Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 28/01/2020, 15:24 par Claire Mollien
debut-d-annee-quelles-sont-les-pistes-les-tendancesavec, comme toujours, un immense merci à Pierre-Jean Llorens pour son active participation à cette revue de presse sociale plutôt...
Publié le 23/12/2019, 10:29 par Claire Mollien
derniere-ligne-droite-de-fin-d-annee-des-lectures-diverses-et-variees-le-monde-social-l-emploi-les-pistesavec toujours un grand merci à notre pourvoyeur d'articles, d'infos, Pierre-Jean Llorens, le bien nommé ... Pour notre client (basé à...
Publié le 02/12/2019, 13:52 par Claire Mollien
les-employes-les-cadres-des-sondages-de-la-lecture-une-semaine-qui-demarreavec un grand merci pour les éclairages de Pierre-Jean Llorens .. Les Pays-Bas se dirigent vers une crise sans...

Dans le cadre de la semaine européenne des handicaps et de l'emploi des personnes handicapées, le 20 novembre dernier, sondage ...et déni de la plupart :

Une enqute IFOP commandée par l’association JNA, fait apparaître une très large majorité des Français (82%) qui

considère que souffrir d’un handicap auditif peut représenter un frein à la recherche d’emploi ou à l’évolution
professionnelle. Parmi eux, un tiers (33%) estiment que cela constitue un frein très important.


Au travers de l’enqute JNA–IFOP réalisée auprès d’un panel représentatif de 1000 individus, on observe un double clivage sur cette question :

Un effet d’âge : 75% des 18-24 ans considèrent qu’un handicap auditif peut constituer un frein dans le cadre
professionnel contre 84% des 35 ans et plus et 91% des 65 ans et plus.

 

Un effet de niveau de diplôme : les personnes les plus diplômées sont également celles qui estiment qu’un handicap auditif est un frein dans le cadre professionnel : 89% des diplômés de 1er cycle et 84% des diplômés de 2è et 3è cycle considèrent que ce type de handicap peut être la cause de discrimination au travail contre 77% des personnes n’ayant pas le baccalauréat.

 

Selon le groupe d’experts de l’association JNA(1), ces résultats illustrent le déni de la perte de l’audition au sein de la population active. Ce déni représente « un plafond » limitant les politiques de RSE (Responsabilité Sociale des
Entreprises) et les démarches de bien-tre des actifs au travail. Les individus souffrant de déficience auditive se
cachent au risque d’impacts sur leur équilibre de santé et de vie. L’association JNA rappelle que la principale cause de la déficience sensorielle auditive reste celle liée à l’avancée en âge, la presbyacousie.

 

Il est urgent que la société accepte les handicaps invisibles. Il s’agit de définir si nous souhaitons collectivement déclarer la bienveillance comme une clé des relations de travail voire des relations au sein de notre société. Tout simplement, il nous est important de concrétiser le « vivre ensemble dans la bienveillance et en découvrir les effets bénéfiques ».


Faudra-t-il attendre le prochain siècle ?

 

 

(1) La 20è édition de la Journée Nationale de l’Audition se tiendra le jeudi 9 mars 2017.

Plus d’infos :
www.journee-audition.org