à la proximité des fournisseurs mondiaux. Mais elle implique également un certain nombre de défis. Une fois l’entreprise développée au-delà des frontières, par exemple, il peut sembler presque impossible de dégager une vue d’ensemble claire du personnel.

C’est pourquoi les organisations qui se développent à l’international doivent utiliser des outils technologiques qui leur offrent une visibilité centralisée de leurs effectifs en expansion, et qui leur permettent de gérer rationnellement et efficacement leur capital humain – sous peine de perdre le contact avec leurs meilleurs employés. Avec les solutions appropriées, le développement mondial devient beaucoup plus facile à gérer, et l’entreprise peut en tirer tous les bénéfices. »

A propos de l’étude :

Enquête mondiale menée entre octobre et novembre 2019 par  The Economist Intelligence Unit auprès de 1 000 DRH d’entreprises en expansion internationale. Elle impliquait exclusivement des entreprises qui augmentent actuellement leurs effectifs internationaux (80 %) ou qui l’ont fait au cours des cinq dernières années (20 %). Un tiers des répondants représente des entreprises comptant plus de 5 000 salariés. La moitié des répondants occupent un poste de DRH ou équivalent ; l’autre moitié est constituée d’autres cadres dirigeants, vice-présidents et directeurs, toujours au sein de la fonction RH. Les résultats de l’enquête ont été complétés par des entretiens approfondis avec des responsables RH.

A propos d’ADP :

Concevoir de meilleurs modes de travail grâce à des solutions à la pointe de la technologie, des services haut de gamme et des expériences uniques qui permettent aux collaborateurs d’atteindre pleinement leur potentiel. Ressources Humaines, gestion des talents, rémunération globale, paie et conformité, basées sur les données et conçues pour vos collaborateurs.

 

 

SALAIRES DES CADRES :
CE QUE VEULENT LES FEMMES


 
Paris, le 3 mars 2020 – Le cabinet Robert Walters dévoile les résultats de son étude de rémunération en se focalisant sur les attentes salariales des femmes. Selon l'enquête réalisée auprès de plus de 1 900 cadres, 70% des femmes s'attendent à recevoir une augmentation cette année.

L'étude de rémunération Robert Walters 2020* affirme que 80% des cadres sont confiants quant au marché de l'emploi dans leur domaine d'activité. Parmi eux, les hommes sont particulièrement optimistes, puisqu'ils sont 82% à affirmer avoir confiance en l'avenir contre seulement 76% des femmes interrogées.  

DEMANDER UNE AUGMENTATION : UNE AFFAIRE D'HOMMES ?

Selon l'enquête, 75% des hommes s'attendent à recevoir une augmentation en 2020 contre seulement 70% des femmes. Parmi elles, 35% espèrent une hausse supérieure à 4%, alors même que Robert Walters prévoit une moyenne des augmentations de salaires des cadres comprise entre 2% et 3% cette année.

En outre, si les hommes sont plus nombreux à attendre une augmentation, ils seront également un plus grand nombre à oser la réclamer à leur employeur. En effet, 63% des hommes interrogés envisagent de demander une augmentation au cours de l'année, contre seulement 52% des femmes.

CONFIANCE DU MANAGEMENT VERSUS SALAIRE

Si la rémunération reste un élément important en termes d'attractivité des candidats, il apparaît que cet aspect purement financier ne soit pas le plus important pour fidéliser les femmes à l'entreprise. En effet, elles sont seulement 33% à affirmer que le salaire est très important dans leur satisfaction professionnelle.

Pour les femmes cadres, c'est la confiance accordée par le management qui est déterminante, puisque 69% d'entre elles affirment que c'est un élément très important pour leur épanouissement professionnel, contre seulement 56% des hommes interrogés. Les cadres n'hésitent d'ailleurs plus à quitter une entreprise dès lors qu'ils sont en désaccord avec les pratiques managériales**.


 
Découvrez l'intégralité de
l'Etude de rémunération Robert Walters 2020

 

 
*Enquête candidat Robert Walters réalisée auprès de plus de 1 900 candidats en septembre 2019
**Livre blanc Robert Walters,  Intégration et fidélisation des talents : les clés d'un recrutement réussi


Méthodologie de l'étude

  • Etude de rémunération Robert Walters 2020 : données issues d'entretiens réalisés auprès de 50 000 candidats et clients en France, de janvier à décembre 2019.
  • Enquête candidat Robert Walters France : enquête réalisée auprès de plus de 1 900 candidats interrogés en ligne en septembre 2019 en France.
  • Baromètre de l'emploi Robert Walters 2019 : Etude réalisée sur la base des données du site www.jobfeed.fr, agrégateur recensant l'ensemble des offres d'emploi parues sur tous les job boards et sites carrières des entreprises. Les volumes présentés sont les volumes d'offres cadre/non cadre recensées sur la période du 1er janvier 2019 au 31 décembre 2019 (en comparaison avec la même période en 2018). L'étude se limite aux fonctions suivantes : Achats & Supply Chain, Assurance, Avocats, Banque, Conseil, Construction, Finance, Immobilier, Ingénieurs, IT & Digital, Juridique, Fiscal et Conformité, Sales & Marketing, Santé, Ressources Humaines.

 
A propos de Robert Walters – www.robertwalters.fr

Référence mondiale du recrutement spécialisé, Robert Walters intervient sur le recrutement de cadres en top et middle management dans les domaines d'activité suivants : Finance, Banque, Assurance, Ressources Humaines, Juridique & Fiscal, Private Practice, IT & Digital, Ingénieurs, Logistique & Achats, Immobilier & Construction, Retail & Grande Consommation, Conseil et Santé. Le cabinet a également développé une activité de Management de Transition, qui répond aux besoins urgents et stratégiques des entreprises pour faire face à des situations de changement, de crise ou d'internationalisation.
 

Baromètre national de l'emploi spécial femmes

Journée Internationale des droits des femmes

Le manque de femmes dans l'intérim aura-t-il bientôt disparu ? Oui ! En 2035...

Toujours aussi peu de femmes intérimaires (35%) en 2020 qu'en 2019 (34%)

La seule région en 2019 qui avait plus de femmes intérimaires que d'hommes disparaît...

Les salaires des femmes stagnent quand ceux des hommes augmentent !

Paris, 9 mars 2020

A l'occasion de la Journée Internationale des droits des femmes célébrée le 8 marsQAPA, la plateforme de recrutement par l'intérim, dévoile son baromètre de l'emploi dédié aux femmes avec un focus sur les métiers de l'intérim. Constat La place des femmes dans le secteur de l'Intérim stagne complètement en 2020.

Lien officiel : www.qapa.fr

« A raison d'une augmentation de 1% par an seulement, la parité entre les femmes et les hommes ne serait à l'équilibre que dans une quinzaine d'années. Autant dire que tout reste à faire pour promouvoir l'emploi des femmes aussi bien dans l'intérim que pour les autres types de contrats », a déclaré Stéphanie Delestre, fondatrice et Présidente de QAPA.

0 région sur 13...

La disparité entre le nombre de femmes et d'hommes dans le secteur de l'intérim n'est pas prête de disparaître... Elle tend à se réduire mais très lentement puisque les femmes intérimaires avaient une représentativité en 2019 de 34% au niveau national et qu'elles sont en 2020 seulement 35%.

Une région inversait même cette tendance puisque l'Occitanie / Pyrénées-Méditerranée enregistrait 51% de femmes. Mais ce chiffre a considérablement chuté en 2020 pour redescendre à 31%.

Répartition régionale des intérimaires

Régions

Pourcentages femmes

Pourcentages hommes

2019

2020

2019

2020

Occitanie / Pyrénées-Méditerranée

51%

31%

49%

69%

Nouvelle Aquitaine

39%

38%

61%

62%

Centre-Val de Loire

36%

36%

64%

64%

Auvergne Rhône-Alpes

35%

35%

65%

65%

Ile-de-France

34%

36%

66%

64%

Hauts-de-France

33%

30%

67%

70%

Normandie

33%

33%

67%

67%

Bourgogne Franche-Comté

33%

33%

67%

67%

Bretagne

32%

32%

68%

68%

Provence-Alpes-Côte-D'azur

31%

37%

67%

63%

Pays-de-Loire

28%

29%

72%

71%

Corse

26%

35%

74%

65%

Grand Est

25%

32%

75%

68%

NATIONAL

34%

35%

66%

65%

Que veulent les femmes en 2020 ?

Entre les attentes des recruteurs et les métiers les plus recherchés par les femmes, un seul est en adéquation : celui de Vendeuse !

En effet, les femmes souhaitent travailler comme Aide à domicileAssistante administrativeChargée de Communication ou encore Secrétaire Comptable alors que les recruteurs proposent surtout des postes d'Auxiliaire de vie, d'Agente de production, d'Assistante commerciale ou de Serveuse.

Les métiers les plus demandés VS les plus recherchés

Demandés par les femmes

Recherchés par les recruteurs

Vendeuse

Auxiliaire de vie

Aide à domicile

Agent de production

Assistante administrative

Vendeuse

Chargée Communication

Assistante commerciale

Secrétaire Comptable

Serveuse

Des intérimaires femmes toujours moins bien payées que les hommes

Les écarts de salaires restent un problème majeur lié en partie à l'accessibilité des femmes à certains métiers. En effet, les hommes continuent d'occuper majoritairement des fonctions dans des secteurs hautement diplômés et avec beaucoup de qualifications techniques comme l'informatique. Bonne nouvelle pour eux, ce sont les secteurs qui enregistrent les plus importantes augmentations de salaires en 2020.

Malheureusement, l'écart se creuse encore plus avec les femmes qui ont moins de diplômes et de qualifications. En effet, les métiers des Services à la personne, de Maintenance / Entretien, de Vente ; d'Accueil / Secrétariat ou dans la Santé stagnent ou bien enregistrent de légères augmentations par rapport à l'année dernière.

Secteurs qui paient le plus

Salaire brut annuel 

2019

2020

Informatique

38 000

40 000

Banque / Assurance

35 000

32 000

Industrie

30 000

30 000

Comptabilité

28 000

28 000

Transport / logistique

27 000

27 000

Secteurs qui paient le moins

Salaire brut annuel 

2019

2020

Services à la personne

18 500

16 000

Maintenance / Entretien

19 000

19 000

Vente

20 000

22 000

Accueil / Secrétariat

21 000

23 000

Santé

23 000

28 000

*Méthodologie : baromètre basé sur l'analyse des données issues de plus de 80000 profils intérimaires, toutes fonctions confondues, et les demandes de plus de 135.000 recruteurs sur Qapa.fr (commerçants, artisans, TPE, PME, grosses entreprises). Ces offres d'emploi concernent tous les secteurs d'activité en France sur le site www.qapa.fr et sur une base globale de plus de 4,5 millions de candidats. Les chiffres et statistiques représentent un état des lieux de l'emploi au mois de février 2019 et février 2020. Toutes les informations mises en avant par les candidats et par les recruteurs sont déclaratives.

QAPA en 4 chiffres :

+500 entreprises clientes,

+10 000 intérimaires salariés par QAPA,

+50% des offres d'emploi reçoivent des profils disponibles en moins de 4 heures,

20% des intérimaires sont recrutés en CDI après 3 mois de mission.

 

RhoneAlpesJob
Bonjour Claire,
De nouvelles offres correspondent à votre alerte RhoneAlpesJob pour : Ma JobAlerte

Assistant Commercial et Administratif H/F
Travail temporaire - Saint-Étienne - 42
Toma Intérim

Hier

Assistant Commercial H/F
Travail temporaire - Saint-Étienne - 42
Toma Intérim

Hier

Commercial Sédentaire Site Orientation Gestion Administratif Junior H/F
CDI - Ennezat - 63
Forstaff

Hier

Commercial Sédentaire Site Orientation Gestion Administratif Profil Junior H/F
CDI - Ennezat - 63
Forstaff

Hier

Technico-Commercial Packaging H/F
CDI - Montélimar - 26
Autajon

Hier

Consultant Commercial en Recrutement H/F
CDI - Lyon - 69
HC Resources

Hier

Assistant Commercial Immobilier Neuf H/F
CDI - Lyon - 69
Taléis

Hier

 
Êtes-vous heureux au travail ?
En poste depuis quelques années, votre situation professionnelle est confortable. En effet, vous connaissez l’ensemble de vos collègues et vous êtes capable de vous adresser à la bonne personne pour vous épauler dans votre quotidien. Vous maîtrisez à la perfection vos missions et vous ne vibrez peut-être plus autant qu’au premier jour. Mais au fond, êtes-vous heureux au travail ? Avec environ 220 jours par an passés dans la sphère professionnelle, l’épanouissement ne doit pas être anodin. Découvrez 3 pistes de réflexion dans cet article pour vous aider à faire le point sur votre situation et à faire le bon choix : rester en poste ou démissionner. Si vous n'aimez pas votre job, c’est le moment de vous donner l’ambition d’être heureux !
Lire la suite
 

Depuis septembre 2017, le Crédit Agricole et Wizbii s'engagent pour l'emploi des jeunes avec l'initiative « 1er Stage, 1er Job ». Au total, près de 200 Job Dating ont été réalisés à travers le territoire. Suite à ces évènements, la moitié* des entreprises ont revu les candidats en second entretien !

C'est à Valence, mercredi 18 mars, que sera organisé le prochain Job Dating.

Pour le Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes, le dispositif 2019/202« 1er Stage, 1er Job » est composé de :

  • 4 Job Dating sur le territoire dont le prochain à Valence (mercredi 18 mars)
  • 1 espace en ligne avec des offres d'emploi dédiées aux jeunes https://wiz.bi/39v1Pgm

Une dizaine d'entreprises de la région recrutent en CDI

Le Job Dating dValence regroupera une dizaine d'entreprises de la région, dont le Crédit AgricoleAxess Group ou encore In Extensoet 60 à 80 candidats sont attendus. Ils pourront échanger de manière privilégiée, autour d'un buffet, sur les différents postes proposés en CDI. Une belle opportunité pour les jeunes de se faire remarquer sur le marché du travail !

Les secteurs représentés au Job Dating seront la digitalisation des process métiers, l'expertise comptable, la fabrication de machines à couper et à souder les tubes...

*Étude Wizbii, juillet 2019, 47% des entreprises ayant participé à un Job Dating « 1er Stage, 1er Job » ont revu au moins un candidat.

Informations pratiques :

Date : Le mercredi 18 mars 2020 de 18h30 à 21h30

Lieu : Valence (adresse communiquée sur inscription) 

Inscriptions obligatoires : https://job.wiz.bi/mjoc3 romane@wizbii.com 06 69 66 94 57.

Les places sont limitées et l'inscription est gratuite. L'adresse sera ensuite communiquée aux candidats sélectionnés.

À propos de Wizbii (www.wizbii.com)

Avec 4 millions de membres et 6 000 nouveaux inscrits chaque jour, Wizbii est le 1er acteur qui propose une offre complète de services pour faciliter l'entrée dans la vie active des 18- 30 ans. L'entreprise conçoit et distribue des produits innovants pour les jeunes en collaboration avec de grandes entreprises. Wizbii compte 100 collaborateurs répartis entre Grenoble (son siège social), Pau et Paris.

Pour toutes demandes d'interviews avec un représentant de Wizbii ou du Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes, contacter :

CONTACT PRESSE :

Sara Hussenbocus - Attachée de Presse

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  - 06 81 41 04 60

À propos du Crédit Agricole Sud Rhône-Alpes (www.ca-sudrhonealpes.fr/)

Banquier-assureur comptant plus de 753.700 clients, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes est le leader en Isère, Drôme, Ardèche et Est lyonnais. Fort de ses fondements coopératifs et mutualistes et de ses 340.350 sociétaires, il sert les particuliers, les entreprises, les collectivités et les associations, et assume ainsi son rôle de 1 er financeur de son territoire. Banque contemporaine tournée vers l'avenir, le Crédit Agricole Sud Rhône Alpes accompagne ses clients dans leurs nouveaux usages et attentes et poursuit sa transformation vers un service multicanal couplé à son réseau d'agences de proximité pour mettre en musique la signature du Groupe Crédit Agricole « Toute une banque pour vous ». Retrouvez nos communiqués de presse sur www.ca-sudrhonealpes.fr/Espace_Presse.html et nos actualités sur les réseaux sociaux.

 

Demain, l3W ACADEMY GRENOBLE organise un Speed-Recruiting pour répondre à la pénurie dans les métiers du numérique

Copie de FullSizeRender.jpg3300an$IN958015826280647@VWP21DB02" width="153" style="box-sizing: content-box; vertical-align: middle; line-height: 1.4em; max-width: 10000px; width: 153px; height: 100px;">

Deuxième région en termes d'emploi dans le numérique, l'Auvergne-Rhône-Alpes compte plus de 90 000 emplois salariés dans ce secteur. Mais les entreprises peinent à recruter (43 % d'entre elles déclaraient ne pas avoir pu pourvoir au moins un poste en 2016 - via-competences.fr).

Face à ce contexte, la 3W ACADEMY GRENOBLE, école de développeurs web, agit !

Implantée à Grenoble depuis 2 ans, la 3W ACADEMY forme des développeurs-intégrateurs web.

L'école les accompagne jusqu'à l'emploi en organisant des Speed-Recruiting. Le prochain aura lieu mercredi 26 février, de 16h à 18hau Novotel 7 Place Robert Schuman à Grenoble.

Cet événement réunira les étudiants de la 3W ACADEMY et trois entreprises locales proposant une dizaine de postes en CDI :

- LYNX RH (cabinet de recrutement)

- HAYS France (cabinet de recrutement)

- HAVANA IT (entreprise de services du numérique)

Parmi les postes proposés Développeur Back-End Applications Mobiles, Développeur PHP / Symfony, Ingénieur en Développement Web, Développeur Angular...

Durant 3 heures, candidats et recruteurs vont échanger et pouvoir amorcer un pré-recrutement.

Dans un premier temps, les recruteurs se présentent à tour de rôle en mode « elevator pitch» et expliquent leurs besoins en recrutement.

Les candidats choisissent ensuite celles avec lesquelles ils souhaitent échanger en face à face. Ils ont 7 minutes pour les séduire, et bien sûr sans CV !

« L'idée est de faire gagner du temps à tous dans le processus de recrutement. Le Speed-Recruiting est dans l'ADN de la 3W Academy qui a toujours gardé le même objectif : former aux métiers du web pour répondre à la pénurie de développeurs ».

Contact sur place : Maya Ben Tolila - Tél. 06 85 02 08 02

 

Recrutement, carrières, RSE… 

Quelles sont les grandes tendances RH 2020 ?

 

Paris, le 25 février 2020 - Comme chaque année, le Top Employers Institute vient d’éditer son rapport des tendances en matière de politiques et de pratiques des Ressources Humaines. Ces tendances sont le fruit de l’analyse des audits menés auprès de 91 entreprises françaises certifiées par l’Institut en 2020. Dans ce recueil, le Top Employers Institute dresse un panorama des grandes tendances RH à travers trois axes : les personnes, les carrières ainsi que la place de l’entreprise au sein de la société dans laquelle elle évolue.

« L’engagement des collaborateurs reste un enjeu critique pour les Top Employers pour l’année à venirPour y répondreles entreprises cherchent à créer une relation authentique et vraie avec les salariés avant même qu’ils n’intègrent les effectifs et à détecter les signaux faibles afin de leur proposer la meilleure expérience collaborateur possible. »

Vincent Binétruy, Directeur France du Top Employers Institute

Les Hommes : maintenir l’engagement des collaborateurs tout au long de leurs parcours dans l’entreprise, un enjeu toujours autant critique

Les Top Employers mettent un point d’honneur à faire démarrer l’expérience du futur collaborateur, dès le premier contact entre le candidat et l’entreprise. Afin d’améliorer le process de recrutement et parce qu’ils savent bien que la 1ère impression est souvent celle qui compte le plus, ils sont de plus en plus nombreux à évaluer l’expérience candidat (45 % en 2020, soit + 15 points vs 2019). Ils impliquent aussi les collaborateurs existants dans le recrutement de nouveaux talents, afin d’identifier et d’entrer en contact avec les bons candidats à travers une approche ciblée et personnalisée : connaissant parfaitement l’entreprise et disposant souvent d’un large réseau dans leur métier/secteur, les collaborateurs sont à même de trouver le bon « matching ». Aussi, 70 % des entreprises certifiées font de leurs collaborateurs des ambassadeurs pour les aider à créer des communautés de talents internes et externes, et on assiste également à une résurgence de la cooptation en 2020, process utilisé par 73 % des Top Employers (soit + 13 points vs 2019).

Une fois le collaborateur recruté, le défi est de réussir avec brio l’intégration de celui-ci. Et c’est pour les Top Employers un vrai challenge, car cette phase est déterminante pour garantir l’engagement du nouvel embauché. Comment faire ? Notamment en mesurant la qualité de l’intégration (84 % des Top Employers en 2020 (+ 12 points vs 2019), avec des indicateurs moins classiques et plus pertinents, et pour les plus avancés (32 %), en mettant à disposition une plateforme de pré-intégration afin de créer du lien avant même le premier jour de travail. 

Une fois l’intégration réussie, les Top Employers multiplient les efforts d’ouverture, de transparence et d’écoute. Pour exemple, les enquêtes d’engagement sont menées chez 60 % des Top Employers au moins une fois par an, soit + 15 points vs 2019. Toujours dans l’objectif d’engager les collaborateurs, 57 % les impliquent dans la définition des plans d’actions qui suivent la publication des résultats d’une enquête d’engagement. Un bel effort est fourni (+ 10 points vs 2019) mais la France se positionne derrière l’Europe (+ de 70 %).

Carrières : l’heure est à l’écoute et à l’interprétation des signaux faibles

Pour favoriser la rétention des talents, les Top Employers s’attachent désormais à analyser les postes présentant un risque de départs (+ 20 points vs 2019), et 70 % d’entre eux ont formalisé un process concernant l’off-boarding afin de détecter les signaux faibles. Les organisations sont également de plus en plus attentives aux aspirations des collaborateurs en termes de carrière qui sont désormais intégrées dans la planification des effectifs de façon systématique par 52 % d’entre elles. Plus que jamais, les entreprises doivent relever le défi de répondre aux besoins et souhaits d’évolution de leurs équipes de façon proactive et créative, pour faire de leur passage au sein de l’organisation une expérience unique en matière de carrière, et bien sûr, favoriser leur rétention. 

Pour répondre à cet objectif et ainsi faire grandir leurs collaborateurs au sein de leur organisation, l’utilisation du digital a désormais une place incontournable et on assiste à des investissements de plus en plus importants dans les nouvelles formes d’apprentissage, telles que le « social learning » et le « just in time learning ». Ce dernier est aujourd’hui une priorité pour un nombre croissant de Top Employers en France : 40 % d’entre eux (+ 18 points en 2 ans) ont déployé une plateforme dédiée qui permet d’intégrer non seulement les offres de formations digitales classiques, mais aussi des contenus sous des formats innovants et « agiles » produits souvent par les collaborateurs eux-mêmes. Sans parler du mobile learning, qui est actuellement utilisé par 78 % des Top Employers en France (+ 64 % en 5 ans !).

Place au sein de la société : intégrer les équipes dans la stratégie sociale et sociétale de l’organisation

Loin du simple discours de déclaration de bonnes intentions, la RSE a pris aujourd’hui une nouvelle ampleur et une dimension stratégique, accentuée par la Loi Pacte introduisant le concept d’entreprise à mission. On observe alors une tendance de fond qui pousse de plus en plus d’entreprises à permettre aux collaborateurs d’être eux-mêmes acteurs de la RSE, à travers, par exemple, l’abondement de la part de l’entreprise à des actions initiées par les collaborateurs (69 % des entreprises certifiées l’ont mis en place) et l’octroi de « congés solidaires » spécifiques supplémentaires (51 % des entreprises) pour participer à des activités de bénévolat, des actions caritatives de proximité ou des missions à l’étranger. 

L’une des thématiques liées à la RSE les plus investies en 2020 est la diversité. Elle est devenue un impératif pour tous, notamment matérialisé par la revalorisation des salaires en faveur de l’égalité salariale (chez 86 % des Top Employers, soit + 14 points vs 2019), certainement accentuée avec l’obligation de publication de l’index, ou encore par la prise en compte de plusieurs aspects de la diversité parmi les indicateurs suivis dans le cadre de la planification des effectifs (chez 84 % des Top Employers).

Enfin, il est rassurant de voir que les Top Employers n’ont pas attendu les dernières actualités concernant l’éthique et les abus, pour mettre en place des actions de sensibilisation et de formation sur ces sujets. On assiste ainsi à un fort engagement des Top Employers avec la mise en place de façon presque systématique de voies de dénonciation anonymes et de systèmes de protection des lanceurs d’alerte pour 91 % d’entre eux, accompagnés par des campagnes à large échelle de sensibilisation sur les Codes de conduite et de prévention des différentes formes de harcèlement.

À propos du Top Employers Institute : 

Fondé à Amsterdam en 1991, le Top Employers Institute certifie les organisations qui proposent à leurs collaborateurs une offre RH répondant aux plus hauts standards, dans 119 pays dans le monde. Son référentiel, le HR Best Practices Survey, recense plus de 600 pratiques RH et de management. Ce modèle est le fruit de plus de 25 ans de collecte et d'analyse de milliers de bonnes pratiques RH dans les entreprises du monde entier et de leurs évolutions. Près de 1 700 organisations ont été certifiées en 2020 dans le monde. Cela confère au Top Employers Institute une place unique d'observateur des tendances et des évolutions chez les meilleurs employeurs du monde entier.

 

https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/le-coronavirus-va-tuer-plus-de-pme-que-detres-dhumains-1182688?xtor=CS1-25&fbclid=IwAR0uHra_S9JRnA-IVqTBAVM3vxlQvhgTkm5c8x-j7ArKBpRz2NXy4Wl3rJQ

Les animaux sauvages sont, paraît-il, une réserve infinie de virus qui peuvent avoir l'envie soudaine de muter pour nous attaquer. La nature réchauffée n'est pas si affaiblie que ça... Avec la consommation traditionnelle chinoise de toutes sortes d'espèces vivantes à carapace, à plume et à poil, dans des conditions d'hygiène douteuses, nous ne sommes pas au bout des épidémies. Le coronavirus est la quatrième depuis 2000 dont nous gratifie gratuitement l'empire du Milieu. Comme la mondialisation n'a pas de frontières, le front est vite devenu global. Il y a désormais plus de malades hors de Chine qu'en Chine.

Bloquer l'offre

Ce Covid-19 n'est pas des plus costauds. Sa mortalité est revue à la hausse par l'Organisation mondiale de la santé à 3,4 %, plus que la grippe (1 %) donc, mais il se transmet plus difficilement qu'elle. La propagation peut échapper au contrôle dans certaines régions (en Inde, désormais touchée, ou en Afrique), mais il y a, globalement, de bonnes chances de pouvoir stabiliser l'épidémie par les mesures connues et raisonnables de contingentement. Il faut rester prudent, mais la crise sanitaire mondiale, en nombre de décès, pourrait, devrait, rester mineure.

Il en est autrement de la crise économique née des conséquences. Si le corona a des ailes faibles, il est très malin de cervelle. Il se glisse exactement dans les deux failles de notre époque : l'éclatement des chaînes de production lui permet de bloquer l'offre, le règne de l'émotion « virale », grâce aux réseaux sociaux, lui permet de glacer la demande. Son impact sera conjoncturellement dur et structurellement durable.

Paralysie des usines

Les quantités de CO2 émises par la Chine ont chuté d'un tiers en février, à cause de la paralysie des usines. Un indice qui ne ment pas. L'empire est à l'arrêt, on parle d'une récession de -5 % au premier trimestre, du jamais-vu. Xi Jinping, qui sait jouer gros, essaie de toutes ses forces d'obliger les Chinois à reprendre le travail. On peut douter qu'il y arrive facilement. Sans Chine, tout déraille. Les pièces détachées, notamment électroniques, que le pays était seul à fournir, ont commencé à manquer en Corée et au Japon, les derniers cargos sont arrivés en Europe et aux Etats-Unis, partout les pénuries figent les chaînes.

Le pire est toujours pour un industriel de fabriquer sans vendre, d'accumuler des stocks et de courir à la faillite. Si le corona étouffe les gens, il étrangle surtout l'économie

« Ce n'est pas plus mal, confie un dirigeant de l'automobile, puisque les automobilistes ont déserté les concessions. » Le pire est toujours pour un industriel de fabriquer sans vendre, d'accumuler des stocks et de courir à la faillite. Si le corona étouffe les gens, il étrangle surtout l'économie. Pour peu que la crise dure encore plusieurs semaines, il aura tué dans le monde, sans doute, plus de PME que d'humains. La crise est plus économique que sanitaire.

Entreprises zombies

Donald Trump, qui joue gros lui aussi avec sa réélection, est aveuglément coronasceptique, mais la Federal Reserve a compris l'immense danger en abaissant ses taux. De Pékin à Paris, tous les gouvernements sont aux petits soins pour soulager les trésoreries vidées des entreprises. Les banques sont sollicitées, mais apparaît un autre danger : mettre au grand jour le nombre élevé d'entreprises zombies, très fragiles, que la politique monétaire de taux bas avait laissées en vie. Le secteur financier va lui aussi souffrir, comme l'industrie, le commerce, le tourisme. L'OCDE a prévenu que si l'épidémie se poursuivait, l'Europe tomberait en récession. La crise, redoutée mais écartée par les marchés depuis des mois, viendrait d'un obscur pangolin transmetteur de virus. Les dégâts sont partis pour être considérables.

La mondialisation déjà corrigée, d'abord par la hausse des salaires en Chine, puis par la pression des écologistes pour produire local, va l'être fortement au nom de l'indépendance des nations. La structure de l'économie mondiale va se rééquilibrer, mais sans se fermer : si l'usine locale de composants tombe en panne ou en grève, il faudra retourner sur le marché mondial pour s'approvisionner. On imagine encore mal quels seront demain les nouveaux chemins du commerce.

Ce qui est certain est l'entrée dans un monde d'instabilités telluriques et de surprises maléfiques. Le risque dans cet univers est que les entreprises fassent comme les ménages : réduire leurs dépenses et leurs ambitions par crainte. La crise financière avait déjà abaissé le niveau général d'investissement privé de 8 % du PIB à 5 %, selon l'OCDE. Idem pour les investissements publics. Le petit corona aurait gagné sur le grand homme s'il le rendait peureux. L'humanité et la planète n'ont pas besoin de pleurs, mais de sciences et d'immenses investissements pour affronter les aléas qui viennent.

 

Vous inspirer

Toutes les idées sont bonnes à prendre, et les expériences à partager. Une rubrique pour faire le plein de nouveautés et, peut-être, s'ouvrir de nouveaux horizons professionnels.
On est là pour vous !
Comment est calculée votre allocation ?
C'est quoi le salaire journalier de référence, quel pourcentage, sur quelle partie de votre ancien salaire? On vous dit tout !
Ça m'intéresse
Orientation
Codeur, pourquoi pas moi ?
La programmation informatique offre de nombreux débouchés dans des secteurs variés accessibles à tout le monde.
Je découvre
 

 Vous informer

Recrutement, carrière, droits et événements : retrouvez toutes les actus qui vous concernent, partout en France. Pour ne jamais manquer une opportunité…
Ça m'intéresse (Nouvelle fenêtre)
Recrutement
Club Med recrute1 000 postes sont à pourvoir dans plus de 120 métiers !
Ça m'intéresse
J'en profite (Nouvelle fenêtre)
Conseils
7 astuces...Pour booster votre recherche d'emploi grâce aux réseaux sociaux.
J'en profite
Je découvre (Nouvelle fenêtre)
Métiers
Semaine de l’industrieDécouvrez l'industrie et ses métiers grâce aux événements qui auront lieu sur l'ensemble du territoire du 30 mars au 5 avril.
 
Je découvre
Ça m'intéresse (Nouvelle fenêtre)
Recrutement
Portes ouvertes recrutementDomidom recrute plus de 1 000 personnes sur l'ensemble du territoire lors de cette journée du 19 mars.
Ça m'intéresse
Je découvre (Nouvelle fenêtre)
Témoignage
En vidéoIbtissam, conductrice de super poids lourd, nous présente son métier.
Je découvre
09/27MARS Et si vous deveniez entrepreneurE ?Des rencontres thématiques autour de l’entrepreneuriat au féminin sont organisées sur l'ensemble des territoires d'Auvergne-Rhône-Alpes.
24/25MARS Le salon TAF (Travail, Avenir, Formation) de NîmesAccédez à toutes les infos sur les aides, les offres de formations et trouvez un emploi en rencontrant directement les entreprises qui recrutent.
26MARS Forum mécanique à HayangeLe secteur de la mécanique vous attire ? Venez découvrir les opportunités d'emploi et de formations en France et également au Luxembourg.
Tous les événements
 

 

 Vous rendre service

Les infos, outils, services, astuces à ne surtout pas manquer pour faciliter votre retour à l'emploi.