Grand merci à Pierre Jean Llorens pour le partage de toutes ces pistes et informations :

https://www.cleanfox.io/fr

Supprimer ses mails indésirables pour protéger la planète

L’équipe fondatrice de Misterfox vient de lancer Cleanfox, une plateforme web gratuite qui permet de supprimer et de

se désabonner de newsletters en un clic, et ce tout en réduisant son empreinte carbone.
Cleanfox est le service de nettoyage des boîtes mail assez performant. En effet, il vous permet d’afficher vos newsletters en fonction non seulement de leur taux d’ouverture, mais également du nombre d’emails reçus. Disposant de ces précieuses informations, vous pouvez alors, en un seul clic et pour chacune de vos newsletters rapidement choisir de :

 

● Conserver votre abonnement et les anciens emails stockés dans sa boîte mail ; ou
● Rester abonné et supprimer vos anciens emails ; ou
● Se désabonner et supprimer vos anciens emails.

 

Les spams et mails non ouverts sont des éléments de pollution importants. En effet, comme l’indique 20 Minutes, les mails polluent la terre. Chaque mail stocké, c’est 10 grammes de CO2 générés par an. 

Ces calculs ont été réalisés par Cleanfox, une start-up française qui propose de débarrasser les gens des mails indésirables et du coût écologique. De plus, le stockage dans les data centers, qui sont allumés en continu et doivent être refroidis, cause aussi un souci écologique. 

L’analyse de la start-up prend 50 secondes. À sa suite, chacun décide de supprimer ou non les mails et newsletters indésirables, soit en conservant les futurs envois, soit en se désabonnant des newsletters. 

Lancée depuis le 13 septembre, l’application a déjà permis de supprimer 24 millions de mails dans 156 pays, sans compter le nombre de mails évités par les désabonnements. 245.000 kg de CO2 ont donc été économisés et 49.129 arbres sauvés. 

Dans le classement des plus grands pollueurs, Twitter prend la tête avec 191 mails par utilisateur et par an. Le stockage par abonné est à l’origine de 1.91 kg d’émissions de CO2 par an. Arrive ensuite LinkedIn (1.54 kg), Google (1.24 kg), Amazon (1.02 kg). Les journaux et sites de ventes privées sont très généreux en mails également. 

Même si les entreprises ne passent pas encore à l’action, chaque utilisateur peut déjà supprimer ses abonnements à des newsletters qui ne l’intéressent pas. 

Images intégrées 1

 
 
 
 
75% des connexions à Internet depuis des mobiles en 2017 

Mobilité : Cette année, un nouveau record est en passe d’être battu. Selon l’agence Zenith, plus de trois quarts des connexions à la Toile se feront depuis un smartphone. Le continent asiatique pèse lourd en termes d’usage mobile, mais c’est l’Espagne qui mènerait la danse avec 85%.

Selon les dernières observations de l’agence Zenith, le mobile s’impose une fois de plus sur Internet. C’est la conséquence logique du succès des smartphones dans le monde entier. 

http://www.zenithmedia.com/zenith-forecasts-75-internet-use-will-mobile-2017/

Alors que les pays d’Asie affichaient les taux d’utilisation les plus élevés jusqu’à présent, c’est l’Espagne qui devient désormais le pays le plus connecté à Internet depuis mobile.

Espagne, Hong Kong et Chine : le trio de tête

Avec une utilisation d’Internet à 85% depuis des mobiles, nos voisins passent devant Hong Kong et ses 79%, mais aussi la Chine et ses 76%. Les États-Unis suivent quant à eux de près avec un taux de 74%, sans oublier l’Italie et l’Inde qui ont chacun 73% de leur utilisation d’Internet qui vient des mobiles.

Pour résumer, sur les 60 pays étudiés par Zenith, l’accès à Internet depuis des smartphones a connu une hausse de 40% depuis 2012 et atteint aujourd’hui les 75% de moyenne. 

L’avance prise par l’Espagne sera toutefois vite rattrapée par Hong Kong, où les prévisions annoncent une adoption du mobile à 89% d’ici 2018. La Chine devrait elle atteindre les 87% et l’Espagne les 86% durant les quatre prochaines années. En 2018, les analystes estiment que 79% du trafic Internet proviendra des terminaux mobiles.

À l’heure actuelle, 56% de la population possède un smartphone, contre 23% en 2012. Les résultats ne peuvent donc que progresser pour ce qui est de l’usage. 

Certains pays sont d’ailleurs fortement équipés. En 2016, 92% des Irlandais ont un smartphone et à Singapour ils sont 91%. Et sur les 60 pays étudiés, 63% des consommateurs devraient avoir un smartphone d’ici 2018.

Et la publicité ?

En matière de dépenses publicitaires, 60% des annonces seront sur mobile dans quatre ans, contre 52% aujourd’hui. Le mobile passerait ainsi devant les journaux, les magazines, le cinéma et l’affichage publicitaire réunis.

Le rapport de Zenith souligne le fait que toutes les marques et les annonceurs ont besoin d’inclure le mobile dans leur communication. 

Et pas seulement les smartphones, tout l’écosystème mobile : les appareils connectés, les smartwatch Les terminaux mobiles vont devenir le principal véhicule de la publicité sur Internet , conclut Jonathan Barnard de l’agence Zenith

Ce qu’est la blockchain, et pourquoi vous devez vous y intéresser
Un fonctionnement fondé sur le contrôle par la majorité

Qu’est-ce que la blockchain ? Essentiellement, juste une écriture comptable d’opérations numériques, partagées entre de multiples parties prenantes. Elle ne peut être mise à jour que par consensus entre une majorité de participants au système. Et, une fois entrée, l’information ne peut jamais être écrasée. Ainsi, la blockchain du bitcoin contient un enregistrement certain et vérifiable de la moindre transaction bitcoin jamais réalisée.

 

Reprenons l’analogie du piano qui chute, développée dans la partie 1

Suite de la 1ere partie, introductive : https://blockchainfrance.net/2015/09/08/cequestlablockchain/

Les spectateurs qui s’accordent sur les évènements de la blockchain sont dans la réalité des nœuds de calculs , des dizaine de milliers d’ordinateurs isolés les uns aux autres géographiquement. 

https://blockchainfrance.net/2015/09/09/pourquoi-la-blockchain-2/

Le détecteur de mensonge est dans la réalité ce qu’on appelle une  preuve de travail  proof of work  un processus crypté, qui prouve que l’avis émis par le noeud de calcul  est issu du bon processus de calcul, que telle étape a été respectée, etc. Pour falsifier des évènements dans la blockchain, c’est-à-dire faire croire que le piano n’est pas tombé, il faudrait donc rassembler plus de la moitié des noeuds, c’est-à-dire des gens ayant vu le piano tomber, et leur faire dire la même chose que le piano n’est jamais tombé, exactement au même moment, sans qu’ils aient pu se coordonner auparavant. C’est impossible pour le piano  ça ne l’est pas moins pour la blockchain.

Les conséquences sont potentiellement gigantesques. Ce système permet en effet aux gens de connaître tout ce qui se produit dans le monde digital, et ce avec certitude. Aujourd’hui, chaque interaction que vous avez en ligne repose sur une autorité centrale de confiance. 

Peu importe ce que vous faîtes en ligne, vous faîtes confiance à quelqu’un pour vous dire la vérité  que ce soit votre banque lorsqu’elle vous donne votre relevé de compte, votre service de messagerie emails lorsqu’il vous dit que votre message a bien été envoyé, ou votre logiciel antivirus lorsqu’il vous informe que tout est sous contrôle.

Une technologie qui promet de sécuriser le digital

Mais il y a toujours le risque, en réalité, qu’un des fournisseurs d’informations mente, ou simplement se trompe. Comment savez-vous lorsque vous payez avec votre carte bleue en ligne, en donnant vos informations, que le site marchand est vraiment sécurisé, qu’il ne stocke pas vos informations bancaires et qu’elles ne se feront pas pirater par la suite ? Vous lui faites confiance pour qu’il dépense l’argent nécessaire pour sécuriser son site. Ce qui est certainement un peu risqué. 

Voilà pourquoi la sécurité sur Internet est un tel désastre ; nous faisons confiance à des sources qui peuvent être hackées, manipulées ou compromises. Et de plus en plus, nous leur faisons confiance pour gérer nos informations les plus personnelles et les évènements de nos vies.

La blockchain pourrait remédier à tous ces défauts. Avec cette technologie, il devient possible de créer un véritable enregistrement d’évènements déjà réalisés ou en cours de réalisation dans le monde digital. Et cela, sans compromettre la vie privée. Vous pouvez enregistrer le fait que l’évènement a eu lieu, et même qu’il s’est déroulé correctement, sans exposer des détails confidentiels à propos du sujet ou des parties prenantes impliquées.

Cette confidentialité explique d’ailleurs pourquoi le bitcoin permet des transactions sur le marché noir ; en dépit de la nature publique de l’écriture comptable, les utilisateurs eux-mêmes peuvent rester complètement anonymes. C’est bien sûr une des critiques possibles pour la blockchain; mais rappelons-nous les débuts du web: les sites ignobles qui représentaient alors un gros pourcentage sont toujours là 25 ans plus tard, mais le  dark web  n’est plus qu’une infime fraction de d’internet. On ne peut que souhaiter pour la Blockchain un pareil avenir!

Des applications encore à dessiner

Mais en fin de compte, le positif ici surpasse largement le négatif. Par exemple, une utilisation majeure et croissante du blockchain implique les contrats intelligents. Vous pouvez vous appuyer sur un réseau décentralisé pour confirmer qu’un contrat de n’importe quelle sorte a bien été exécutée correctement ou même pour l’exécuter automatiquement sans révéler la moindre information confidentielle à propos des parties prenantes ou de la transaction. L’équipe d’Ethereum a construit un langage qui le permet. Les implications pour des deals transparents et en confiance sont tout simplement gigantesques.

Le monde financier a finalement commencé à dépasser la hype du bitcoin. L’Estonie, qui sécurise la plupart de son infrastructure bancaire avec une blockchain, se targue d’avoir le taux de fraude à la carte bancaire le plus bas de toute la zone euro. Et des startups comme Bitreserve permettent des transactions complètement gratuites avec de la monnaie en ligne, sans la volatilité et le risque associés au bitcoin.

On peut même voir plus grand : utilisons la blockchain pour les données médicales, les votes, les titres de propriété, les certificats de mariage, les poursuites judiciaires… In fine, chaque ensemble de données et chaque transaction digitale pourraient laisser une empreinte, en créant un audit du chemin parcouru par chaque évènement digital au cours de l’Histoire, sans mettre en danger la vie privée des individus.

En ce sens, si le potentiel de la blockchain est exploité, cela introduirait un niveau de démocratie et de vérité objective dans le monde digital face auquel même le monde physique ne pourrait rivaliser.

Traduit et adaptation de l’article suivant, rédigé par Mike Gault (fondateur et PDG de Guardtime) :http://recode.net/2015/07/05/forget-bitcoin-what-is-the-blockchain-and-why-should-you-care/.

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LA BLOCKCHAIN :
–> Situer la blockchain
–> Le lexique de la blockchain
–> Notre tribune : « La France ne doit pas rater la révolution blockchain« 

 

 
Duolingo https://fr.duolingo.com/
 est une application conçue pour vous aider à apprendre des langues étrangères facilement et confortablement, de manière à ce que cela ne soit pas ennuyeux, mais plutôt amusant via l’interface de l’application sur votre terminal Android.
http://duolingo.fr.uptodown.com/android

L'application vous permet d'apprendre plusieurs langues, telles que l'espagnol, l’anglais, le français, l’italien ou le portugais. Vous avez juste à choisir la langue que vous souhaitez étudier la première fois que vous utilisez l’application.

L’un des avantages de Duolingo, par rapport à d'autres applications d'apprentissage de langues étrangères, c'est la façon dont il utilise le concept de 'gamification'. Duolingo vous permet d’étudier d'une manière que vous avez juste l'impression que vous êtes dans un jeu.

Au fur et à mesure que vous suivez des cours, vous gagnez des points d'expérience. Si vous faites des erreurs, vous perdez des points. Avec Duolingo vous apprendrez tout comme si vous étiez entrain de jouer un jeu vidéo amusant.

Duolingo est un excellent outil pour apprendre n'importe quelle langue que vous voulez, que ce soit l’espagnol, l'anglais, le portugais, etc… En outre, l’application dispose d’un style visuel accrocheur et en plus elle est totalement gratuite.

 

Etude Meteojob

Les mesures annoncées par les candidats à l’élection présidentielle sont-elles celles attendues par les Français ?

La route vers l’Elysée est lancée ! La plupart des candidats ont annoncé leur programme présidentiel et les Français sont particulièrement attentifs aux mesures concernant l’emploi. Alors que la courbe du chômage tarde à s’inverser, les Français sont-ils en accord avec les propositions des candidats ?

Meteojob, site de recrutement et leader de la technologie Big Data appliquée au recrutement, s’est penché sur cette question. Cette enquête a été menée du 19 au 20 octobre 2016 auprès d’un panel composé de 2 022 répondants qui ont été invités à juger si les mesures phares sont efficaces, inefficaces ou contreproductives. Par soucis d’impartialité, le nom et le bord politique des candidats n’ont pas été mentionnés.

  • 1er constat : les répondants ont conscience que le coût du travail est le principal frein à la reprise de l’emploi en France. Ils sont près de 32% à penser qu’il faut agir en priorité sur le coût du travail.
  • 2ème constat : 29% des sondés pensent que l’ensemble des propositions des candidats ne tiennent pas compte du quotidien des gens.

Temps de travail : les Français prêts à renoncer aux 35h

Surprenant, 43% des répondants pensent que la proposition de mettre fin aux 35h et laisser les entreprises déterminer le temps de travail de leurs salariés, pourrait être une solution efficace pour lutter contre le chômage et favoriser l’emploi. Par contre, les sondés sont majoritairement contre l’idée de relever l’âge légal du départ à la retraite à 65 ans.

« Les Français ne sont pas aussi attachés aux 35h que l’on pourrait le croire mais restent inflexibles sur l’âge du départ à la retraite. Ils sont prêts à travailler plus sur le court terme pour gagner plus mais ils estiment qu’ils ont le droit à une retraite pleine à 62 ans » explique Philippe Deljurie, co-fondateur de Meteojob.

2692an$IN71801479377833421@AWP10DB08" width="650" style="margin: 0px; padding: 0px;">

Le contrat de travail : CDD ou CDI ?

Si le CDI est encore le contrat largement plébiscité, 47% des répondants se déclarent favorables à un CDD avec un renouvellement illimité dans une durée de 3 ans. Cela leur permettrait d’avoir un emploi stable et moins précaire qu’un CDD classique qui n’est renouvelable que deux fois actuellement. Ils sont également 58% à penser qu’un CDI sécurisé avec des motifs de licenciement prédéfinis dans le contrat puisse être une mesure efficace. Le licenciement pourrait être simplifié et moins contraignant pour l’entreprise.

Enfin, les répondants sont majoritairement ouverts (61%) au développement du travail indépendant et sa protection : la notion de l’ubérisation de la société est bien intégrée et actée.

« Les Français ont parfaitement compris les contraintes et les difficultés auxquelles sont soumises les entreprises : coût du travail, droit du travail très rigide qui ne prend pas en compte les nouvelles formes d'emploi, seuils sociaux... ils ont conscience qu’une plus grande souplesse, au niveau des contrats de travail notamment, aurait un effet immédiat sur la création d'emplois » déclare Philippe Deljurie.

2692an$IN71801479377833422@AWP10DB08" width="650" style="margin: 0px; padding: 0px;">

Les Français tiennent à leurs garanties et assurances

Sans surprise, une large majorité des répondants (59%) sont favorables au plafonnement du smic à hauteur de 1 300€ (contre 1 150€ aujourd’hui). Par contre, la création d’un revenu universel d’existence ne rencontre pas d’écho. En effet, aucun candidat n’a été en mesure d’en expliquer concrètement le fonctionnement ainsi que le financement de ce nouveau système social.

2692an$IN71801479377833423@AWP10DB08" width="650" style="margin: 0px; padding: 0px;">

Parole aux Français : que pensent-ils de l’ensemble des mesures ? Quelles sont leurs propositions ?

Globalement, les Français ne sont pas satisfaits des propositions : ils sont 29% à penser que les mesures annoncées ne tiennent pas compte du quotidien des gens et seulement 19% considèrent qu’elles constituent une partie des réponses et des réformes attendues.

2692an$IN61801479377833424@AWP10DB08" width="600" style="margin: 0px; padding: 0px;">

Par contre, les Français ont conscience qu’il faut modifier le modèle actuel : le coût du travail (32%) et la formation (26%) sont pour eux une priorité pour relancer l’emploi.

2692an$IN61801479377833425@AWP10DB08" width="600" style="margin: 0px; padding: 0px;">

« Les sondés veulent simplifier la vie des entreprises et diminuer le coût du travail tout en maintenant le système actuel dont ils sont satisfaits (retraite, chômage, allocation, …). On continue de protéger les salariés alors qu’il faut dès maintenant commencer à légiférer sur le statut des emplois indépendants et freelance qui sont amenés à devenir le nouveau modèle de salariat. Les Français sont prêts à faire des concessions. Encore faut-il en avoir conscience et proposer des mesures qui correspondent à la réalité et à la volonté des Français ! » conclut Philippe Deljurie.

À propos de Meteojob

Meteojob, société en forte croissance, a bouleversé le paysage des sites d’emploi en s’imposant comme un acteur incontournable. Le site est devenu en trois ans l’un des leaders du recrutement en ligne en France et le 4e site français en audience (plus de 3 millions de visites en septembre 2013). Meteojob est aujourd’hui le premier site d’emploi privé en nombre d’offres d’emploi en France, avec plus de 30 000 annonces proposées quotidiennement, sur l’ensemble de la France.

Plus d’informations sur http://www.meteojob.com rubrique Espace Presse.