Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 05/12/2017, 10:35 par Claire Mollien
Bilan du SMCL 2017 : 58 120 visiteurs qualifiésLe rendez-vous business de référence du marché des collectivités locales
Publié le 05/12/2017, 10:31 par Claire Mollien
l-emploi-et-ses-chiffresDes emplois "relayés partagés" sur Twitter : https://twitter.com/TriangleLe chaque jour ; ne vous en privez pas, c'est gratuit...
Publié le 28/11/2017, 15:26 par Claire Mollien
lyceens-de-terminale-ce-qui-va-changer-pour-l-inscription-dans-le-superieur-en-2018https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A12143?xtor=EPR-100 Fin d'APB remplacée par la...

Des emplois "relayés partagés" sur Twitter : https://twitter.com/TriangleLe

chaque jour ; ne vous en privez pas, c'est gratuit ... et ça fuse toute la journée ..

Le chiffre RH de la semaine

50% des Top Employers intègrent les aspirations et expériences des différentes catégories de collaborateurs de leur Proposition de Valeur Employeur (PVE)

Les nouvelles générations, une affaire d'attraction

La littérature est abondante sur les nouvelles générations. La plupart des écrits portent essentiellement sur la strate "hauts potentiels" de la classe d'âge qui prend actuellement ses marques dans le monde du travail. L'intérêt porté par les employeurs à ces jeunes talents relève donc du souci d'attirer et retenir les leaders en devenir. Les plus récentes études sur l'intergénérationnel, d'ailleurs contestent l'idée selon laquelle les attentes de la "Gen Y" ou de la "Gen Z" seraient fondamentalement différentes de celles de leurs aînées. Ce qui change, c'est qu'elles s'expriment, avec clarté, et avec un certain niveau d'exigence, notamment quant à la tenue des promesses faites.

Chiffre du Cahier de tendances 2017 édité par Top Employers France.

 

Bilan de l'emploi en 2017 : une bonne année où tout change ?

Nette augmentation des CDI et de l'intérim et chute des CDD et des emplois saisonniers

Les 2 niveaux d'études qui augmentent le plus en 2017 : CAP/BEP à 27% et BAC à 23%

Le secteur qui recrute le plus en 2017 : commerce/vente avec 12%

 

A quelques jours de la fin de l'année, Qapa.fr, partenaire emploi de tous les français, dresse le bilan* 2017 de l'emploi en France. Une année charnière où de nombreuses choses évoluent et transforment le paysage de l'emploi français.

Lien officiel : www.qapa.fr

*Méthodologie : baromètre basé sur l'analyse de plus de 5 millions de candidats et plus de 450 000 offres d'emploi, toutes fonctions confondues, déposées sur Qapa.fr. Les chiffres et statistiques représentent un état des lieux de l'emploi sur l'ensemble de l'année 2017. Toutes les informations mises en avant par les candidats et par les recruteurs sont déclaratives.

"Un nouveau visage de l'emploi semble se dessiner en 2017 avec deux types de candidats bien distincts. Le premier cherche un emploi sûr avec un CDI à la clé. Le second préfère l'intérim et une liberté plus importante dans ses choix. Par contre, les CDD sont à présent en dessous des contrats intérimaires ce qui est une première dans l'évolution de l'emploi en France." Stéphanie Delestre, fondatrice de Qapa.fr

 

Les CDI et l'intérim augmentent au détriment des CDD

Les contrats à durée indéterminée sont largement plébiscités par les demandeurs d'emploi en 2017 (42%) et ils augmentent même de 4 points par rapport à 2016. Cependant, la plus forte progression concerne l'intérim qui passe de 26% en 2016 à 33% en 2017, soit  plus de 7 points d'augmentation en une seule année. Ce sont les contrats à durée déterminée et les emplois saisonniers qui chutent en 2017, respectivement à 22% (contre 30% en 2016) et 3% (contre 6% en 2016).

 

Moins de BAC+2 et +3 en 2017

Le niveau d'études des candidats tend à augmenter cette année. En effet, les candidats possédant un BAC sont en nette augmentation par rapport à 2016 et passent de 21% à 23%. Même constat pour les BAC+4 (5%), BAC+5 (4%) et CAP/BEP (27%) qui augmentent tous d'un point cette année.

Le secteur commerce/vente recrute le plus en 2017

Tout au long de l'année 2017, c'est le secteur du commerce et de la vente qui enregistre le plus d'embauches et arrive à la première place avec 12%. Il est suivi de l'hôtellerie/restauration avec 9% des recrutements sur l'année et de la logistique avec 6%. A noter que le secteur BTP / Construction augmente de 8% par rapport à 2016 et arrive ainsi à plus de 4% des embauches au niveau national.

Les métiers les plus en vogue en 2017 : commercial ou vendeur

Conséquence logique du classement des secteurs, ce sont les métiers de commercial qui restent numéro avec 4% de représentativité en 2017, juste devant ceux de la vente avec 3,5%. A noter que l'année 2017 enregistre une nette augmentation des métiers de la logistique et notamment de la manutention en raison d'une explosion de l'e-commerce en fin d'année. 

 

Compétence N°1 : outils bureautiques

Côté compétences demandées par les recruteurs, peu de bouleversements en 2017. Ainsi, les outils bureautiques sont toujours en tête du classement avec 16% de demandes, suivis des techniques de vente (9%) et de la relation client (8%).

A propos de Qapa.fr

Qapa.fr est le partenaire emploi de tous les Français. 100% positif 0% souci. Qapa.fr rassemble aujourd'hui 4,5 millions de candidats, 200.000 nouveaux inscrits chaque mois et 400.000 offres d'emploi dans tous les secteurs et dans toute la France. En 2016, Qapa.fr a lancé le 1er service de recrutement d'intérimaires en temps réel 100% digital et mobile.

 

 

ETUDE DOLMEN-OPINIONWAY

« Les Français et les nouvelles orientations dans la distribution »

 

 

INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES DANS LA DISTRIBUTION :

LES FRANÇAIS REAFFIRMENT LEUR REFUS DE FAIRE UNE CROIX SUR L’HUMAIN

 

 

  • Pour les Français la quête du rapport qualité-prix fait loi : lors de leurs achats 66% d’entre eux donnent la priorité à la qualité des produits et 62% au prix.

     

  • Les Français sont intraitables sur la place de l’humain dans le commerce. Pour 86% d’entre eux la présence du personnel de vente est indispensable.

     

  • En matière d’innovation, les consommateurs se montrent ambivalents. Si 23% d’entre eux considèrent que l’accroissement des innovations constitue le meilleur changement dans les enseignes de la distribution, 51% refuseraient de faire leurs courses dans un magasin sans personnel de vente… A cause de l’absence de contact humain.

     

  • Enfin quand il s’agit d’envisager la distribution demain, 60% des Français appellent de leurs vœux la montée en puissance du commerce local.

Mercredi 29 novembre 2017 - Mai 2017, Amazon dévoile Amazon Go, son projet de magasin sans caisses ni personnel de vente. Quelques semaines plus tard, à l’autre bout de la planète Alibaba lui emboitait le pas en lançant Hema, un magasin physique reprenant les codes du e-commerce. A l’évidence, les anciens Pure Player ne se contentent plus de placer leurs pions dans le monde physique : ils déplacent le centre de gravité de la distribution de l’humain vers l’innovation technologique. A tel point que les distributeurs traditionnels sont contraints de leur courir après – comme l’illustrent les rapprochements récents entre Darty et la Fnac ou la Redoute et les Galeries Lafayette – aux prix de nombreux plans sociaux. Et à l’ère de l’intelligence artificielle et des objets connectés, la digitalisation du secteur ne semble être qu’à ses débuts…

Quel regard les Français portent-ils sur ces nouvelles orientations ? Les appellent-ils de leur vœu ? Ou a contrario s’en méfient-ils ?

Ces questions sont au cœur de l’enquête* menée par Opinionway auprès des Français pour le compte de Dolmen, une plateforme de marketing local spécialisée dans le recueil de la donnée clients en magasin. Voici leurs conclusions :

L’intégralité des résultats de l’étude sont disponibles ici.

I. INTRAITABLES SUR LA QUALITE DES PRODUITS CONSOMMES ET PROFONDEMENT ATTACHES A LA PLACE DE L’HUMAIN DANS LE COMMERCE...

  • La quête du rapport qualité-prix reste vivace

Lorsqu’il s’agit de faire leurs courses, près de deux tiers des Français privilégient le rapport qualité-prix. Dans l’ordre, 66% d’entre eux donnent la priorité à la qualité des produits et 62% au prix.

De même, la qualité des produits (50%) reste la principale raison pour laquelle les consommateurs font le choix des commerces de proximité. Juste devant le souhait de bénéficier de produits plus frais (36%) ou de saison (32%). « Ces chiffres sont intéressants car ils confirment que la quête du rapport qualité-prix reste d’actualité pour le consommateur y compris à l’ère de l’expérience client », analyse David Godest, Président et fondateur de Dolmen.

 

  • Les Français plébiscitent le personnel de vente…

Plus que jamais l’humain est indispensable quand il s’agit d’attirer le consommateur. La preuve : 43% des Français font leurs courses chez un commerçant de proximité, attirés par la perspective de relations personnalisées ; et 13% des répondants reconnaissent que l’accueil du personnel/commerçant est l’élément le plus déterminant quand il s’agit de faire leurs courses. D’ailleurs les Français ne tarissent pas d’éloges à l’égard du personnel de vente : le qualifiant de visage humain de la distribution (91%) voire d’indispensable (86%).

 

  • ... mais se montrent intransigeants en cas de mauvais accueil

Bien qu’ils reconnaissent ses mérites, les Français n’en sont pas moins exigeants à l’endroit du personnel en magasin. Pour plus de 9 sondés sur 10, ce dernier se doit d’être chaleureux (93%).  Pire, en cas d’accueil désagréable, 35% seraient prêts à boycotter le point de vente, 33% n’hésiteraient pas à dissuader leurs proches d’y aller et 28% le quitteraient sur le champ.

 

 

II. … LES FRANÇAIS SE DEFIENT DE L’INNOVATION EFFRENNEE A L’ŒUVRE DANS LA DISTRIBUTION…

  • Innovation : les Français oscillent entre attrait…

A l’évidence l’innovation dans la distribution plaît aux consommateurs. 23% des Français considèrent que l'accroissement des innovations proposées par les distributeurs constitue le meilleur changement dans les enseignes de la distribution. De même 16% d’entre eux se félicitent du développement de services innovants se rapprochant de ceux des acteurs du e-commerce. Toutefois cet attrait pour l’innovation est soumis à conditions.

 

  • … et méfiance

Interrogés sur leur vision de dispositifs comparables à Amazon Go, les Français semblent y être plutôt ouvert. Ce type de magasins, où les courses peuvent être réalisées grâce à un smartphone et sans personnel de vente, est perçu comme une réponse à l’évolution des comportements des consommateurs (23%), une évolution naturelle du commerce (14%) et la promesse de produits moins chers (7%).

Dans la pratique, il en va autrement. Questionnés sur leur attitude si un tel magasin venait à ouvrir près de chez eux, seuls 28% y feraient leurs courses (17% y feraient leurs courses par curiosité et 11% pour gagner du temps). Pour la majorité des Français, c’est levée de bouclier ! 51% d’entre eux n’y feraient pas leurs courses à cause de l’absence de contact humain. Et 33% allèguent la crainte d’un piratage de leurs données. Un chiffre qui culmine étonnamment à 38% chez les 18-24 ans.

 

III… ET PLAIDENT POUR DAVANTAGE DE « LOCAL » DANS LA DISTRIBUTION

  • Le local caracole en tête des évolutions souhaitées par les Français dans la distribution

Quand on donne aux Français la possibilité d’imaginer la distribution de demain, deux souhaits se dégagent très largement : la montée en puissance du commerce local (60%) loin devant le développement par les marques des ventes en direct (34%). Un plébiscite qui fait écho au fait suivant : pour 46% des Français, la proposition de davantage de produits régionaux et bio constitue le meilleur changement dans les enseignes de la grande distribution.

A noter que les innovations technologiques sont quasiment occultées quand il s’agit d’envisager le futur de la distribution. Le développement de la personnalisation des messages grâce à l’analyse des données personnelles (10%), la généralisation des magasins sans personnel de vente (5%) ou la réalisation des courses à distance via des assistants vocaux (2%) ne recueillent que de suffrages faméliques.

 

« Deux exigences fortes ressortent de cette consultation. Premièrement, les Français sont attachés à l’humain et à la qualité des produits qu’ils consomment. Deuxièmement, les consommateurs sont ouverts à l’innovation, dès lors qu’elle ne nuit pas à la relation humaine, une valeur fondamentale du commerce, et n’attente pas à la sécurité de leurs données personnelles. Chez Dolmen, nous sommes convaincus qu’innovation et humanité ne sont pas antinomiques. C’est pourquoi nous accompagnons les acteurs du commerce – du producteur jusqu’au point de vente – dans l’usage responsable des dernières innovations technologiques », conclut David Godest.

 

 

*Cette enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1058 personnes entre les 25 et 26 octobre 2017. L’échantillon a été interrogé par questionnaire auto-administrée en ligne sur système CAWI.