Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 25/09/2018, 08:14 par Claire Mollien
Pour poursuivre dans la lancée des portraits de ce mois d’août, découvrons ceux croisés de commerçants au long cours devenus une...
Publié le 25/09/2018, 08:13 par Claire Mollien
Cette semaine, nous découvrons une jeune femme, Charlotte GROETZ, qui vient de s’installer avec son mari en
Publié le 25/09/2018, 08:11 par Claire Mollien
Qui ne connaît pas la Boucherie du Centre Bourg? Une belle histoire de transmission vient de

Merci à Pierre-Jean Llorens pour ses partages en la matière :

Le lundi 8 octobre de 9h00 à 16h30
109 entreprises recrutent, venez leur présenter vos compétences.
consultez leurs offres sur pole-emploi.fr avec le mot clé SEM42000
1 semaine pour 1 emploi
Venez avec vos CV
Centre des Congrès / 23 rue Pontchardier / 42000 Saint Etienne

 

 

Focus sur le nouveau bulletin de paie d'octobre / explications par ADP

Bonjour, 

A la fin du mois d'octobre, 21 millions de salariés du privé auront un salaire net supérieur au mois de septembre.
En effet, les cotisations maladie et chômage auront été totalement supprimées par le gouvernement d’Emmanuel Macron.


Nous vous proposons de faire le point avec Abdelkader Berramdane, Directeur de la veille législatived'ADP France, leader mondial des solutions de ressources humaines qui gère plus de 3 millions de fiches de paie de salariés français :

- Quels seront les changements sur nos fiches de paie d'octobre ?

- Quel impact pour les salariés, combien cela peut-il représenter ?

- Quelle mention devient obligatoire sur les bulletins ?

- Y a-t-il des complications pour les entreprises ? 
- Quelles différences avec le bulletin de paie de préfiguration mis en place dans certaines entreprises ?

Simulation d’un bulletin de paie d'octobre :

A partir du 1er octobre, une ligne sera réservée à la mise en valeur de la suppression des cotisations salariales chômage et maladie

(2e phase après celle de janvier 2018). Ici un gain de 48,14 € pour le salarié.

 

 

 

Pour la semaine de l'emploi
Un Atelier Senior
Vous est proposé le jeudi 11 octobre 2018

Durant cet atelier, plusieurs thèmes seront abordés :

Rechercher un emploi quand on a plus de 55 ans
Qu'est ce que j'attends d'un emploi ?
Qu'est ce que j'apporte à une entreprise ?
Un capital compétences au service des entreprises !
Comment se présenter et valoriser ses compétences sur le marché du travail ?
Horaire 9h00-12h30 et 13h30-17h00

 

SALON DE RECRUTEMENT EN LIGNE DU 15 AU 19 OCTOBRE 2018

Lors de cette prochaine édition, près de 7000 offres d’emploi sont à pourvoir dans 71 entreprises participantes, dans toute la France !

https://hello-handicap.fr/

Handicaps peu visibles ou invisibles

PROFILS ATYPIQUES : ET S’ILS DEVENAIENT LES NOUVEAUX ATOUTS COEUR DES ENTREPRISES ?

À l’occasion de son édition d’octobre 2018, le salon HELLO HANDICAP souhaite mettre un coup de projecteur 

sur les profils atypiques en situation de handicap peu visibles voire invisibles.  

Premier salon en ligne d’Europe dédié au recrutement des travailleurs handicapés, Hello Handicap 

est la solution simple et efficace offerte aux entreprises d’aller à la rencontre d’un vivier de talents encore 

trop peu exploité et à des milliers d’hommes et de femmes en situation de handicap visible ou non de trouver un emploi !

 

La France manque cruellement d’ETI

Quand Petit Poucet (PME) deviendra grand (ETI)…

La France manque cruellement d’ETI (entreprises de taille intermédiaire). Selon le rapport ETI : taille intermédiaire, gros potentiel publié en janvier dernier par l’Institut Montaigne, il n’y a que 5 300 ETI dans l’Hexagone. Soit 0,2 % du nombre total d’entreprises françaises. A comparer avec les 12 500 que compte l’Allemagne, les 10 500 en Grande Bretagne ou les 8 000 en Italie. Or, ce sont les ETI qui dopent la croissance et small is beautiful n’est pas toujours un avantage, surtout dans l’industrie où la concurrence est de plus en plus vive.

C’est en partant de cette constatation, valable également pour les entreprises microtechniques, que le gouvernement a décidé de lancer un plan d’actions pour donner plus de vigueur aux PME françaises. La future loi PACTE (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) annoncée en octobre 2017 par le ministre de l’économie Bruno Le Maire, sera ainsi présentée en Conseil de ministres le 18 avril. Elle vise la correction d’une série de disfonctionnements qui empêchent l’évolution des PME grâce à 31 mesures préconisées par une douzaine de parlementaires et chefs d’entreprises. Des actions qui ont été soumises à l’avis général et qui ont soulevé pas moins de 12 800 contributions.

Assouplissement des seuils sociaux, simplification de la transmission des entreprises, sanctions en cas de non-respect des délais de paiement, actionnariat salarié étendu… certaines mesures ne datent pas vraiment d’hier, mais elles n’ont jamais vu le jour. Plusieurs structures qui existent déjà doivent donc mettre les bouchées doubles pour accélérer la transformation des PMI en ETI. BpiFrance, par exemple.

La banque publique doit accompagner 4 000 entreprises dans quatre ans pour réussir ce saut, contre 2 000 prévues initialement. Un effort pour lequel seront alloués 300 millions d’euros, chaque entreprise participante au programme étant obligée de dépenser 40 000 euros en moyenne. BpiFrance accompagnera cette année quelques 800 entreprises et les résultats du premier plan lancé en 2015 sont encourageants. Sur les 60 entreprises qui ont participé au programme lancé par Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie, 25 sont devenues aujourd’hui des ETI.

Le Medef a créé lui aussi il y a quelques mois, un accélérateur des PME : le Medef Accélérateur. Cette plate-forme digitale qui a eu 6 500 visites et 650 dossiers de demande déposés en quatre mois, met en liaison des PME (moins de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires) avec des partenaires financiers. Ces derniers paient chacun 10 000 euros par an pour avoir accès à ce nouveau marché financier.

Enfin, l’association Pacte PME créée il y a dix-huit ans pour améliorer la relation entre les grands groupes et leurs sous-traitants, a mis en place en octobre 2018 le programme Destination ETI. Ce dernier accompagne trente-cinq PME aéronautiques, ferroviaires et d’autres domaines industriels dans leurs efforts pour grandir. Le point clé de ce programme c’est le coaching du patron de la PME par un grand groupe et non pas par un consultant. C’est en parlant le même langage que le Petit Poucet deviendra plus vite, grand…

 

 

Source photo : Bpifrance

 

https://www.facebook.com/isisderomefortRH/

 

 

A VOS CV #RESTAURANT
#RECRUTEMENT#EMPLOI#DROMEAnne-Sophie Pic
https://www.anne-sophie-pic.com/recrutement

 

Le Salon Salon SEPAG Valence débute mardi, nos startups #foodtech#industrie#innovation sont mobilisées