http://www.lyon-entreprises.com/News/L-article-du-jour/Blend-Web-Mix-ne-veut-pas-s-adresser-aux-seuls-specialistes-du-Web-mais-aussi-aux-entreprises-qui-veulent-basculer-vers-la-Toile,i46049.html#ancreTitre

Grand merci à Marie-Claire Sansoe pour nous faire partager cette information très intéressante pour notre région mais pas que ; que cela inspire les acteurs du web :

Dominique Largeron

« Blend », en matière de whikies, signifie mélanges. Si l'événement Blend Web Mix qui se déroulera pour la première fois à Lyon les 1er et 2 octobre s'intitule de la sorte, c'est qu'il ne ne veut pas rassembler les seuls geeks et les entreprises spécialisées dans le Web, mais aussi s'adresser aux PME désireuses de basculer vers la Toile. Cette

première édition qui vise 800 visiteurs sera essentiellement régionale et nationale. Elle a l'ambition de devenir pérenne : après, tout reste ouvert...

Blend Web Mix ne veut pas s'adresser aux seuls spécialistes du Web, mais aussi aux entreprises qui veulent basculer vers la Toile

 L'événement international qui avait fait de Lyon la capitale mondiale du Web, WWW2012, avait électrisé la Toile. Mais aussi servi de catalyseur, illustrant le manque cruel de manifestations autour du Web à Lyon et en Rhône-Alpes.

 D'où le lancement d'ici deux semaines à la Cité internationale de Lyon d'une nouvelle manifestation baptisée « Blend Web Mix ».

 Là, contrairement à WWW 2012 qui avait amené à Lyon les plus grands spécialistes mondiaux de la Toile, on s'assume régional et national. Une preuve flagrante : lors de WW2012, toutes les conférences étaient en anglais. Cette fois, elle se feront essentiellement dans la langue de Molière.

 Ce qui n'empêchera pas les participants d'ouïr par exemple Olivier Mathiot, le créateur et Pdg du site de e.commerce Price Minister, Thibaud Elzière, celui de Fotolia, voire encore le patron de « My Major Company », le pionnier du financement participatif mondial, Michael Goldman.

 Pas moins de quatre-vingts intervenants sont annoncés : des patrons de start-up, des « serial-entrepreneurs », mais aussi des leaders du e.commerce, des investisseurs, des développeurs, voire encore des webdesigners.

 L'idée de cette nouvelle manifestation organisée par la très active association lyonnaise, « La cuisine du Web » qui regroupe en réseau près de deux cents Web-entrepreneurs et le PRES Université de Lyon, avec l'appui du Grand Lyon, est de faire se rencontrer et de mixer les talents du Web, de provenances diverses.

 S'appuyer sur l'écosystème Web

 L'idée est de s'appuyer sur un écosystème qui tend à faire tâche d'huile. Le Grand Lyon a comptabilisé 450 entreprises, dont une majorité de moins de trois ans, spécialisée dans le Web pour un total de trois mille entreprises et mille chercheurs s'inscrivant dans le vaste et assez large « monde numérique lyonnais » qui pèse 3,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

 « La recherche dans le domaine du Web va très vite. Les technologies et les produits sont testés et développés au cours d'expérimentation en situation réelle et à partir de l'observation des usages », explique Guilhem Bertholet de la « Cuisine du Web ». Il ajoute : « C'est la raison pour laquelle il est essentiel de multiplier les échanges entres les chercheurs, techniciens et entrepreneurs. Blend Web mix entend favoriser le croisement entre toutes ces dynamiques. »

 On y parlera donc à fois de recherche, de business, de marketing, mais aussi de design. Un concours national entre start-up du Web permettra de distinguer les plus performantes : une centaine d'inscriptions est déjà enregistré.

 Un parcours spécifique pour les PME basiques

 Mais l'objet de cette nouvelle manifestation est encore plus vaste, assurent ses promoteurs : elle entend aussi attirer « les acteurs économiques traditionnels pour les amener à intégrer le Web dans leur stratégie de développement et s'inspirer des pratiques qui ont fait le succès des entreprises du Web. »

 « Chacun pourra construire son propre parcours en fonction de ses attentes. ll y aura un parcours spécifique à destination des PME désireuses de mener une transition basique vers le Web », lance Guilhem Bertholet.

 Cette première édition mise sur pied en moins de six mois, se veut modeste : ses organisateurs ne bénéficient que d'un budget de 300 000 euros : 100 000 euros émanant du Grand Lyon, 100 000 des sponsors (tels que LDLC.com, digiSchool, Cybercité ou Microsolft BizSpark), et enfin 100 000 provenant d ela billetterie. Ils tablent in fine sur un total de huit cents participants professionnels.

 Les trois principaux promoteurs de « cette rencontre de tous ceux qui font le Web », selon son intitulé, veulent pérenniser cet événement, afin qu'il s'inscrive dans les manifestations qui comptent. Mais bien sûr, tout dépendra du succès de cette première édition, le premier épisode d'une saga de ce type étant toujours très difficile à lancer.

 Premier Hackaton lyonnais

 Un signe intéressant toutefois. Même s'agissait d'une « première », elle bénéficiera déjà d'une partie « off » à travers laquelle s'exprimera notamment le monde des logiciels libres. On assistera également au premier Hackathon lyonnais : des développeurs, webdesigners et porteurs de projets ne bénéficieront que de vingt-quatre heures pour créer un module ou une application informatique innovante...

 Photo-Lors de WWW 2012, la grand messe mondiale du Web à Lyon qui a été le facteur déclenchant de Blend Web Mix.

Programme complet et inscriptions 

Publiée le 14 sept. 2013 par Dominique LARGERON. Mis à jour le 17 sept. 2013
 
Le relai permet de sensibiliser un public sur tous les supports ..un beuzz ...