de France Lumiere

http://www.amazon.fr/France-Lumi%C3%A8re/e/B00AHVC1C2/ref=ntt_athr_dp_pel_1

Etre capitaine d’un gros paquebot de longue croisière ne s’improvise pas. Il faut des années avant de pouvoir acquérir les fruits de toutes les expériences. Non qu’il n’y ait pas de mérite à naviguer sans vent. Il est plus rassurant de savoir qu’un expert mène la galère. La théorie est une chose, la pratique en est une autre. Cela fait penser aux occupants des Tours d’Argents. Du haut de leur minaret, ils osent imaginer commander avec respect et instruire le personnel qualifié pour faire

avancer la société. Certes, en appui et avec l’aide de ses lieutenants à sa solde, tout peureux de perdre leurs privilèges parfois chèrement acquis, il parvient à ses fins tant bien que mal, parfois mal d’ailleurs et souvent pas toujours bien.  A la moindre bruine, les parapluies sont de sortie.

Mais comment peut-on imaginer manager un tel bâtiment sans avoir une parfaite connaissance du terrain, de la pratique professionnelle, de tous les postes clés ? Les papiers en règle et les coiffes, les toques, les chapeaux ne suffisent plus. N’apprend-t-on pas que les promotions valables et reconnues se réalisent, passent, grâce à la reconnaissance par les marches gravies années après années, le vécu d’un parcours du combattant, les réalisations, le mérite ? Vouloir griller trop vite un plan de carrière revient à dire qu’il manque un échelon à la compétence et au savoir faire, savoir être, faire savoir. Car la valeur d’une femme ou d’un homme qui postule « au » poste stratégique le plus important de son existence, doit posséder toutes les qualifications requises pour ce faire.

Savoir naviguer par gros grains, tempêtes, tsunamis, cyclones, quand bien même le bateau tangue, gîte, bouscule, rend malade, démontre une réelle aptitude, carrure pour occuper ce poste : le cap est conservé savamment. La force tranquille s’acquiert grâce à une sérénité que l’expérience assume. Il y a vraiment des postes de haut dignitaire qui doivent se gagner avec de la sueur, du courage, de la témérité. Faire ses preuves face aux intempéries. Un capitaine au long cours, aux armes affûtées, ne s’invente pas. Comme tout métier, cela s’apprend : c’est l’école de l’exigence pour ne pas se tromper. Des vies sont en jeu.

France LUMIERE