Merci Pierre Jean Llorens pour cet article ...qui reflète une réalité qu'il ne fallait pas dédaigner en effet :

Epuisement, peur de se rendre au travail, angoisse : les symptômes du burn-out sont nombreux. Le

gouvernement a mis en place un groupe de travail sur l'épuisement professionnel pour améliorer la prévention.

Clarifier ce que recouvre le burn-out : voilà la mission du groupe de travail réuni mercredi 26 mars par le ministère du Travail. Composé d'experts, de médecins et de psychologues, ce groupe devrait également définir des moyens de prévention.

 

La reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle est réclamée par le cabinet Technologia, spécialisé dans la prévention des risques professionnels.

 

Une étude de ce cabinet évalue à trois millions le nombre d'actifs qui ont un risque élevé de développer ce syndrome. Toutes les catégories professionnelles sont concernées, mais le risque est particulièrement élevé chez les agriculteurs, les artisans, les commerçants, les chefs d'entreprise et les cadres.

 

Un sur-engagement professionnel

 

Le burn-out touche des personnes extrêmement investies et dont la place du travail dans la construction mentale est très importante, a souligné lors d'un récent colloque Magalie Giné, psychologue clinicienne du travail.

Médecin du travail, Agnès Martineau-Arbes, relève que le sur-engagement au travail est le point commun à toutes les personnes qui développent un burn out.

 

Mais, avant le sur-engagement, il y a l'engagement. La personne s'éclate, aime ce qu'elle fait, a du plaisir. Et, à un moment donné, pour X raisons , un changement de poste, de chef, une restructuration , elle va rentrer dans un cercle vicieux, explique-t-elle.

 

Le plaisir va chuter petit à petit pour faire place à l'anxiété. La personne va développer des signes physiques et commencer à voir qu'elle n'est plus aussi efficace et entrer dans une phase d'obstination frénétique.

Des troubles de concentration vont survenir, des erreurs... La personne va mettre une telle énergie pour lutter contre ça, qu'elle sera épuisée sur le plan émotionnel et physique, poursuit le médecin du travail.

 

Le burn-out isole

 

Les signes avant-coureurs sont: fatigue chronique, insomnies, migraines, pertes de mémoire, mal de dos, ulcères, crises de larmes, irritabilité, bouffées d'angoisse ou de panique...

Et, une fois que tout retour au travail est devenu impossible, la guérison prend des mois et des mois.

Pour Léa G., 41 ans, cela a pris au moins deux ans...

 

Le burn-out isole énormément, c'est un état un peu honteux, on est pas fier d'être dans cet état. J'aurais largement préféré travailler, assure-t-elle. Avec le recul, elle estime qu'elle était beaucoup trop investie dans son travail :

j'étais la première arrivée au travail et la dernière partie.

 

Il a fallu m'extraire de la société pour que je commence à m'en sortir et, en même temps, ne plus y être était une souffrance. On m'arrachait d'un endroit où je passais un temps fou, confie-t-elle.

 

Une reconnaissance par la Sécurité sociale

 

Depuis, la cadre supérieure se reconstruit. Elle a obtenu un licenciement pour inaptitude. C'est déjà une reconnaissance que c'est vraiment le milieu professionnel qui a fait en sorte que je n'étais plus apte à faire mon travail.Mais pour elle, cela ne suffit pas, elle réclame une reconnaissance par la Sécurité sociale que son syndrome relève d'une maladie professionnelle.

 

A l'heure actuelle, seuls quelques dizaines de cas par an obtiennent cette reconnaissance. Il faut que la maladie entraîne une incapacité permanente de plus de 25% et qu'un lien direct et essentiel avec le travail soit mis en évidence, selon les dispositions en vigueur.


En savoir plus sur http://lentreprise.lexpress.fr/gestion-du-personnel/le-burn-out-pris-tres-au-serieux-par-le-gouvernement_46665.html#JZUZSxkm71TlpJYk.99
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. : Vous avez 61 message(s) dont  32 non lu(s) mes préférences | aide
de "yves-penot" <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.> ajouter à mes contacts appeler créer une alerte SMS
à "claire42520" <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.>"daniel donnard" <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.>"daniel donnard" <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.>"fdusser" <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.>"'Anne Vergé'" <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.>"Jean Christophe Hermange" <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.>"caroline maurin" <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.>"benjaminpinet" <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.>"Thierry Bloseur" <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.>
date 07/04/14 17:34
objet Invitation CTP Loire 16 avril 2014
Re bonjour à tous,
 
Ci-après l'invitation de CTP 42, à diffuser le plus largement possible puisque "tout le monde est concerné" : CTP ou non, demandeurs d'emploi, responsables d'entreprises ....
 
 
Cordialement.
 
 
Yves
 
 
> Bien amicalement.
>
> Jean-Marc Rapey – CTP Loire
> 27, rue François Gillet 42400 St-Chamond
> T. +33 477 313 360 – Cell. +33 616 245 095
>
>