avec un grand merci à Pierre-Jean Llorens pour sa contribution ..

Chaque début d’année, l’enquête réalisée par l’Institut Statista pour Capital sur l’image de marque RH des grandes

entreprises est toujours très attendue. Réalisée auprès d’un panel de 20 000 personnes travaillant dans des entreprises de plus de 500 salariés, l’étude place ADHAP sur la seconde marche du podium des meilleurs employeurs du secteur médico-social.

 

Une image RH positive pour ADHAP

La dernière enquête de l’Institut Statista pour le compte de Capital a été menée en ligne auprès de 20 000 personnes interrogées en toute indépendance de leur employeur à l’automne dernier. « Sur une échelle de 0 à 10 dans quelle mesure recommanderiez-vous votre employeur à une connaissance ou à un membre de votre famille ? » est la première question à laquelle les interviewés ont répondu. Une seconde question portait sur l’image des employeurs du secteur d’activité de la personne interrogée. Conditions de travail, rémunération, avantages sociaux, ambiance interne...tous ces critères entrent en ligne de compte dans l’image RH d’une entreprise. En arrivant en deuxième position, le réseau ADHAP est récompensée pour ses engagements auprès de ses 7 000 collaborateurs.

 

ADHAP au plus près de ses collaborateurs

Évoluant dans un secteur d’activité qui recrute fortement, ADHAP a tout mis en œuvre pour faciliter le quotidien de ses collaborateurs dans leurs nombreuses missions auprès des personnes fragilisées. Chez ADHAP, les intervenants sont très entourés et un parcours de formation continue permet à chacun de développer ses compétences en permanence tout en favorisant les évolutions de poste. L’entreprise accueille aussi de plus en plus des personnes en reconversion professionnelle et en recherche de sens dans leur travail.

 

Favoriser la reconnaissance des métiers du domicile

La reconnaissance et la professionnalisation des métiers du grand âge sont une des préoccupations majeures d’ADHAP. Son Institut forme et accompagne l'ensemble des collaborateurs sur les savoir-faire et savoir-être ADHAP pour faciliter leurs interventions auprès des bénéficiaires. Outre la formation, l'accent est également porté sur les évolutions de carrière pour ouvrir aux collaborateurs qui le souhaitent de nouvelles perspectives professionnelles. Le réseau ADHAP est composé de plus de 180 implantations en France, de quoi proposer une place adaptée à chacun.e.

 

Emploi : ça recrute en Ile-de-France !

Baromètre emploi RegionsJob/ParisJob

Paris, le 3 février 2020. HelloWork - l’acteur digital de référence de l’emploi, du recrutement et de la formation en France - a diffusé sur l’ensemble de ses plateformes (RegionsJob, ParisJob, Cadreo, BDM/job) près de 815 000 offres d’emploi uniques en 2019. Ses 143 millions de visites et ses 17 millions de mises en relation annuelles candidats/recruteurs lui permettent de proposer un panorama complet des dynamiques de l’emploi en France et en Ile-de-France.

Après un début d’année à +5% d’offres diffusées au niveau national, la reprise de l’emploi s’est progressivement accélérée puisque le deuxième trimestre a enregistré une hausse de 13%, le troisième de 19% et enfin le 4ème trimestre de 34%, soit le plus dynamique depuis le 1er trimestre 2018.

• Quels départements portent la croissance ? 

• Quelle est la dynamique de la métropole du Grand Paris par rapport au reste de la France ?

• Quelles fonctions bénéficient d’une plus forte demande de la part des recruteurs ?

• Quelles est l’évolution des types de contrats proposés ? CDD ? CDI ?

• Pourquoi une telle reprise ? Quelles perspectives ?

Voici un état des lieux complet de l’évolution du marché de l’emploi en 2019.

Un marché de l’emploi qui s’envole

Après plusieurs trimestres en faible croissance (6% au T3 2018 et 5% au T4 2018 et T1 2019) l’emploi est bien reparti en France puisqu’après une hausse de 13% au deuxième trimestre et de 19% au troisième, le dernier trimestre de 2019 voit la diffusion d’offres d’emploi s’intensifier avec +34% versus 2018.

« Depuis 4 ans, nous observons le retour d’un marché de l’emploi très dynamique » déclare David Beaurepaire, Directeur délégué de HelloWork« 2019 n’a pas dérogé à la règle avec cependant deux périodes ; un premier semestre en légère croissance à l’image du second semestre de 2018 et un seconde période d’accélération sur le second semestre 2019. Au total, les recruteurs et professionnels du recrutement nous ont confié plus de 815 000 offres uniques soit une croissance de 18 % en comparaison de 2018 avec une part des CDI toujours plus importante passant de 71 % à 75 % des postes. Pour 2020, les premiers signaux émanant des entreprises, des cabinets de recrutement et sociétés de travail temporaire sont toujours bien orientés. Le niveau de confiance des dirigeants d’entreprise reste relativement élevé, avec des carnets de commandes bien remplis malgré un contexte international peu rassurant. La croissance reste soutenue par la demande interne et les secteurs de la construction et des services continuent de recruter à tour de bras. Nous sommes donc optimistes pour les premiers mois de 2020. »

L'Ile-de-France en tête de classement des régions les plus dynamiques

L’Île-de-France reprend la tête des régions les plus dynamiques avec une évolution de +34% en 2019. La région PACA, en première position au premier semestre prend quant à elle la seconde place avec une croissance de +30%. Suivent ensuite l’Occitanie (+22%), la Bretagne (+18%) et la Normandie (+16%). Enfin, le Grand Est ferme la marche avec +8% d’offres d’emploi diffusées en 2019.

L'Ile-de-France, région qui recrute le plus en France

Assez peu d’évolution concernant le classement des régions par volumes d’offres puisque l’Île-de-France et l’Auvergne-Rhône-Alpes conservent les deux premières places du classement. Elles concentrent respectivement 19% et 16% du volume d’offres d’emploi diffusées en France. Les Pays de la Loire perdent la troisième place qu’ils occupaient au premier semestre au profit de la Nouvelle-Aquitaine.

Métropole du Grand Paris : +32% de croissance en 2019

Confirmation de la bonne santé de l’emploi en Île-de-France, la Métropole du Grand Paris est en tête des métropoles les plus dynamiques avec +32%. Viennent ensuite la Métropole d’Aix-Marseille Provence (+28%) et Toulouse Métropole (+24%) qui gagnent 5 places dans le classement par rapport au classement annuel de 2018. La Métropole Européenne de Lille ferme la marche avec +5% d’offres d’emploi diffusées versus 2018.

Les Yvelines, département à la plus forte croissance

En 2019, les Yvelines connaissent la plus forte croissance d'offres d'emploi proposées (+44%), suivies par les Hauts-de-Seine (+39%) et l'Essonne (+37%). A la dernière place, Paris suit une progression de +23% seulement mais regroupe à elle seule 20% des offres d’emploi régionales, juste derrière les Hauts-de-Seine (21%).

Commercial : en tête des fonctions les plus porteuses

Le top 3 des fonctions les plus dynamiques est composé des fonctions de l'Ingénierie Industrielle (+61%), des métiers de la Comptabilité, de la Gestion, de la Finance et de l'Audit (+40%) et des métiers liés au Developpement Informatique (+34%). Les métiers du commerce en croissance de 11%, concentrent 12% des offres régionales.

Le CDI en forte hausse

Si les CDI continuent leur progression avec +37% de croissance et représentent 8 offres proposées sur 10, les CDD ont tout aussi la cote auprès des recruteurs (+33% vs 2018). Le travail temporaire connaît lui aussi une forte demande avec +32% d’offres proposées, mais reste à un faible niveau en volume d’offres d’emploi (8% du volume seulement).

Analyse basée sur 814 809 offres uniques diffusées du 01/01/2019 au 31/12/2019 versus 692 726 offres uniques diffusées du 01/01/2018 au 31/12/2018.

Plus de détails disponibles sur demande au service de presse.

A propos de HelloWork

l’acteur digital de référence de l’emploi, du recrutement et de la formation en France, accompagne les actifs tout au long de leur vie professionnelle, les entreprises, cabinets de recrutement, ETT sur leurs enjeux RH et recrutement et les centres de formation/écoles sur la valorisation de leurs offres de formation.

HelloWork a généré plus de 17 millions de mises en relation candidats-recruteurs et candidats-centres de formation auprès de 11.000 clients en 2019.

Fort de 325 collaborateurs, 51,6 millions € de commandes en 2019 et 20 années d’expérience, les différentes plateformes d’HelloWork réunissent en moyenne 4 millions de Visiteurs Uniques par mois (Médiametrie//NetRatings - Mesure Internet Global – 2019). HelloWork est la première entreprise de la HR Tech du classement FrenchWeb500 (30ème position).

HelloWork édite :

• les plateformes emploi et recrutement : Bdmjob.com; Cadreo.com; Parisjob.com; Jobijoba.com; Regionsjob.com;

• les plateformes dédiées à la formation professionnelle MaFormation.fr et Bdmskills.com

• la plateforme dédiée à l’orientation pour l’enseignement supérieur Diplomeo (rachetée en mai 2019)

• Blogdumoderateur.com, le media de référence pour les professionnels du web

HelloWork développe également des solutions RH pour accompagner et favoriser l'expérience recruteur et candidat sur l'intégralité des process de recrutement :

• CVCatcher, logiciel RH de captation de CV et JAI, une solution de chatbots spécialisée dans le recrutement

• Talent Detection, solution de gestion de candidatures,

• Talentplug, solution de multi-diffusion d’offres d’emploi et de stages.

HelloWork est par ailleurs actionnaire de référence de la société Aladom, le spécialiste de l’emploi et du recrutement pour les services à la personne et du jobbing qui édite les plateformes Aladom.fr et Jemepropose.com et de la start-up Staffman, la première plateforme collaborative qui met en relation les ESN avec des candidats freelances ou en poste mais disponibles immédiatement.

 

Robotique industrielle : un chiffre d’affaires mondial record

En volume, les usines chinoises sont les plus demandeuses, tandis que le Japon reste le pays à plus fort taux d'équipement. Les "cobots" montent progressivement en puissance.Si les robots humanoïdes et domestiques font souvent la ‘une’ de l’actualité, la réalité est plus pragmatique. L’essentiel des robots dans le monde se trouvent dans les usines et pas ailleurs. Et leur essor ne connaît pas la crise.

Selon le dernier rapport de l’IFR (International Federation of Robotics), 16,5 milliards de dollars ont été investis dans le domaine l’an passé, un niveau record. 422.000 robots ont été livrés, c’est 6% de plus qu’en 2017. Une performance d’autant plus notable que le secteur industriel souffre dans de nombreux pays de la planète.

"Nous avons observé une performance dynamique en 2018 avec un nouveau record de ventes, alors même que les principaux clients des robots - l'industrie automobile et l'électronique - ont connu une année difficile ", s’enthousiasme Junji Tsuda, président de l’IFR.En terme de densité, une donnée plus parlante puisqu'elle évalue le nombre de robots pour 10.000 salariés, c’est Singapour qui arrive en tête (831), devant la Corée du Sud (774) et l’Allemagne (338). La France est loin derrière, au 17e rang mondial, avec 154 mais se situe au-dessus de la moyenne européenne à 114. La moyenne mondiale ressort à 99.

https://www.industrie-techno.com/article/l-annee-2019-en-technos-floraison-d-usines-4-0-pour-repondre-a-de-nouveaux-defis.58549

Data center, intelligence artificielle et jumeau numérique sont de plus en plus présents dans les usines. De nombreux sites de production estampillés Industrie 4.0 ont vu le jour en 2019, notamment dans des secteurs exigeants. La mise en place de ces outils répond le plus souvent à un besoin d'adaptation rapide des industriels face à de nouveaux défis sur leur secteur.

Thales, Airbus, ArianeGroup ou encore Renault... Les industriels intègrent de plus en plus les technologies du numérique sur leur chaîne de production. L'année 2019 a été marquée par l'inauguration de nouvelles usines faisant la part belle aux technologies 4.0. Portées par des secteurs particulièrement exigeants, ces outils épaulent les industriels pour répondre à des nouveaux enjeux. Que ce soit pour accélérer les cadences de production dans le domaine du spatial ou de l’aéronautique, ou, comme dans le cas de Renault, d’accompagner une réorganisation de la production, robots, data center, réalité augmentée et jumeau numérique sont désormais au coeur de l'outil de production.

Une usine hyperconnectée pour Thales Alenia Space...

Pour répondre aux nouveaux défis du secteur spatial, Thales Alenia Space a inauguré le 20 septembre à Hasselt (Belgique) un site d’assemblage de cellules photovoltaïques (PVA) pour satellites. Avec une capacité d’assemblage de 100.000 à 200.000 cellules par an selon les besoins, il s’agit de l’un des premiers sites à l’échelle mondiale à utiliser des automates programmables pour ce type de production. En outre, le site dispose d’un système de gestion des données de production, pour un contrôle qualité en temps réel. Les données sont partagées avec le site cannois de Thales Alenia Space qui conçoit les panneaux et qui peut lancer, à distance, les opérations de production.

... tandis qu'Airbus automatise l’assemblage de ses fuselages

On pourrait presque se croire sur ligne de montage automobile : dans un véritable ballet, les bras robotisés percent et rivettent en cadence les futurs fuselages de la famille A320. Sur son site d’Hambourg, Airbus a inauguré le 1er octobre une ligne d’assemblage fortement numérisée et automatisée. Une des plus avancée du groupe, selon les dires de Michael Schoellhorn, chef de l’exploitation (COO) du groupe. L’avionneur a créé un jumeau numérique de tout le process. Robots et système logistique sont entièrement connectés pour fournir le plus d’informations possible. Objectif : atteindre une production de 63 appareils par mois d’ici 2021.

Un jumeau numérique pour Renault

A l’occasion du salon Supply Chain Event, qui s’est tenu les 3 et 4 décembre à la Porte de Versailles (Paris), le constructeur automobile Renault et la start-up Cosmo Tech ont présenté un retour d’expérience sur l’utilisation d’un jumeau numérique. Celui-ci a permis de cartographier et d'optimiser les flux de production. Le constructeur automobile a pu ainsi évaluer et réorganiser sa production de moteurs pour répondre à l’évolution rapide de la demande vers des véhicules électriques ou hybrides.

L’étage supérieur d’Ariane 6 a aussi son usine 4.0

Pour intégrer l’étage supérieur de son futur lanceur, ArianeGroup a inauguré le 29 octobre à Brême (Allemagne), un site reposant sur les technologies de l’industrie 4.0. Le procédé inclut des systèmes de collectes de données en temps réel, des dispositifs en réseau, des systèmes de planification intelligents de la production, et des modèles 3D virtuels. Des lunettes de réalité augmentée permettent de restituer ces informations aux opérateurs.

 

Baisse du chômage QAPA recrute plus de 500 techniciens partout en France

35% des postes à pourvoir en Ile-de-France

24% dans les régions Rhône-Alpes, Occitanie et Nouvelle Aquitaine

Pour voir toutes les offres région par région https://www.qapa.fr/regions

QAPA, la plateforme de recrutement par l'intérim, annonce une très importante campagne de recrutement nationale pour le compte d'entreprises renommées telles que : Econocom, Computacenter ou encore Altimance.

Lien officiel : qapa.fr

QAPA, le leader de l'intérim 100% digitalannonce un grand nombre de recrutements pour des postes de Techniciens de maintenance et Techniciens informatiques.

Cette campagne de recrutement répond aux besoins de clients importants comme EconocomComputacenter ou encore Altimance.

Plus de 500 postes disponibles partout en France sont ouverts à partir du 1er février sur la plateforme QAPA.

« Avec ce genre d'opération, QAPA accentue son action en région en dynamisant le secteur de l'intérim avec de nouveaux services plus fluides basés sur le matching et l'intelligence artificielle afin de proposer des candidats ciblés aux recruteurs » a commenté Stéphanie Delestre, fondatrice et Présidente de QAPA.

Profils des principaux postes recherchés :

  • Techniciens de maintenance,
  • Techniciens informatiques,
  • Techniciens help desk , etc.

Tous les types de mission sont proposés : pour une journée, une semaine ou plusieurs mois.

Cette nouvelle action ouvre la voie à de véritables opportunités pour les candidats qui souhaitent travailler au sein d'enseignes internationales à très forts enjeux et ainsi donner un coup d'accélérateur à leur carrière.

Pour voir les offres d'emploi https://www.qapa.fr/regions

QAPA en 4 chiffres :

+500 entreprises clientes,

+10 000 intérimaires salariés par QAPA,

+50% des offres d'emploi reçoivent des profils disponibles en moins de 4 heures,

20% des intérimaires sont recrutés en CDI après 3 mois de mission.

 

Jobijoba présente le « Baromètre 2019 de l’emploi en région Auvergne-Rhône-Alpes »

Les principales conclusions

  • La région Auvergne-Rhône-Alpes se classe en 2ème position au palmarès des régions françaises avec 612.180 offres d’emploi au cours de l’année 2019 – une position identique aux deux éditions précédentes du baromètre.
  • Les 10 villes de la région offrant le plus d’emplois sont Lyon (75.243 offres), Grenoble (17.788 offres), Saint-Etienne (10.843 offres), Clermont-Ferrand (10.426 offres), Annecy (9.560 offres), Valence (8.544 offres), Villeurbanne (7.041 offres), Chambéry (6.773 offres), Saint-Priest (6.029 offres) et Bourg-en-Bresse (4.529 offres).
  • Les 5 secteurs qui offrent le plus d’emploi sont : 1. Industrie (18,14 % des offres), 2. Commerce (8,86 % des offres), 3. BTP (8,49 % des offres), 4. Santé (7,55 % des offres), 5. Informatique (4,97 % des offres).
  • L’industrie recherche en priorité des techniciens de maintenance (salaire médian : 24 000 € bruts), le commerce des chargés d’affaires (50 000 € bruts), le BTP des électriciens (21 000 € bruts), la santé des infirmiers (24 000 € bruts) et l’informatique des développeurs Java (50 000 € bruts).
 
 
 

Communiqué de presse
Paris, le 4 février 2020

 
 

Sous embargo jusqu’au 4 février 2020 à 18 heures

Le personnel des établissements de l’aide sociale à l’enfance fin 2017

La DREES diffuse sur son site data.drees les dernières données disponibles sur le personnel des établissements de l’aide sociale à l’enfance (ASE). Les chiffres publiés portent sur les effectifs, les taux d’encadrement selon les catégories d’établissements ainsi que sur les fonctions occupées par le personnel et son niveau de formation.


Fin 2017, 59 800 personnes, correspondant à 55 000 emplois en équivalent temps plein (ETP), travaillent dans les maisons d’enfants à caractère social (MECS), foyers de l’enfance, lieux de vie, pouponnières et villages d’enfants. Elles s’occupent de 61 400 enfants et jeunes adultes, répartis sur 64 700 places d’hébergement, d’après la dernière vague de l’enquête quadriennale menée par la DREES auprès des établissements et services de la protection de l’enfance (enquête « ES-PE » 2017).


Au total, on compte 85 personnes en ETP pour 100 places d’hébergement (y compris placement à domicile). Les taux d’encadrement agrégés sont très variables selon les catégories d’établissements et leurs spécificités : 67 ETP pour 100 places dans les lieux de vie, 75 dans les villages d’enfants, 79 dans les MECS, 109 dans les foyers de l’enfance et 169 dans les pouponnières.


Par rapport à fin 2008, le taux d’encadrement agrégé diminue dans les MECS (-8 points) et les foyers de l’enfance (-13), reste stable dans les villages d’enfants (+2) et augmente dans les lieux de vie (+10) et les pouponnières (+35). Le développement du placement à domicile pourrait expliquer une partie de la baisse des taux d’encadrement dans les MECS et foyers : les jeunes concernés par ce type de placement sont en effet normalement beaucoup moins présents dans l’établissement que les jeunes accueillis sur d’autres types de places, et ils requièrent donc a priori moins de personnel pour les accompagner.


Exprimé en ETP, 52 % du personnel occupe principalement une fonction éducative, pédagogique ou sociale, 25 % une fonction dans les services administratifs et généraux. Les éducateurs spécialisés (sans fonction d’encadrement) sont la profession la plus représentée (26 % des ETP), suivis des moniteurs éducateurs (14 %). Surveillants de nuit et maîtres de maison occupent aussi des parts importantes des ETP (respectivement 10 % et 7 %). Dans les MECS et les foyers de l’enfance (92 % du total des ETP), les personnels exerçant ces quatre professions ont des profils similaires en termes d’ancienneté et de stabilité de l’emploi (environ 85 % sont en CDI ou sont fonctionnaires titulaires).

Dans les MECS et les foyers, parmi les éducateurs spécialisés, les moniteurs éducateurs, les éducateurs de jeunes enfants et les aide médico-psychologiques, 91 % ont le diplôme d’État relatif à leur métier. 57,5 % des foyers de l’enfance et 55,4 % des MECS ont ainsi tout leur personnel d’éducation spécialisée détenant un diplôme totalement adéquat avec leur métier. Avec une définition plus large de l’adéquation entre fonction et diplôme, prenant en compte les diplômes relatifs à l’intervention sociale, 73,0 % des foyers de l’enfance et 67,9 % des MECS ont un taux d’adéquation étendue de 100 %.

Téléchargez les résultats complets sur le site open data de la DREES :
data.drees.sante.gouv.fr


À propos de l’enquête auprès des établissements et services de la protection de l’enfance


L’enquête de la DREES auprès des établissements et services de la protection de l’enfance (ES-PE) porte sur l’activité des établissements, leur personnel et les jeunes qu’ils hébergent ou qui en sont sortis dans l’année. L’activité et le public accueilli sont décrits au 15 décembre, le personnel au 31 décembre.
L’enquête existe depuis 1983. La dernière vague porte sur 2017, la précédente sur 2012.
Les tableaux portant sur le personnel sont les 1ers résultats diffusés à partir de l’enquête ES-PE 2017. Plusieurs publications vont suivre au cours de l’année 2020. Elles seront notamment disponibles sur la page web de l’enquête ES-PE. La méthodologie de l’enquête y est aussi présentée.

À propos de la DREES :

Mise en place par le décret du 30 novembre 1998, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) fait partie avec l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et les autres services statistiques ministériels du service statistique public (SSP). Son rôle est de fournir des informations fiables et des analyses dans les domaines du social et de la santé. L’action de la DREES s’appuie, depuis vingt ans, sur un engagement déontologique dont les principes, codifiés et partagés au niveau européen, sont l’indépendance professionnelle, l’engagement sur la qualité, le respect du secret statistique, l’impartialité et l’objectivité. La DREES est aussi un service statistique ministériel dont la mission prioritaire est d’accompagner et d’évaluer les politiques publiques sociales et sanitaires.

QUELS SONT LES TOP EMPLOYERS 

FRANCE 2020 ?

  • En France, ce sont 91 entreprises qui ont obtenu la certification Top Employers 2020 et près de 1 700 dans le monde.
  • 21 organisations font leur entrée dans la communauté Top Employers France.
  • Les priorités RH 2020 des entreprises certifiées : renforcer l’engagement, l’écoute, la reconnaissance et le développement de leurs collaborateurs.

Paris, le 5 février 2020 - Pour cette 12édition, 21 nouvelles entreprises figurent dans la liste des entreprises récompensées dont : Alstom, Amazon, le fournisseur de solutions médicales Arjo, bioMérieux, Canon, ou encore PwC et Randstad.

123 organisations ont obtenu la certification Europe et 13 ont reçu la certification globale. Une présence dans 119 pays et de nombreux secteurs d’activité : retrouvez la liste complète des Top Employers 2020 sur le site. 

Près de 800 talents à recruter pour la saison 2020 dans le groupe Barrière

 

Depuis le début du mois de février, Barrière a lancé son recrutement pour la saison 2020. Au total près de 800 postes sont à pourvoir dans ses établissements (Hôtels et Casinos) de Deauville, Dinard, Cannes et La Baule. Pour se préparer à la saison estivale à venir, Barrière ouvre ses portes pour trouver et accueillir ses talents de demain dans différents secteurs : Hôtellerie, Restauration, Casinos, Loisirs & Bien-Être. Ces nouvelles recrues rejoindront les 7 000 collaborateurs du Groupe, passionnés par leur métier, qui font vivre chaque jour des moments exceptionnels aux clients Barrière.

 

Vendredi 7 février 2020, destination Cannes & St Barth

Près de 300 postes dont une vingtaine de CDI sont à pourvoir pour l’ensemble des établissements Barrière de la Riviera et de la nouvelle destination Barrière à St Barth. Une superbe opportunité pour des Talents reconnus ou en devenir d’aller à la rencontre directe des Chefs de Service des Hôtels Barrière Le Majestic Cannes, Le Gray d’Albion Cannes et Le Carl Gustaf St-Barth (ouverture mars 2020), qui les accueilleront individuellement toutau long de la journée afin de découvrir les différents métiers proposés. Parmi les postes àpourvoir : un(e) assistant(e) gouvernante générale; un(e) responsable de restaurant; un(e)linger(e); un(e) maître d’hôtel, et de nombreux autres.

Les candidats sont invités à se munir d’un CV et d’une lettre de motivation. Rendez-vous le vendredi 7 février 2020, de 9h30 à 17h00, au Salon Croisette (entrée par la Rue des Serbes) de l’Hôtel Barrière Le Majestic Cannes.

Vendredi 7 et samedi 8 février 2020, destination Dinard - en partenariat avec Pôle Emploi

Après une rénovation de grande envergure qui a duré 5 mois, Le Grand-Hôtel Dinard (5 étoiles) a rouvert ses portes en avril 2019. Fort du succès de l’hôtel, une vingtaine de postes sont à pourvoir pour cette nouvelle saison.

Rendez-vous le vendredi 7 février de 14h à 17h et le samedi 8 février de 9h à 15h au Grand-Hôtel. Les candidats sont invités à se présenter munis de leur CV et lettre demotivation.

 

Vendredi 21 février 2020, destination La Baule - en partenariat avec Pôle Emploi

Près de 250 postes sont à pourvoir pour les 3 Hôtels Barrière (5 étoiles) L’Hermitage, Le Royal, Le Castel Marie-Louise, le Casino, le Centre de Thalassothérapie et les Spas, le Golf, le Tennis. Le Groupe emploie plus de 450 employés à l’année, ce qui en fait le premier employeur de la station bauloise. Pour se préparer à la saison prochaine, le Resort a besoin de renforts au sein de ses équipes pour ses métiers d’Hôtellerie (Bagagiste, Femme de Chambre, Gouvernante, Réceptionniste…), de Restauration (Commis de Cuisine, Plongeur, Chef de Partie, Pâtissier, Maître d’Hôtel, Chef de Rang, Barman, Commis de Salle…), de BienÊtre (Thérapeutes, Esthéticiennes…), et de Loisirs (Employés de Parcours, Jardiniers, Assistant clientèle, caissier…).

Rendez-vous le vendredi 21 février 2020 à L’Hôtel Barrière L’Hermitage La Baule pour tous les candidats, munis de plusieurs CV pour des entretiens avec lesresponsables des différents services.

 

Lundi 2 mars 2020, destination Deauville & Trouville

Plus de 200 postes sont disponibles lors de la journée recrutement Resort Deauville –Trouville, pour les 3 Hôtels Barrière (4 et 5 étoiles), les 3 Spas, les 2 golfs, les 23 Bars etRestaurants à Deauville, l’activité Traiteur Barrière à Pont L’Evêque, ainsi que les CasinosBarrière Trouville et Deauville. Avec plus de 500 employés à l’année sur Deauville, Barrièreest le plus gros employeur de la station. Pour se préparer à la saison prochaine, le Resort abesoin de renforts au sein de ses équipes pour ses métiers d’Hôtellerie (Bagagiste, Femme deChambre, Voiturier, Concierge…), de Restauration (Commis de Cuisine, Plongeur, Chef dePartie, Sommelier, Barman…) et de Bien-Être (Thérapeutes, responsable de Soins…).

 

Rendez-vous le lundi 2 mars 2020 à l’Hôtel Barrière Le Royal Deauville pour des sessions de Speed Recruiting avec les responsables des différents services. Les candidats, munis de CV et lettres de motivation, auront l’occasion de s’immerger dans les Valeurs Barrière au travers de plusieurs ateliers et animations. Du 9 au 27 mars 2020, Barrière sera de nouveau présent aux côtés de l’antenne locale de Pôle Emploi et invite les candidats non disponibles le lundi 2 mars à rejoindre un salon virtuel de recrutement. Les candidats pourront alors se positionner sur les offres et des créneaux d'entretien proposés. Les candidats peuvent se renseigner en amont sur les postes proposés en seconnectant au site de recrutement Barrière : www.barriererecrute.com.

A propos de Barrière

Barrière est une Marque sous laquelle sont commercialisés les hôtels, casinos et restaurants de deux groupes distincts : Groupe Lucien Barrière (GLB) et Société Fermière du Casino Municipal de Cannes (SFCMC). Fondé en 1912 par François André et développé successivement par Lucien Barrière, Diane Barrière-Desseigne et Dominique Desseigne, Barrière a développé des offres sans équivalent dans le domaine des loisirs haut de gamme, fondées sur le souci de l’excellence opérationnelle, de la qualité de service, et de l’art de vivre à la française. Elle regroupe aujourd’hui 33 Casinos, 1 Club de Jeux, 18 Hôtels (pour la majorité des 5 étoiles et un Palace à Courchevel) et plus de 140 restaurants et bars, dont le célèbre Fouquet’s à Paris (décliné dans 9 autres destinations) et propose près de 3 500 spectacles et animations par an. Le chiffre d’affaires des deux Groupes s’élève à 1,24 milliard d’euros pour l’exercice clos le 31 octobre 2019. Ils comptent près de 7 000 collaborateurs. Barrière bénéficie également d’une forte notoriété dans les métiers de la restauration avec près de 2,5 millions de repas servis, dans les loisirs avec 15 spas, 1 centre de thalassothérapie à La Baule, 1 balnéothérapie à Ribeauvillé, 3 golfs et 2 tennis club, et se distingue à travers des Resorts implantés dans des stations touristiques de renommée

internationale.

 

 Paris, le 6 février 2020

 
 

SOUS EMBARGO

Jusqu'au 7 février 2020 à 6 heures

 
 

À PARAÎTRE :

Aide au paiement d’une complémentaire santé :

un niveau de couverture équivalent à celui des contrats

du marché individuel en 2018

Romain Loiseau (DREES)
Coll. Études et résultats, 
n° 1142
DREES, février 2020

 

Depuis le 1er novembre 2019, la complémentaire santé solidaire (CSS) remplace par un contrat unique les deux anciens dispositifs de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) et de l’aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS). L’instauration de la CSS poursuit les mêmes objectifs que l’ACS. Elle vise à réduire les dépenses de santé en offrant un panier de soins sans reste à charge à tarif modéré. Sa mise en place est l’occasion d’un bilan des réformes successives de l’ACS.

En 2018, 1,24 million de personnes sont couvertes par un contrat ACS et bénéficient d’un niveau théorique de prise en charge comparable en moyenne à celui des autres contrats individuels des complémentaires santé. Alors qu’en 2013, les contrats ACS faisaient partie des moins couvrants du marché, plusieurs changements de réglementation ont permis d’améliorer le recours au dispositif, l’accessibilité financière aux soins et le niveau de qualité de la couverture. Ainsi en 2018, le contrat ACS le plus couvrant, choisi par 4 bénéficiaires de l’ACS sur 10, donne accès à un niveau de prise en charge supérieur à celui dont disposent 90 % de l’ensemble des personnes couvertes en individuel.

Cependant, le taux de recours au dispositif reste nettement plus faible que celui à la CMU-C. De plus, les restes à charge demeurent élevés sur des postes de soins tels que l’optique, les soins prothétiques dentaires et les audioprothèses. En simplifiant le dispositif par un contrat unique, dont le panier de soins accessible sans reste à charge est élargi, la CSS vise précisément à corriger ces défauts.

_________________________________________________________

 

Où les Français ont le plus de risques d'être infidèles ?

43% des Français pourraient être infidèles sur leur lieu de travail et 22% lors de leurs courses !

36% ont effectivement été infidèles au boulot et 22% pendant leur shopping

48% ont dû changer de travail, de clubs ou de commerces à cause de leur infidélité

77% des femmes et 68% des hommes pensent que la séduction gère toutes nos relations

Le 18 février, c'est la fête des amoureux QAPA, la plateforme de recrutement par l'intérim, s'est penché sur celles et ceux qui succombent aussi à l'amour mais pas de la même façon que les autres... Une enquête qui montre que le lieu de travail est bien l'endroit le plus sensible.

Lien officiel : www.qapa.fr

*Méthodologie : Sondage réalisé entre le 5 et 10 février 2020 auprès de 4,5 millions de candidats et 135 000 recruteurs sur QAPA. Parmi ces personnes interrogées, 52% d'entre eux sont des non-cadres et 48% sont des cadres. Les chiffres et statistiques représentent un état des lieux de l'emploi en France. Toutes les informations mises en avant par les candidats sont déclaratives.

Métro, boulot... sexo ?

Selon de nombreuses études, entre 43% et 41% des Français sont infidèles (enquêtes Ifop 2017 et 2019). Par contre, dans quelles situations et lieux ont-ils le plus de risques de le devenir ?

Pour 41% des femmes et 44% des hommes c'est au travail et au bureau que les risques d'infidélité seraient les plus élevés. Fait surprenant, le shopping et les courses sont à la deuxième place du classement avec 22%, loin devant les clubs de sports ou de loisirs avec 18% et les soirées entre amis avec 14%.

Si vous deviez être infidèle, dans quel cadre auriez-vous le plus de risques ?

Classement

Réponses

Global

Femmes

Hommes

N°1

Au travail, au bureau

43%

41%

44%

N°2

Lors de mes courses, achats, shopping

22%

32%

12%

N°3

Dans mon club de sport ou de loisirs

18%

9%

27%

N°4

Avec mes amis lors de soirées, sorties, etc.

14%

17%

11%

N°5

Autre

4%

2%

6%

Parmi les personnes qui sont passées à l'acte et ont déjà effectivement été infidèles, ce classement des endroits et occasions se confirme. Ainsi, parmi les 38% de répondants infidèles, le lieu de travail a bel et bien été l'endroit de leurs ébats à plus de 36% et le moment des courses à 33%.

Dans quel(s) cadre(s) avez-vous déjà été infidèle ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Je n'ai jamais été infidèle

62%

64%

61%

Au travail, au bureau

36%

35%

37%

Lors de mes courses, achats, shopping

33%

36%

29%

Dans mon club de sport ou de loisirs

15%

8%

22%

Avec mes amis lors de soirées, sorties, etc.

14%

15%

12%

Autre

6%

6%

5%

Changement d'air...

A cause de ces infidélités, certaines personnes ont été forcées de partir. Soit en démissionnant, soit en changeant de clubs ou de commerces pour éviter certains désagréments. C'est le cas pour 52% des hommes et 44% des femmes.

Avez-vous changé de cadre (démission, changement de club, d'amis, etc.) suite à cette relation ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

48%

44%

52%

Non

52%

56%

48%

Sexes faibles...

Que ce soit dans leur cadre strictement professionnel ou plus généralement personnel, les Français pensent à plus de 73% que la séduction est omniprésente dans leur vie de tous les jours. C'est d'ailleurs encore plus le cas chez les femmes (77%) que chez les hommes (68%).

Pensez-vous que la séduction fasse partie intégrante de toutes nos relations professionnelles et extra-professionnelles ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

73%

77%

68%

Non

28%

23%

32%

QAPA en 4 chiffres :

+500 entreprises clientes,

+10 000 intérimaires salariés par QAPA,

+50% des offres d'emploi reçoivent des profils disponibles en moins de 4 heures,

20% des intérimaires sont recrutés en CDI après 3 mois de mission.

 

 
 
 

Communiqué de presse
Paris, le 12 février 2020

 
 

Sous embargo jusqu’au 13 février 2020 à 6 heures

En 2018, les personnes ayant des incapacités partent à la retraite plus tardivement que les personnes sans incapacité

Vers 60 ans, environ 10 % des personnes sont fortement limitées dans les activités de la vie quotidienne, et peuvent donc à ce titre être considérées comme handicapées, et autour de 15 % se déclarent limitées mais pas fortement. Leurs parcours de fin de carrière et de passage à la retraite s’avèrent très différents de ceux des personnes n’ayant aucune incapacité. [lire le communiqué de presse]

Retraite : les dispositifs de solidarité représentent

22 % des pensions versées aux femmes et 12 % pour les hommes

En 2016, les dispositifs de solidarité représentent en moyenne 16 % des montants des pensions de droits directs perçues par les retraités. Cette part de solidarité varie selon les catégories des retraités : elle diminue globalement avec le niveau de pension, et augmente, pour les mères, avec le nombre d’enfants, par exemple. Construits sur une logique non-contributive dans laquelle des droits sont acquis au titre de la solidarité nationale, ces dispositifs bénéficient à quasiment tous les retraités (93 %), y compris ceux ayant les niveaux de pension les plus élevés. [lire le communiqué de presse]

À propos de la DREES :

Mise en place par le décret du 30 novembre 1998, la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) fait partie avec l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) et les autres services statistiques ministériels du service statistique public (SSP). Son rôle est de fournir des informations fiables et des analyses dans les domaines du social et de la santé. L’action de la DREES s’appuie, depuis vingt ans, sur un engagement déontologique dont les principes, codifiés et partagés au niveau européen, sont l’indépendance professionnelle, l’engagement sur la qualité, le respect du secret statistique, l’impartialité et l’objectivité. La DREES est aussi un service statistique ministériel dont la mission prioritaire est d’accompagner et d’évaluer les politiques publiques sociales et sanitaires.

Lire la suite

 

Lire la suite

 

Lire la suite

 

Lire la suite

 

 

 

Le Conseil du Commerce de France a décidé de s'interroger sur l'évolution de l'emploi dans le commerce et sur l'impact du commerce sur l'emploi salarieé privé : il a ainsi commandé une étude inédite visant à analyser la place du commerce dans la création d’emplois en France, sur la période 2007/2018. Cette étude a été réalisée par Laurent Davezies, Professeur au CNAM et expert indépendant dans le domaine de l'économie. 

La conférence de presse de restitution des résultats ayant eu lieu ce jeudi a permis de souligner le poids du commerce dans la création d'emploi et sa capacité à amortir les effets de crise dans certains territoires en tenant un rôle économique, en impactant positivement l'activitée et le dynamisme de ceux-ci, mais aussi un rôle social en étant un employeur majeur pour les personnes sans diplômes et les jeunes se lançant sur le marché du travail.

Vous trouverez, via ce lien de téléchargement, le communiqué ainsi que la présentation relatifs à cette étude https://we.tl/t-S5TlOtbrWd

Discrimination à l'embauche : le CV anonyme est-il efficace ?

La semaine dernière, sept entreprises ont été épinglées par le gouvernement pour des faits de discrimination à l'embauche. Le CV anonyme peut-il être la solution ?

Sébastien Canard et Dan Guez, experts du recrutement digital depuis 15 ans, ont été spectateurs et acteurs d'un changement profond de leur secteur : le recrutement digital. Le “sourcing” de candidats sur le Web était de plus en plus courant et les deux “sourcing-addicts” ont développé des compétences en ciblage, recherche de candidats, présélection de profils, profiling.

 En 2008, c'est pour répondre aux problématiques de manque de temps, de budget et de ressources qu'ils décidèrent proposer une solution de recrutement basée sur le sourcing : le cabinet OpenSourcing.

 

Faut-il montrer (ou cacher) son train de vie au bureau ?

38% des Français avouent en rajouter un peu sur leur train de vie au travail

Mais 78% des femmes et 56% des hommes parlent difficilement de leurs finances

40% des Français n'exposent que le meilleur de leur vie sur les réseaux sociaux

43% des Français trouvent que le patron en rajoute beaucoup sur son train de vie

61% des Français jugent l'attitude leur chef « agaçante »

3896an$IN8580158191622259@VWP21DB01" width="600" style="box-sizing: content-box; vertical-align: middle; line-height: 1.4em; max-width: 10000px; width: 600px; height: 338px;"> 

Paris, 17 février 2020

QAPA, la plateforme de recrutement par l'intérim, a interrogé* plus de 4,5 millions de candidats sur l'exposition ou non de son train de vie au travail. Une enquête qui montre que les Français en rajoutent un peu trop, aussi bien au boulot que sur les réseaux sociaux...  

Lien officiel : www.qapa.fr

*Méthodologie : Sondage réalisé entre le 6 et 14 février 2020 auprès de 4,5 millions de candidats sur QAPA. Parmi ces personnes interrogées, 52% d'entre eux sont des non-cadres et 48% sont des cadres. Les chiffres et statistiques représentent un état des lieux de l'emploi en France. Toutes les informations mises en avant par les candidats sont déclaratives.

Mytho, boulot, dodo...

Au travail, les Français ont légèrement tendance à en faire un peu plus... mais pas du côté de leur boulot. En effet, plus de 38% des Français avouent en rajouter sur leur train de vie, alors que 34% disent simplement la vérité et 28% se rabaissent pour ne pas rendre les collègues jaloux.

Au travail, vous avez plutôt tendance à :

Réponses

Global

Femmes

Hommes

En rajouter sur votre train de vie

38%

39%

37%

Etre franc(he) et dire la vérité

34%

35%

32%

A vous rabaisser pour ne pas susciter de jalousie

28%

26%

31%

Les sous, c'est tabou !

L'argent est un sujet très délicat en France, encore plus au travail. Ainsi, 67% des Français déclarent qu'ils ne parlent pas facilement à leurs collègues de leur situation financière. Un fait encore plus important chez les femmes (78%) que chez les hommes (56%).

Parlez-vous facilement de votre situation financière avec vos collègues ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

33%

22%

44%

Non

67%

78%

56%

Facebook life

Les réseaux sociaux sont-ils une fenêtre sur nos vies ? Si c'est le cas, il s'agit plutôt de miroirs grossissants puisque 40% des Français n'exposent que le meilleur quand seulement 27% mettent absolument tout et 19% que le strict minimum. Seulement 14% n'affichent absolument rien de leur vie.  

Exposez-vous votre train de vie sur les réseaux sociaux ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui absolument tout

27%

31%

22%

Oui mais juste le mieux

40%

41%

39%

Oui mais juste le minimum

19%

17%

21%

Non rien du tout

14%

11%

18%

C'est qui le boss  

Pour ce qui est de leur patron, les Français ont une autre vision. Ainsi, 44% des hommes trouvent que leur supérieur en rajoute beaucoup sur leur train de vie alors que 44% des femmes le trouvent plutôt franc. Enfin, 15% des Français pensent que leur chef se rabaisse au contraire pour éviter toute jalousie.

Au travail, votre patron ou chef a plutôt tendance à :

Réponses

Global

Femmes

Hommes

En rajouter sur son train de vie

43%

42%

44%

Etre franc et juste dire la vérité

42%

44%

39%

A se rabaisser pour ne pas susciter de jalousie

15%

14%

17%

Ça m'énerve !!!

Dans tous les cas, l'attitude du patron est jugée agaçante par 61% des Français. Seuls 26% considèrent que le comportement est plutôt neutre et uniquement 13% y trouvent de la sympathie.

Vous trouvez son attitude :

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Agaçante

61%

69%

52%

Neutre

26%

26%

27%

Sympathique

13%

5%

21%

QAPA en 4 chiffres :

+500 entreprises clientes,

+10 000 intérimaires salariés par QAPA,

+50% des offres d'emploi reçoivent des profils disponibles en moins de 4 heures,

20% des intérimaires sont recrutés en CDI après 3 mois de mission.

 

et maintenant un peu de détente ...

L'argent fait-il le bonheur... des amoureux ?

56% des Français vont bien faire un cadeau pour la Saint-Valentin

Les Valentins moins radins que les Valentines :

66% des femmes dépensent moins de 50 et 46% des hommes beaucoup plus !

55% des hommes sont prêts à être à découvert contre seulement 12% des femmes

24% ne font pas de cadeau car ils n'en reçoivent pas et 19% n'ont pas assez d'argent

Monewayla première néo-banque grand public évolutive et collaborative, interrogé plus de 5 610 couples afin de mieux connaître les aspects financiers de la Saint-Valentin. Une enquête qui dévoile des  aspects nouveaux sur la célèbre fête des amoureux...

Lien officiel : moneway.com

Une espèce en voie de réapparition  

Au fil des années, il semblerait que le nombre d'amoureux qui célèbrent la Saint-Valentin fluctue énormémentAinsi, ils étaient 90% en 2008 (sondage Cashstore), 54% en 2016 (sondage Odoxa), puis seulement 36% en 2019. En 2020, le chiffre est de nouveau à la hausse et 56% des Français en couple déclarent qu'ils vont bien faire un cadeau à leur amour.

Allez-vous faire un cadeau à votre Valentin(e) ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

56%

51%

62%

Non

44%

49%

38%

Des Valentines un peu radines ?

Déjà que les femmes sont moins nombreuses à faire un cadeau à leur amoureux (51% contre 62% chez les hommes), elles sont également beaucoup moins dépensières ! Les femmes sont en effet plus de 66% à ne pas dépenser plus de 50 euros pour la Saint-Valentin alors que les hommes sont 46% à avoir un budget compris entre 50 et plus de 100 euros.

Si oui, combien allez-vous dépenser pour votre amoureux(se) ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Moins de 10 euros

18%

21%

15%

Entre 10 et 30 euros

23%

27%

18%

Entre 30 et 50 euros

20%

18%

21%

Entre 50 et 70 euros

19%

17%

22%

Entre 70 et 90 euros

13%

11%

15%

Plus de 100 euros

7%

6%

9%

Quand on aime, on ne compte pas ?

S'ils dépensent plus, les hommes sont même prêts à dépenser trop En effet, si 88% des femmes avouent qu'elles ne sont pas prêtes à être à découvert sur leur compte bancaire, de leur côté les hommes sont 55% à y consentir pour faire plaisir à leur Valentine.

Etes-vous prêt(e) à être à découvert sur votre compte pour faire plaisir à votre amoureux(se) ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Oui

33%

12%

55%

Non

67%

88%

45%

Donnant donnant...

Si 44% des Français ne font pas de cadeau à leur amour, la raison principale est tout simplement qu'ils ne célèbrent pas la Saint-Valentin. Il est intéressant de noter que la deuxième raison pour 24% d'entre eux, est qu'ils n'ont pas de cadeau en échange et la troisième raison, qu'ils n'ont pas assez d'argent à 19%.

Si non, pour quelle(s) raison(s) n'allez-vous pas faire de cadeau à votre amoureux(se) ?

Réponses

Global

Femmes

Hommes

Je n'ai pas assez d'argent

19%

21%

17%

Je ne célèbre pas la Saint-Valentin

44%

49%

38%

Je n'ai pas d'idée de cadeau

12%

7%

18%

Car je ne reçois pas de cadeau en échange

24%

21%

26%

Autre

1%

2%

1%

*Méthodologie : enquête réalisée auprès de 11 224 personnes en couple et représentatives de la population nationale française selon la méthode des quotas, durant la période du 31 janvier au 5 février 2020. Sondage effectué en ligne, sur le panel propriétaire BuzzPress France regroupant plus de 21 000 personnes. Toutes les informations mises en avant par les personnes interrogées sont déclaratives.

A propos de Moneway

Lancée en version alpha en 2018, puis en version Bêta en juin 2019, par Noémie Nicod, Co-fondatrice et Directeur général, Romain Vermot, Co-fondateur et Président, et Benjamin Chatelain, Co-fondateur et Directeur général, Moneway, n'est pas une énième néo-banqueMoneway propose des services de paiement nouveaux et surtout adaptés aux attentes des utilisateurs de la génération Z des 18-25 ans :

Un compte de paiement : ouverture rapide et sans obligation, un IBAN et un BIC français, aucun frais de tenue de compte.

Une carte de débit Mastercard : fabrication et envoi gratuits, choix du code PIN, génération gratuite d'une carte virtuelle, modification instantanée et gratuite d'options depuis l'application Moneway disponible sur iOS et Android.

Des fonctionnalités complètes : gestion des plafonds de la carte, modification du code PIN de la carte, choix de geler ou de dégeler la carte, activation ou non du sans contact, activation ou non des paiements à l'étranger, activation ou non des retraits au distributeur, accès direct au support utilisateur, top-up instantané du compte.

Des échanges d'argent simplifiés : envoi d'argent instantané et sans RIB, contacts Moneway mis à jour automatiquement, copier/coller ou téléchargement en PDF de son RIB, ajout rapide de nouveaux bénéficiaires, réalisation de virements traditionnels.

Des détails de compte simplifiés : un solde et des dépenses actualisées en temps réel, une notification envoyée à chaque transaction, des titres éloquents, des dates exactes, une recherche simplifiée.

Des informations précises : la géolocalisation de l'enseigne, l'heure exacte de la dépense, le nombre de transactions effectuées, la dépense moyenne réalisée dans l'enseigne, le total dépensé dans l'enseigne.

Moneway c'est une équipe de 14 collaborateurs, dont 10 développeurs, 3communicants et 1 designer qui travaillent à 50% distance.

En juin 2019, Moneway réalise une levée de fonds de 1 137 000  avec des Business Angel, en Love Money et Bpifrance.

Plus d'informations sur moneway.com

 

CHERCHE MEDECINS EN URGENCE ....

 Paris, le 13 février 2020

 
 

SOUS EMBARGO

Jusqu'au 14 février 2020 à 6 heures

 
 

À PARAÎTRE :

En 2018, les territoires sous-dotés en médecins généralistes concernent près de 6 % de la population

Blandine Legendre (DREES)
Coll. 
Études et Résultats, n°1144,

Drees, février.

 

En raison d’un décalage croissant entre l’offre et la demande de soins, l’accessibilité géographique aux médecins généralistes a baissé de 3,3 % entre 2015 et 2018. En 2018, les Français ont accès en moyenne à 3,93 consultations par an et par habitant, contre 4,06 consultations en 2015. Les inégalités s’accentuent entre les communes les moins bien dotées et celles qui le sont le plus.

Cette moindre accessibilité s’explique principalement par la baisse du temps médical disponible, du fait de la diminution globale du nombre de médecins en activité sous l’effet de nombreux départs à la retraite, que les nouvelles installations ne compensent pas quantitativement, en raison de l’effet prolongé des numerus clausus appliqués au cours de ces dernières décennies. Les stratégies visant la libération de temps médical utile (nouvelles organisations territoriales, protocoles de coopérations interprofessionnelles, recours au numérique, etc.) peuvent constituer un levier pour freiner cette tendance structurelle.

Mesurée à l’échelle du territoire de vie-santé, la part de la population française vivant en zone sous-dotée en médecins généralistes (ou « sous-dense ») est faible, mais elle passe, en quatre ans, de 3,8 % à 5,7 %. La baisse de l’accessibilité est plus marquée dans le centre de la France. De nouveaux territoires sont concernés par la sous-densité, notamment du centre de la France vers le nord-ouest.

Les territoires les mieux dotés en médecins généralistes sont aussi les plus attractifs, tant du point de vue de la croissance démographique que des équipements (sportifs, culturels, commerciaux et scolaires). L’accessibilité aux médecins généralistes s’inscrit ainsi dans une problématique plus globale d’aménagement du territoire.

________________________________________________________________

CONTACT PRESSE :

Souphaphone Douangdara, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - 01 40 56 81 97

 

NGE, groupe français de BTP, crée avec BVA le 1er baromètre d'affinité des jeunes de 20 à 35 ans pour suivre chaque année leurs attentes et l'image qu'ils ont du secteur du BTP. L'objectif de ce baromètre est de disposer d'informations quantitatives de référence dans le BTP sur une population – Millennials - qui représente, en 2020, 50% de la population active et est donc naturellement une des cibles prioritaires de recrutement.

Selon le baromètre NGE/BVA, plus des deux tiers des Français âgés de 20 à 35 ans (69%) ont une bonne opinion du secteur du BTP

Plus d'informations et de chiffres dans le communiqué de presse ci-joint.
Etude accessible ici.

 

 

http://blog.biolineaires.com/cristocoop-une-epicerie-bio-cooperative-hebergee-dans-un-ehpad-a-creteil-source-94-citoyens-com/  

 

Conférence de presse

 Présentation du 4e rapport de l’Observatoire national du suicide :

« Suicide : quels liens avec le travail et le chômage ?
Penser la prévention et les systèmes d’information »

Lundi 3 février 2020 de 16h à 17h
(accueil à partir de 15h45)

À la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques
10, place des Cinq-Martyrs-du-Lycée-Buffon - Paris 14e  - Salle 4232 R

En raison du plan Vigipirate, une pièce d'identité vous sera demandée à l'entrée de l'immeuble ;
nous vous invitons à prévoir votre heure d'arrivée en conséquence.

******

L’Observatoire national du suicide présentera son quatrième rapport qui fait un état des lieux des connaissances sur le suicide lié au travail et au chômage. Aujourd’hui, ces connaissances restent parcellaires en l’absence de données sur le lieu de survenue des suicides et la difficulté d’imputer les gestes suicidaires au travail ou au chômage. Malgré ces difficultés, l’Observatoire propose une réflexion sur ce phénomène complexe car multifactoriel. Cette réflexion est complétée par les dernières données disponibles sur le nombre de suicides, de tentatives de suicides et de pensées suicidaires en France dans l’ensemble de la population et pour certaines professions spécifiques.

« Portée et significations des suicides en lien avec le travail »
Christian Baudelot, expert de l’Observatoire national du suicide

« Construire la prévention des suicides chez les chômeurs »
Michel Debout, expert de l’Observatoire national du suicide