de France Lumiere

http://www.amazon.fr/-/e/B00AHVC1C2

Cela s’appelle ne pas avoir les moyens de ses ambitions. Il est déplorable de constater que dans le monde du recrutement, les commerciaux connaissent, plus que jamais, les montagnes russes. Alors il faut poser la question : quelle est la force vive d’une société ? Sur qui faut-il miser pour développer ses activités si la stratégie est bien pensée, le poste bien défini ? Et puis qu’est-ce qui fait avancer ces samouraïs de la vente ? Vouloir jouer dans la cour des grands signifie ne pas miser

petit. L’importance de l’encadrement, dans ce type de recrutement, résonne comme le glas actuellement. Quand une entreprise se cherche, reste évasive tant sur une zone que sur le profil adéquat, qu’elle fouine le mouton à cinq pattes en misant sur les queues de cerise, il ne faut pas s’étonner qu’elle connaissance des retours de bâton, un turn over dans ses équipes, un revers de médaille opérationnel.

 Non, un commercial ne fait pas de miracle, il ne marche pas sur l’eau. Quand on a la chance de croiser la route d’un commercial senior, affûté à toutes les techniques gagnantes, le cœur au fusil et volontaire, il faut vraiment être mauvais pour ne pas s’en rendre compte. Il n’est pourtant pas compliqué de vérifier son efficience en amont de son recrutement ; il faut juste lui demander les composantes de ses rémunérations. Vouloir dicter ses exigences, qui résonnent comme un sens unique, imposer ses conditions tout en ne démontrant rien de rassurant dans l’entretien bilatéral avec le candidat, c’est véritablement méconnaître les recettes qui font surfer un bon commercial sur les vagues de la concurrence.

 Bien sûr, l’erreur d’embauche est toujours possible. Mais que dire d’un vendeur, digne de ce nom, plein d’ambitions et de bonne volonté, qui sent les sables mouvants d’un échec potentiel, pour ne pas dire contentieux éventuel, lorsque les bases mêmes ne sont pas posées avec clarté. Il y a suffisamment de litiges prud’homaux en faveur de ces femmes et hommes de terrain pour s’interroger sur ce qui fait marcher les entreprises opportunistes  à ce point. Il faut alors savoir ce que l’on veut et comprendre que miser sur un tel collaborateur c’est s’assurer d’une équipe gagnante.

 France LUMIERE