merci à Pierre-Jean Llorens pour le partage de cet article :

Le dispositif permet de faciliter le retour à l'emploi des personnes en recherche d'un nouveau contrat de travail.

Le congé de reclassement est proposé, dans les entreprises d'au moins 1.000 salariés, à ceux dont le licenciement économique est envisagé. Il permet au salarié de bénéficier d'actions de formation et de l'appui d'une cellule d'accompagnement pour le retour à l'emploi. Le congé de reclassement s'inscrit dans la même logique de sécurisation des parcours professionnels que le contrat de sécurisation professionnelle.

 

Comme, l'un des points forts du contrat de transition professionnelle est la possibilité d'y insérer des périodes de travail intercalaires - effectuées en contrat à durée déterminée ou en intérim, avec retour automatique dans le dispositif d'accompagnement à leur échéance - le législateur a souhaité étendre ce dispositif aux bénéficiaires du congé de reclassement.

L'article L1233-72-1 du Code du travail, créé par la loi du 28 juillet 2011 pour le développement de l'alternance et la sécurisation des parcours professionnels, autorise ainsi le fait pour les titulaires du contrat de reclassement d'effectuer des périodes de travail intercalaires, c'est-à-dire des périodes de travail en contrat à durée déterminée ou en intérim chez un employeur, afin de lui permettre d'acquérir de l'expérience professionnelle, puis de retrouver le cadre protecteur du contrat de reclassement à l'issue de cette période.

Pendant les périodes de travail, le congé de reclassement est suspendu. Elles sont accomplies dans le cadre d'un CDD, renouvelable une fois, ou d'une mission d'intérim. Au terme de la période de travail, le congé de reclassement reprend, sans que sa durée puisse excéder le terme initialement prévu.

© 2011 Net-iris