Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 24/08/2018, 09:52 par Claire Mollien
les-offres-du-momentMerci à Pierre-Jean Llorens pour sa large contribution à cette revue "emploi" de fin août Nous cherchons pour notre client basé en...
Publié le 17/07/2018, 09:38 par Claire Mollien
les-lectures-attendues-a-lire-doncMerci Pierre-Jean Lllorens pour ta participation à cette revue de presse, comme d'habitude .. Liste noire des compagnies aériennes,...
Publié le 17/07/2018, 09:29 par Claire Mollien
92% des femmes et 89% des hommes ont déjà osé contredire leur supérieur

Merci Pierre-Jean Llorens pour ta contribution à cette revue globale .. ainsi qu'à Isis de Romefort

Les 7 entreprises qui recrutent dans l’aéronautique et l’aérospatial à la rentrée

https://www.regionsjob.com/actualites/les-7-entreprises-qui-recrutent-dans-laeronautique-et-laerospatial-a-la-rentree.html

 

 

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/loire-une-entreprise-recrute-sans-cv-ni-lettre-de-motivation-1536586168?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#Echobox=1536654919

Loire : une entreprise recrute sans CV ni lettre de motivation

Actualités du recrutement

https://www.facebook.com/groups/308966722892728/?multi_permalinks=570818936707504&notif_id=1536688307329937&notif_t=group_activity

 

ennaxia dévoile les résultats de la 6ème édition de son étude sur l'évolution des pratiques de reporting RSE et des rapports extra-financiers, réalisée auprès de 74 entreprises cotées et non cotées.

Parmi les principaux enseignements : 

- 80 % des entreprises interrogées publient leurs objectifs RSE, soit 18 points de plus qu'en 2017

- L’analyse de matérialité progresse de 12 points  ets’impose comme un outil de gouvernance RSE

- Les Objectifs de Développement Durable (ODD) s’imposent

- Le reporting intégré progresse de 10 points en un an

- 16 % des entreprises affirment avoir déjà anticipé la déclaration de performance extra-financière

Reporting et rapports extra-financiers : étude sur l'évolution des pratiques des entreprises

Tennaxia dévoile les résultats de sa sixième étude sur l’évolution de la démarche et les pratiques de reporting extra-financier de près de 75 entreprises, cotées et non cotées.

Laval, le 28 août 2018 – Tennaxia, éditeur de logiciels et société de conseil spécialiste de la performance durable des organisations, dévoile les résultats de sa sixième étude « Pratiques de reporting et rapports extra-financiers », réalisée via un questionnaire en ligne auprès de 74 entreprises cotées et non cotées, du 19 avril au 15 juin 2018. Un éclairage sur l’évolution de la RSE, du reporting réglementaire dans les entreprises ainsi que sur les perspectives de la mise en œuvre de la déclaration de performance extra-financière (DPEF).

Les entreprises formalisent leur politique RSE et publient leurs objectifs RSE

85 % des entreprises interrogées formalisent leur politique RSE. 80 % d’entre elles publient leurs objectifs RSE, soit 18 points de plus qu'en 2017. Des objectifs RSE qui sont de plus en plus fréquemment vérifiés par un organisme tiers indépendant pour des raisons de crédibilité et de transparence vis-à-vis des parties prenantes.

L’analyse de matérialité se généralise et progresse de 12 points

L’analyse de matérialité s’impose désormais comme un outil de gouvernance RSE : 65 % des entreprises interrogées ont réalisé une analyse de matérialité, contre 52 % en 2017. Avec une implication de plus en plus forte des directions générales : 83 % des analyses de matérialité sont présentées au CODIR, soit une progression de plus de 13 points en deux ans.

Les Objectifs de Développement Durable (ODD) s’imposent

69 % des entreprises répondantes sont entrées dans une dynamique de contribution aux ODD de l’ONU, contre 60 % en 2017. 60 % des entreprises ont identifié les ODD auxquels elles entendent contribuer. Les objectifs 13 (lutte contre les changements climatiques), 12 (consommation et production responsable) et 8 (travail décent et croissance économique) s’imposent. Le pilotage des ODD dans les rapports progresse de 12 points (56 % des entreprises interrogées contre 44 % l’an passé).

Lutte contre le changement climatique et devoir de vigilance

53 % des répondants se sont fixés des objectifs s'inscrivant dans une trajectoire bas carbone et un peu plus de la moitié des entreprises soumises au devoir de vigilance a publié son plan de vigilance. « La déclaration de performance extra-financière pourrait constituer un puissant levier de développement des stratégies bas-carbone fondées sur l’identification des risques sociaux et environnementaux », commente Bertrand Desmier, directeur de la Business Line RSE de Tennaxia.

Agences de notations extra-financières

Si les entreprises sont de plus en plus nombreuses à répondre aux sollicitations des agences de notation extra-financière (64 % en 2018 contre 53 % en 2017), 68 % d’entre elles estiment qu’il s’agit d’une tâche de plus en plus chronophage et 47 % seulement jugent satisfaisantes l’allocation de moyens en interne pour répondre aux agences, contre 67 % l’année dernière.

Le reporting intégré progresse de 10 points en un an

Le reporting intégré, regroupant les indicateurs financiers et extra-financiers, progresse de 10 points en un an (22 % y ont recours, contre 12 % en 2017) mais n’en demeure pas moins un exercice difficile à mettre en œuvre car elle nécessite de faire collaborer des directions qui n’ont pas l’habitude de travailler ensemble.

16 % des entreprises affirment avoir déjà anticipé la DPEF

Si, avec la création de nouveaux KPI et une approche plus concise fondée sur la matérialité, la déclaration de performance extra-financière est bien accueillie, sa mise en œuvre fait débat quant aux moyens à mettre en œuvre. 16 % des entreprises du panel affirment avoir anticipé les obligations de la DPEF et 55% ont réalisé un gap analysis pour identifier les progrès qu’il leur reste à faire : renouvellement de la matrice de matérialité, réalisation d’une cartographie des risques…

Une entreprise sur deux estime prendre suffisamment en compte les risques extra-financiers, mais 64 % des entreprises estiment que leur analyse de matérialité ne prend pas suffisamment en compte les risques extra-financiers. Si 55 % des entreprises ont établi une cartographie des risques RSE, seulement 42% ont fait le lien entre leur cartographie des risques et leur analyse de matérialité.

La portée de la communication RSE reste le maillon faible

La communication des données et la portée des rapports volontaires et réglementaires reste problématique. La moitié des entreprises ne mesure pas l’audience de leurs rapports RSE. Et parmi celles qui mesurent leur audience de manière quantitative et/ou qualitative, seules 40 % d’entre elles sont satisfaites des résultats. L’usage des réseaux sociaux pour publier les résultats extra-financiers est en légère hausse : 43 % des entreprises y ont recours, contre 40 % l’année dernière.

Le bilan sur cinq ans

• La conformité réglementaire, imposée par le Grenelle 2, a constitué un puissant levier de formalisation des politiques RSE.

• La RSE s’intègre de plus en plus, voire de mieux en mieux, dans les entreprises les plus matures, avec une implication grandissante des directions générales.

• Les reporting ont gagné en pertinence : les organismes tiers indépendants ont challengé les entreprises sur la présence et robustesse des données, mais aussi sur le sens des informations qualitatives à publier. La pression grandissante des agences de notation extra-financière a également contribué à renforcer la pertinence des rapports de gestion.

• Le reporting intégré progresse mais n’en demeure pas moins un exercice difficile à mettre en œuvre… tout comme la déclaration de performance extra-financière (DPEF).

Méthodologie de l’étude
L’étude a été réalisée entre le 19 avril et le 15 juin 2018. Elle a fait l’objet d’une enquête en ligne auprès de 101 entreprises françaises, pour 74 questionnaires exploitables.

Typologie des entreprises répondantes :

• 53 % emploient plus de 5 000 salariés

• 18 % emploient entre 2 001 et 5 000 salariés

• 62 % ont un CA supérieur à 1 milliard d’euros

• 58 % sont des SA

• 53 % sont cotées en Bourse

• 69 % sont soumises aux obligations réglementaires de l’article 225 du Grenelle 2

• Plus de 12 secteurs d’activité sont représentés

Pour accéder à l’intégralité de l’étude : https://bit.ly/2BHmqlW

A propos de Tennaxia
Depuis sa création en 2001, Tennaxia est spécialisée dans le domaine de la performance durable des organisations. Éditeur de logiciels et cabinet de conseil, la société accompagne les entreprises dans la formalisation, la mise en œuvre et le pilotage de leurs politiques RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et HSE (Hygiène Sécurité Environnement). Elle intervient dans les domaines suivants : stratégie RSE et reporting extra-financier (reporting RSE), management de la conformité (réglementation HSE, autres réglementations, ISO, référentiels internes, qualité…) et gestion des déchets.

Plus de 350 sociétés (10 000 sites) dans 70 pays font confiance à Tennaxia. En 2017, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaires de 6,4 millions d’euros. Elle compte 50 collaborateurs, répartis entre le siège social à Laval, deux agences à Lyon et Paris, et un bureau à New-York.

www.tennaxia.com

 

Sondage : Les Français qui reprennent avant les autres travaillent-ils vraiment ?

53% des femmes et 64% des hommes avouent travailler moins en été

49% des personnes aoutiens travaillent plus que les autres

30% des travailleurs sont très jaloux des vacanciers et 23% un peu seulement

43% se concertent avec les collègues pour leurs congés mais 30% sont forcés par l'employeur

56% d'hommes et 45% de femmes ont besoin de plusieurs jours pour retravailler efficacement

Paris, 28 août 2018

A l'occasion de la rentrée, Qapa.fr, l'agence d'intérim 100% online, a voulu savoir si les personnes qui restent au travail pendant que leurs collègues sont en vacances étaient réellement efficaces professionnellement. Un sondage surprenant qui montre une forte propension des Français à lever le pied pendant l'été.  

Lien officiel : www.qapa.fr

Juilletistes ou aoutiens ?

La période estivale est relativement homogène en ce qui concerne la prise de congés. Cependant, davantage de Français (26%) sont plus nombreux à partir en vacances avant le 31 août. 22% sont en congés avant le 15 août et 19% avant la 15 juillet. Ceux qui partent avant le 31 juillet sont plus de 18% et 14% n'ont pas eu de vacances cet été. Enfin, 4% préfèrent être en congés après le 31 août quand tout le monde est rentré.

Quand êtes-vous rentré(e) de vacances ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Je n'ai pas eu de vacances

14%

14%

13%

Avant le 15 juillet

19%

18%

19%

Avant le 31 juillet

18%

17%

18%

Avant le 15 août

22%

22%

21%

Avant le 31 août

26%

25%

26%

Je vais partir après le 31 août

4%

4%

3%

59% des Français glandent au travail en été...

Que font les travailleurs quand leurs collègues sont en vacances ? Plus de 33% des femmes et 38% des hommes avouent travailler beaucoup moins qu'en règle générale, et plus de 23% des Français déclarent ne rien faire du tout. Seulement 20% en profitent pour être plus actifs professionnellement et 22% travaillent autant que d'habitude.

Pendant l'été, quand vos collègues sont en vacances, vous travaillez :

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Pas du tout

23%

20%

26%

Beaucoup moins

36%

33%

38%

Beaucoup plus

20%

22%

18%

Pareil que d'habitude

22%

25%

18%

Les aoutiens travaillent-ils plus  

Parmi les Français qui continuent à travailler pendant les congés de leurs collègues, ce sont les personnes qui partent en août et qui travaillent en juillet, soit49%, qui semblent être les plus actives21% des personnes interrogées pensent que personne ne travaille durant l'été.

Selon vous, quelles sont les personnes qui travaillent le plus en été ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Celles qui partent en juillet et qui reviennent en août

15%

17%

12%

Celles qui partent en août et travaillent en juillet

49%

42%

55%

Personne ne travaille l'été

21%

22%

19%

Tout le monde

17%

19%

14%

« Jaloux moi ? Oui mais non...»

A la question « Quand vous restez au travail, êtes-vous un peu jaloux(se) de vos collègues en vacances ? », plus de 53% des personnes interrogées répondent par l'affirmative (30% « oui, absolument » et 23% « oui, un peu »).

Quand vous restez au travail, êtes-vous un peu jaloux(se) de vos collègues en vacances ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui, absolument

30%

31%

29%

Oui, un peu

23%

24%

22%

Non pas du tout

47%

45%

49%

Le choix des dates

Pour 43% des Français, le choix de la période de vacances se fait en concertation avec leurs collègues. Cependant, plus de 30% des Français sont contraints par leur employeur de prendre une période spécifique quand seulement 28% choisissent celle qui leur convient le mieux.

Comment s'est déroulé le choix de votre période de vacances cet été ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

J'ai choisi la période

28%

27%

28%

J'ai été obligé de prendre une période spécifique

30%

31%

29%

La période a été choisie en concertation avec mes collègues

43%

42%

43%

Terminées les vacances d'été ?

Fait intéressant, la période estivale n'est plus celle plébiscitée par les Français. En effet, plus de 76% des femmes et 77% des hommes interrogés aimeraient pouvoir partir davantage en dehors des mois de juillet et août.

Aimeriez-vous avoir plus de vacances en dehors de la période estivale ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

77%

76%

77%

Non

24%

24%

23%

Les hommes plus longs à redémarrer que les femmes

Une fois rentrés de vacances, les Français sont divisés pour ce qui est de la reprise du travail. Ainsi, les hommes sont plus de 56% à avoir besoin d'un temps d'adaptation de quelques jours pour retravailler efficacement alors que les femmes sont 55% à reprendre leurs tâches immédiatement dès le premier jour.

Quand vous rentrez de vacances :

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Je travaille immédiatement dès le premier jour

49%

55%

44%

J'ai un temps d'adaptation de quelques jours

51%

45%

56%

*Méthodologie : Sondage réalisé entre le 22 et 26 août 2018 auprès de 4,5 millions de candidats sur Qapa.frParmi ces candidats, 50% d'entre eux sont des non-cadres et 50% sont des cadres. Profils : 51% de femmes et 49% d'hommes. Les chiffres et statistiques représentent un état des lieux de l'emploi en France. Toutes les informations mises en avant par les candidats sont déclaratives.

A propos de Qapa.fr

Qapa.fr est le partenaire emploi de tous les Français. 100% positif 0% souci. Qapa.fr rassemble aujourd'hui 4,5 millions de candidats, 200.000 nouveaux inscrits chaque mois dans tous les secteurs et dans toute la France. En 2016, Qapa.fr a lancé le 1er service de recrutement d'intérimaires en temps réel 100% digital et mobile.

 

Saint-Just Saint-Rambert

SIGVARIS recrute grâce à une méthode RH innovante

La pénurie des formations textiles et l'expertise médicale très spécifique de SIGVARIS, numéro un de la contention, ont poussé l'entreprise à se tourner vers de nouvelles méthodes de recrutement pour maintenir son savoir-faire en France. Depuis peu, elle expérimente ainsi la méthode de recrutement par simulation (MRS). Plus de CV mais des tests qui mesurent les aptitudes métier des candidats.

Forte des deux premières sessions menées ces derniers mois, SIGVARIS lance une nouvelle phase de recrutement qui débutera par une réunion d'information le 14 septembre 2018 sur son site de Saint-Just Saint-Rambert (Z.I. Sud d'Andrézieux Rue Barthélémy Thimonnier). Inscriptions au préalable auprès de Pôle Emploi Saint-Etienne.

Évaluer les compétences des candidats en priorité

Développée par Pôle Emploi, MRS permet de rechercher un candidat sur la base de ses compétences, sans tenir compte de sa formation ou de son expérience. S'il présente les aptitudes nécessaires au poste, il sera ensuite formé par l'entreprise. Cette démarche, inédite pour SIGVARIS, bouscule déjà les modèle établis et permet de lever certains freins à l'embauche.

« C'est la première fois que je fais passer des entretiens sans m'appuyer sur des CV. Bien qu'assez déstabilisant au début, cette étape apparaît vite comme superflue pour des postes où le savoir-être et l'habilité du candidat doivent primer sur le reste. Sans la méthode MRS, nous n'aurions certainement pas rencontré de personnes aujourd'hui essentielles au bon fonctionnement de nos ateliers » explique Patricia Barrot du service des Ressources Humaines de SIGVARIS.

Un concept qui a déjà fait ses preuves

Chez SIGVARIS, de nombreux postes à pourvoir requièrent des aptitudes très précises comme l'atelier Tricotage où les opérateurs de production veillentsur des métiers à tricoter. En plus d'être autonomes et rigoureux, ils doivent faire preuve d'un sens aigu de l'organisation, savoir anticiper et prioriser les tâches. Il n'existe pas de « profil type » pour ce poste, SIGVARIS a donc préféré se tourner vers des personnes qui présentent les compétencesnécessaires pour ensuite les former directement sur le terrain.

Pour les candidats cette méthode présente plusieurs avantages, comme en témoigne Marie-France Méjasson recrutée en avril 2018 : « Avec le processus MRS, tout est très concret. Les tests sont basés sur ce qui se passe réellement dans l'atelier. Lors de mon entretien, on m'a posé des questions sur moi, ma conception de l'environnement de travail, plutôt que des questions sur l'entreprise. Avec MRS tout le monde a ses chances, et c'est la pratique qui l'atteste, pas ce qui est noté sur le CV ».

SIGVARIS, ambassadrice d'une industrie française dynamique et innovante

Depuis plus de 100 ans, SIGVARIS est implantée sur des territoires français riches d'une expertise textile reconnue. Ses sites industriels dans la Loire et le Haut-Rhin lui permettent de réaliser l'ensemble de ses étapes de production à domicile. Les investissements que l'Entreprise poursuit sur ses territoires font d'elle une marque "Made in France" toujours aussi dynamique sur le marché de la compression médicale.

 

Selon plusieurs témoignages accablants de dirigeants d’entreprises, de plus en plus de salariés ingrats ne répondraient pas à leurs courriels professionnels pendant leurs congés. Reportage

C’est une salle comble. A l’occasion de la conférence « Salarié égoïste : comment gérer ? » organisée par le MEDEF, les patrons ont répondu présent et le thème de l’attitude des employés pendant leurs congés a rapidement été abordé. « On leur paye leurs vacances au bord de l’eau, et ils font la sourde oreille quand on a besoin d’eux. C’est insupportable » peste Gérald Marchand, dirigeant d’une PME dans l’import-export. « Le pire c’est quand ils coupent leur téléphone » renchérit Solène Trojmann, patronne d’une start-up dans le textile « Ils se foutent de nous ! ».

http://www.legorafi.fr/2018/08/20/de-plus-en-plus-degoistes-ne-repondent-pas-a-leurs-mails-pros-pendant-leurs-vacances/

Ces dirigeants expriment tous leur ras-le-bol, mais aussi une certaine déception, une amertume. « Quand j’ai renouvelé pour la 8e fois son CDD, je pensais vraiment pouvoir faire confiance à Jeanne, mon assistante. » confie Clothilde Vignac, dirigeante de XO+, une entreprise de conseil bancaire. « Cela fait 4 ans qu’elle travaille pour moi, et à chaque vacances, elle me fait le coup : j’ai beau lui demander des tout petits trucs, comme appeler des clients, faire quelques propals, c’est pas la mer à boire, elle fait comme si elle n’avait plus accès à sa boîte mail. L’ingratitude des gens, c’est ahurissant ».

Des solutions sont alors proposées, comme envoyer des mails sur les boîtes personnelles des employés, ou appeler directement leur club de vacances ou leurs amis. Gérald Marchand, d’abord dubitatif, sort de la conférence rassuré et confiant « On se sent moins seul quand on sait que tous les patrons ont le même souci... Dès demain, je vais appeler les enfants de mon assistant, pour qu’ils me passent leur père. Il faut absolument qu’il envoie un mail que je n’ai pas envie d’envoyer moi-même. Ça fait 6 ans que je lui verse un SMIC, il peut au moins me faire ça ! ». Espérons pour lui que ce salarié mette enfin du sien dans la réussite de l’entreprise.

 

Sondage : Recruteurs et candidats sont-ils de plus en plus nuls en français ?

11 fautes en moyenne dans les annonces d'emploi en 2018 contre 5 en 2015

15 dans les CV et lettres de motivation en 2015 et plus de 17 en 2018

51% des Français sont conscients de faire des fautes et 91% se relisent pour les corriger

Bien écrire pour décrocher un job était important pour 98% des Français en 2015 mais seulement 89% en 2018

Uniquement 4% des recruteurs indiquent aux candidats leurs erreurs sur les CV et lettres de motivation

En 2015, 21% des Français ne demandaient jamais la relecture d'une autre personne... ils sont 36% en 2018 !

Paris, 4 septembre 2018

C'est la rentrée des classes Qapa.fr, l'agence d'intérim 100% online, a ramassé les copies et corrigé 100 CV et 100 annonces d'emploi pris au hasard. Résultats : les qualités rédactionnelles des demandeurs d'emploi et des recruteurs sont aussi mauvaises les unes que les autres et le niveau a encore baissé depuis 2015*.

Lien officiel : www.qapa.fr

*Méthodologie : Sondage réalisé entre le 28 et 31 août 2018 auprès de 4,5 millions de candidats sur Qapa.fr et croisé avec une analyse effectuée en septembre 2015.  Parmi ces candidats, 50% d'entre eux sont des non-cadres et 50% sont des cadres. Profils : 51% de femmes et 49% d'hommes. Qapa.fr a également analysé 100 profils de postes et 100 offres d'emploi déposés sur le site Qapa.fr. Les chiffres et statistiques représentent un état des lieux de l'emploi en France. Toutes les informations mises en avant par les candidats sont déclaratives.

La moyenne des recruteurs baisse encore !

En 2015, les recruteurs faisaient en moyenne 1 faute dans une annonce d'emploi et plus de 4 pour les erreurs de majuscules, ponctuations et segmentations. En 2018, c'est pire  11 fautes au total avec en moyenne 2 erreurs d'orthographe et d'homophoniefautes de conjugaison et d'accords et plus de coquilles de majuscules,ponctuation et de segmentation.

Les demandeurs d'emploi ne passeront pas en classe supérieure...

Rien ne va plus du côté des CV et des lettres de motivation ! Il y a trois ans, la moyenne des erreurs était de 15 par document. En 2018, les CV des Français contiennent jusqu'à 17 fautes. Dans le détail, les femmes comptabilisent erreurs d'orthographe et d'homophonie et les hommes 5. Les fautes de conjugaison et d'accord grimpent à 3 pour les femmes et pour les hommes. Enfin, les règles concernant les majuscules, la ponctuation et la segmentation semblent de moins en moins connues puisque les femmes font erreurs de ce type et les hommes plus de 10 !

Nombre moyen des erreurs trouvées sur les CV et les offres d'emploi

Typologie des erreurs

Septembre 2015

Septembre 2018

Recruteurs

CV femmes

CV hommes

Recruteurs

CV femmes

CV hommes

Orthographiques etd'homophonie

1

3

4

2

4

5

Conjugaison et accords

1

2

3

2

3

4

Majuscules, ponctuation et segmentations

4

6

8

7

8

10

« Moi fair des fôtes ? Peut-être... »

Les français sont de plus en plus conscients de leurs lacunes en orthographe et en grammaire. Ainsi, en 2015, 61% des personnes interrogées pensaient ne pas faire d'erreurs alors que ce chiffre baisse à 49% en 2018.

Lorsque vous écrivez un CV ou une lettre de motivation, pensez-vous faire des fautes d'orthographe ou de grammaire ?

Réponses

Septembre 2015

Septembre 2018

Non

61%

49%

Oui

39%

51%

Paradoxalement, cette prise de conscience les préoccupe moins qu'il y a trois ans. En effet, 91% des Français relisent leur CV ou leur lettre de motivation en 2018 alors qu'ils étaient plus de 94à le faire en 2015. 

Après avoir rédigé un CV ou une lettre de motivation, vous relisez-vous plusieurs fois pour corriger les fautes d'orthographe ?

Réponses

Septembre 2015

Septembre 2018

Oui, toujours

94%

91%

Non

6%

9%

Bien écrire c'est pas important !

A la question « Pensez-vous que la grammaire et l'orthographe sont importantes pour décrocher un job ? », plus de 11% des Français pensent que « non ». Ce pourcentage augmente considérablement puisqu'il n'était que de 6% seulement en 2015.

Pensez-vous que la grammaire et l'orthographe sont importantes pour décrocher un job ?

Réponses

Septembre 2015

Septembre 2018

Oui

98%

89%

Non

6%

11%

De plus, pour 56% des personnes interrogées, il existe des métiers pour lesquels la maîtrise de la langue française n'est pas du tout nécessaire. Un chiffre qui a également augmenté en 2018 de près de 5 points par rapport à 2015.

Pensez-vous qu'il existe des métiers pour lesquels être "bon en orthographe" n'est pas nécessaire

Réponses

Septembre 2015

Septembre 2018

Non

49%

44%

Oui

51%

56%

Des recruteurs toujours passifs face aux erreurs

Déjà en 2015, 93% des demandeurs d'emploi déclaraient que les recruteurs n'indiquaient jamais si leur CV et lettre de motivation comportaient des fautes. En 2018, ils sont plus de 96% dans ce cas, soit seulement 4% de recruteurs qui profitent d'un entretien d'embauche pour signifier des éventuelles erreurs de français.

Un recruteur vous a-t-il déjà dit que votre CV ou votre lettre de motivation comportait des fautes d'orthographe ?

Réponses

Septembre 2015

Septembre 2018

Non

93%

96%

Oui

7%

4%

« Relire ?! Pour quoi faire ? » 

Même si une aide serait la bienvenue, seulement 30% des Français font relire systématiquement leur CV ou lettre de motivation à une autre personne afin de détecter les éventuelles fautes. Ainsi, plus de 36% ne font jamais corriger leurs documents par quelqu'un d'autre et laissent donc passer toutes les erreurs commises.  

Pour éviter les erreurs, demandez-vous à quelqu'un de corriger votre CV ou lettre de motivation ?

Réponses

Septembre 2015

Septembre 2018

De temps en temps

43%

34%

Non, jamais

21%

36%

Oui, toujours

36%

30%

A propos de Qapa.fr

Qapa.fr est le partenaire emploi de tous les Français. 100% positif 0% souci. Qapa.fr rassemble aujourd'hui 4,5 millions de candidats, 200.000 nouveaux inscrits chaque mois dans tous les secteurs et dans toute la France. En 2016, Qapa.fr a lancé le 1er service de recrutement d'intérimaires en temps réel 100% digital et mobile.

Recrutement : une web-série diffusée sur Facebook du 10 au 14 septembre prochains !

Avec plus de 300 000 emplois à pourvoir d’ici 2030 sur l'ensemble du territoire français, le recrutement de professionnels du secteur des services à la personne constitue un enjeu économique majeur en France. Diffusée du 10 au 14 septembre prochains sur un réseau social prisé pour s’adresser aux auxiliaires de vie en recherche d’emploi, cette web-série a pour objectif de promouvoir de manière humoristique et innovante les nombreux recrutements proposés par les 186 implantations du réseau Adhap Services. Une manière originale de prendre la parole en tant que « marque employeur ».  

»  Une web-série dédiée au recrutement Adhap

Le pitch : Les 4 premiers épisodes mettent en scène Mamie Marguerite, malicieuse et très exigeante, avec son mari, son fils et sa petite fille qui tentent de la convaincre de recourir aux services d’une auxiliaire de vie, à la suite d’une opération de la hanche. Malgré les arguments de sa famille qui vante les mérites d’une auxiliaire de vie et qui met en avant les prestations qu’elle pourrait proposer, Mamie Marguerite semble très réticente. Elle interrompt systématiquement son interlocuteur, en imposant des conditions plus exigeantes et extravagantes les unes que les autres, persuadée que personne ne sera en mesure de répondre à toutes ses attentes.  Dans les quatre premiers épisodes, une mécanique s’installe au cœur de chaque duo. Paul (le papi), Marc (le fils) et Emilie (la petite fille) essaient chacun leur tour de convaincre des avantages d’une auxiliaire de vie. Lors du dernier épisode, Mamie Marguerite présente à sa famille « le mouton à cinq pattes » qu’elle a choisi elle-même et qui saura répondre à ses exigences : Marie, l’auxiliaire de vie Adhap Services. Rendez-vous du 10 au 14 septembre prochains sur notre page Facebook pour découvrir les aventures de Mamie Marguerite à travers 4 épisodes « teasing » qui seront diffusés du lundi 10 au jeudi 13 septembre. L’épisode « reveal » sera quant à lui diffusé le vendredi 14 septembre.

»  Jeu concours : un coaching RH personnalisé à gagner !

 

A la fin du 5ème épisode, les internautes sont invités à participer à un jeu concours : un quizz de 5 questions portant sur les épisodes de la web-série. Les candidats ayant répondu correctement à toutes les questions feront l’objet d’un tirage au sort. Le gagnant se verra offrir un coaching personnalisé avec un expert en ressources humaines ainsi que la création d’un CV pour décrocher et réussir un entretien d’embauche dans les meilleures conditions. Le jeu concours sera ouvert du 14 au 23 septembre.

Contact Presse

Andréa Chilma

Mail :  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tél : 04.73.17.33.42

www.adhapservices.fr

  

  A propos du réseau Adhap Services, membre de la Division Domicile ORPEA :   

  • Créé à Clermont-Ferrand en 1997, ADHAP signifie « Aide à Domicile, Hygiène et Assistance aux Personnes ».
  • Avec plus de 180 implantations en France, 6 800 intervenants, 23 500 bénéficiaires pris en charge chaque jour et 5.238.095 heures de prestations délivrées en 2017, Adhap Services est le plus important réseau privé du secteur de l’aide à domicile.

 

 A propos du Groupe ORPEA :

  • Créé en 1989 par le Docteur Jean-Claude MARIAN, ORPEA a pour vocation d’accueillir au sein de ses établissements (EHPAD,  Cliniques de moyen séjour et de psychiatrie) des personnes en perte d’autonomie, afin de leur dispenser les soins essentiels à leur bien-être (86.757 lits sur 854 sites répartis sur 13 pays).
  • Sur la base de valeurs humaines fortes, ORPEA a développé des procédures visant à assurer leur confort, leur sécurité et leur bien-être au quotidien.

 

 

Sondage : Comment les Français concilient travail et rentrée des classes de leur(s) enfant(s) ?

61% des Français n'accompagnent pas leur enfant pour le premier jour d'école

42% prennent des heures de retard, 28% une ½ journée, 21% de RTT et 9% un congé

75% des employeurs ne proposent aucune organisation

68% des Français pensent à tord qu'il est légal d'arriver en retard au travail pour la rentrée

57% des hommes ne demandent rien à leur patron contre 64% des femmes qui communiquent

53% des employeurs tolèrent les retards et absences et 73% des Français n'ont jamais eu de problème

81% des Français ne partent pas plus tôt du travail pour récupérer leur enfant à la sortie

Paris, 10 septembre 2018

Qapa.fr, l'agence d'intérim 100% online, s'est penché sur l'organisation des Français lors de la rentrée des classes de leur(s) enfant(s). Un sondage qui casse certains préjugés et qui montre une grande tolérance mais un manque de dispositions réelles côté employeur.

Lien officiel : www.qapa.fr

Autant d'hommes que de femmes

Terminé le cliché de la mère de famille qui apporte son enfant devant la grille de l'école. En effet, les hommes sont aujourd'hui presque à égalité pour ce qui est d'être présents pour la rentrée des classes. En effet, ils sont plus de 34% à accompagner leurs enfants, juste derrière les femmes qui sont 45%. Néanmoins, la grande majorité des Français (61%) ne se déplace pas pour le premier jour d'école.

Pour la rentrée des classes de votre(vos) enfant(s), êtes-vous présent(e) ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

39%

45%

34%

Non

61%

55%

66%

En retard...

Pour les Français qui portent le cartable de leur enfant, plus de 42% optent pour quelques heures de retard à leur travail. Ils ne sont que 28% à prendre unedemi-journée de congés et 21% une journée complète en RTT. Rares sont celles et ceux qui ponctionne un jour sur leurs vacances (9%).

Pour être présent(e), à cette occasion vous prenez :

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Quelques heures de retard

42%

39%

45%

Une demi-journée

28%

33%

23%

Une journée complète en RTT

21%

22%

21%

Une journée de congés

9%

6%

11%

Freestyle !

Les employeurs semblent ne pas être proactifs dans cette organisation car plus de 75% des Français déclarent qu'aucune disposition n'est prise de leur part pour optimiser cette rentrée des classes.

Votre employeur vous propose-t-il cette organisation ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

25%

29%

22%

Non

75%

71%

78%

Pas le droit ?

A la question « Pensez-vous qu'il est autorisé ou légal d'arriver en retard le jour de la rentrée des classes ? », plus de 68% des Français sont totalement dans l'erreur et pensent à tord que « Oui ».

Pensez-vous qu'il est autorisé ou légal d'arriver en retard le jour de la rentrée des classes ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

68%

67%

69%

Non

32%

33%

31%

« Chef, je peux vous parler ? »

Heureusement, 64% des femmes sont dans la communication avec leur employeur et leur demande si elles peuvent arriver en retard pour le premier jour d'école. Ce n'est pas le cas de 57% des hommes qui prennent cette décision sans échanger avec leur patron.

Demandez-vous à votre employeur d'arriver en retard ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

54%

64%

43%

Non

46%

36%

57%

Pas de souci...

Qui a dit que les patrons n'étaient pas conciliants En tous cas, en ce qui concerne cette rentrée des classes, plus de 55% des personnes interrogées déclarent que cette absence est parfaitement tolérée par leur employeur. Un fait qui est conforté par 73% des français qui avouent n'avoir jamais eu de problème à cause de leur absence pendant la rentrée.

Cette absence est-elle tolérée par votre employeur ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

55%

57%

52%

Non

45%

43%

48%

Avez-vous déjà eu des problèmes à cause de la rentrée des classes ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

27%

31%

22%

Non

73%

69%

78%

Arriver en retard, oui... Partir plus tôt, non !

Si les français sont présents pour la rentrée, ils le sont beaucoup moins pour la sortie. Ainsi, seulement 22% des femmes et 17% des hommes déclarent qu'ils rentrent plus tôt de leur travail pour récupérer leur enfant après cette première journée de classe.

Rentrez-vous plus tôt pour récupérer votre(vos) enfant(s) ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

19%

22%

17%

Non

81%

78%

83%

*Méthodologie : Sondage réalisé entre le 3 au 6 septembre 2018 auprès de 4,5 millions de candidats sur Qapa.frParmi ces candidats, 50% d'entre eux sont des non-cadres et 50% sont des cadres. Profils : 51% de femmes et 49% d'hommes. Les chiffres et statistiques représentent un état des lieux de l'emploi en France. Toutes les informations mises en avant par les candidats sont déclaratives.

A propos de Qapa.fr

Qapa.fr est le partenaire emploi de tous les Français. 100% positif 0% souci. Qapa.fr rassemble aujourd'hui 4,5 millions de candidats, 200.000 nouveaux inscrits chaque mois dans tous les secteurs et dans toute la France. En 2016, Qapa.fr a lancé le 1er service de recrutement d'intérimaires en temps réel 100% digital et mobile.

 

Sondage : Les Français sont-ils les champions des notes de frais ?

85% des femmes et 91% des hommes font des notes de frais

48% des Français ignorent le montant global de leurs frais mensuels

26% ont moins de 50 par mois mais 24% dépassent les 400

***

Seulement 7% des Français connaissent l'ensemble des frais pouvant être remboursés

Pour les notes de restaurant, seulement 19% connaissent toutes les pièces à fournir

Seulement 17% des Français ont déjà eu une note de frais refusée par l'employeur

30% des Français tentent d'avoir le plus possible de notes de frais plus de 60% gonflent leurs frais de déplacement, 50% de repas et 43% d'hébergement

Paris, 10 septembre 2018

wity.fr, le 1er cabinet global (expertise-comptable, droit et stratégie)100% digital,dévoile les résultats d'un sondage national* effectué sur plus de 10.100 personnes afin de mieux connaître comment les Français gèrent leurs notes de frais. 

Plus de notes de frais pour les hommes ?

A la question « Dans le cadre de votre travail, avez-vous des notes de frais ? », les réponses des Français sont sans équivoque. Ils sont en effet plus de 88% à répondre par l'affirmative. Cependant, les hommes semblent être plus nombreux (91%) que les femmes (85%) à en bénéficier. 

Dans le cadre de votre travail, avez-vous des notes de frais ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

88%

85%

91%

Non

12%

15%

9%

Presque 1 Français sur 2 ignore le montant de ses notes

Si 48% des personnes interrogées avouent ne pas connaître le total mensuel de leurs notes de frais, dans le détail les femmes sont 53% dans ce cas contre 44% des hommes. Majoritairement, les notes de frais ne dépassent pas 50 euros par mois pour 26% des Français. Cependant, pour 24%, les notes sont tout de même supérieures à 400 euros !

Connaissez-vous le montant de vos notes de frais chaque mois ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

52%

47%

56%

Non

48%

53%

44%

Indiquez le montant moyen mensuel : (en chiffre et en euros)

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Moins de 50 euros

26%

42%

10%

Entre 50 et 100 euros

15%

13%

18%

Entre 100 et 200 euros

17%

23%

10%

Entre 200 et 400 euros

18%

12%

24%

Plus de 400 euros

24%

10%

38%

Des frais pour tout... et n'importe quoi !

En ce qui concerne les différents frais pouvant être remboursés, les Français ne sont pas tout-à-fait au point. En effet, seulement 7% des personnes interrogées donnentl'ensemble des réponses correctes, à savoir : les frais de déplacement (71%), d'hébergement (51%), de repas (65%), de télétravail (7%), de matériels et d'équipements(24%) ainsi que des frais divers (36%). Certaines personnes vont même jusqu'à croire à tort que des frais d'habillement (7%), de notaires (2%) ou de santé (12%) peuvent être remboursés par leur employeur.

Quels sont les frais pouvant être remboursés ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

De déplacement

71%

71%

72%

D'hébergement

51%

44%

57%

De repas

65%

67%

62%

De télétravail

7%

9%

4%

Matériels et équipements

24%

11%

38%

Frais divers

36%

23%

48%

D'habillement

7%

12%

3%

De notaire

2%

2%

1%

De santé

12%

15%

9%

Autres

2%

2%

1%

Remboursées une fois payées

Pour ce qui des méthodes de remboursement, les employeurs plébiscitent à plus de 94% le remboursement des frais réellement engagés et très peu utilisent des forfaits (5%) ou des déductions supplémentaires (1%).

Comment sont remboursés vos frais ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Remboursement des frais réellement engagés

94%

95%

94%

Remboursement des frais de manière forfaitaire

5%

4%

5%

Déduction supplémentaire pour frais professionnels

1%

1%

1%

Des notes de restaurants floues...

Tout comme les différentes sortes de frais, les Français ne savent pas exactement les pièces à fournir pour être remboursés. Ainsi, dans le cas d'une note de restaurant, il est normalement obligatoire (au-delà de 150 euros) de fournir la note (92% de bonnes réponses), le motif de l'invitation (19% de réponses exactes) et le nom des personnes invitées (43%).

Pour les dépenses de restaurant supérieures à 150, que faut-il fournir à votre employeur ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Rien du tout

2%

2%

3%

La note du restaurant

92%

98%

86%

Le motif de l'invitation

19%

19%

20%

Le nom des personnes invitées

43%

18%

67%

Autres

1%

1%

1%

Une avance, c'est possible ?

Seulement 48% des Français savent qu'il est possible de demander une avance à son employeur sur les frais professionnels. Dans les faits, ce sont surtout les femmes (71%) qui l'ignorent alors que 67% des hommes sont au courant.

Pensez-vous qu'il est possible de demander une avance à votre employeur sur les frais professionnels ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

48%

29%

67%

Non

52%

71%

33%

Bonnes notes sur les frais

A moins de dépasser les limites, plus de 83% des personnes interrogées ont toujours eu leurs notes de frais acceptées par leur employeur.

Votre employeur a-t-il déjà refusé des frais professionnels ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

17%

6%

29%

Non

83%

94%

71%

Des frais consommés avec modération

La plupart des travailleurs Français ne semblent pas chercher à tricher avec l'administration puisqu'ils sont 70% à déclarer ne pas essayer d'avoir le plus de frais professionnels possible. Néanmoins, pour les 30% restants, plus de 60% gonflent leurs frais de déplacement, 50% de repas et 43% d'hébergement.

Essayez-vous d'avoir le plus possible de frais professionnels ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

30%

25%

34%

Non

70%

75%

66%

Sur quels types de frais essayez-vous d'avoir le plus de remboursements ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

De déplacement

60%

38%

81%

D'hébergement

43%

29%

57%

De repas

50%

24%

76%

De télétravail

5%

0%

9%

Matériels et équipements

31%

15%

47%

Frais divers

13%

2%

24%

« C'est pas moi, c'est les autres ! »  

Plus de 66% des personnes interrogées considèrent que beaucoup de Français tentent de tricher le plus possible sur leurs frais professionnels. Les femmes sont même79% à le penser alors que les hommes ne sont que 53%.

Diriez-vous que les Français essaient de tricher le plus possible sur leurs frais professionnels ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

66%

79%

53%

Non

34%

21%

47%

Des notes perdues...

Si la fraude existe, la perte est bien plus généralisée. Ainsi, 71% des femmes avouent perdre souvent les justificatifs de leurs notes de frais alors que les hommes ne seraient que 43%. Un fait qui conforte que la gestion des notes de frais est un sujet problématique pour 65% des femmes mais seulement pour 33% des hommes.

Vous arrive t-il souvent de perdre des justificatifs de notes de frais ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

57%

71%

43%

Non

43%

29%

57%

Pour vous la gestion des notes de frais est-elle problématique ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

49%

65%

33%

Non

51%

35%

67%

*Méthodologie : enquête réalisée auprès de 10.124 personnes représentatives de la population nationale française âgées de 18 ans et plus. Sondage effectué en ligne, sur le panel propriétaire BuzzPress France, selon la méthode des quotas, durant la période du 27 août au 5 septembre 2018.Profils des personnes interrogées : 51% de femmes et 49% d'hommes répartis sur l'ensemble du territoire français. Répartition des secteurs d'activités concernés Assistanat, Administration : 5% / BTP, Chantier, Bureau d'études : 6% / Commerce, Marketing, Vente : 16% / Conseil : 10% / Direction générale, Direction centre de profits : 7% Informatique, Télécoms : 15% / Restauration, Tourisme, Hôtellerie, Loisirs : 14% / Santé, Social, Service à la personne : 9% / Production, Maintenance : 2% / Environnement, Aménagement : 1% / Distribution, Magasin : 4% / Gestion, Finance, RH, Comptabilité, Audit : 6% / Métallurgie, Mécanique, Aéronautique : 1% / Logistique, Achat, Stock, Transport : 2%

Agri-Agro - Agriculture, Viticulture, Pêche : 2%.

Toutes les informations mises en avant par les personnes interrogées sont déclaratives

À propos de wity.fr

Le concept wity.fra été imaginé en 2012 par Aurélie CHARNIER, Co-Fondatrice & Présidente, et Pascal LORAIN, Co-Fondateur et Directeur commercial, à la suite du congrès de l'Ordre des Experts-comptables sur le thème de « l'Expert-comptable entrepreneur ». Pour répondre aux enjeux de mutation du métier, wity.fra imaginé le cabinet d'expertise-comptable et de conseil de demain. Après une année dédiée à la conception, wity.fr est née publiquement le 1er février 2017, à l'occasion du Salon des Entrepreneurs de Paris.

Filiale du Groupe SECAB, wity.fr est le premier cabinet à proposer une offre globale (expertise-comptable, droit, stratégie), 100% digitale. L'ambition de wity.fr est d'accompagner les entrepreneurs, qu'ils soient créateurs ou dirigeants de start-up, TPE/PME, filiales de grands groupes, de les faire grandir et de les aider à atteindre le succès.

En 2017, wity.fr a été sélectionnée parmi les entreprises à suivre en 2017 par les magazines Capital et Management.

Plus d'informations : https://wity.fr/

 

200 recrutements prévus chez Margo d'ici fin 2019

40 d'ici la fin de l'année et près de 160 sur 2019, au soutien de

son expertise en matière de développement de technologies à haute performance

A Paris, le 10 septembre 2018 - Margo, société de conseil française créée en 2005, annonce l'ouverture au recrutement de 40 postes supplémentaires d'ici la fin de l'année 2018. Historiquement spécialisée en IT et finance de marché, l'entreprise, qui a fait évoluer son business model afin d'adresser désormais tous les secteurs d'activité concernés par les avantages concurrentiels portés par la transformation digitale, compte déjà plus de 300 collaborateurs en France, mais aussi en Pologne et en Angleterre. Poursuivant sa forte dynamique de croissance, elle ambitionne également d'augmenter ses effectifs sur l'année 2019 grâce au recrutement de 160 nouveaux collaborateurs.

Près de 200 recrutements prévus d'ici fin 2019, en France et à l'étranger

Au rythme de 40 postes par trimestre à pourvoir d'ici la fin de l'année 2019, les effectifs de Margo, actuellement au nombre de 300, devraient croître de plus de moitié. Au total :

-          près de 125 nouveaux collaborateurs viendront compléter les équipes présentes en France,

-          et 75 autres les équipes présentes en Pologne et en Angleterre.

Accompagnant ses clients sur des sujets clés à forte complexité technique que sont la Business Agility, la Haute Peformance IT, la Data to Business ou encore l'IT for Business, les équipes Margo mènent des projets complexes dédiés au développement de technologies en mesure de représenter un avantage compétitif majeur. Pour appuyer cette expertise, Margo entend donc renforcer ses équipes de :

-          Data Scientists

Maniant les mathématiques, les statistiques et l'informatique pour agréger les données pertinentes, les exploiter et développer des modèles prédictifs. Soucieux de pertinence et de la robustesse des algorithmes développés, ils maitrisent le datamining et s'intéressent au Machine Learning.

-          Software Engineers

Familiers du Pair programming et du TDD, les Software Engineers s'appuient sur d'excellentes base en algorithmie et en programmation orientée objet. Ils apprécient les environnements techniques avec des fortes contraintes : multithreading, temps réel, grande volumétrie de donnée. Ils pratiquent également une veille régulière.

-          Coachs agiles

A la fois formateurs, animateurs et mentors, ils accompagnent les clients dans leur transformation pour améliorer leur efficacité et la performance des hommes, des fonctions et des systèmes d'information. Ils ont en charge la définition et la déclinaison des stratégies de transformation.

-          Business Analysts

Intermédiaires entre les équipes métiers et les équipes IT, ils parlent un double langage leur permettant d'accompagner les projets de transformation du SI. Dotés d'une forte curiosité et d'un sens aigu de la diplomatie, ils aiment coordonner, former et accompagner.

« Margo doit son succès à l'expertise et au talent de ses équipes, c'est pourquoi le recrutement est notre sujet prioritaire, aussi bien en France qu'à l'international. Nous mobilisons ainsi l'ensemble de nos équipes pour répondre à notre ambitieux objectif : recruter près de 200 collaborateurs d'ici fin 2019. », explique Cécile CampagneDirectrice des Ressources Humaines chez Margo

La politique sociale, au cœur de l'engagement RSE de Margo, de nouveau récompensée !

Partie intégrante de la politique de ressources humaines de Margo, son engagement RSE, notamment en matière sociale a une nouvelle fois été récompensé. En effet, auditée par la société EcoVadis1ère agence de notation dédiée à l'évaluation des pratiques Développement Durable des entreprise, Margo a obtenu la certification GOLD, la positionnant dans le TOP  1% de son secteur.

« Voir notre politique RSE une nouvelle fois récompensée, et en particulier nos mesures en faveur d'une gestion de carrière individualisée, est pour nous une grande fierté. Cet engagement reflète ce qui nous anime : être un employeur responsable, respectueux et soucieux du bien-être de ses collaborateurs. »,ajoute Cécile Campagne.

A propos de Margo - www.margo-group.com

Tech native, Margo est une société de conseil qui accompagne les entreprises dans leur transformation digitale sur des sujets à forte complexité technologique. Ses offres s'organisent autour de 4 piliers de savoir-faire : Business Agility, Haute performance IT, Data to Business et IT for Business.

En plaçant l'innovation au cœur de son modèle, Margo guide les entreprises dans leurs choix stratégiques et la création de technologies innovantes, dans l'objectif d'acquérir un avantage concurrentiel. Elle profite également de l'écosystème des startups créées par ses fondateurs grâce au startup studio #LaPiscine.

Avec plus de 300 collaborateurs en 2017, Margo connait une croissance constante depuis sa création et est implantée aujourd'hui en France, Pologne et Angleterre.

 

Info presse : Emmaüs Connect recherche les bénévoles de demain

 

MOBILISER CONTRE L’EXCLUSION NUMERIQUE

Depuis 2013, Emmaüs Connect sensibilise l’opinion publique et mobilise des milliers d’acteurs sociaux et des centaines de bénévoles pour accompagner, dans le respect des valeurs du Mouvement Emmaüs, les populations les plus fragiles dans leur accès et leur apprentissage numérique. Alors que 48% des non-diplômés ne se connectent jamais à internet il est urgent de ne pas creuser les inégalités sociales par le numérique. Pouraccompagner 100 000 personnes d’ici 2020 et se développer dans de nouvelles régions, Emmaüs Connect recherche, en cette rentrée, des centaines de bénévoles pour rejoindre les points d'accueil à travers toutes la France comme à Paris, Saint-Denis, Lyon, Lille, Marseille, Grenoble, Bordeaux ou très prochainement à Strasbourg.

AVOIR UN IMPACT POSITIF DES LA 1ère SEANCE

Emmaüs compte déjà dans ses rangs 300 bénévoles de tous âges, de tous horizons qui s’engagent activement pour lutter contre l’exclusion numérique. Etudiants, retraités, demandeurs d’emploi, cadres en entreprises, entrepreneurs, Emmaüs Connect proposedes missions qui s’adaptent aux disponibilités et aux compétences de chacun. De trois heures par mois à trois heures par jour, nul doute que vous trouviez un projet où exprimer vos talents parmi la diversité de missions sur lesquelles vous engager !

Comme l’explique, Marie- Anaïs, bénévoles depuis 1 an c’est un format d’engagementqui vous permet de mesurer votre impact et de vous sentir utile « Dès ma première séance, j’ai pu aider une personne qui m’a remerciée de lui avoir appris à se servir d’une clé usb ». « Vous donnez de votre temps à des personnes dans le besoin et ça fait du bien », complète Parfait, engagé à St-Denis.

>>> Retrouvez davantage de témoignages de bénévoles sur la chaîne youtube d’Emmaüs Connect

UNE CAMPAGNE INEDITE

A partir du 17 septembre et jusqu’à fin octobre Emmaüs Connect lance sa première campagne de sensibilisation grand public. Cette campagne sera relayée : en presse locale, sur les réseaux sociaux, en affichage urbain, dans les lieux étudiants, et en évènementiel.

Cette campagne intitulée « Les Explorateurs » met en scène Michel. Recherche d’emploi, santé, logement, accès à l’information, lien social... pour Michel, le héros de campagne de rentrée d’Emmaüs Connect, le numérique est une autre planète. Comme 4 français sur 10 en difficulté numérique, il aimerait se lancer, explorer ce « nouveau monde » dont il ignore les codes et qu’il effraie quelque peu. Comme lui, les personnes à bas revenus, les jeunes en insertion, les migrants ou les personnes sans domicile sont les plus pénalisés par le virage numérique et risquent de devenir (ou de rester) les nouveaux exclus de notre société.

 

 

 

Info emploi Auvergne Rhône Alpes : 210 indépendants wanted pour des missions de convoyage

Afin d'accompagner sa très forte croissance sur le marché du convoyage, Fullcar Services, leader français du convoyage, recherche près de 2000 chauffeurs-conducteurs à travers toute la France pour intégrer e-convoyage®, la plateforme nationale de référencement de convoyeurs indépendants.

A la clé, pour les indépendants qui seront référencés : des opportunités de missions ponctuelles de convoyage porte à porte, sur de courtes ou longues distances, pour le compte de professionnels de l'automobile.

Afin de renforcer ses effectifs et son maillage de prestataire en Auvergne Rhône Alpes, Fullcar Services lance donc officiellement le TOP DEPART DES CANDIDATURES ! 

En région Auvergne Rhône Alpes, Fullcar Services recherche 210 convoyeurs indépendants à référencer.

Les convoyeurs référencés sur la plateforme e-convoyage® sont considérés de véritables partenaires et cela dans un rapport équilibré. Ainsi, une fois référencés sur la plateforme, les partenaires convoyeurs de Fullcar Services peuvent proposer leurs prix et services pour chaque convoyage, aucun prix n'étant imposé. La plateforme de Fullcar Services constitue une réelle opportunité de générer des revenus ou du chiffre d'affaires complémentaire. La rémunération mensuelle constatée peut aller jusqu'à 1 500 €.

 

A RETENIR
 

  • PROFILS RECHERCHÉS : DES PARTICULIERS SOUS STATUT INDÉPENDANT : seniors, jeunes retraités ou encore demandeurs d'emploi. e-convoyage®s'adresse à tous les particuliers sous le statut d'indépendant/auto-entrepreneur possédant un permis de conduire depuis plus de trois ans et intéressés par des missions de convoyage ponctuelles.

  • DE 100 À 1 500 € DE REVENU MENSUEL COMPLÉMENTAIRE : la plateforme de Fullcar Services constitue une réelle opportunité de générer un complément de revenu ou chiffre d'affaires complémentaire en réalisant plusieurs missions par mois. La rémunération générée en moyenne par les premiers inscrits est allée de 100 à 1500 € par mois.

  • DES PARTENAIRES QUALIFIÉS PAR FULLCAR SERVICES : les intervenants référencés sur la plateforme e-convoyage® doivent répondre à un cahier des charges très précis afin d'assurer une qualité de service optimale. Le protocole de sélection repose notamment sur un contrôle strict administratif et opérationnel de la fiabilité de leur offre.

Votre candidature aux Trophées Bref Eco de l'Innovation - 13ème édition

Candidatez aux Trophées Bref Eco de l'Innovation

Bref Eco, organisateur des Trophées Bref Eco de l'Innovation vous propose de faire connaître votre innovation auprès des dirigeants d'entreprises d'Auvergne-Rhône-Alpes. 

Pourquoi les 

Trophées Bref Eco de l'Innovation ?

Bref Eco et ses partenaires soutiennent depuis 2006 les entreprises inovantes dans leur rayonnement, leur communication et la création de réseaux privilégiés.

En savoir +
Trophées Grenobe 2017

Catégories :

  • Santé / Biotechnologie

  • Équipement, produit du sport, des loisirs et de la montagne

  • Industrie

  • Produit grand public

  • Jeune pousse

  • Service B to B

  • Service B to C

  • Grande entreprise (+ 250 salariés)

  • Engagement social, sociétal et environnemental

  • Ville intelligente (construction, transport, énergie & économie circulaire)