Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 24/08/2018, 09:52 par Claire Mollien
les-offres-du-momentMerci à Pierre-Jean Llorens pour sa large contribution à cette revue "emploi" de fin août Nous cherchons pour notre client basé en...
Publié le 17/07/2018, 09:38 par Claire Mollien
les-lectures-attendues-a-lire-doncMerci Pierre-Jean Lllorens pour ta participation à cette revue de presse, comme d'habitude .. Liste noire des compagnies aériennes,...
Publié le 17/07/2018, 09:29 par Claire Mollien
92% des femmes et 89% des hommes ont déjà osé contredire leur supérieur

De la lecture, des communiqués, des pistes de réflexion, des sondages, un grand remerciement aussi à Pierre-Jean Llorens pour sa contribution à cette revue de presse sociale assez généraliste :

avec cette offre d'emploi rajoutée ce 1er février : 

 

 

Emploi en 2018 : 69% des sondés pensent que le chômage ne va pas baisser en 2018

Avec une croissance économique en hausse et des acteurs économiques plus confiants, sur le front de l’emploi, l’année 2018, s’annonce sous de meilleurs auspices que la précédente. Pourtant, selon un sondage effectué par Vivastreet, site leader de l’emploi de proximité, seulement 69% des sondés pensent que le chômage ne va pas baisser en 2018.1 Julien André, directeur emploi de Vivastreet, décrypte les tendances de ce début d’année.

 

Une année incertaine mais prometteuse 

Selon, les prévisions de l’Insee, le taux de chômage devrait passer de 9,7% à 9,4% de la population active en France d’ici mi-2018.
2 Pourtant de son côté, l’Unedic prévoit une simple stabilisation du nombre de chômeurs pour cette année 2018 (- 2 000).3 De plus, selon un sondage effectué par Vivastreet, deux tiers des sondés estiment que le chômage ne va pas reculer durant l’année à venir. Pourtant malgré ces incertitudes, un certain optimise se dégage en matière de recrutement. 

D’un point de vue économique, d’une part, les entreprises ont de meilleures perspectives de croissance sur le long terme. D’autre part, les dernières annonces du gouvernement et évolutions sur le plan législatif offrent davantage de flexibilité aux sociétés en termes de gestion de leur personnel. Par conséquent, la tendance actuelle est à l’anticipation comme le constate Julien André, Directeur emploi de Vivastreet : « Aujourd’hui nos clients sont plus confiants sur leurs perspectives de recrutements. La crise est derrière nous et de nombreux signaux sont au vert. Les entreprises anticipent et se dotent de solutions efficaces pour lancer des recrutements à tout moment. Avec un contexte économique favorable, cette année 2018 s’annonce prometteuse. » 


Une année de changement 

Cette année 2018 est à placer sous le signe du changement. Alors que le gouvernement s’est lancé dans les très attendues réformes de l’assurance chômage et de la formation, du côté des salariés, selon un sondage effectué par Vivastreet, 30% des personnes interrogées envisagent de changer d’emploi cette année.
1  Ce résultat peut être mis en relation avec les promesses du Président de la République, à savoir, qu’un salarié pourra percevoir son chômage après une démission ou que les indépendants devraient bénéficier d’une assurance chômage au même titre que les salariés. 

A ce sujet, une autre étude menée par Vivastreet, montrait que 33% des chômeurs se disaient prêts à créer leur propre entreprise d’ici moins d’un an et que 56% des utilisateurs du site seraient prêts à devenir entrepreneurs s’ils pouvaient bénéficier des mêmes droits à l’assurance chômage que les salariés, contre 45% s’ils bénéficiaient des mêmes droits à l’assurance maladie et à la retraite.
4 Tout cela démontre bien que même si les salariés envisagent de se lancer dans une démarche de changement professionnel, leur réflexion reste ancrée dans une perspective de sécurité. 

« Avec l’optimisme que nous constatons du côté des recruteurs et la flexibilité qui se dégage des mesures gouvernementales, il est normal que certains salariés réfléchissent à des changements dans leur carrière » commente Julien André. « Que ce soit pour effectuer une formation professionnelle, ouvrir son entreprise ou commencer son activité, le tabou de l’échec est en train de tomber et de plus en plus de salariés n’ont plus peur d’évoquer le sujet. » 



1 Sondages effectués au mois de décembre 2017 et janvier 2018 auprès de 2 497 utilisateurs de Vivastreet
2 lefigaro.fr, France : le taux de chômage en France devrait reprendre sa baisse, 19/12/2017 
3 20 minutes.fr, L’Unedic voit le chômage augmenter et ses déficits baisser moins vite que prévu, 25/10/2017 
4 Sondages effectués au mois d’octobre 2017 auprès de 2 853 utilisateurs de Vivastreet  


À propos de Vivastreet

VIVASTREET met à disposition des internautes plus d’un million d’annonces actives en permanence, en France. N°2 des sites de petites annonces gratuites, Vivastreet compte parmi ses catégories phares l’Emploi, l’Immobilier, l’Auto, ou encore les Animaux. Créé en 2004 par Yannick Pons et une équipe de professionnels français, Vivastreet est présent dans 13 pays et compte plus de 35 millions de visiteurs uniques par mois, dont près de 10 millions en France. Et pour couronner le tout, Vivastreet.com a été Elu Service Client de l’Année 2015, 2016 et 2017.

Le "Blue Monday" du lundi 15 janvier :

69% des Français se moquent du pire jour de l'année !

45% des femmes se sentent plus déprimées et 45% des hommes autant qu'en 2017

Mais 62% des Français pensent que l'année 2018 sera meilleure que 2017

 

Qapa.fr, partenaire emploi de tous les français, a réalisé un sondage* afin de savoir si le "blue monday" ; déclaré comme pire jour de l'année ; a une réelle incidence sur le moral des FrançaisDes résultats qui confirment que, même s'ils n'ont pas le moral, les Françaisenvisagent 2018 sous les meilleurs auspices.  

Lien officiel : www.qapa.fr

*Méthodologie : sondage effectué par e-mailing auprès de 4,5 millions d'inscrits sur la base Qapa.fr entre le 2 et 11 janvier 2018. Profils des personnes interrogées : 51% de femmes et 49% d'hommes.Tranches d'âges : 1% de 18-24 ans, 21% de 25-34 ans, 44% de 35-44 ans, 32% de 45-54 ans et 2% de plus de 55 ans. Toutes les informations mises en avant sont déclaratives.

"En 2017, nous avions demandé aux Français ce qu'ils pensaient de ce "blue monday". Ils avaient sans le savoir confirmé que le troisième lundi de l'annéeétait effectivement la pire de toutes les journées. 40% avaient ainsi déclaré être déprimés par le lundi et que janvier était le pire mois de l'année pour 37% d'entre eux. Heureusement, cette notion ne semble pas les influencer et la grande majorité garde un moral d'acier pour cette nouvelle année".

Stéphanie Delestre, fondatrice de Qapa.fr

Une date prouvée scientifiquement ?

La date du pire jour de l'année a été scientifiquement calculée par le psychologue Cliff Arnall, professeur à l'université de Cardiff au Pays de Galles en 2005. Une formule qui comprend le temps (W), la dette (D), le salaire mensuel (d), le bas niveau de motivation (M) et le sentiment de nécessité d'agir (Na): {[W + (D-d)] x T^Q} ÷ [M x N_a]. Mais peu de Français sont au courant de ce fait. Seulement 25% des femmes et 21% des hommes connaissent l'existence de cette date noire.

Saviez-vous que le troisième lundi de l'année était considéré comme la pire des journées ?

Réponses

Femmes

Hommes

Oui

25%

21%

Non

75%

79%

     

Un peu plus ou pareil ?

En ce début d'année, les Français se sentent partagés quant à leur moral. Ainsi, les femmes sont plus nombreuses (46%) à se sentir davantage déprimées que l'année dernière quand les hommes ne voient pas de différence (45%).

Vous sentez-vous plus ou moins déprimé(e) que l'année dernière à la même époque ?

Réponses

Femmes

Hommes

Plus

46%

37%

Pareil

43%

45%

Moins

11%

18%

     

"Blue Monday" ! Et alors ?

Le fait de connaître cette pire journée de l'année a-t-elle une influence sur le comportement des Français. Il semblerait que non pour 69% des personnes interrogées. Cependant, il est à noter que les femmes sont plus nombreuses (42%) à être touchées que les hommes (21%).

Le fait de savoir que le lundi 15 janvier est le pire jour de l'année influence-t-il votre état ?

Réponses

Femmes

Hommes

Oui

42%

21%

Non

58%

79%

     

2018 sera au top !

Bien loin d'être emprunte de pessimisme, la grande majorité des Français pense que l'année 2018 sera bien meilleure que celle précédente. C'est ce que déclarent 65% des femmes et 59% des hommes interrogés.

Selon vous, 2018 sera une année :

Réponses

Femmes

Hommes

Meilleure que 2017

65%

59%

Pareille que 2017

9%

12%

Pire que 2017

26%

29%

     

A propos de Qapa.fr

Qapa.fr est le partenaire emploi de tous les Français. 100% positif 0% souci. Qapa.fr rassemble aujourd'hui 4,5 millions de candidats, 200.000 nouveaux inscrits chaque mois et 400.000 offres d'emploi dans tous les secteurs et dans toute la France. En 2016, Qapa.fr a lancé le 1er service de recrutement d'intérimaires en temps réel 100% digital et mobile.

Harcèlement sur Internet, adolescents menacés

 

Près de 30 % des jeunes interrogés affirment avoir subi une forme de harcèlement sur Internet au cours de la dernière année

Ils sont jeunes, et même souvent très jeunes, passent une grande partie de leur temps sur les réseaux sociaux en ligne et, selon une étude récente de quatre universités italiennes, ne possèdent pas les connaissances de base nécessaires pour se protéger contre les risques de harcèlement sur Internet ou les tentatives d'approches d'individus mal intentionnés. 

Avira partage les résultats de cette étude afin que chacun prenne conscience de l'importance de sécuriser sa vie privée en ligne et d'en informer les enfants/adolescents.

Si la sécurité en ligne passe aussi par la lutte contre le harcèlement sur Internet, les données obtenues grâce à l'étude des universités Federico II de Naples, Sapienza et LUMSA de Rome et Cattolica de Milan dressent un tableau plus qu'alarmant de la situation. Les chercheurs des quatre universités ont interrogé 1 500 adolescents issus des trois régions d'Italie les plus peuplées (Lombardie, Latium, Campanie), et ont découvert que les cas de harcèlement sur Internet sont plus répandus que l'on ne pense.

Près de 30 % (27,8 % précisément) des jeunes interrogés affirment en effet avoir subi une forme de harcèlement sur Internet au cours de la dernière année, 20 % indiquent avoir reçu des messages de nature sexuelle et 5 % ont subi un clonage illégitime du profil de leur réseau social. 13,6 % des adolescents ont vu des photos publiées en ligne qu'ils n'auraient pas voulu rendre publiques.

Selon les personnes interrogées, la majeure partie des abus (39,6 %) a eu lieu sur Facebook ; le reste sur les messageries instantanées WhatsApp (31,7 %) et 14,3 % directement sur le téléphone portable par le biais d'appels et de SMS. Apparemment, Instagram est le réseau social le moins exposé au problème, avec seulement 8,1 % de victimes de harcèlement sur Internet.

Les utilisateurs des réseaux sociaux, et en particulier les plus jeunes, n'ont pas du tout conscience du caractère fondamental de la sécurité informatique : 40,3 % des adolescents possèdent un profil de réseau social « public », c'est-à-dire accessible à tous, et seulement 57 % l'ont paramétré comme privé, à savoir visible uniquement par leurs contacts.

Tentatives de harcèlement ou de violence sur Internet, chantage, vol de données personnelles, usurpation d'identité avec de faux profils, ou autre : les jeunes interrogés dans le cadre de l'étude s'exposent à des risques graves, avec des conséquences potentiellement irréversibles (dans le cas du vol de données sensibles) et il reste encore beaucoup à faire en matière de prévention – mais surtout d'éducation – pour ces jeunes netizens peu conscients de ce que signifie perdre le contrôle de son identité « virtuelle ».

Une légère évolution apparaît toutefois : la majeure partie des utilisateurs (60,4 %) a déjà mis en œuvre la solution la plus fréquente et immédiate, à savoir la suppression d'« amis » et de contacts non désirés ou manifestement malveillants ; certains (36,2 %) se sont abstenus de rendre publiques des informations pouvant nuire à leur image ; d'autres (25,1 %) ont utilisé pour leurs messages un code compréhensible uniquement de leurs amis réels et non virtuels. Les enseignants jouent également un rôle significatif, notamment en informant les jeunes sur la manière de se comporter avec leurs contacts en ligne (32 % le font déjà) ou dans des situations susceptibles de les perturber ou de les importuner (32,7 %).



A propos d'Avira
Avira protège les individus dans un monde connecté, en permettant à tout un chacun de gérer, de sécuriser et d'améliorer sa vie numérique. Avira regroupe ainsi sous son parapluie toute une gamme d'applications de sécurité et de performance pour Windows, Android, Mac, et iOS. À ceci s'ajoutent des partenariats OEM qui élargissent la portée de ses technologies de protection. Les solutions de sécurité Avira se retrouvent systématiquement en tête des tests indépendants en matière de détection, performance et convivialité. Aux mains de la même famille depuis des générations et employant 500 personnes, le siège d'Avira est situé en bordure du lac de Constance à Tettnang en Allemagne, et l'entreprise est représentée par son réseau de filiales à Munich, Bucarest, Pékin et dans la Silicon Valley. Une partie des ventes des produits Avira est reversée à la Fondation Auerbach qui finance des projets éducatifs et aide les enfants et familles dans le besoin. 
Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.avira.com.

 

Chiffre du jour

 

Rapport National sur l'Emploi en France : le secteur privé français a créé 111 000 emplois en 2017

Selon les résultats du Rapport National sur l’Emploi en France d'ADP®, le secteur privé français a enregistré la création de 111 000 emplois sur l'année 2017. Le rapport est établi à partir des effectifs déclarés des entreprises et mesure l'évolution de l'emploi dans le secteur privé non agricole, corrigée des variations saisonnières. Il apporte une indication mensuelle des tendances du marché du travail fondées sur des données réelles de l'emploi.

Principaux résultats du rapport des 12 mois de 2017 :

Total de l'emploi dans le secteur privé non agricole en France1 :     111 000

Focus sur 6 principaux secteurs1 créateurs d'emplois :

  • Commerce                                                                                         13 700
  • Services financiers                                                                            11 700
  • Services aux entreprises                                                                     7 300
  • Transports                                                                                           1 800
  • Immobilier                                                                                            1 550
  • Fabrication industrielle                                                                      - 4 600

-----------------------------------------------------------------------

Incluant 16 secteurs (cf. méthodologie du rapport)
Pour le détail des résultats et du modèle statistique utilisés pour les produire, veuillez consulter 
cette rubrique.

Pourquoi le Rapport National sur l'Emploi d'ADP est-il vraiment à prendre en compte ?
Voici 10 bonnes raisons :

1. Le Rapport National sur l’Emploi calcule la création d’emplois en France – ce qui est différent des données sur le chômage ;
2. Il apporte un éclairage complémentaire aux chiffres de l’Insee, de la DARES et de Pôle Emploi ;
3. Il est mensuel, et ne sort qu’une vingtaine de jours seulement après la clôture du mois ;
4. Le Rapport National sur l’Emploi US est un indicateur de référence aux Etats-Unis depuis 2006, repris par le gouvernement et les médias ;
5. Le Rapport National sur l’Emploi est diffusé en France depuis bientôt deux ans ;
6. Il est réalisé par ADP Research Institute en partenariat avec Moodys pour garantir des chiffres fiables ;
7. Il est réalisé à partir des statistiques d’effectifs déclarés d’un échantillon des clients français d’ADP - qui gère les données de 1,3 million de travailleurs français (hors secteur public) ;
8. De ce fait, ADP a une vision unique et incontournable du marché de l’emploi et de ses évolutions en France, tous secteurs confondus ;
9. Carlos Fontelas De Carvalho, Président Directeur-Général d’ADP en France, est le porte-parole pour le Rapport National sur l’Emploi en France et reste à la disposition des médias pour commenter et expliquer ces chiffres chaque mois ;
10. À découvrir en rencontrant ADP…

 

Via l'Emploi, le programme de FACE sur l'emploi des seniors, poursuit son déploiement et dévoilera son baromètre au printemps 2018

Dans le cadre du grand projet national « Via l'Emploi » déployé en partenariat avec AG2R LA MONDIALE, FACE a réalisé une enquête barométrique sur «L'emploi des Seniors » en France, avec l'Institut Français d'Opinion Publique (IFOP). Les résultats seront dévoilés au printemps 2018, en même temps que le lancement d'une plateforme hébergeant bonnes pratiques et auto- diagnostic sur la gestion des âges dans l'entreprise. 

Constatant la dégradation de la situation de l'emploi des seniors, la Fondation FACE, soutenue par AG2R LA MONDIALE, a lancé en 2017 un programme d'accompagnement de 2 années autour de la gestion des âges en entreprise.

 

1 450 000 offres d’emploi publiées sur Vivastreet en 2017 
6e année de croissance consécutive pour la catégorie emploi
 
Avec un chômage qui reste élevé, la recherche d’emploi demeure une question centrale dans la société française. Sur ce secteur, Vivastreet, le n°2 des sites de petites annonces en France, continue de croître pour la 6e année consécutive. En 2017, près de 3 millions de candidatures ont été envoyées pour 1,45 million d’offres d’emploi publiées. Ce volume d’annonce en hausse de 30% par rapport à 2016 témoigne de la confiance des clients accordée à Vivastreet qui continue à se positionner comme site de référence pour l’emploi de proximité en France.

Une référence pour trouver des emplois non-cadres 

Alors que l’ensemble des acteurs économiques sont optimistes en ce qui concerne la situation de l’emploi en France pour cette année 2018, en 2017, ce sont en moyenne plus de 153 602 annonces par mois qui ont été rendues disponibles sur le site Vivastreet à plus de 10 millions de visiteurs uniques. C’est une belle croissance pour le site qui offre aux recruteurs une belle visibilité et aux demandeurs d’emploi de bonnes opportunités de carrière en matière de poste de non-cadre, qui concernent plus de 80% de la population active en France. 


Les secteurs de la vente et de l’industrie : des métiers qui continuent à recruter 

Si cette année fut marquée par une forte poussée de l’intérim, c’est bien les emplois liés à la vente qui sont les plus proposés sur le site. Commerciaux, Vendeur Indépendant à Domicile (VDI) ou encore techniciens commerciaux, sont autant d’offres qui s’adressent à des gens motivés, aux profils différents, qu’ils soient expérimentés ou non. L’industrie est également un pan de l’économie française qui ne cesse de rechercher de nombreux profils. Sur le site que ce soit pour de la maintenance de site, de la mécanique ou de la conduite d’engins de manutention (cariste) les opportunités à temps plein et même en CDI ne manquent pas. 

Julien André, Directeur emploi de Vivastreet, analyse cette croissance : « Notre positionnement en tant que leader de l’emploi de proximité pour des non cadres est une réalité. Depuis 6 ans, nous ne cessons de démontrer l’efficacité de notre outil aux entreprises qui nous renouvellent leur confiance. Avec des offres qui s’adressent aussi bien aux PME-TPE qu’aux grandes entreprises, nous avons la possibilité d’offrir des emplois sur l’ensemble du territoire français, y compris les DOM-TOM, mais également à l’étranger. » 


Une année de fort développement 

Le site enregistre également une belle croissance au niveau commercial puisqu’il enregistre une progression de sa marge de 30%. Porté par une équipe de commerciaux spécialistes du marché de l’emploi, le service Freemium proposé par le site continue à porter ses fruits. En effet, pour les TPE-PME, le site propose de diffuser leurs annonces gratuitement sans limite de volume. Tandis que pour les grands-comptes, le site propose jusqu’à 10 emplacements gratuits et un accompagnement sur-mesure, toujours assisté par le meilleur service client de l’année 2018.1 La mission principale de Vivastreet reste d’aider les milliers de recruteurs et chefs d’entreprise partout en France à trouver le salarié idéal pour développeur leur activité. 

Grégoire Berthier Responsable, commercial emploi de Vivastreet, commente : « L’efficacité de Vivastreet n’est désormais plus à prouver, que ce soit pour une TPE, un grand-compte ou une agence d’intérim. Leurs attentes étaient simples en 2017 : pouvoir intensifier la publication de leurs annonces à tout moment sur le site et obtenir des candidatures de qualité. Nos formules d'abonnement en illimité Premium répondent parfaitement à ces besoins et permettent également de mettre en avant leur marque employeur sur un site à large audience. Dans un contexte économique plus favorable pour l’emploi, l’année 2018 s’annonce encore plus prometteuse. » 



Chiffres clés

  • 6ème année de croissance pour Vivastreet Emploi
  • Des revenus en hausse de 30%
  • 1 446 208 offres d’emploi publiées en 2017
  • Une moyenne de 153 602 annonces en ligne sur 2017
  • 2 987 652 candidatures adressées aux recruteurs
  • Des références clients de plus en plus nombreuses : Club Med, Century21, Yoopala, Randstad, Adecco, Wurth, Kiloutou, Michael Page, Euromaster, Fraikin, Norauto, Laforêt …

1Catégorie Petites Annonces – Étude BVA Group– Viséo CI – mai à juillet 2017 – Plus d’infos sur escda.fr.

À propos de Vivastreet
VIVASTREET met à disposition des internautes plus d’un million d’annonces actives en permanence, en France. N°2 des sites de petites annonces gratuites, Vivastreet compte parmi ses catégories phares l’Emploi, l’Immobilier, l’Auto, ou encore les Animaux. Créé en 2004 par Yannick Pons et une équipe de professionnels français, Vivastreet est présent dans 13 pays et compte plus de 35 millions de visiteurs uniques par mois, dont près de 10 millions en France. Et pour couronner le tout, Vivastreet.com a été Elu Service Client de l’Année 2015, 2016 et 2017.

 

Bonjour,

CMS Group, cabinet ouvert à l'international recrute et forme des

DEVELOPPEUR/EUSES BIG DATA.

Vous êtes titulaire d'un bac+3 minimum et avez une bonne maitrise de l'anglais,

Vous désirez grâce à votre bagage scientifique vous orienter vers le secteur du développement informatique. 

 

CMS Group  vous propose une spécialisation BIG DATA et une formation gratuite d'environ 3 mois dans ce domaine débouchant sur un CDI. 

Même si vous n'avez jamais exercé dans le développement et que vous avez le gout pour ce secteur, ce poste est fait pour vous.

Merci d'envoyer CV et lettre de motivation à l'adresse suivante : 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

en indiquant en objet le numéro de l'offre : 065GFNR.

Descriptif de l'offre :

Vous aurez comme principales missions de participer à la mise en place de solutions BigData auprès de nos différents clients ou vous intégrerez une équipe BigData déjà présente.
Vous participerez au développement des technologies innovantes (Hadoop, Yarn, Scala, Spark, Kafka, Cassandra, ELK, Python, Java).
Vous serez force de proposition sur les solutions techniques à mettre en œuvre (HDFS, ETL, MapR, NoSql : MongoDB, Cassandra,..).
Vous participez au développement des solutions dans une approche Agile (Scrum,Kanban).
Vous assurerez une veille technologique autour du Big Data avec notre pole d'expertise BigData.

 

Les Français sont-ils prêts à tout pour un job de rêve ?

96% des Français n'ont pas le travail dont ils rêvaient

52% des hommes se disent prêts à tout contre 44% des femmes

76% des Français sont capables d'écraser les autres pour un job de rêve

72% peuvent trahir, 65% mentir, 40% tout quitter, 36% coucher et 2% tuer !  

Pour savoir de quoi les Françaises et les Français seraient capables pour décrocher le meilleur des travailsQapa.fr, partenaire emploi de tous les français, a interrogé* plus de 4,5 millions de candidats sur des questions très épineuses. 1 Français sur 2 serait-il donc prêt à tout pour réussir ? Lien officiel : www.qapa.fr

*Méthodologie : sondage effectué par e-mailing auprès de 4,5 millions d'inscrits sur la base Qapa.fr entre le 12 et le 19 janvier 2018. Profils des personnes interrogées : 49% de femmes et 51% d'hommes.Tranches d'âges : 1% de 18-24 ans, 22% de 25-34 ans, 43% de 35-44 ans, 33% de 45-54 ans et 1% de plus de 55 ans. Toutes les informations mises en avant sont déclaratives.

"On dit souvent que l'on est prêt à tout pour atteindre ses objectifs. En ce qui concerne le travail, il semblerait que les Français soient partagés et qu'une bonne moitié d'entre eux garde un peu la tête sur les épaules. Cependant, 48% des Français déclarent qu'ils seraient prêts à tout pour décrocher le job de leur rêve... et même parfois au pire ! ".

Stéphanie Delestrefondatrice de Qapa.fr

"I have a dream..."

Malheureusement, les Français ne sont que très peu à être parvenus jusqu'au job de leurs rêves. En effet, seulement 6% des femmes et 3% des hommesdéclarent avoir actuellement le travail dont ils rêvaient.

Avez-vous actuellement un job de rêve ?

Réponses

Femmes

Hommes

Oui

6%

3%

Non

94%

97%

     

Les hommes prêts à tout... mais pas les femmes !

Pour réussir à décrocher le job dont les Français rêvent, ils ne semblent pas tous être prêts à faire n'importe quoi. Ainsi, les hommes sont 52% à avouerêtre capables de tout pour avoir un meilleur travail quand les femmes disent l'inverse à 56%.

Seriez-vous prêt(e) à tout pour décrocher un job de rêve ?

Réponses

Femmes

Hommes

Oui

44%

52%

Non

56%

48%

     

Ecraser, trahir, mentir, abandonner, coucher ou tuer ?

Parmi le classement des actes dont les Français seraient capables pour décrocher le travail de leurs rêves, c'est le fait d'écraser les autres qui arrivent en tête pour plus de 74% des femmes et 78% des hommes interrogés. La trahison arrive en deuxième place pour 72% des femmes et 71% des hommes, juste devant le mensonge pour 68% des femmes et 61% des hommes. 36% des femmes et 43% des hommes peuvent tout abonner pour un meilleur travail et si 49% des hommes sont même prêts à coucher pour y arriver seulement 22% des femmes en sont capables. Enfin, et bien heureusement, seulement 1% des femmes et 3% des hommes se disent prêts à tuer pour décrocher le job de leur rêve.

A quoi seriez-vous prêt(e) pour décrocher le job de vos rêves ?

Réponses

Femmes

Hommes

Ecraser les autres

74%

78%

Trahir

72%

71%

Mentir

68%

61%

Tout quitter (famille, amis, etc.)

36%

43%

Coucher

22%

49%

Tuer

1%

3%

     

A propos de Qapa.fr

Qapa.fr est le partenaire emploi de tous les Français. 100% positif 0% souci. Qapa.fr rassemble aujourd'hui 4,5 millions de candidats, 200.000 nouveaux inscrits chaque mois et 400.000 offres d'emploi dans tous les secteurs et dans toute la France. En 2016, Qapa.fr a lancé le 1er service de recrutement d'intérimaires en temps réel 100% digital et mobil

 

 

Jeudi 8 mars 2018 :

21e édition de la Journée Nationale de l’Audition sur le thème

« Acouphènes et hyperacousie : fléaux du 21e siècle ? »

L’association JNA, organisatrice de cet événement, a choisi cette année de s’intéresser de près à cette pathologie qui gâche la vie de millions de français.
En 2014, une première évaluation des acouphènes a été réalisée par l’association JNA grâce à une enquête réalisée avec l’institut Ifop. Cette enquête montrait que 25% des individus interrogés souffraient d’acouphènes de manière permanente ou passagère. En extrapolant à la population générale, cela représente 16 millions de Français qui ressentent des acouphènes de temps à autres dont 12 millions en permanence. Toutes les tranches d’âges étaient concernées. L’Organisation mondiale de la Santé estime que 20% de la population mondiale est affectée par les acouphènes et/ou l’hyperacousie. Selon l’association France Acouphènes, ces sifflements ou bourdonnements d’oreille altéreraient l’état de santé de 15% de Français.
Alors que médecins ORL, médecins généralistes et médecins du travail font état de leurs inquiétudes, qu’en est-il en 2018 ? L’enquête IFOP/JNA qui sera réalisée par l’association JNA en février 2018 permettra d’évaluer la prévalence de ces symptômes au sein de la population française. D’ores et déjà et pendant toute cette campagne nationale,  le collectif JNA mobilisera les associations de patients et les professionnels de santé pour alerter les pouvoirs publics des effets délétères de l’absence de reconnaissance de ces symptômes parmi les handicaps invalidants. 

Ouverture d'un espace de travail partagé - coworking - permanent  au pôle entrepreneurial de VIDALON - à partir du 1er février 2018

le pôle entrepreneurial de Vidalon propose aujourd'hui une large gamme de services destinés aux acteurs économiques du territoire :
- des solutions d'hébergement: une pépinière d'entreprises, un ensemble de bureaux et salles de réunion/de formation de toutes tailles,
- des solutions d’accompagnement aux projets développées avec un réseau de partenaires,
- des actions visant à informer et mettre en réseau des acteurs économiques du territoire,
 
L'offre de services du Pôle entrepreneurial de Vidalon s'étoffe au 1er février 2018 avec l'ouverture d'un espace de travail partagé permanent (coworking) du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30.
Tarif : 5 € l’accès journalier - 30 € l'accès mensuel
 
 
Cet espace de travail collaboratif, animé en partenariat avec l'association territoire en réseau, est destiné aux porteurs de projets, étudiants, indépendants, entrepreneurs, freelances, salariés nomades, créateurs d’entreprises, télétravailleurs.
 
L'espace de coworking met à disposition :

Salle conviviale avec écran connecté
Connexion internet câble ou wifi via un accès THD (très haut débit)
Espace de rencontres, machine à café
Salle de restauration équipée pour vos repas
Des animations thématiques
 
N'hésitez pas:
à en parler autour vous,
à partager et aimer la page facebook,
à venir vous faire payer le café !
et rencontrer vos nouveaux voisins de pallier !
 
Vous souhaitez en savoir plus > https://annonayrhone.tech/coworking/
 
 
 
 
 
 
 
 
b5e62d738f1e28a95335862985ef0ac27d26fff9@zimbra" src="https://webmail1p.orange.fr/webmail/fr_FR/download/Download.html?IDMSG=229391&PJRANG=2.2&NAME=coworking.png&FOLDER=INBOX&STREAM_TYPE=IMAGE&EMBEDDED=true" style="margin: 0px; padding: 0px;">
 
 
 
 
Ophélie JOUVENON
Chargée de développement économique
Service Développement économique - Pôle Développement du Territoire
Annonay Rhône agglo 
 
La Lombardière - BP 8 - 07430 DAVEZIEUX
04 75 67 24 51 - 06 75 39 91 78
www.annonayrhoneagglo.fr
 
 

 

Les réseaux sociaux vont-ils capter toute la recherche d'emploi ?

Les 2 premiers réflexes des Français pour rechercher un emploi :

N°1 : les sites web à 33% et N°2 : les réseaux sociaux à 30%

43% des Français trouvent les réseaux sociaux plus efficaces pour décrocher un job

Facebook avec 41% de recherches devance LinkedIn avec 33%

Paris29 janvier 2018

La recherche d'emploi ne cesse d'évoluer chaque année.

Qapa.fr, partenaire emploi de tous les français, a sondé* plus de 4,5 millions de candidats sur leur recherche d'emploi et les canaux qu'ils privilégient en 2018. Des résultats qui montrent l'avènement grandissant des réseaux sociaux devant tous les autres moyens existants.QAPA recrute ainsi plus de 50% de ses intérimaires en temps réel sur les réseaux sociaux.  

Lien officiel : www.qapa.fr

*Méthodologie : sondage effectué par e-mailing auprès de 4,5 millions d'inscrits sur la base Qapa.fr entre le 16 et 24 janvier 2018. Profils des personnes interrogées : 50% de femmes et 50% d'hommes.Tranches d'âges : 4% de 18-24 ans, 20% de 25-34 ans, 40% de 35-44 ans, 34% de 45-54 ans et 2% de plus de 55 ans. Toutes les informations mises en avant sont déclaratives.

"Il y a encore 3 ans on ne trouvait absolument pas d'offre d'emploi sur les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter et encore moins sur Instagram mais uniquement sur des sites professionnels réservés aux cadres tel que LinkedIn. Or, depuis 2017, tout s'est inversé et les offres d'emploi se retrouvent à présent majoritairement sur les réseaux sociaux. Tous les grands groupes et entreprises ont leur page de recrutement sur les trois réseaux principaux et, quand ils le peuvent, bénéficient également d'uncommunity manager sur Snapchat pour recruter des millénials. De leur côté, les TPE et PME diffusent et promeuvent directement leurs offres d'emploi sur des groupes dédiés à l'embauche, avec une efficacité accrue grâce aux communautés très actives en recherche d'emploi. ".

Stéphanie Delestre, fondatrice de Qapa.fr

Reflex numérique à l'honneur

En 2018, lorsque les Français recherchent un emploi, leur premier reflex n'est plus de consulter les petites annonces comme jadis. Ce sont les sites d'emploi qui arrivent en tête pour 33% des Français, juste devant les réseaux sociaux avec plus de 30%. Ensuite, les Français font appel à leurs amis et connaissance (14%) avant de faire appel aux services des agences d'intérim (13%). Le site Pôle Emploi n'arrive qu'en cinquième position (7%), et est suivi des petites annonces (1,5%) et des candidatures spontanées (1,5%).  

Quel est votre premier reflex pour chercher un emploi ?

Réponses

Femmes

Hommes

Les sites d'emploi

32%

34%

Les réseaux sociaux

29%

31%

Le relationnel, les amis ou proches

12%

16%

Agences Intérim

13%

14%

Le site Pôle Emploi

11%

2%

Les petites annonces

1%

2%

Candidature spontanée

2%

1%

     

Les réseaux sociaux en tête

En termes d'efficacité dans leur recherche d'un emploi, 43% des Français trouvent que les réseaux sociaux sont les plus performants et arrivent donc en tête. Les sites d'emploi restent malgré tout très compétitifs pour 31% des personnes interrogées loin devant les agences d'intérim en 3ème position (avec 15% de votes), le relationnel(9%), les petites annonces (2%), Pôle Emploi (1%) ou les candidatures spontanées (0%).

Classez du plus efficace au moins efficace les différents moyen pour trouver un emploi :

Réponses

Femmes

Hommes

Les réseaux sociaux

45%

41%

Les sites d'emploi

32%

29%

Agences Intérim

12%

17%

Le relationnel, les amis ou proches

8%

10%

Les petites annonces

2%

2%

Pôle Emploi

1%

1%

Candidature spontanée

0%

0%

     

Facebook devant LinkedIn

Parmi tous les réseaux sociaux existants, c'est Facebook qui décroche la palme de ceux préférés par les Français pour trouver un emploi avec 41% des votes. Il détrôneainsi LinkedIn qui reste tout de même en deuxième position avec 33%. En troisième positionplus de 9% des Français utilisent Twitter.

Quel est votre réseau social préféré pour décrocher un emploi ?

Réponses

Femmes

Hommes

Facebook

40%

42%

Linkedin

31%

35%

Twitter

9%

10%

Instagram

5%

1%

Snapchat

1%

1%

Autre :

14%

11%

     

Instantanéité et proximité

Grâce aux réseaux sociaux, les demandeurs d'emploi obtiennent immédiatement les réponses à leurs questions. Cette instantanéité séduit plus de 60% des Français qui ont donc l'impression de postuler en temps réel.

Les réseaux sociaux apportent également aux demandeurs d'emploi une proximité qu'ils ne retrouvent pas sur les pages de recrutement des entreprises et sur les sites d'emploi traditionnels et que recherchent 59% des Français.

En effet, sur les réseaux les candidats posent en direct leurs questions aux recruteurs ou à la communauté. Des interrogations qu'ils n'osent pas parfois poserdirectement aux recruteurs lors des entretiens d'embauche.

"Chez Qapa.fr, nous avons obtenu un record en terme de durée d'embauche : 4 minutes seulement entre le moment où une mission de serveur/serveuse à Paris a été postée sur un de nos groupes Facebook et le moment où le serveur a effectivement signé son contrat de travail".

Stéphanie Delestre, fondatrice de Qapa.fr

Qu'est-ce que vous préférez avec les réseaux sociaux ?

Réponses

Femmes

Hommes

L'instantanéité et la rapidité

58%

62%

La proximité et la communication avec les recruteurs

66%

51%

L'efficacité

44%

60%

L'outil actuel en phase avec mon temps

12%

15%

     

L'intérim devant les CDI pour les recherches sur les réseaux sociaux

En ce qui concerne les types de postes que les Français recherchent le plus sur les réseaux sociaux, ce sont les contrats d'Intérim qui arrivent en tête pour 62% des femmes et 69% des hommes interrogés. Ils sont juste au dessus des CDI avec 65% de femmes et 61% d'hommes. Enfin les CDD arrivent en troisième place avec seulement 44% de votes.

Sur les réseaux sociaux vous recherchez un poste :

Réponses

Femmes

Hommes

Intérim

62%

69%

En CDI

65%

61%

En CDD

48%

40%

Stages

25%

10%

Contrat apprentissage, qualification, etc.

18%

9%

Tous

35%

38%

     

QAPA recrute 50% de ses intérimaires sur les réseaux sociaux

Depuis sa création en 2011, Qapa a largement investi les réseaux sociaux.

Ainsi, Qapa bénéficie d'une page Facebook "OnlyJob France" déclinée en plusieurs groupes géographiques (OnlyJob#IDF, #Nord-Est#Sud-Est#Sud-Ouest#Nord-Ouest), d'une page Instagram dédiée appelée " Emploi_france ", une page Snapchat " Qapaintérim ", un fil Twitter @QapaNews et un groupe LinkedIn.

Grâce à cette présence sur les réseaux sociaux, Qapa est en contact avec plusieurs centaines de milliers de candidats inscrits dans tous les secteurs et répartis sur tout le territoire français et très actifs.

"Chaque jour nous publions plusieurs dizaines d'offres et signons des contrats avec plusieurs centaines de candidats qui commencent leur job dans les 2 heures. Vu le marché, nous pouvons affirmer que Qapa est le leader du recrutement sur les réseaux sociaux avec la mise en place de groupes et de canaux sur tous les secteurs et dans toute la France".

Stéphanie Delestre, fondatrice de Qapa.fr

A propos de Qapa.fr

Qapa.fr est le partenaire emploi de tous les Français. 100% positif 0% souci. Qapa.fr rassemble aujourd'hui 4,5 millions de candidats, 200.000 nouveaux inscrits chaque mois et 400.000 offres d'emploi dans tous les secteurs et dans toute la France. En 2016, Qapa.fr a lancé le 1er service de recrutement d'intérimaires en temps réel 100% digital et mobile.

 

la Fédération Française Sports pour Tous.
Son ambition est de permettre à chacun de pratiquer l'activité qui lui plaît en adéquation avec ses capacités et ses éventuelles pathologies.

Objectif : zéro oublié ! Personne ne doit se sentir inapte, il existe un sport (au moins !) pour chacun, il faut juste trouver lequel. 
Une idée extraordinaire devenue réalité il y a plus de 50 ans et qui continue aujourd'hui encore d'être un enchantement. Dans ce conte, pas de baguette magique ou de carrosse flamboyant, mais la volonté exceptionnelle d'êtres humains qui ont décidé de s'ouvrir aux autres grâce au sport. 

La Fédération Française Sports pour Tous, c'est une chaîne humaine sans précédent, l'union de forces et de talents, qui permet à des centaines de milliers de femmes, d'hommes et d'enfants de s'épanouir chaque jour.
Courir, sauter, jouer, transpirer, se rencontrer… Mais aussi échanger ! Rire ! Guérir ! Et prendre du plaisir ! Avec ses 3200 clubs, et ses 5200 animateurs, la Fédération Française Sports pour Tous ouvre ses bras à tous, partout, tout le temps.

 

L'IA SOPHiA entre dans une nouvelle ère pour lutter contre le cancer en intégrant l'expertise enradiomique du mathématicien français Thierry Colin

Thierry Colin, le mathématicien français avant-gardiste apporte son expertise à SOPHiA GENETICS. L'IA SOPHiA devient la première technologie compétente engénomique et radiomique pour lutter contre le cancer.

Nantes - France le 24 janvier 2018, SOPHiA GENETICS, le leader mondial de la médecine basée sur les données (Data-Driven Medicine), annonce depuis la 9èmeédition des Assises de Génétique Humaine et Médicale que le Mathématicien de renom Thierry Colin a rejoint la compagnie pour renforcer l'IA SOPHiA en intégrant son expertise en modélisation numérique en radiologie. SOPHiA devient ainsi la première technologie à combiner génomique et radiomique pour combattre le cancer.

Thierry Colinmathématicien français, chercheur à l'INRIA (Institut de Recherche en Sciences du Numérique) et professeur à Bordeaux INP a passé ces dix dernières années à travailler sur le sujet de la modélisation du cancer à partir d'images radiologiques. La technologie qu'il a développé avec son équipe de l'INRIA, dans le cadre du projet Nénuphar, est basée sur la description mathématique de la croissance tumorale afin d'estimer l'évolution d'une tumeur (taille, volume, position et agressivité) en analysant un certain nombre d'images résultant d'un ou plusieurs examens radiologiques consécutifs du patient (IRM, TEP ou scanners). Ces données sont désormais intégrées et traitées afin d'améliorer le diagnostic, le pronostic et le suivi du patient.

SOPHiA est rapidement devenu la technologie de choix des cliniciens pratiquant des tests génomiques partout dans le monde et est utilisée par plus de 400 hôpitaux dans 55 pays. En France, où la génomique clinique est bien déployée, 45 hôpitaux ont fait confiance à SOPHiA en 2017 pour diagnostiquer plus de 25'000 patients. La compagnie, fer de lance de la médecine basée sur les données entre aujourd'hui dans une nouvelle ère pour lutter contre le cancer. SOPHiA va désormais être utilisée tout au long du parcours patient. Dès le premier jour avec la détection d'une tumeur solide sur la base d'imagerie médicale. Et semaines après semaines en combinantles données d'imagerie et le profil moléculaire pour permettre aux cliniciens de gagner en temps et en précision et ainsi pouvoir prendre des décisions complexes le plus tôt possible.

« Nous sommes extrêmement fiers d'accueillir Thierry Colin et l'équipe Nénuphar au sein de SOPHiA GENETICS. La France est un territoire très important pour notre développement et cette démarche est pour nous l'occasion de nous ancrer dans des projets R&D forts qui vont avoir un impact direct et rapide sur la prise en charge des patients souffrant du cancer » explique, Jurgi Camblong, CEO et cofondateur de SOPHiA GENETICS depuis la conférence mondiale de médecine personnalisée (PMWC) à Mountain View (CA).

« La mission et l'approche de SOPHiA GENETICS sont absolument uniques. Allier mathématiques et sciences pour créer une intelligence collective et ainsi mieux diagnostiquer et traiter les patients est quelque chose qui a motivé mes efforts de recherche ces 10 dernières années. En rejoignant SOPHiA GENETICS les modèlesmathématiques créés avec l'équipe Nénuphar vont être rapidement déployés aux 4 coins du monde. Combiner radiomique et génomique sera transformationnel pour la prise en charge des patients en oncologie » décrit, Thierry Colin depuis les Assises de Génétique Humaine et Médicale à Nantes.

Les modèles mathématiques de Nénuphar ont déjà fait leurs preuves sur le cancer du poumondu rein, les gliomes et les méningiomes. Les gliomes représentent 30% des tumeurs du cerveau et les traitements disponibles (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie et immunothérapie) ont des effets secondaires très lourds. Il est important de combiner l'analyse des images de type MRIs et PET-scan aux données médicales du patient et au profil génomique de la tumeur afin de fournir un pronostic de réponse au traitement.

« L'intégration de capacités mathématiques dédiées à la radiomique va permettre aux hôpitaux utilisant SOPHiA de faire un suivi longitudinal du patient. Grâce àSOPHiA, les cliniciens vont disposer d'un outil complet intégrant les dimensions spatiale et temporelle obtenue par l'imagerie médicale et la compréhension profonde de la nature biologique de la tumeur issue de son profil génomique. C'est un pas de plus vers la mise en place d'une médecine personnalisée prédictive au bénéfice des patients.  La prise en charge des patients et la qualité des soins seront ainsi améliorées tout en permettant de rationaliser les ressources disponibles. » s'enthousiasme lePr François H. Cornelis de l'hôpital Tenon à Paris.

"La personnalisation des traitements en oncologie est en cours grâce à l'utilisation de tests biologiques et génétiques de plus en plus performants et précis. Mais de nombreuses données disponibles en pratique clinique (données d'imagerie, données cliniques) ne sont pas agrégées à ces données génétiques. Avec le recrutement des compétences de Thierry Colin et de son équipe, SOPHiA GENETICS propose une IA  regroupant tous les éléments accumulés pendant le parcours de soin du patient. Cette technologie ouvre la porte d'une médecine encore plus prédictive et personnalisée. » commente le Prof. Jean-Yves Blay, Directeur Général du Centre Léon Bérard à Lyon.

###

A propos de SOPHiA GENETICS: Leader mondial de la Médecine basée sur les données, SOPHiA GENETICS est une tech compagnie qui a développé l'IA SOPHiA, la technologie la plus avancée pour la génomique clinique, aidant les professionnels de santé à mieux diagnostiquer et traiter les patients. Le réseau mondial de 400 institutions dans 55 pays qui utilisent la plate-forme d'analyse SOPHiA DDM® constitue la plus grande communauté de génomique clinique au monde. En permettant l'adoption rapide de tests génomiques dans le monde entier, en transformant les données en informations cliniques exploitables et en partageant le savoir à travers sa communauté, SOPHiA GENETICS démocratise la médecine basée sur les données pour sauver des vies. Site web : http://www.sophiagenetics.com

SOPHiA GENETICS est sur Twitter, suivez-nous @SOPHiAGENETICS | Pour toutes demandes, merci de contacter M. Rohit Chandra-Mouli, Chargé des relations media :  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. _body" class="adr black-to-orange contextEntry" target="_blank" style="border: 0px; color: rgb(68, 68, 68); text-decoration-line: none;"> Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  or +41 79 378 15 43.

 

PLANNING DES EVENEMENTS LORS DU RALLYE MONTE-CARLO HISTORIQUE 2018

Jeudi 1er février

       19h :soirée Rock’n love (tout public)

       19h45 : inauguration de la nouvelle concession Alpine (soirée privée), Renault Valence, 5 rue Maurice René Simonet

 

vendredi 2 février

       14h : Inauguration du Racing Legend Show, salon dédié à l’univers de la course historique auto et moto (2, 3 et 4 février), Parc des expositions

Samedi 3 février

       10h-20h : Village du Rallye (animations, expositions, dégustations)

       A partir de 15h : arrivée des pilotes

Dimanche 4 février

       A partir de 06h50:  départ des pilotes pour l’étape de classement

       10h-20h : Village du Rallye (animations, expositions, dégustations)

       A partir de 16h : arrivée des pilotes

       Dès 18h :  soirée inaugurale (sur invitation)

 

Lundi 5 février

       A partir de 06h30 : départ des pilotes pour la 1re partie de l’étape commune

       14h-20h : Village du Rallye (animations, expositions, dégustations)

       A partir de 17h05 : arrivée des pilotes

       19h : soirée des pilotes (sur invitation)

 

Mardi 6 février à partir de 05h15 : départ des pilotes pour la 2e partie de l’étape commune vers Monaco