de France Lumiere

http://www.amazon.fr/-/e/B00AHVC1C2

Plus de la moitié, presque, de notre quotidien est consacrée à une activité professionnelle. Quand les salariés sont bien dans leurs entreprises, ils sont plus productifs et performants. L’absentéisme n’existe plus que de nom. La qualité de travail s’y retrouve et les clients, fournisseurs, bénéficient eux-aussi de cette ambiance studieuse pour un travail épanoui.

Cette exemplarité transpire au-delà des murs. Les rumeurs favorables se susurrent. A la tête d’une société qui conjugue de telles vertus sociales et qui intègre les impératifs d’un développement durable environnemental, il y a un(e) dirigeant(e) qui a tout compris.

 Adaptable, innovateur, ce gérant agile répond aux facteurs de performance en appliquant à l’entreprise son éthique personnelle du respect des hommes et de la nature. La RSE est un réel engagement de la personne physique. L’Iso 9000/9200, dans les années 1983/1984, impliquait tout le personnel à tous les échelons d’une société, à commencer par sa tête pensante. C’est elle/lui qui inculque l’état d’esprit, le modèle, les valeurs à défendre. Les salariés se sentent bien dans leur travail, leur entreprise. Cela se sait, cela se dit. Alors, comme ce mouvement est bien loin d’être généralisé, il serait temps de bouger sur la grande toile internet. Ce serait bien de passer du top 10 au top 1.000 des meilleurs chefs d’établissement, qu’ils soient reconnus par cette e-réputation très louable.

 Avec des salariés plus investis, les employeurs sont aidés, appuyés, accompagnés. Face à la crise, tout le monde est gagnant. Une entreprise RSE n’y voit que des avantages profitables à tous pour permettre un développement durable compris par tous les acteurs internes et externes. Et les 100.000 sociétés RSE ..minimum syndical, c’est pour quand ?

 France LUMIERE