de France Lumiere

http://www.amazon.fr/France-Lumi%C3%A8re/e/B00AHVC1C2/ref=ntt_athr_dp_pel_1

D’une seule traite, cela revient plus onéreux qu’en fractionnés. Quoi de plus facile à savoir. Les tickets de passage délivrent la date, l’heure d’entrée, la gare d’accès. Au hit parade, se retrouvent les grandes agglomérations, les zones industrielles et commerciales, les lieux touristiques, les villes dortoirs, etc. La fréquentation s'affiche constante et régulière. Le business y est donc tout trouvé. La

tarification de ces tronçons, pour un kilométrage proportionnel, varie en fonction des portes d’entrées et de sorties. Un exemple pour illustrer cet énoncé : le site « autoroute-éco.fr » renseigne sur les trajets où le foisonnement déride certaines aberrations des prix.

Rentrer dans le circuit autoroutier, une gare après la sienne « coutumière » et sortir une gare avant celle désignée comme la fin de son trajet, représente 8, 10 jusqu’à 20 % d’économie ! Sur une ligne de métro, il faut imaginer la même chose pour mieux comprendre. Le transport par train, quant à lui, devient intéressant lorsque le voyage prévisible occasionne hâtivement une réservation à deux ou trois mois avant le départ. Les trajets « courts » ne bénéficient pas, sur des lignes régulières « intra-muros », des mêmes avantages. Mais les autoroutes se distinguent vraiment. Le jeu consiste donc à offrir des tarifs farfelus et surtout concentrés sur des gares classées au Top 100 des fréquentations journalières, en entrées comme en sorties. Trop facile et très rentable !

Les habitudes, la hâte de partir de chez soi vite et d’en rentrer encore plus promptement, d’arriver rapidement sur le lieu de rendez-vous, tout cela ne donnerait-il pas envie de changer ses habitudes justement ? Histoire de troubler les cartes de ces sociétés autoroutières cotées en bourse ? Sur une année, les économies s’alignent de manière substantielle. Changer ses habitudes coûteuses et payer moins cher : bon deal, non, à y regarder de plus près ?

France LUMIERE