Le Réseau c'est du sérieux, mais pas que ; nous avons bien le droit à des pauses, du repos, de la détente, après ce

week-end de septembre très mitigé au niveau du temps, partout dans le monde, pire dans bien des contrées, désastreuses dans d'autres ; les actualités du moment aspirent à parfois un peu plus de légèreté ; alors régalez vous et remercions Pierre-Jean Lllorens pour ces doux moments de sourire et de rire :

Deux militaires profitent d'une pause lors de l'entraînement pour discuter un peu :
– Au fait, pourquoi tu t'es engagé dans l'armée, toi ?
– Parce que je suis célibataire, et que j'aime les combats, la guerre... Et toi ?
– Moi, je suis marié et je voulais la paix !
C'est un condamné à mort à la chaise électrique qu'on emmène pour son exécution. il demande au maton : 
- Qu'est ce qu'on va me faire? 
Le maton lui répond: 
- Du calme, asseyez vous sur cette chaise, on va vous mettre au courant !
Un fermier est soupçonné d'avoir participé à un hold-up dont on n'a jamais retrouvé le butin. Arrêté, il est maintenant en prison.
Pendant ce temps, sa femme essaie de faire tourner l'exploitation, mais seule, elle a bien dû mal.
Un jour elle écrit à son mari :
– Je voudrais faire de la pomme de terre dans le grand champ d'en face la grange. Je sais bien qu'on n'a plus trop les moyens, mais seule je n'y arriverai pas et je pensais embaucher un ouvrier agricole pour labourer le champ. Qu'en penses-tu ?
Par retour du courrier, il lui répond :
– Surtout, ne touche pas à ce champ ! C'est là que le magot est enterré !
Comme toute la correspondance est interceptée et lue, sa lettre parvient au directeur de la prison, qui prévient bien évidemment les gendarmes. Ils arrivent à la ferme avec des engins, passent deux jours à retourner la terre, mais en définitive, ne trouvent rien...
Le lendemain, le fermier écrit à sa femme :
– Maintenant tu peux planter les patates, pas besoin d'embaucher...
Comment appelle-t-on un rassemblement d'aveugles ?
Le festival de cannes...

C'est un curé, un pasteur et un rabbin qui discutent.
Le curé :
– Moi, pour déterminer quelle part de l'argent du tronc je garde et quelle part je donne à Dieu, j'ai une méthode. Je trace une ligne sur le sol et je jette les pièces de monnaie. Celles qui tombent avant la ligne sont pour moi, celles qui tombent de l'autre côté de la ligne sont pour le Seigneur.
Le pasteur :
– Moi aussi j'ai une méthode : je trace un cercle, les pièces qui tombent dans le cercle sont pour moi, celles qui tombent en dehors du cercle sont pour le Seigneur.
Le rabbin :
– Et bien moi, je lance les pièces en l'air, Dieu se sert comme il veut, et je ne garde que les pièces qui retombent !
Quatre mamma italiennes discutent des mérites de leurs fils :
– Le mien, dit la première, est curé. Quand il entre quelque part, on lui dit : "Bonjour, mon père."
La deuxième enchaîne :
– Mon fils à moi est évêque. Quand il entre dans une pièce, on lui dit : "Bonjour Monseigneur."
La suivant continue :
– Hé ben mon fils est cardinal. Quand il arrive, on lui dit : "Bonjour Éminence."
Mais la quatrième femme termine en disant :
– Tout ça, ce n'est rien. Mon fils mesure 2 mètres et pèse 185 kilos. Quand il entre quelque part, les gens disent : "Oh, mon Dieu !"
Un grand rabbin monte au paradis. Bien sûr, on s'occupe de lui, des formalités d'usage, parce que c'est une personne importante ! Et puis, il doit aller dans sa nouvelle demeure.
Alors, au bureau d'attribution des maisons célestes, on lui montre sa future maison... mais à son grand désarroi, il s'agit d'une simple maisonnette minuscule, 2 pièces et une place de parking devant, pas vraiment génial, quoi...
Alors le rabbin s'étonne, regarde autour de lui, et aperçoit une maison fantastique, sur 3 étages, avec jardin, piscine et tennis.
Il rabbin se met en colère, et demande :
– Mais c'est à qui, cette superbe maison ?
– C'est à Joseph Cohen...
– Quoi, Joseph Cohen, le chauffeur de bus ?
– Oui, c'est bien cela...
– Non mais, c'est honteux ! Moi, un grand rabbin j'ai seulement cette maison minuscule, et lui, il a droit à une superbe maison ?
– Bien sûr, car toi, en bas, quand tu faisais la prière à la synagogue, tout le monde dormait... Mais lui, quand il conduisait, tout le monde faisait sa prière...
Trois personnes ont gagné à un jeu télévisé, une journée entière avec le président, lorsqu'ils arrivèrent chez le président, ils en profitèrent un maximum en mangeant, jouant a des jeux, visitant des sculptures en faisant n'importe quoi, le président était tout énervé à force de bouffonnerie, ce qui le rendait complètement fou. C'est là qu'ils virent la piscine du président, immense, belle...
Lorsqu'ils nagèrent paisiblement, le président voulut s'en débarrasser, pour cela il utilisa un bouton rouge dans sa chambre qui fait sortir un crocodile du bas de la piscine. Lorsque les trois personnes virent le crocodile, l'un dit :
"Oh putain ! Et les gars c'est une piscine Lacoste !" 
Pendant qu'Adam était encore dans le jardin d'Eden, Adam va voir Dieu pour lui poser quelques questions qui le tracassent depuis longtemps...
– Dieu ?
– Oui Adam...
– Dieu ? Pourquoi as-tu fait Eve aussi belle ?
– Très facile Adam : pour que tu puisse l'aimer.
– Pourquoi as-tu fait Eve aussi douce, gentille, merveilleuse, aussi... adorable ?
– Mais je te l'ai dit, c'est évident : c'est pour que tu puisse l'aimer !
– Mais Dieu, alors pourquoi as-tu fait Eve aussi stupide ?
– Voyons, Adam... C'est pour qu'elle puisse t'aimer !
Un rabbin et un curé dînent ensemble.
Au moment de l'entrée, le curé passe le plat de charcuterie au rabbin, qui le refuse en disant :
– C'est interdit par ma religion, voyons !
Alors le curé rétorque :
– Dommage, vous ne savez pas ce que vous perdez !
La fin du repas arrive, et le rabbin, la panse pleine malgré tout, dit au curé :
– Vous direz à votre femme que c'était un bien bon repas.
Le curé, choqué par le propos, réplique :
– Mais vous savez bien que je n'ai pas de femme, la religion me l'interdit...
Alors le rabbin, ravi, dit à son tour :
– Et bien, vous ne savez pas ce que vous perdez !
Un accoucheur et une sage-femme s'occupent de l'accouchement d'une femme qui attend des jumeaux.
Le premier bébé sort, c'est un superbe garçon : une petite tape sur les fesses, et le nouveau-né pousse un cri vigoureux.
Mais le deuxième bébé tarde à vouloir sortir. Une heure passe, puis deux heures... L'accoucheur dit à la sage femme qu'il part dîner, et qu'il faut l'appeler quand il y aura du nouveau.
Dès qu'il est parti, la sage-femme entend une petite voix qui semble venir du bas-ventre de la femme :
– Psssst...
– Hein ? fait la sage-femme.
– Psssssst !!
Elle distingue une petite main qui sort de sa patiente et qui lui fait signe de s'approcher...
Elle se rapproche alors de la femme, et voit une petite tête qui pointe à l'orifice, et dit :
– Il est parti, le monsieur qui donne les fessées ?
Ce sont deux psychiatres qui ont leur cabinet dans le même immeuble et qui, chaque matin, prennent l'ascenseur.
Le premier est toujours élégant, bien habillé, passant du complet luxueux à la tenue de golf ou de tennis de grande qualité, bien coiffé, bronzé, respirant l'énergie et la forme...
Mais le second est quant à lui de plus en plus fatigué, il a le teint blafard, les yeux cernés, les ongles rongés, la coiffure aléatoire, la barbe mal rasée...
Ce dernier craque un jour et demande à l'autre :
– Cher confrère, excusez-moi de vous importuner, mais je n'en peux plus d'entendre mes patients me confier leurs histoires, pires les unes que les autres... Je vous observe depuis des mois, et cela ne semble jamais vous attendre, chaque matin je constate que vous resplendissez... Quel est votre secret pour ne pas être atteint par les histoires sordides de vos patients ?
– Pardon ? fait l'autre en enlevant une boule Quiès de son oreille...
Cela se passe avant la guerre de 40, dans la campagne. Une sage-femme arrive dans une ferme pour
l'arrivée d'un heureux événement. Elle rentre dans la chambre de la future maman, laissant le père dehors.
Cinq minutes passent, quand la sage-femme ressort, et demande :
– Auriez-vous une tenaille ?
Le père, passablement inquiet, va chercher la tenaille. La sage-femme prend l'objet, et referme la porte de la chambre sans laisser le loisir au père de regarder ce qui s'y passe.
Cinq minutes passent encore, et elle ressort en sueur.
– Vous n'auriez pas plutôt une scie à métaux ?
Le père s'en va chercher la scie demandée, franchement blanc cette fois-ci, et la ramène à la sage-femme, qui rentre illico dans la chambre avec.
Cinq minutes plus tard, la sage-femme sort une dernière fois, l'air abattu.
Le père demande alors, d'une voix au comble de l'inquiétude :
– Il y a un problème ? Mais que se passe-t-il ?
– Il va falloir appeler une autre sage-femme... Je n'arrive pas à ouvrir ma sacoche...
"La hiérarchie d'une entreprise, c'est comme un arbre plein de singes, tous sur des branches différentes à des niveaux différents. 
Certains des singes montent, d'autres descendent. 
Les singes d'en haut regardent les singes d'en bas et voient un arbre avec plein de visages souriants. 
Les singes d'en bas regardent en haut et ne voient rien d'autre que des trous du cul.
Savez vous pourquoi Jesus n a pas pu jouer le dernier match de rugby Bethleem-Nazareth?
Réponse : il etait suspendu... 
L'abbé Koultar est envoyé missionnaire en Afrique , il parcours la savane quand soudain il aperçoit un lion qui se jette sur lui. 
Il prie très fort et demande au seigneur : "faites seigneur que ce lion soit animé de pensées chrétiennes. "
Instantanément le lion s' arrête se dresse sur les pattes arrières, joint les pattes avant, se met a prier et finit sa prière en disant : 
"Bénissez seigneur le repas que vous m' accordez".
Un prêtre circule en voiture lorsqu il aperçoit une religieuse faisant du stop. Il s'arrête pour la laisser monter. Elle s'assoit dans la voiture laissant apparaître des cuisses magnifiques. Ne pouvant résister, le prêtre pose sa main sur la jambe de la religieuse. La religieuse lui dit : 
- Mon père, pensez au psaume 129 ! 
Le prêtre est confus et lui présente ses excuses. Mais il n'arrive pas à détacher les yeux de ses jambes, et un moment plus tard, il recommence. 
La religieuse répète à nouveau : 
- Mon père, Pensez au psaume 129 ! 
Le prêtre très gêné, s'excuse une seconde fois en lui disant : 
- Désolé, ma soeur, la chair est faible ! 
Et il dépose la religieuse au couvent. Il se précipite dans son église pour aller lire le psaume 129 et lit : va plus loin mon fils et cherche plus haut, alors tu seras dans l'allégresse et tu trouveras la gloire! 
Moralité : tachez d'être toujours aussi informé que possible autrement vous pourriez bien rater de grandes opportunités

Une dame fait des reproches à son boulanger : 
- Je suis désolée de vous le dire, mais votre pain est rassis ! 
- Un peu de respect, Madame, je faisais du pain avant que vous ne soyiez née ! 
- Justement, ce que je vous reproche, c'est de ne le vendre que maintenant ! 
Deux militaires profitent d'une pause lors de l'entraînement pour discuter un peu :
– Au fait, pourquoi tu t'es engagé dans l'armée, toi ?
– Parce que je suis célibataire, et que j'aime les combats, la guerre... Et toi ?
– Moi, je suis marié et je voulais la paix !
C'est un condamné à mort à la chaise électrique qu'on emmène pour son exécution. il demande au maton : 
- Qu'est ce qu'on va me faire? 
Le maton lui répond: 
- Du calme, asseyez vous sur cette chaise, on va vous mettre au courant !
Un fermier est soupçonné d'avoir participé à un hold-up dont on n'a jamais retrouvé le butin. Arrêté, il est maintenant en prison.
Pendant ce temps, sa femme essaie de faire tourner l'exploitation, mais seule, elle a bien dû mal.
Un jour elle écrit à son mari :
– Je voudrais faire de la pomme de terre dans le grand champ d'en face la grange. Je sais bien qu'on n'a plus trop les moyens, mais seule je n'y arriverai pas et je pensais embaucher un ouvrier agricole pour labourer le champ. Qu'en penses-tu ?
Par retour du courrier, il lui répond :
– Surtout, ne touche pas à ce champ ! C'est là que le magot est enterré !
Comme toute la correspondance est interceptée et lue, sa lettre parvient au directeur de la prison, qui prévient bien évidemment les gendarmes. Ils arrivent à la ferme avec des engins, passent deux jours à retourner la terre, mais en définitive, ne trouvent rien...
Le lendemain, le fermier écrit à sa femme :
– Maintenant tu peux planter les patates, pas besoin d'embaucher...
Comment appelle-t-on un rassemblement d'aveugles ?
Le festival de cannes...

C'est un curé, un pasteur et un rabbin qui discutent.
Le curé :
– Moi, pour déterminer quelle part de l'argent du tronc je garde et quelle part je donne à Dieu, j'ai une méthode. Je trace une ligne sur le sol et je jette les pièces de monnaie. Celles qui tombent avant la ligne sont pour moi, celles qui tombent de l'autre côté de la ligne sont pour le Seigneur.
Le pasteur :
– Moi aussi j'ai une méthode : je trace un cercle, les pièces qui tombent dans le cercle sont pour moi, celles qui tombent en dehors du cercle sont pour le Seigneur.
Le rabbin :
– Et bien moi, je lance les pièces en l'air, Dieu se sert comme il veut, et je ne garde que les pièces qui retombent !
Quatre mamma italiennes discutent des mérites de leurs fils :
– Le mien, dit la première, est curé. Quand il entre quelque part, on lui dit : "Bonjour, mon père."
La deuxième enchaîne :
– Mon fils à moi est évêque. Quand il entre dans une pièce, on lui dit : "Bonjour Monseigneur."
La suivant continue :
– Hé ben mon fils est cardinal. Quand il arrive, on lui dit : "Bonjour Éminence."
Mais la quatrième femme termine en disant :
– Tout ça, ce n'est rien. Mon fils mesure 2 mètres et pèse 185 kilos. Quand il entre quelque part, les gens disent : "Oh, mon Dieu !"
Un grand rabbin monte au paradis. Bien sûr, on s'occupe de lui, des formalités d'usage, parce que c'est une personne importante ! Et puis, il doit aller dans sa nouvelle demeure.
Alors, au bureau d'attribution des maisons célestes, on lui montre sa future maison... mais à son grand désarroi, il s'agit d'une simple maisonnette minuscule, 2 pièces et une place de parking devant, pas vraiment génial, quoi...
Alors le rabbin s'étonne, regarde autour de lui, et aperçoit une maison fantastique, sur 3 étages, avec jardin, piscine et tennis.
Il rabbin se met en colère, et demande :
– Mais c'est à qui, cette superbe maison ?
– C'est à Joseph Cohen...
– Quoi, Joseph Cohen, le chauffeur de bus ?
– Oui, c'est bien cela...
– Non mais, c'est honteux ! Moi, un grand rabbin j'ai seulement cette maison minuscule, et lui, il a droit à une superbe maison ?
– Bien sûr, car toi, en bas, quand tu faisais la prière à la synagogue, tout le monde dormait... Mais lui, quand il conduisait, tout le monde faisait sa prière...
Trois personnes ont gagné à un jeu télévisé, une journée entière avec le président, lorsqu'ils arrivèrent chez le président, ils en profitèrent un maximum en mangeant, jouant a des jeux, visitant des sculptures en faisant n'importe quoi, le président était tout énervé à force de bouffonnerie, ce qui le rendait complètement fou. C'est là qu'ils virent la piscine du président, immense, belle...
Lorsqu'ils nagèrent paisiblement, le président voulut s'en débarrasser, pour cela il utilisa un bouton rouge dans sa chambre qui fait sortir un crocodile du bas de la piscine. Lorsque les trois personnes virent le crocodile, l'un dit :
"Oh putain ! Et les gars c'est une piscine Lacoste !" 
Pendant qu'Adam était encore dans le jardin d'Eden, Adam va voir Dieu pour lui poser quelques questions qui le tracassent depuis longtemps...
– Dieu ?
– Oui Adam...
– Dieu ? Pourquoi as-tu fait Eve aussi belle ?
– Très facile Adam : pour que tu puisse l'aimer.
– Pourquoi as-tu fait Eve aussi douce, gentille, merveilleuse, aussi... adorable ?
– Mais je te l'ai dit, c'est évident : c'est pour que tu puisse l'aimer !
– Mais Dieu, alors pourquoi as-tu fait Eve aussi stupide ?
– Voyons, Adam... C'est pour qu'elle puisse t'aimer !
Un rabbin et un curé dînent ensemble.
Au moment de l'entrée, le curé passe le plat de charcuterie au rabbin, qui le refuse en disant :
– C'est interdit par ma religion, voyons !
Alors le curé rétorque :
– Dommage, vous ne savez pas ce que vous perdez !
La fin du repas arrive, et le rabbin, la panse pleine malgré tout, dit au curé :
– Vous direz à votre femme que c'était un bien bon repas.
Le curé, choqué par le propos, réplique :
– Mais vous savez bien que je n'ai pas de femme, la religion me l'interdit...
Alors le rabbin, ravi, dit à son tour :
– Et bien, vous ne savez pas ce que vous perdez !
Un accoucheur et une sage-femme s'occupent de l'accouchement d'une femme qui attend des jumeaux.
Le premier bébé sort, c'est un superbe garçon : une petite tape sur les fesses, et le nouveau-né pousse un cri vigoureux.
Mais le deuxième bébé tarde à vouloir sortir. Une heure passe, puis deux heures... L'accoucheur dit à la sage femme qu'il part dîner, et qu'il faut l'appeler quand il y aura du nouveau.
Dès qu'il est parti, la sage-femme entend une petite voix qui semble venir du bas-ventre de la femme :
– Psssst...
– Hein ? fait la sage-femme.
– Psssssst !!
Elle distingue une petite main qui sort de sa patiente et qui lui fait signe de s'approcher...
Elle se rapproche alors de la femme, et voit une petite tête qui pointe à l'orifice, et dit :
– Il est parti, le monsieur qui donne les fessées ?
Ce sont deux psychiatres qui ont leur cabinet dans le même immeuble et qui, chaque matin, prennent l'ascenseur.
Le premier est toujours élégant, bien habillé, passant du complet luxueux à la tenue de golf ou de tennis de grande qualité, bien coiffé, bronzé, respirant l'énergie et la forme...
Mais le second est quant à lui de plus en plus fatigué, il a le teint blafard, les yeux cernés, les ongles rongés, la coiffure aléatoire, la barbe mal rasée...
Ce dernier craque un jour et demande à l'autre :
– Cher confrère, excusez-moi de vous importuner, mais je n'en peux plus d'entendre mes patients me confier leurs histoires, pires les unes que les autres... Je vous observe depuis des mois, et cela ne semble jamais vous attendre, chaque matin je constate que vous resplendissez... Quel est votre secret pour ne pas être atteint par les histoires sordides de vos patients ?
– Pardon ? fait l'autre en enlevant une boule Quiès de son oreille...
Cela se passe avant la guerre de 40, dans la campagne. Une sage-femme arrive dans une ferme pour
l'arrivée d'un heureux événement. Elle rentre dans la chambre de la future maman, laissant le père dehors.
Cinq minutes passent, quand la sage-femme ressort, et demande :
– Auriez-vous une tenaille ?
Le père, passablement inquiet, va chercher la tenaille. La sage-femme prend l'objet, et referme la porte de la chambre sans laisser le loisir au père de regarder ce qui s'y passe.
Cinq minutes passent encore, et elle ressort en sueur.
– Vous n'auriez pas plutôt une scie à métaux ?
Le père s'en va chercher la scie demandée, franchement blanc cette fois-ci, et la ramène à la sage-femme, qui rentre illico dans la chambre avec.
Cinq minutes plus tard, la sage-femme sort une dernière fois, l'air abattu.
Le père demande alors, d'une voix au comble de l'inquiétude :
– Il y a un problème ? Mais que se passe-t-il ?
– Il va falloir appeler une autre sage-femme... Je n'arrive pas à ouvrir ma sacoche...
"La hiérarchie d'une entreprise, c'est comme un arbre plein de singes, tous sur des branches différentes à des niveaux différents. 
Certains des singes montent, d'autres descendent. 
Les singes d'en haut regardent les singes d'en bas et voient un arbre avec plein de visages souriants. 
Les singes d'en bas regardent en haut et ne voient rien d'autre que des trous du cul.
Savez vous pourquoi Jesus n a pas pu jouer le dernier match de rugby Bethleem-Nazareth?
Réponse : il etait suspendu... 
L'abbé Koultar est envoyé missionnaire en Afrique , il parcours la savane quand soudain il aperçoit un lion qui se jette sur lui. 
Il prie très fort et demande au seigneur : "faites seigneur que ce lion soit animé de pensées chrétiennes. "
Instantanément le lion s' arrête se dresse sur les pattes arrières, joint les pattes avant, se met a prier et finit sa prière en disant : 
"Bénissez seigneur le repas que vous m' accordez".
Un prêtre circule en voiture lorsqu il aperçoit une religieuse faisant du stop. Il s'arrête pour la laisser monter. Elle s'assoit dans la voiture laissant apparaître des cuisses magnifiques. Ne pouvant résister, le prêtre pose sa main sur la jambe de la religieuse. La religieuse lui dit : 
- Mon père, pensez au psaume 129 ! 
Le prêtre est confus et lui présente ses excuses. Mais il n'arrive pas à détacher les yeux de ses jambes, et un moment plus tard, il recommence. 
La religieuse répète à nouveau : 
- Mon père, Pensez au psaume 129 ! 
Le prêtre très gêné, s'excuse une seconde fois en lui disant : 
- Désolé, ma soeur, la chair est faible ! 
Et il dépose la religieuse au couvent. Il se précipite dans son église pour aller lire le psaume 129 et lit : va plus loin mon fils et cherche plus haut, alors tu seras dans l'allégresse et tu trouveras la gloire! 
Moralité : tachez d'être toujours aussi informé que possible autrement vous pourriez bien rater de grandes opportunités

Une dame fait des reproches à son boulanger : 
- Je suis désolée de vous le dire, mais votre pain est rassis ! 
- Un peu de respect, Madame, je faisais du pain avant que vous ne soyiez née ! 
- Justement, ce que je vous reproche, c'est de ne le vendre que maintenant ! 

Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 19/10/2017, 09:19 par Claire Mollien
des-emplois-avis-aux-amateursavec un grand merci à Isis de Romefort pour tous ces partages  - mise à jour du 20/10/2017: Entreprise : Cabinet d’ingénierie en...
Publié le 09/10/2017, 09:39 par Claire Mollien
la-sante-une-actualite-chargeeMerci Pierre Jean Llorens pour une forte contribution à cette revue de presse : Les pompiers recommandent d’avoir un coca au...
Publié le 05/10/2017, 09:21 par Claire Mollien
de-l-emploi-encore-de-l-emploi-une-quinzaine-qui-s-animeavec des remerciements pour la participation de Pierre Jean...