de France Lumiere


http://www.amazon.fr/-/e/B00AHVC1C2

 Les régions se désengagent d’années en années. Le budget alloué à l’aide à domicile va à terme mettre les associations en péril pourvoyeuses d’emplois, ces structures ne tiennent que para ces sommes allouées, en contre partie d’un service aux personnes, services qui arrangeaient bien l’Etat, incapable de le faire assumer par les services publics.

L’éclatement des services d’aides et de soins a amenéla Cour des Comptes, déjà en 2005, à pointer du doigt les problèmes de prise en charge. Le niveau d’aides financières n’est pas recentré sur les plus dépendants et les plus démunis. Le « reste à charge » demeure entier et provoque des drames car la population des bénéficiaires est de plus en plus élevée alors que les retraites baissent.

 

 Le constat est identique en établissements d’accueil avec une capacité en baisse. La Cour des Comptes dénonce un manque de contrôle, de suivi des prix et souhaite plus de contrôles et de transparences des tarifs. La Cour pointe aussi l’inertie des collectivités départementales : 65 % n’ont pas de schéma gérontologique obligatoire à jour ! Le département est le chef d’orchestre de la mis en œuvre de la politique à l’égard des personnes dépendantes.

 Vu les restrictions budgétaires du Ministère concerné, l’on peut justement s’inquiéter, alors que la population est vieillissante et le capital retraites dramatiquement à la baisse pour bien des ménages.

France LUMIERE