Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 25/09/2018, 08:14 par Claire Mollien
Pour poursuivre dans la lancée des portraits de ce mois d’août, découvrons ceux croisés de commerçants au long cours devenus une...
Publié le 25/09/2018, 08:13 par Claire Mollien
Cette semaine, nous découvrons une jeune femme, Charlotte GROETZ, qui vient de s’installer avec son mari en
Publié le 25/09/2018, 08:11 par Claire Mollien
Qui ne connaît pas la Boucherie du Centre Bourg? Une belle histoire de transmission vient de

..que nous devons, comme toujours, à notre bienveillant et productif Pierre-Jean Llorens, merci à lui !

Le poivre noir et le curcuma l’association complémentaire…

Le poivre côté cuisine

Selon sa maturité et sa préparation, le poivre (Piper nigrum) se retrouve sous diverses couleurs et dénominations, un peu comme le thé :
● Vert, il est cueilli avant maturité et conservé dans un endroit humide.
● Rouge, il est cueilli à pleine maturité.
● Noir il est cueilli à maturité, puis fermenté et séché.
● Blanc, il est débarrassé de son enveloppe et possède donc une saveur moins intense. Et enfin Gris, il résulte d’un mélange entre le blanc et le noir et ne se retrouve que moulu. Toutefois, si vous devez donner un seul conseil à vos clients, pour qu’il conserve toutes ses saveurs, dites-leur de choisir le poivre toujours en grains pour le moudre juste au dernier moment, 1 ou 2 minutes avant la fin des cuissons. Comme toutesles épices, il se marie avec la plupart des aliments : légumes et légumes secs, viandes et poissons… Il s’intègre aussi facilement aux vinaigrettes et peut même se mêler à des desserts à base de chocolat noir et de fruits, telles les fraises, l’ananas ou les figues.

Le poivre côté santé

Pour limiter la consommation de sel
Son utilisation dans la cuisine devrait quasiment devenir systématique afin de limiter au maximum l’adjonction de sel dans les plats. Il est donc tout particulièrement recommandé aux personnes qui souffrent d’hypertension pour limiter au maximum l’utilisation du sel car il permet de relever tous les plats insipides à côté de toute la palette de goût qu’offrent en général les épices.
Pour favoriser la digestion
Le poivre est réputé pour être stomachique, c’est-à-dire qu’il favorisela digestion des graisses et des glucides. Il est désormais bien connu pour atténuer les flatulences causées par la consommation de légumes secs types haricots blancs ou rouges. Toutefois, il est à déconseiller chez les personnes ayant des ulcères digestifs (estomacs ou intestins). Mais, mise à part ces situations précises, il est désormais bien reconnu que la pipérine qu’il contient permet d’améliorer sensiblement la disponibilité de certains autres composants alimentaires comme cela est le cas avec la curcumine du curcuma.

Le curcuma côté cuisine

Encore nommé safran des indes, le curcuma longa est l’une des principales épices qui compose le curry. C’est lui qui lui donne sa couleur jaune orangée caractéristique. D’ailleurs en Chine on le nomme également « gingembre jaune » puisqu’il fait partie de la même famille quele gingembrecommun, celle des Zingibéracées. Dans la cuisine indienne, il sert autant d’épice, de colorant naturel que de conservateur alimentaire puisqu’il permet de garder la saveur et la fraîcheur des plats cuisinés. D’ailleurs, vous pouvez le retrouver sur certaines étiquettes alimentaires sous la dénomination E100. Avec l’odorat, la vue est un des sens à ne pas négliger quand on passe à table. Or parfois, les couleurs manquent un peu dans l’assiette de vos clients s’ils décident de manger du poisson blanc accompagné de riz blanc et de chou-fleur ! Ainsi, quelques grammes de curcuma permettent de relever à merveille les aliments incolores tant au niveau de la couleur que de la saveur des mets. Le curcuma se marie ainsi parfaitement avec les féculents (riz, pommes de terre, lentilles, boulgour, quinoa, millet), les poissons, les soupes chaudes ou froides, les vinaigrettes, les tajines, les salades, les infusions et peut même être recommandé dans les desserts (pâte à crêpes, sorbets et glaces). En cuisine, il sera toujours, de préférence, associé au poivre noir pour améliorer l’absorption de ses constituants, et en particulier dela curcumine. Et, selon certaines expériences culinaires, pour avoir la bonne quantité de curcumine, le mieux serait de faire chauffer une huile d’olive pression à froid et d’y dissoudre le curcuma durant deux minutes. Comme beaucoup d’épices, le curcuma traditionnel n’échappe pas à l’irradiation en vue d’augmenter sa durée de conservation et aussi de limiter le développement de certains parasites. Le curcuma issu de l’agriculture biologique ne subit pas un tel traitement et ceci doit être un de vos arguments pour peut-être justifier la différence de prix.

Le curcuma côté santé

Contre les troubles digestifs
Traditionnellement en Asie, il est utilisé pour lutter contre ladyspepsie, c’est-à-dire pour limiter : nausées, maux d’estomac de type ulcères, pertes d’appétit et sensations de pesanteur ressenties au niveau de l’estomac et de la vésicule biliaire après les repas copieux. On parle d’ailleurs d’effet cholagogue car il facilite l’évacuation de la bile, cette substance qui participe à la digestion des graisses. Ses propriétés anti-microbiennes en font également une épice de choix en cas de gastro-entérite. Quand une personne se plaint de troubles digestifs fréquents, il ne faut donc pas hésiter à lui conseiller de saupoudrer ses plats de quelques grammes de curcuma et si cela ne suffit pas, à lui recommander des compléments sous forme d’extraits standardisés qui permettent d’apporter sous un faible volume une importante quantité de curcuminoïdes et en particulier de curcumine, reconnue comme la principale substance active polyphénolique du rhizome de la plante.

Contre les douleurs articulaires
L’activité anti-inflammatoire de la curcumine est visible aussi bien sur l’inflammation aiguë que sur l’inflammation chronique. Elle agit en inhibant une enzyme responsable de la synthèse des prostaglandines inflammatoires. Il est maintenant reconnu que la curcumine possède un effet anti- inflammatoire proche des AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) agissant sur la douleur inflammatoire, les médiateurs de l’inflammation et sur les raideurs articulaires matinales, sans provoquer d’irritation au niveau digestif comme cela est souvent le cas avec les médicaments anti-inflammatoires. La prise de curcuma va donc permettre de réduire la fréquence et l’intensité des poussées arthrosiques sur le long terme, en limitant l’activation d’une protéine qui amorce l’inflammation et la destruction del’articulation.
Pour soulager le syndrome du colon irritable
Ce syndrome qui touche en particulier les femmes pourrait être soulagé par la prise de curcuma pendant au minimum 8 semaines selon une étude pilote réalisée sur près de 200 personnes. Dans ce cas, recommandez également en parallèle une cure de probiotiques, à prendre à jeun le matin, pour réensemencer la flore intestinale.
Pour venir en aide aux malades atteints d’Alzheimer
Il pourrait être une des pistes à explorer dans le futur pour réduire le développement de cette maladie. En effet, cette épice prévient la formation, et permettrait la destruction par les macrophages, des dépôts de protéines bêta-amyloïdes qui se forment dans les vaisseaux sanguins du cerveau des malades atteints d’Alzheimer. De plus, le curcuma améliorerait les déficits cognitifs de ces patients et augmenterait de manière générale les performances intellectuelles. Dans ce cas, en plus du curcuma saupoudré dans les plats, conseillez des extraits standardisés en gélules ou en comprimés afin de garantir un apport optimal en curcumine (3g de curcumine par jour serait idéal).
Comme adjuvant des traitements anticancéreux
La curcumine inhibe la croissance des cellules cancéreuses, elle augmente le processus de mort cellulaire programmée dans les tumeurs (apoptose), et diminue la prolifération de ces cellules malignes sans pour autant être toxique pour les autres cellules de l’organisme. De plus, elle augmenterait l’efficacité de certains médicaments anticancéreux, surtout ceux prescrits dans les cas de cancers du sein, et serait également protectrice vis-à-vis de certains autres cancers : gastro-intestinaux et colorectaux. Là encore, dans de tels cas, ayez recours aux compléments alimentaires en plus de l’épice alimentaire.
Votre conseil pour optimiser son efficacité
La curcumine n’étant que faiblement absorbée par l’organisme, vous devez conseiller en même temps d’autres substances qui améliorent sa disponibilité : la pipérine du poivre noir ou labromélaïne de l’ananas. Recommandez également la consommation de cette épice ou des suppléments lors d’un repas contenant des graisses pour augmenter son absorption : huiles végétales pression à froid ou poissons gras. Côté compléments alimentaires, vous retrouverez ces deux épices sous forme d’extraits standardisés en curcumine pour le curcuma et en pipérine pour le poivre. Avec ces suppléments, quelques précautions d’emploi sont à observer. En effet, le curcuma agissant sur la vésicule biliaire, évitez de le recommander à fortes doses aux

personnes souffrant de calculs biliaires. Et, de par son activité antiplaquettaire et anticoagulante, évitez de le conseiller sur le long terme en cas de traitement par des médicaments visant à fluidifier le sang (aspirine) afin d’éviter tout risque de saignement.

La recette incontournable

(Retrouvez cette recette et 99 autres dans le nouvel ouvrage d’Angélique HOULBERT – 100 Aliments IG à volonté aux éditions Thierry Souccar)
Cuisses de poulet curcuma & gingembre

Pour 4 Personnes
Temps de préparation : 10 min- Temps de cuisson : 20 min
Ingrédients
4 cuisses de poulet
4 tomates
2 gousses d’ail
1 oignon
2 cs d’huile d’olive pression à froid
1 cc de curcuma en poudre
1 cc de gingembre en poudre
1 branche de thym
10 cl d’eau
Poivre
Préparation : Dans une grande sauteuse, émincer l’oignon et le faire revenir dans l’huile d’olive. Ajouter les tomates coupées en dés, l’ail pressé, le curcuma, le gingembre, le thym, les tomates coupées en dés. Déposer sur cette préparation les cuisses de poulet et ajouter l’eau. Cuire à feu doux pendant 15 minutes en tournant de temps en temps. Ajouter le poivre en fin de cuisson. Servir bien chaud avec une ratatouille maison et une cuillère à soupe de blé en grain.

DOSSIER : Les huiles essentielles – Les douze huiles essentielles…

Bois de rose (Aniba rosaeodora). Une des rares huiles essentielles polyvalentes chez le bébé, elle est aussi appréciée chez l’adulte, pour son exceptionnelle tolérance cutanée et son parfum envoûtant. Si l’huile n’est pas disponible, on peut choisir de la remplacer par le sapin baumier (Abies balsamea)

Citron (Citrus limon). L’essence de citron, championne de la détox, est une des meilleures anti-infectieuses, anti bactériennes, antiseptiques.

Cyprès (Cupressus sempervirens). Huile décongestionnante veineuse et lymphatique, indiquée pour soulager les varices, les hémorroïdes externes et internes, l’oedème des membres inférieurs.

Épinette noire ou Epicea noir(Picea mariana). Huile essentielle contre la fatigue, les grandes asthénies. Capable de « booster » l’organisme débilité. On la conseille pour soulager les spasmes du plexus solaire.

Eucalyptus officinal(Eucalyptus radiata cineolifera). Ses propriétés anti-infectieuses, antivirales, anti-catarrhales et expectorantes la font recommander pour soigner les rhinites, rhinopharyngites, grippes, bronchites, sinusites, toux et même otites.

Gaulthérie couchée(Gaultheria procumbens), appelée aussi Wintergreen. On la recommande sécuritairement pour soigner les traumatismes. C’est l’huile essentielle favorite des sportifs, capable de soulager crampes, tendinites, « rhumatismes » musculaires.

Hélichryse italienne (Helichrysum italicum). Ses principales vertus : soigner les hématomes (externes ou internes, même anciens), les phlébites et paraphlébites. Se révèle également efficace pour soulager l’arthrite, la polyarthrite. À utiliser pour atténuer les cicatrices, vergetures, crevasses, engelures…

Lavande o fficinale (Lavandula angustifolia). On considère cette H.E. comme « l’in rmière » de la trousse familiale. Elle sert pour corriger les troubles du sommeil, l’angoisse, le nervosisme (spasme du plexus solaire). C’est aussi l’un des meilleurs agents guérisseurs des dermatoses infectieuses, allergiques et cicatricielles et même des brûlures, prurits…

Menthe poivrée (Mentha x piperita). Un des trésors de l’aromathérapie. Forte de ses propriétés anti-infectieuses, bactéricides, fongicides, elle est cependant utilisée surtout comme huile antalgique, anesthésiante et contre les migraines, céphalées.

Ravintsara (Cinnamomum camphora cineoliferum). Ses vertus toniques et antivirales sont réputées. C’est le meilleur choix thérapeutique face aux résistances des virus. À utiliser en cas d’asthénie, de syncope, de contusion. C’est un tonique et un stimulant général qui porte bien son nom de « H.E. à tout faire ».

Melaleuca (Melaleuca alternifolia)appelée aussi tea-tree (arbre à thé). Un des meilleurs désinfectants et antiseptiques pour le soin des lésions cutanées et pour la puri cation de l’eau. Le genre botanique Melaleuca comprend quelques 150 espèces dont le Cajeput, le Niaouli… Retenons surtout ses effets spectaculaires contre les entérocolites bactériennes, les candidoses, les a ections virales. Thym vulgaire (Thymus vulgaris thymoliferum)

À la fois anti-infectieux à large spectre d’action et stimulant général (essentiellement pour les adultes). Capable de stopper une fatigue, une infection bactérienne, fongique, virale, parasitaire.

Pour compléter ces 12 merveilles, nous vous conseillons trois H.E. de conifères très populaires au Québec :

Pin blanc (Pinus strobus). Ce conifère de l’est canadien produit une H.E. pour soigner les bronchites, sinusites, l’asthme, l’arthrite rhumatoïde. Très recommandée en cas de manque de vitalité, elle s’utilise en micro-di usion pour désinfecter les lieux d’habitation ou d’activité. C’est aussi un dynamisant cérébral.

Pin sylvestre (Pinus sylvestris). C’est le pin bénéfique pour tout l’arbre respiratoire et en particulier sur les bronches. L’H.E. aurait des propriétés hormone-like, antidiabétiques (axe hypophyso-pancréatique), cortisone-like (axe hypophyso corticosurrénalien) et stimulantes sexuelles (axe hypophyso-gonatique).

Pruche (Tsuga canadensis). H.E. qui s’utilise surtout en infusion, inhalation ou massage du dos ou de la plante des pieds. Malgré ses propriétés multiples, elle demeure encore très méconnue :

  • pour accompagner un traitement de convalescence des pathologies
    infectieuses respiratoires (infections bactériennes) et nerveuses
    (dépression, fatigue),
  • pour un effet antiseptique pendant une épidémie,
  • pour éliminer la peur, l’angoisse, le stress en fin de vie (olfaction et massages).
DOSSIER : Les huiles essentielles – Les huiles essentielles sacrées… …pour soigner le corps,l’âme et l’esprit

Tour à tour symbole d’éternité, de résurrection, de purification, les huiles essentielles sont utilisées seules ou en association, pour donner l’onction qui demande de se connecter au divin en soi et de libérer la créativité dans l’Amour et l’Harmonie.

Parmi les H.E. utilisées, on cite fréquemment dans les livres anciens :

● La myrrhe(Commiphora myrrha, de la famille des burséracées) dont la résine (larmes), une fois séchée, se cristallise représente la double symbolique de la vie et de la mort soit la dualité de la vie terrestre et porte un message de délivrance. Elle représente aussi la vie qui coule, comme l’eau sur la terre. La myrrhe est une des plus vieilles substances aromatiques connues. Utilisée par les anciens Égyptiens comme encens pour des cérémonies religieuses et fumigations, la myrrhe était aussi réputée pour son pouvoir régénérateur de la peau.

● L’oliban,(Boswellia carterii, de la famille des burséracées) communément appelée "encens" se présente sous forme de petites larmes blanches ou jaunes, pâles, poussiéreuses, cireuses ou translucides. Elle est l’huile de l’unité par excellence du corps et de l’esprit : celle de la conscience., Substance sacrée entre toutes, l’encens est certainement l’essence la plus connue dans le monde pour ses vertus purificatrices et protectrices.

● La ciste(Cistus ladaniferus) dont la résine était fréquemment utilisée en Égypte comme parfum et encens symbolisait l’éternelle jeunesse que l’on explique aujourd’hui par ses propriétés cicatrisantes, anti-rides agissant contre le vieillissement précoce de la peau.
La rose de Damas(Rosa Damascena Trigintipetala) est le symbole de l’admiration et de l’amour. Pour la production de l’huile de rose, est utilisée la technologie de la double distillation qui en fait un remède très actif contre les bronchites aigues et chroniques et pour soulager l’asthénie sexuelle.
Le cèdre de l’Atlantique(Cedrus atlantica), symbole de l’incorruptibilité et de l’immortalité. Les Égyptiens de l’époque pharaonique utilisaient le cèdre pour embaumer leurs morts
anti-infectieuse.

Le galbanumou férule gommeuse (Ferula gummosa) symbole de la lumière et de la chaleur dans les compositions de parfums et d’encens rituels. Elle est réputée aujourd’hui comme tonique, stimulante et  anti-infectieuse. 

Le santal(Santalum album / spicatum) est connu depuis des millénaires pour ses propriétés aromatiques et décongestionnantes. On l’utilise comme encens et comme bois de construction pour les temples. Il symbolise la concentration et favorise la méditation.

● La cannelle(Cinnamomum zeylanicum) fait partie des épices exportées par l’Orient depuis 4000 ans. Réputée pour ses vertus tant fortifiantes que puri antes, elle aide à l’épanouissement et à la con ance en ses capacités, réconforte et dynamise, favorise le sentiment de bonheur et aide à développer la créativité.

● L’ambrereprésente le fil psychique reliant l’énergie cosmique à l’énergie individuelle. 600 ans av JC, on découvre les propriétés magnétiques de l’ambre (en grec "electron" d’où le nom "électricité"). Les chapelets, les amulettes d’ambre, sont comme des condensateurs de courant : en se chargeant eux-mêmes, ils déchargent de leurs propres excès ceux qui les portent. Il "porte" la mémoire et la chaleur.

● Le mastic ou pistachier lentisque(Pistacia lentiscus de la famille des Anacardiacées) : cette espèce produit de la résine par incision sur le tronc. L’huile de lentisque est utilisée contre la bronchite, l’asthme, la sinusite, l’eczéma (psoriasis et lichen plan) et les brûlures. Elle symbolise la régénération par la respiration. On reconnaît aujourd’hui ses propriétés décongestionnantes veineuses et lymphatiques.

● Le nard (Nardus jatamansi, de la famille des Valérianacées) ou "esprit incarné" (Inde) est dans les différentes traditions orientales l’huile de "passage", de transformation intérieure.

● L’hysope(Hyssopus o cinalis de la famille des lamiacées). Dans la tradition chrétienne, l’hysope, signi fiant " herbe sainte ", symbolisait le baptême, la pureté et l’humilité. Chez les Romains elle protégeait contre la peste. La science moderne a dévoilé ses propriétés anti-infectieuse et virucide.

● Le cyprès(Cupressus sempervirens), symbole d’immortalité, sempervirens signi fiant " toujours vert " le cyprès a été vénéré par de nombreuses civilisations et orne de nombreux cimetières du pourtour méditerranéen. Ce conifère est devenu le symbole du deuil, de la vie éternelle et de la résurrection.

Jean-Claude Rodet

Dossier : Programme printanier – Grands principes d’une alimentation détox-minceur…

Vous devez donc orienter vos clients vers des produits bruts, non transformés, en misant exclusivement sur le règne végétal, c’est à dire : sans produits laitiers, ni viandes, ni poissons dans un premier temps et ensuite vous élargirez progressivement avec les produits de la mer, les laitages animaux et enfin avec les viandes.

Rétablir l’équilibre acido-basique

L’acidose chronique dans lequel baignent généralement les organismes à cette période de l’année, fatigue les reins et les poumons qui sont constamment obligés de tamponner, c’est à dire neutraliser, cette acidité.
La présence d’acides est normale et parfaitement tolérée par le corps tant qu’un certain seuil n’est pas dépassé. Il dispose en effet de différents « systèmes tampons » au niveau des poumons, des reins, du foie et du sang, lui permettant d’équilibrer les variations de pH en neutralisant les acides avec des bases. Les ions hydrogène H+ sont ainsi neutralisés par les bicarbonates HCO3- pour former  de l’eau (H2O) et du dioxyde de carbone (CO2) qui seront ensuite évacués par les émonctoires.

● Les poumons rejettent les acides "volatils" provenant surtout de la dégradation des protéines végétales. Lorsqu’une quantité excessive d’acides pénètre dans le sang, les poumons passent aussitôt en hyperventilation et expulsent donc plus de CO2.

● Les reins, rejettent les autres acides "non volatils", provenant principalement de la dégradation des protéines animales. Toutefois, les capacités rénales sont lentes et en raison de certaines pratiques alimentaires hyperprotéinées, elles atteignent pratiquement leurs propres limites de traitement et de détoxification. Les reins ne peuvent donc éliminer qu’une quantité limitée d’acides par jour et avec l’âge, leur efficacité diminue d’environ 1 % par an. Des suppléments pourront alors être d’une grande aide.

● Le foie, via le cycle de l’urée, libère des bicarbonates et intervient dans l’élimination des acides organiques, comme l’acide lactique. Il est donc important de le soulager à chaque changement de saison avec les suppléments phytonutritionnels appropriés que nous verrons plus loin.

D’autres organes interviennent également, dans une moindre mesure, dans la régulation de l’équilibre acido-basique : l’estomac, les intestins et la peau avec les sécrétions et la sueur.

L’organisme met donc en place de nombreux systèmes pour neutraliser et éliminer les surcharges acides. Cependant au-delà d’une certaine limite, les systèmes tampons ne suffisent plus, l’apport d’acides est trop important et l’organisme est dépassé.

Pour remédier à cela, il suffit de conseiller l’adoption de notre programme 100 % végétalien.

Miser à chaque repas sur les fruits et légumes

Que vos clients les consomment crus, cuits, en soupes, en salades, en jus… ils doivent représenter au minimum la moitié de leurs assiettes. Ce sont en effet les aliments détox par excellence car ils contiennent tous les nutriments nécessaires :

● Du potassium contre la rétention d’eau,

● Des fibres qui améliorent le  transit, piègent les toxines et les évacuent dans les selles,

● Des antioxydants qui soutiennent les organes dans leur processus d’élimination et luttent contre les jambes lourdes.

● Et possèdent un indice Pral négatif, surtout pour les fruits séchés, qui est un bon indicateur de leur pouvoir alcalinisant.

Les fruits et légumes colorés ainsi que les jus de fruits rouges (canneberge, mûre, grenade, açaï, cerise…) regorgent également de polyphénols qui améliorent la circulation de retour et soulagent ainsi les phénomènes de jambes lourdes.

De plus, en apportant des fibres solubles, ils améliorent le transit intestinal qui peut également être une cause de blocage du retour veineux.

Ce que vous pouvez mettre en avant dans un rayon ou sur une étagère spécifique :

● Les jus de légumes lactofermentés pour favoriser le bien-être intestinal.

● Les fruits secs en en-cas, dans les mueslis ou les préparations sucrées ou salées. Ils regorgent :

– De vitamines, et surtout de bêta-carotène indispensable à la beauté de la peau comme c’est le cas de l’abricot sec bio qui est garanti sans sulfites,

– De fibres, comme le pruneau qui en fournit 16g aux 100g et qui facilite l’élimination des toxines intestinales,

– D’antioxydants protecteurs, avec une mention spéciale pour les baies d’Aronia qui fournissent des quantités non négligeables d’anthocyanes et d’OPC,

– De potassium, notamment les bananes séchées qui non huilées, s’avèrent de précieux alliés (à raison d’une banane séchée maximum par jour) grâce à une teneur quasi record de potassium qui limite la rétention d’eau (1500 mg de potassium aux 100g).

● Les jus de fruits et de légumes. Par exemple, le jus de pruneaux contre la constipation et celui de carottes pour l’intégrité de la peau. Vous pouvez aussi donner quelques idées recettes mêlant des légumes et des fruits, à boire le matin, en remplacement d’une portion de fruits.

● Les citrons, en conseillant systématiquement un demi citron pressé dans de l’eau tiède ou à température ambiante tous les matins, à jeun, afin de rétablir l’équilibre acido-basique.

● Les terrines végétales et les tartinables de légumes.

Bannir les aliments transformés  du conventionnel

Glissez à vos clients qui ne font pas leurs courses uniquement chez vous, que les produits transformés de l’industrie agro-alimentaire du conventionnel renferment globalement trop d’additifs non naturels, des graisses saturées et parfois même hydrogénées, des sucres modifiés (sirop de glucose-fructose…) et du sel en grande quantité qui perturbent la digestion et les systèmes d’éliminations.

Pourquoi faire lever le pied sur les produits animaux ?

L’objectif durant ces quelques jours est de ne pas surcharger les organes émonctoires et de leur faciliter l’élimination des toxiques.

Pour cela, il est recommandé de limiter les protéines animales, sources de déchets azotés (acide urique), qui doivent obligatoirement être éliminés par les reins.

De plus, les apports animaux, et en particulier fromages et charcuteries, peuvent être des sources importantes d’acides gras saturés et de grosses protéines, difficilement digérables par tous, sans compter l’apport en sel qui favorise la rétention d’eau.

Pour remplacer une partie des protéines animales par des protéines d’origine végétale, plusieurs choix s’offrent à vos clients :

● Le soja sous toutes ses formes (protéines de soja déshydratées, tofu nature ou soyeux, aux herbes, fumé, saucisses ou burgers de soja, Steak ou hachés végétaux, tempeh, edamamé, yaourt de soja nature, soja cuisine…),

● Les légumes secs (lentilles corail, vertes, blondes, noires, haricots blancs, rouges, azukis, flageolets, pois chiches et pois cassés), qui fournissent également du potassium et des fibres.

● Les céréales semi-compètes ou complètes en grains (blé en grains, boulgour, épeautre, petit épeautre, blé Khorasan, millet, orge, riz, riz à risotto, flocons d’avoine ou d’autres céréales, farines de teff et de seigle).

● Les dérivés céréaliers complets : pains, pâtes sèches de blé ou de légumineuses…

● Les galettes de céréales à cuire, et pendant ces quelques jours de détox, orientez-les vers les versions exemptes de fromages, mais riches en légumes, aromates afin de contrebalancer l’acidification qu’elles engendrent.

● Le seitan,

● Le quinoa (jaune ou rouge) qui fait partie de la famille des chénopodiacées et non des céréales et qui possède un pouvoir alcalinisant à l’inverse des céréales,

● L’amarante,

● Le sarrasin et le kasha,

● Les oléagineux en version non salées.

Si ce régime s’effectue sur quelques jours, il n’est pas utile de systématiquement apporter tous les acides aminés indispensables dans un seul repas. Ainsi, vos clients ne sont pas obligés de faire cuire et de manger automatiquement au même repas des céréales et des légumes secs, comme cela est souvent recommandé.

Ce que vous pouvez mettre en avant :

1- Lesoléagineux(en vrac ou en sachets) et les purées d’oléagineux à tartiner (en remplacement du beurre) en argumentant avec les conseils suivants :

● Les plus riches en potassium (contre la rétention d’eau) : amandes, noisettes, pistaches ;

● Les plus alcalinisants : noisettes, noix de macadamia ;

● Les plus riches en antioxydants (avec un indice ORAC plus élevé) : noisettes, noix de Grenoble et noix de pécan ;

● Les plus riches en fibres (pour un meilleur transit) : amandes, pistaches, noix de pécan et noix de macadamia.

2- Les huiles bio première pression à froid,pour leurs précieux acides gras, essentiels à l’intégrité de la peau et pour certaines, leur teneur en vitamine E, la vitamine liposoluble la plus importante pour cet organe.

Les graines de tournesol affichent aussi une bonne teneur en vitamine E (32mg/100g). Elles peuvent facilement être incorporées dans le pain maison ou les salades, tout comme le germe de blé qui sera saupoudré midi et soir, même si sa teneur en cette précieuse vitamine est deux fois moindre.
En remplacement de la crème fraîche, vous pouvez également recommander les versions végétales : Soja cuisine, riz ou encore avoine.

Opter pour des cuissons douces

Afin de préserver au mieux toutes les qualités nutritionnelles des aliments végétaux et pour faciliter la digestion, il est toujours recommandé de miser sur des cuissons douces, à basse température et basse pression. Ainsi, exit l’autocuiseur, les grillades, les fritures et les cuissons au four à haute température ! Peu de cuisson ou une cuisson douce type vapeur, à l’étouffée, pochée ou en papillote sera toujours préférable afin de ne pas donner naissance à des composés toxiques comme les produits de glycation avancés appelés aussi AGE.

Ces derniers se forment en effet lorsque des sucres réagissent avec des protéines : c’est la fameuse réaction de Maillard, à l’origine du brunissement de la croûte du pain par exemple. Les gros pourvoyeurs d’AGE sont les aliments d’origine animale, surtout lorsqu’ils sont chauffés. Ils accélèrent le vieillissement car ils sont pro-oxydants, pro-inflammatoires et augmentent le risque de diabète.

Ils sont généralement éliminés par les urines ou si ce n’est pas le cas, accumulés dans les cellules. Les contenants jouent aussi un rôle et il est toujours conseillé de limiter l’utilisation de plastiques pouvant renfermer des polluants susceptibles d’engendrer des troubles et des maladies.

Non au sel, oui aux épices et aromates pour donner du peps aux plats

Le sel, tout comme le sucre, fait partie des ennemis N°1 à limiter durant cette période et d’ailleurs tout le reste de l’année. Il favorise la rigidification des artères et donc participe à l’augmentation de la tension artérielle, mais également retient l’eau et provoque ainsi des sensations très désagréables de gonflements des tissus.

Malgré une idée reçue, le sel de table n’est pas le vecteur le plus important de sodium. En effet, devant lui, les plus gros pourvoyeurs qui seront à limiter en cette période sont :

● le pain (même si en bio, les pains au levain sont légèrement moins salés que les pains fermentés à base de levures du conventionnel),

● les bouillons de légumes, la sauce soja, la moutarde, les câpres,

● les olives en saumure,

● les sauces (type pesto),

● les soupes prêtes à consommer,

● les biscottes, gressins et autres produits de boulangerie…

Pour remplacer le sel de table pensez aux versions moins salées : gomasio, sels marins aux légumes, épices et herbes aromatiques et surtout aux aromates et épices fraîches ou sèches pour rehausser les plats et neutraliser l’acidose chronique.

De l’eau sous toutes ses formes

Durant cette période, vous devez également conseiller une bonne hydratation afin de favoriser l’élimination des toxines hydrosolubles. La quantité à consommer par jour sera en fonction du poids, de la masse musculaire, de l’activité physique et de la température extérieure.

Il faudra miser sur :

● L’eau (du robinet, filtrée, en bouteille peu minéralisée sinon on augmente la charge de travail des reins).

● Les boissons chaudes, de type tisanes, que nous verrons plus en détails dans les pages suivantes.

● Le thé vert biologique qui est non seulement un moyen d’apporter de l’eau mais surtout qui augmente le métabolisme de base, améliore l’élimination de l’eau excédentaire et ainsi lutte contre la rétention d’eau et désinfiltre les tissus en profondeur.

● Les soupes 100 % légumes, chaudes ou froides.

● Les boissons végétales en remplacement du lait animal dans les préparations et dès le petit déjeuner dans le muesli ou le porridge.

● Les jus d’herbe d’orge ou d’herbe de blé qui sont de puissants détoxifiants naturels et alcalinisants.

Il est aussi conseillé de ne pas boire juste avant de passer à table car cela coupe certes l’appétit sur le moment mais risque d’entraîner une fringale dans les heures qui suivent, ce qui peut entraîner des grignotages intempestifs.
L’alcool sera bien évidemment proscrit durant cette période afin de ne pas perturber le foie dans ses phases de détoxication.

Proposer un jeûne d’une ou deux journées, une bonne idée ?

Selon certaines recherches, le jeûne permet d’utiliser les graisses préférentiellement au glucose, ce qui diminue le nombre de cellules graisseuses. De plus, il augmente l’hormone de croissance (GH) qui préserve la masse musculaire et régule la glycémie, tout en puisant dans les réserves de graisses pour fournir de l’énergie.

Il semble donc très efficace lors de cette période, si aucune contre-indication médicale n’est décelée, pour favoriser l’évacuation des déchets, des toxines et des cellules vieillissantes.

Toutefois, si le jeûne complet pendant quelques jours convient à certaines personnes en cette période printanière, il ne peut se proposer à tous vos clients pour de multiples raisons (familiales, professionnelles, médicales…).
Ainsi, le régime 100 % végétalien et frugal que nous vous proposons représente une alternative douce au jeûne.

Une bonne oxygénation pour mieux éliminer

En parallèle d’une alimentation antitoxines, recommandez la pratique d’une activité physique plaisante (marche, natation, footing, cyclisme…), au minimum 30 minutes par jour et axez sur des séances de respirations profondes afin de bien éliminer les toxines volatiles par les poumons.
 

Et après ? La réintroduction progressive des aliments d’origine animale

Ces quelques jours 100 % végétaliens effectués, vos clients pourront réintroduire progressivement les aliments d’origine animale, selon un certain ordre.
Ainsi, les deux ou trois premiers jours, ils pourront réintroduire les produits de la mer : poissons, coquillages et crustacés (frais, surgelés ou en conserves).
Les deux ou trois jours suivants, ce sera au tour des laitages animaux en privilégiant toujours les moins gras et les moins salés, de chèvre, de brebis et ensuite de vache.

Viendront ensuite les œufs et les morceaux de viandes blanches ou rouges les moins grasses (escalope de dinde ou poulet, cuisse de dinde sans la peau, lapin, escalope de veau, filet mignon de porc, faux-filet de boeuf).

Conférence du 20 mars 2018 Une dizaine d'espèces de plathelminthes sont désormais repérées en France. Ces nouveaux envahisseurs, provenant de diverses contrées exotiques via les transports internationaux de plantes, menacent les animaux de nos sols. 

https://www.youtube.com/watch?time_continue=3&v=7b8cOSk3Tl0

Une conséquence de la mondialisation et de l’accroissement des échanges internationaux de marchandises est l’introduction d’espèces exotiques envahissantes. En France, on a ainsi vu arriver récemment le frelon asiatique, l’écureuil de Corée et le Plathelminthe de Nouvelle-Guinée. La découverte de ce dernier a donné lieu au lancement en 2013 par le Muséum national d’Histoire naturelle d’un appel à témoins sur les Plathelminthes terrestres (vers plats). Une équipe de chercheurs dirigée par Jean-Lou Justine de l’Institut de Systématique, Évolution, Biodiversité (ISYEB – Muséum/CNRS/Sorbonne Université/EPHE), a ainsi étudié pendant 5 ans quelque 700 contributions de citoyens. Il s’agit de la première enquête d’envergure sur le sujet en France métropolitaine et territoires français d’outre-mer, basée sur les sciences participatives, dont les résultats sont publiés dans PeerJ.

http://www.mnhn.fr/fr/recherche-expertise/actualites/decouverte-plathelminthes-invasifs-geants-france

Carte de France des Plathelminthes bipaliinés © IGN / J. Thévenot (UMS PatriNat)Carte de France des Plathelminthes bipaliinés © IGN / J. Thévenot (UMS PatriNat)

Cinq espèces de Plathelminthes bipaliinés (des genres Bipalium et Diversibipalium), originaires d’Asie, ont été rapportées sur le territoire français métropolitain et ultramarin : Guadeloupe, Martinique, Saint Martin, Saint Barthélemy, Guyane Française, Réunion, Mayotte mais aussi en Suisse, à Monaco et au Portugal. La moitié des observations en France métropolitaine est localisée dans le seul département des Pyrénées-Atlantiques. Deux de ces cinq espèces sont des géantes parmi les Plathelminthes terrestres, atteignant jusqu’à 40 cm de long.

Les bipaliinés sont des prédateurs de la faune du sol, notamment des vers de terre, et représentent donc une menace pour la biodiversité des sols et leur équilibre écologique - ils sont capables de tuer des proies jusqu’à 50 fois plus lourdes qu’eux ! De plus, ces espèces se reproduisent par scissiparité (reproduction asexuée), moyen efficace pour une espèce invasive d’envahir rapidement un territoire. Même si une évaluation de leur impact écologique sur la biodiversité locale est nécessaire, les bipaliinés correspondent bien à la définition des espèces exotiques envahissantes.

Bien que l’invasion ait commencé il y a 20 ans - certains témoignages remontent jusqu’en 1999 -, les chercheurs n’ont trouvé aucune publication scientifique sur la présence de bipaliinés en France. Il est paradoxal que l’invasion d’un pays développé, en Europe, par des animaux aussi spectaculaires, n’ait attiré l’attention d’aucun scientifique ni d’aucune institution. Cela montre bien la méconnaissance de tous les acteurs dans ce domaine ; il va falloir pallier ce manque d’information sur les Plathelminthes terrestres qui seront de plus en plus souvent rencontrés en Europe par les citoyens et les professionnels de l'agriculture, de l'aménagement paysager, des sciences vétérinaires et de la médecine.

 

https://netzfrauen.org/2018/01/17/waste/

à la version anglaise Les ménages britanniques jettent1,4 million debananes comestibleschaque jourAux Canaries,9 000 tonnes de bananesont été détruites.Cela était dû à la chute spectaculaire de la demande sur la péninsule espagnole.La concurrence de l'étranger a fait baisser les prix.ÀCoahuayana, auMexique, lesproducteurs debananesont déversé11 millions de kilos de bananes pour réguler les prix.

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=TH2Jt3jobsQ

Tout est foiré - les bananes disparaissent à cause d'un virus.En Espagne, les bananes restent parce que l'UE les importe moins cher.En Amérique latine, des tonnes de bananes tombent sur les ordures pour faire grimper le prix, et l'Australie cultive maintenant des bananes génétiquement modifiées parce que la banane est en train de disparaître.

Mais non seulement les bananes atterrissent à la poubelle à la tonne, mais en Australie, il y a aussi des montagnes d'ananas.

NQ PARADISE PINES / FACEBOO

Lesproducteurs d'ananasdu Nord-Queenslanddisent maintenant qu'il est temps de consommer l'ananas australien.La faute est l'énorme offre excédentaire.En outre, la conserverie Golden Circle de Brisbane a été temporairement fermée.

Quelque90 millions de tonnes de denrées alimentairesdestinées à la consommation humaine sont perdues le long de la chaîne d'approvisionnement dans l'UE, soit environ 180 kg par personne, selon les estimations de la Commission européenne.Ce gaspillage de nourriture se produit à la maison et à chaque étape de la production alimentaire et de la chaîne d'approvisionnement - de la ferme au détaillant.

Bien que la directive de l'UE sur le degré de courbure des concombres ait été abolie en 2009, les concombres fortement incurvés n'ont pas été mis sur le marché.Une des raisons: L'influence des médias et des agences de marketing, qui donnent au consommateur une image idéale de la nourriture.Aussi: MADNESS au plus haut niveau!Ne pas nourrir les poubelles!

Pourquoi les concombres tordus vont-ils à la poubelle?

Une vidéo a fait sensation en juin 2017: un fermier de Segnitz dans le district de Kitzingen avait labouré une partie de la récolte.Des centaines de kilos de mini-cigares ont été détruits parce que les supermarchés voulaient seulement emballés.Le grossiste avait soudainement décidé de n'accepter que des produits préemballés.Oui, ils sont de retour, les concombres de la culture locale remplissent à nouveau les étagères, si ce n'était la manie plastique!Non seulement les concombres tordus ne sont pas vendus, mais maintenant c'est l'emballage.Voir: fou!Un dégât de 100 000 euros!Des centaines de kilogrammes de mini-concombres sont détruits parce que les supermarchés ne veulent que des aliments emballés, et que veulent les consommateurs?

 Jonathan Bloom, auteur de American Wasteland, souligne les problèmes d'emballage: «Les concombres sont emballés dans une boîte, si vous avez un concombre incurvé, il est jeté parce qu'il ne rentre pas dans cette boîte.En conséquence, une courbure de 20 ou 30 degrés est attendue.Ceux-ci sont vendus comme un concombre parfait, sain et comestible.Ceux qui ne se conforment pas à la norme sont entassés et labourés. "

Globalement, on estime que 40% de la nourriture est gaspillée aux États-Unis, selon Jonathan Bloom,

Ce qui semble à première vue coloré et joyeux est la destruction des fruits à grande échelle.

Il y a destomates et desconcombres (Photo: Kris Rus Lit) qui sont suspendus dans le nord -estde l'île de Gran Canaria à lui -même, lasurproduction, qui ne peut pas exporter, si lapalma1 en 2016 et elle demande si c'est la règle.

Cela n'a pas l'air différent en Sicile.

En Italie, la nourriture est détruite parce qu'elle n'est pas conforme à la norme ou parce que les biens importés de l'étranger sont moins chers.Cela a dû faire l'expérience même de l'Espagne avec des bananes.9000 tonnes ont dû être jetées en Espagne parce que l'UE importait des bananes moins chères.

Paradoxe: Pour que le prix augmente à nouveau, les légumes et les fruits sont retirés du marché

Les concombres ont une place solide sur le marché, avec une production toute l'année.La Sicile est sur le marché entre septembre et mai, tandis que le centre et le nord de l'Italie approvisionnent le marché de mai à octobre.En Espagne, par exemple, la surproduction s'est produite en octobre 2016, ce qui a conduit les premiers concombres à entrer en collision avec la production néerlandaise.Les deux pays avaient des températures plus élevées que la moyenne, ce qui a entraîné une augmentation de la production.Une grande partie de la production a dû être retirée du marché, après quoi les prix ont encore augmenté.Cela a été rapporté par freshplaza.com.

Afin derelever lesprix des bananes, les producteurs debananesont déversé11 millions de kilos de bananesà Coahuayana, auMexique.

Selon l'ONU, 7,6 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année en Espagne, 8,8 millions de tonnes en Italie et 9 millions en France.

Depuis 2016, les producteurs de fruits, d'ail, de miel, d'arachides, de lait, de vin, de cidre et de sucre connaissent la pire crise en Argentine, ainsi que dans d'autres pays produisant pour l'exportation.Les poires lancées reflètent le manque de rentabilité.
Pour répondre à la demande en Europe de poires fraîchement récoltées, les poires sont importées d'Argentine!Les poiriers se vendent moins cher, mais ils n'en veulent plus.

Craig Reucassel révèle la vérité choquante sur nos bananes - de nos jours c'est vraiment difficile d'être une banane.

Craig Reucussel a photographié une montagne de bananes jetées en une seule journée.

Dans son nouveau documentaire - Seride la guerre sur lesdéchets , zeIGT Reucassel que jusqu'à 40 pourcent des bananes sont jetés par lesagriculteurs parce qu'ils ne répondent pas aux normes.Les supermarchés établissent des normes.Fondamentalement, ils sont trop courbés, trop droits, trop longs, trop courts, trop épais ou trop fins.

"J'ai été choqué par le gaspillage", a déclaréReucasselàNews.au.  "Ces bananes sont très comestibles mais ne vont pas bien avec le look cosmétique.S'ils sont trop courbés, ils sont expulsés, s'ils ne sont pas assez courbés, ils sont expulsés.C'est vraiment difficile d'être une banane ces jours-ci. "

C'est une honte, car d'un autre côté, les gens sont exploités pour des salaires stériles et dans des conditions inhumaines, l'environnement est détruit et beaucoup plus ... pour une surproduction, qui est ensuite détruite, pour que le prix soit artificiellement réajusté.Ou les choses finissent dans la camelote parce qu'elles ne se conforment pas aux soi-disant normes.

Des montagnes d'ananas gaspillées lors de la fermeture de la gourde et du cercle d'or, disons

Aimez-vous Pina Coladas?

Les producteurs d'ananas du nord du Queensland sont maintenant en train de consommer des ananas australiens, avec une énorme surproduction aggravée par l'arrêt temporaire de la conserverie de Brisbane du Golden Circle.

Un message Facebook par NQ Paradise Pines cette semaine Montré une montagne de plusieurs tonnes d'ananas vont perdre en raison de leur faible valeur marchande En raison de la surabondance, exacerbée par la fermeture de la conserverie, qui arrête pendant des semaines après Noël.

Le message a été partagé plus de 20 000 fois.(maintenant 1,2 million)

La saison de l'ananas est venue tôt après les hautes températures et les précipitations, à un moment où la conserverie est fermée.

Les producteurs avertissent d'une pénurie d'ananas australiens en conserve et encouragent les gens à acheter des fruits frais auprès des épiciers et à essayer de trouver des fruits en conserve cultivés localement.

Golden Circle a déclaré que le travailleur ne pouvait pas être pris au cours de la période de Noël.

"Golden Circle reste un grand partisan des producteurs australiens" , a indiqué la compagnie dans un communiqué.

"L'ananas en conserve fourni par le Golden Circle aux principaux supermarchés australiens est cultivé et traité en Australie dans le Queensland."

Plusieurs producteurs, contactés par Fairfax

"Quand il y a une prévision sur le marché, peut-être [Golden Circle] pourrait-il ouvrir et prendre des pins", a déclaré Christopher Berra à Channel Seven.

"Je déteste avoir l'air d'un fermier qui se plaint, mais nous avons juste besoin de plus de gens pour manger des ananas, vraiment."

Paradis Pines Robert Richardson a déclaré Golden Circle, appartenant à Heinz, n'est pas les Australiens une fois le savait.

M. Richardson a déclaré qu'il était encourageant de lire les nouvelles, mais les acheteurs devaient acheter activement des fruits australiens.

"S'ils ne le ramassent pas, ils ont le produit de l'Australie dessus et ils le ramassent.

Le groupe de l'industrie horticole du Queensland, GrowCom, a appelé à la paix, affirmant que la relation avec le Cercle d'Or est vitale pour l'industrie de l'ananas.

Le PDG de GrowCom, Pat Hannan, a déclaré que les producteurs n'avaient pas prédit le début de la saison.

"Il est discutable, cependant, que Golden Circle aurait dû répondre davantage à l'industrie, surtout quand il s'agit de bons volumes", a déclaré M. Hannan dans un communiqué.

"Les producteurs ont été financièrement et, peut-être avec une meilleure communication, les impacts sur les producteurs ont été réduits au profit de toutes les parties impliquées."

Depuis les il y a trois jours post, Paradise Pines a reçu des demandes sur d'autres utilisations pour les ananas, et dire theywill regarder dans une banque alimentaire ou d'obtenir un plan de mobile si le jus frais même problème se pose dans les saisons à venir.

Réseau femme Doro Schreier
Drapeau allemand

Ananas - avec de mauvais effets secondaires

Paradox!Les Européens obtiennent des tomates de Chine et, grâce à l'exploitation et aux subventions, les tomates italiennes détruisent le marché australien

Et la grande avocatiers la récolte de l'eau au Chili - mais il y a espoir, promettent le premier discounter: Hasta luego, avocat - Tras reportaje de Danwatch: Supermercados de Dinamarca evitarán importar Paltas Chilenas por Robo de agua en Petorca

Le goût amer de notre fruit

Mogelpackung origine de la nourriture!Tout de la Chine ou quoi?Mangez-vous des asperges de Chine?L'Europe est le principal marché d'exportation de la Chine pour les fruits et légumes surgelés

L'offre et la demande déterminent le prix Le prix actuel du marché indique la valeur du produit Si le prix du marché tombe au-dessous des coûts de production, le produit est devenu économiquement sans valeur, oui il en coûte toujours la disposition!Ceux qui veulent contester, doivent acheter prendre .Si la nourriture est apparemment aussi les inconvénients de la concurrence avec d'autres produits non à première vue: un exemple: de nombreuses entreprises dépensent d'énormes sommes d'argent en faveur d'une nouvelle batterie électrique .La applique d'abord un brevet , les autres ont cherché en vain, leurs résultats sont devenus "sans valeur". Ces "coûts sociaux" de la société compétitive auraient besoin d'être vérifiés scientifiquement! une folie le tout comme dans la production de viande Les veaux ou les porcelets en trop sont simplement jetés de côté et ruinés misérablement.Acheter depuis j
années seulement de la région.Il en va de même pour les taurillons du buffle d'Italie: depuis des années, ils n'achètent pas de mozzarella de bufflonne puisque les veaux mâles sont jetés comme des ordures.Laissé mourir de faim, la bouche nouée pour ne pas l'entendre crier et jeté dans la forêt dans la rivière!Tout seulement pour le commercial!

 

 

Créé en juin 2017, la startup LES FRANJYNES


fête son 1er anniversaire avec la création d'un nouvelle collection et l'ouverture d'un showroom àNice. La marque azuréenne propose des turbans à franges pour les femmes et les enfants qui ont perdu leurs cheveux.
+ d'infos ►https://france3-regions.francetvinfo.fr… 

Elément nécessaire à la reconstruction de son identité ou de sa féminité, le turban est un accessoire de mode destiné aux femmes et aux enfants qui ont perdu leurs cheveux. 
Julie Meunier a créé soncommerce en ligneen juin 2017.  Le succès est au rendez-vous. Près de 2.500 turbans à frange ont déjà été vendus et une nouvelle collection vient de sortir. 
Une réussite économique et sociale qu'elle tenait à partager avec celles qu'elle appelle affectueusement "ses sœurs de combats" : "Ces turbans sont fabriqués par un atelier de femmes avec des maladies physiques qui sont en réinsertion professionnelle et ça c'est la dimension sociale que je voulais absolument donner", explique Julie Meunier. 

Cet accessoire est vendu en France et à l'étranger, dans une quarantaine de points de vente. Prochaine étape ; un showroom ouvrira à Nice en juin prochain. 

Mot de la créatrice

Hello, Moi c’est Julie et je suis la créatrice desFRANJYNES, une alternative à la perruque.

Les Franjynes, ce sont de jolies franges de 7 couleurs différentes : blond doré, blond platine, brun, châtain, auburn, roux et blanc, poivre et sel, disposant d’un système breveté afin de tenir sur les têtes sans cheveux. Le tout toujours accompagné d'un beau turban, car l’un ne va pas sans l’autre. Ce sont des frangins… enfin des Franjynes ;)

D’où me vient cette idée ? En deux mots, à l’âge de 27 ans, j’ai eu un cancer du sein de grade III. Oui, je sais, j’avais presque autant de chance qu’une météorite me tombe sur la tête !LES FRANJYNES, ce sont les soeurs de combat. C’est aussi la communauté que nous sommes. C’est l’entraide et le partage.

Parce que mon rêve, c'est de rebooster le moral de mes protégées. Le moral, il est essentiel pour affronter les traitements qui eux sont essentiels à la guérison.