de France Lumiere

http://www.amazon.fr/France-Lumi%C3%A8re/e/B00AHVC1C2/ref=ntt_athr_dp_pel_1

Vous ne bouclez pas vos budgets mensuels. Seul(e) ou à deux, les charges de vie ne sont plus couverts par les recettes. Vous êtes dans le rouge et votre banque se frotte les mains. Le constat est simple. Il vous faut trouver un complément de revenus. De plus en plus de français connaissent la même situation. Vous décidez de louer des chambres, un garage, une dépendance, un parking. Vous avez des passions et vous décidez de faire du troc : timbres, pierres, pins, livres, cartes

postales, légumes… et la liste est infinie. Vous rendez service contre paiement de petites sommes : vous jardinez, coupez du bois, cousez, faites du ménage, tricotez, écrivez, coiffez, réparés, construisez, etc.

Qu’il s’agisse d’une activité non professionnelle, vous touchez, pour ces prestations de service et produits, une contrepartie financière, même modique. N’imaginez même pas qu’il faille faire l’impasse du fisc. Elle demande légitimement sa quote-part. Vous êtes tenu(es) de préciser ces sommes. « Théoriquement, tout revenu doit être déclaré ». La Direction Générale des Finances Publiques tempère cette réaction en expliquant qu’il existe, pour les sommes ponctuelles, peu élevées, et donc rares, une « tolérance » à la non déclaration.

La règle est simple : le fait que les prestations et ventes de produits, ainsi que la contrepartie financière, soient "régulières et habituelles", il n’y a pas de discussion possible. L’arrondissement des fins de mois se paye cash.

Un clin d’œil aux sommes perçues pour un covoiturage : cette participation s’entend, entre le conducteur et ses passagers provisoires, non comme un enrichissement personnel, mais bien comme une compensation financière équitablement partagée pour le dédommagement du prix du carburant et l’usure du véhicule. Cela se transige entre les occupants du véhicule avant le départ pour éviter toute contestation. Cette formule, économique, ne doit pas peser sur celle ou celui qui a offert cette possibilité, pas plus qu’elle ne doit l’enrichir au dépend des autres. Il s’agit bien d’un partage équitable qui arrange tout le monde.

France LUMIERE