de France Lumiere

http://www.amazon.fr/-/e/B00AHVC1C2

Cela fait plaisir de lire, sur le mensuel « L’entreprise » la déclinaison du slogan du Triangle sous la version « L’Homme au centre des priorités ». Le cadrage, et non l’encadrement ouvert, a été une pratique conventionnelle dont on ne se lasse pas de dénoncer les dérives, les outrances, les excès. Le monde change et le management archaïque opère sa mutation. La tête dans le guidon, bon nombre de chefs

d’entreprises n’ont rien vu, se reposant sur les principaux lieutenants, relayés par les petits chefs de promotion. Ils découvrent, souvent trop tard lorsqu’ils sont de bonne foi, l’ampleur des dégâts et, parfois, au moment où il faut signer un chèque à la Carpa pour solder un litige prud’homal.

Mais combien sont les salariés qui osent monter au front, s’exposer au courroux de sa hiérarchie, pour crier leur mal être et en demander réparation après des maltraitances d’encadrement ou des injustices, irrégularités constatées ?  Heureusement que le droit du travail existe et que les jurisprudences actualisent les normalités. Méfions nous toutefois des nouvelles tendances managériales. Comme toutes les nouvelles modes, les premiers essais, attendus, sont bien accueillis mais, une fois sur les rails, le traintrain de l’habitude gèle les remises en cause. A l’inverse, cela peut être l’occasion de voir apparaître de nouveaux méfaits et dérives.  La crise donne le ton. Elle ne doit pas devenir la matière première du plat ni son appellation. Toutes les voix exprimées doivent être entendues.

Une force vive ascendante et non descendante, plus riche, plus compact, plus humaine apparaît comme novatrice avec d’autres éclairages. Cette richesse iconoclaste réveille les idées acquises, bourdonnent dans la ruche. Ce n’est pas déposséder son pouvoir suprême de décision que de s’approcher, s’entourer de ses collaborateurs qui sont les petites mains travailleuses. Ces petits soldats ont besoin d’être valorisés pour défendre, nourrir, protéger la ruche communautaire. Sans ses salariés, une entreprise n’est rien.

France LUMIERE