Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 29/10/2019, 10:25 par Claire Mollien
Ce pas, Emmanuel Poil, 49 ans, l’a franchi. Dès 14/15 ans déjà, il se passionne bénévolement pour les fouilles
Publié le 29/10/2019, 10:23 par Claire Mollien
Divers articles parus ... dont une nécrologie .. Boffres
Publié le 29/10/2019, 10:05 par Claire Mollien
des-infos-encore-des-infos-un-pot-pourri-de-lectures-pour-la-toussaint-en-partageavec un immense merci à Pierre-Jean Llorens pour sa large contribution à cette rubrique : Recrutement : la fin des salles d'entretien...

Merci Pierre Jean Llorens pour cet éclairage ; la connaissiez vous ? et bien voilà qui est fait..

Cette association a pour but d’œuvrer pour la protection de l’environnement, notamment de la qualité de l’eau à l’état naturel ou distribuée, et pour la défense des consommateurs. http://seaus.free.fr/

L’association S-eau-S, à la fois association de protection de l’environnement, association de consommateurs et association d’écologie politique (au sens associatif du terme), est le fruit d’expériences multiples.

http://seauxs.free.fr/S-Eau-S%20Definitif.pdf

1989 : création, à Landerneau, de l’association Landerneau-Ecologie, association d’écologie politique, au sens large du terme. 

L’Eau et les déchets urbains sont deux de ses thèmes de réflexion privilégiés. L’association mène une série de tests des nitrates sur les marchés en utilisant des bandelettes portant un indicateur coloré.

1991 : Landerneau-Ecologie fait appel à souscription pour acheter un spectrophotomètre de laboratoire afin de faire des mesures de taux de nitrates de grande précision. Environ 150 souscripteurs répondront. Pour gérer ce matériel est créée l’association Analyses et Environnement. Laboratoire de contrôle indépendant.

Une équipe de bénévoles sillonne les marchés du Finistère et participe aux rassemblements divers. Le matériel est aussi utilisé pour la sensibilisation du milieu scolaire. Des enseignants font appel à l’association.

1993 : A l’occasion de la lutte contre un barrage dans le centre Finistère, l’association est à l’origine de la création du Collectif Eau Pure du Finistère qui coordonne l’essentiel des associations actives dans le domaine de l’eau.

1996 : Les Verts Bretagne prennent l’initiative d’une campagne S-eau-S à laquelle s’associent plusieurs associations dont Analyses et Environnement. Il s’agit de faire parvenir au préfet de chaque département une bouteille d’eau, vidée de son contenu, et dans laquelle sera placé un message réclamant le retour à la qualité de l’eau dans la nature et au robinet. Plusieurs milliers de bouteilles seront ainsi acheminées par la poste vers les préfectures.

A la suite de cette campagne l’association Analyses et Environnement se transforme en Association S-eau-S, à vocation régionale, puis nationale.

1997 : S-eau-S s’oriente vers la gestion économique de l’eau et se bat pour la baisse du prix de l’eau et un prix plus équitable (lutte contre l’existence de parts fixes dans la facturation). L’association marque son originalité : elle établira le lien entre 
associations de protection de l’environnement et associations de consommateurs. Elle s’intéressera à la problématique de l’eau sous toutes se dimensions (y compris au niveau mondial)

1998 : Gérard Borvon, président de S-eau-S est nommé au Comité de Bassin Loire Bretagne (jusqu’en 2004) et au Comité National de l’Eau (jusqu’en décembre 2008).

2000 : Publication du livre S-eau-S, l’eau en danger, par Gérard Borvon aux éditions Golias. Ce livre est, en particulier, alimenté par les expériences vécues par Analyses et Environnement et S-eau-S.

A partir de 2000 : Les initiatives se multiplient, de nombreux livres sont publiés. S-eau-S est partie prenante de ces mobilisations, du niveau local jusqu’au niveau international.

2008 : S-eau-S a acquis une notoriété certaine et agit essentiellement comme un réseau qui collecte les information et met en relation les compétences. C’est le lieu de rencontre, pour un échange de réflexions ou pour des actions communes, de personnes et d’associations qui n’ont pas nécessairement le problème de l’eau comme objet principal.

Le site internet de S-eau-S est devenu un outil de communication essentiel et est en relation avec plusieurs sites analogues, y compris sur le plan international. La réflexion sur l’aide au développement des pays du sud dans le domaine de l’eau et de l’assainissement y a pris une place importante.


http://www.espace-sciences.org/archives/science/16350.html