Sans vraiment parler de « brassage » des générations, combien il est rafraîchissant de se replonger dans le milieu universitaire qui connaît, bien malgré lui et de plein fouet, la mutation sociale et le monde du travail en désarroi. Autant pour les seniors que pour les étudiants, cela s'apparente à un véritable parcours du combattant. Pour les

professionnels, experts, comme pour les néophites et débutants, cet exercice de style représente un véritable défi : franchir les portes de la vie active et/ou rebondir au sein d'une autre entreprise, dans un autre métier, autre secteur. A l'image de trois étudiants, Romanic Baudu,Alice Vouillarmet-Normand et Mr Rodriguez, proposer une mission pour obtenir un stage revient à adapter voire traduire le langage sur le quoi et le comment pour parvenir au pourquoi.

 

Cette soirée, à l'image de notre société actuelle, a permis aux participants de mettre l'accent sur leurs forces intérieures pour changer de métier, se lancer dans leur propre activité, sur les pistes existantes ici, là et ailleurs, pour parvenir à leurs fins. Que d'efforts déployés, de volontés affirmées, d'usages savamment pressentis dans ce monde des réseaux, porteurs de transmission humaine et d'espoir.Chacun a partagé, en plus du buffet « auberge espagnole » une bonne tranche de vie et de riches expériences professionnelles. Il est donc plus aisé ensuite de savoir « qui » se cache derrière les cartes de visite et les présentations de carrières et parcours. C'est pour cela que ces soirées du Triangle trouvent leurs raisons d'être et d'exister encore et toujours sur toute la région Rhône-Alpes.

 

18 inscrits (venant de Lyon, Grenoble, d'Ardèche), 17 présents, 1 excusé - 14 personnes venaient pour la première fois à une soirée du Triangle (pour l'animatrice). Les anciens rencontrent les nouveaux, parrainent des connaissances, aggrandissent leur réseau à chaque nouvelle occasion.

 

Liste des personnes présentes : Hacen Jeaidi, Monique Gay-Perret, Virginie Buscemi, Jean-Michel Chrisostome et son invité Frédéric Zibette, Jean-François Fournier et son épouse Isabel, son invitée Cécile Jacquet, Dominique Allimann, Delphine Berrux, Dominique Clement et son invitée Lydia Tara, Bernadette Mathevet et Jean-Florent Rodriguez, Directeur de la Résidence.

 

Merci donc à tous ces participants et aux « parrains » de plus en plus nombreux qui contribuent à développer ce Réseau régional : un remerciement tout particulier pour notre hôte Jean-Florent Rodriguez qui nous a très chaleureusement accueilli au Pré Saint Jean.

 

Cette soirée n'aurait jamais pu s'organiser sans la complicité de trois personnes demeurant à Annecy. Des pensées très chaleureuses pour Francine CAZIN qui n'a pu être des nôtres et à qui l'on doit le choix du lieu où elle exerce ses formations de coaching. Sans elle, nous n'aurions jamais pu réaliser cette rencontre au sein de cette résidence universitaire. Son absence a été fort regrettée. Un merci tout particulier également à Philip Anderson et son complice Jean-François Fournier qui ont favorisé tous deux la mise en place de la soirée. Merci enfin à nos paparazis Jean-François Fournier et Jean-Michel Chrisostome.

 

La résidence universitaire LE PRE SAINT JEAN

Dans un cadre dédié à la jeunesse et à la nature, la Résidence domine la Ville d'Annecy et son Lac majestueux entouré de montagnes. 8 pavillons sont aménagées pour recevoir, en gestion libre ou non, 148 personnes tout au long de l'année, en chambres individuelles ou doubles avec tout le confort nécessaire.

 

Durant l'année universitaire, de septembre à mai, ce sont donc des étudiants (dont certains sont en quête de stages pour la validation de leurs diplômes) qui y trouvent refuge mais également de jeunes travailleurs rentrant dans la vie active, âgés de 18 à 25 ans. De juin à août, la Résidence accueille bien volontiers des groupes de sportifs, de randonneurs, des membres de Comité d'Entreprise, des familles, des séminaristes, des groupes en stage de bien être, de coaching, yoga, de tous sports, activités culturelles, etc., pour des prix tout à fait abordables.

 

Comme tout village tourné vers la détente et les occupations studieuses, un bâtiment d'accueil centralise les animations de la Résidence. Entre salon de détente, cafétéria, billards, plusieurs salles de réunion ou de travail artistique entre autre, wifi, buanderie, diverses commodités pour la vie quotidienne, l'extérieur n'est pas en reste avec son terrain de sport, ses tables de ping pong, les espaces verts, barbecues, parkings.

Tout au long de l'année, la Résidence Le Pré Saint Jean met donc en location ses salles. Voici quelques exemples des groupes et activités qui occupent ces salles :

- réunions cadres et d'employeurs

- Programme Neuro Linquistique

- C.N.V.

- sofrologie

- hypnothérapie

- conciliateurs familiaux

- yoga, etc .

 

Pour réserver les chambres et les salles de réunion :

www.presaintjean.com

Jean-Florent Rodriguez, Directeur de la Résidence Pré Saint Jean-claude11, Chemin du Bray (à deux pas du restaurant universitaire) 74940 Annecy le Vieux – 04 50 66 36 81 Fax : 04 50 66 20 99

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Trianglement vôtre

 

 

Claire MOLLIEN

http://www.associationletriangle.fr/blog-claire

https://twitter.com/claire42520

https://twitter.com/TriangleLe

https://twitter.com/FLumiere1

https://www.linkedin.com/groups?home=&gid=4645226&trk=anet_ug_hm

 

PS

Mardi 12 avril 2016 à VALENCE avec la collaboration d'Isis de Romefort et de la CGPME Drôme

http://www.amazon.fr/Toile-votre-Reseau-professionnels-objectifs/dp/1496108752

Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 09/06/2017, 08:39 par Claire Mollien
Les formations dans l'industrie textile, le journalisme ou la chimie = futurs chômeurs ?
Publié le 09/06/2017, 08:37 par Claire Mollien
systeme-u-recrute-et-divershttp://www.pole-emploi.fr/actualites/systeme-u-recrute-@/article.jspz?id=477236 Système U, enseigne de Grande Distribution, est une...
Publié le 06/06/2017, 09:22 par Claire Mollien
Les candidates parlent beaucoup plus à 51% que les candidats à seulement 24%