de France Lumiere

http://www.amazon.fr/France-Lumi%C3%A8re/e/B00AHVC1C2/ref=ntt_athr_dp_pel_1

Il est surprenant de constater que l’avènement des réseaux connaît, année après année, un regain de désintérêt paradoxalement. La pression économique s’avère tellement forte, la quête du « ROI » sans concession, que la manière d’être, de penser, de se comporter pour faire bonne figure sur les plateformes

réseaux s’en trouve modifier. « Chasser le naturel et il revient au galop ». Les réseaux ne sont pas une œuvre de charité. Les réseaux sociaux professionnels permettent le tissage de liens humains entre des êtres distants de centaines de kilomètres, voire de milliers ou carrément au bas de sa porte. Demander à ses contacts de faire ou de ne pas faire devient pure hérésie. Bien sûr qu’ils ne le feront pas. Ce n’est pas demander pour recevoir mais bien donner volontairement, par choix. « Celui qui donne reçoit » ou encore « la main qui donne est au-dessus de celle qui reçoit ».

Ce qui vient du cœur ne se commande pas. La voix de la raison aussi a ses arguments. Pourquoi faudrait-il se sentir mal, éprouver de la culpabilité face à des personnages qui jugent et dénoncent le non-engagement comme un acte individualiste ? Oui cela peut l’être en effet mais parfois non. Ce que chacun vit comme difficile ne doit pas être étalé sur la place publique sous prétexte de devoir se justifier. Les proverbes de ce genre en disent long. A l’heure actuelle, chacun tente de se recentrer dans une bataille, certes souvent personnelle, ce qui ressemble parfois à de la survie. Des petits riens font de grandes choses. Il devient alors plus facile, plus aisée, d’aider son prochain lorsque précisément il est proche dans son cœur. Sauf à distribuer son cœur aux quatre vents, tous les humains privilégient leurs dons à celles et ceux qui appellent leur affection. Savoir aussi où vont les dons, ce n’est pas anodin de nos jours avec les dérives de certaines ONG. Le don devient réfléchi et encore plus volontaire qu’avant la crise économique. L’aide peut aussi prendre bien des formes et pas nécessairement celle que l’on attend le plus. La boucle est bouclée : les réseaux facilitent grandement une large diffusion, un relai d’information, une sensibilisation qui reste à discrétion de chacun.

De moins en moins de réseauteurs réagissent de façon récurrente dans les forums de discussion. Un avis est soumis, un témoignage est posé. Les échanges qui perdurent demandent du temps. Le temps est de l’argent. Celles et ceux qui passent leur journée à s’adonner à ce type d’exercice peuvent en disposer et cela les occupe. Pour les autres, participer à des échanges ne doit pas s’apparenter à une obligation. La multitude de sujets qui circulent sur la toile réduit d’autant la possibilité d’être sur tous les sujets, partout. Les plateformes Réseaux se multiplient. Ils s’en créent chaque jour ou presque. Alors ne perdons pas l’essence même de la raison d’être des Réseaux : faire se rencontrer positivement des personnes le moins virtuellement possible.

France LUMIERE

http://www.amazon.fr/Toile-votre-R%C3%A9seau-professionnels-ebook/dp/B00AGJ2ABC/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1354612744&sr=1-1