Hourra ...!! les petits bas de laine sont mis à l'honneur par cet article déniché par notre Pierre-Jean Llorens national !

http://www.net-iris.fr/veille-juridique/actualite/31080/conseils-de-amf-et-de-inc-pour-bien-investir-son-argent.php

Avant d'épargner ou d'effectuer un placement financier, le consommateur doit s'informer sur les différents produits proposés et adapter son choix à ses projets.

 

Alors qu'un français sur quatre estime qu'il est possible pour un produit d'être très rentable et non risqué, l'Institut national de la consommation (INC) et l'Autorité des marchés financiers (AMF) ont décidé de se mobiliser pour informer les épargnants sur les bons réflexes à adopter avant de placer leur argent. Cette information porte également sur les droits des consommateurs en cas de litige (avec notamment le recours au médiateur de l'AMF et les réclamations auprès des établissements financiers).

Partant du constat que sur les neuf premiers mois de l'année 2012, une nouvelle publicité sur deux, en majorité diffusée sur internet vantait le potentiel de produits risqués, les autorités rappellent aux épargnants, que tout placement financier à rendement élevé est potentiellement à risques, c'est-à-dire que la somme placée peut être dans sa quasi-totalité perdue.

Avant d'investir son argent, il est donc essentiel de se poser les bonnes questions, rappellent les deux organismes :

  • le placement financier envisagé doit correspondre aux besoins de l'épargnant, c'est-à-dire à sa situation (travail stable, chômage, enfant à naître, etc.) et à ses projets à court, moyen et long terme (achat immobilier, études des enfants, épargne de précaution, retraite) ;
  • l'épargnant doit être vigilant à la durée du placement, à la disponibilité de l'épargne et au niveau de risque qu'il envisage d'accepter ;
  • l'épargnant doit être informé des conditions de la sortie anticipée, des frais (souscription, frais annuel de gestion, résiliation) et se renseigner sur la fiscalité du produit financier.

Enfin, il est rappelé que le Livret A et le Livret de développement durable, certes peu rémunérés (2,25% en décembre 2012), sont sans risque pour les sommes épargnées.

© 2012 Net-iris