Baisse de la TVA = baisse de qualité ?

 L’été 2009, la TVA sur la restauration a baissé de 19,6 % à 5,5 %. +5.300 emplois auraient été enregistrés sur le second semestre 2009. Faut-il penser que cette augmentation est due à l’effet 5,5 % ? D’autres éléments sont à considérer. Beaucoup de restaurants sont de petites sociétés qui ne peuvent se permettre d’embaucher. L’effet « coups de pouce » fiscal n’a pas d’incidence sur un patron de petite structure qui recrute en fonction de la fréquentation et selon les périodes.

 Et le client dans tout cela ? Il n’a pas a priori pu constater une réelle application homogène de cette mesure. Une bonne moitié des établissements n’ont pas jugé utile d’appliquer cette baisse de TVA sur le prix facturé au client. Certains même ont au contraire augmenté les prix. Les restaurants implantés sur des zones de passages « opportunistes » ne se sont pas tous sentis concernés. La clientèle d’habitués de plusieurs restaurants fait le distinguo et fréquentera donc naturellement les lieux où les menus, plats principaux, à la carte, ont fait l’objet d’un choix basé sur la fidélisation de leur fond de commerce.

 La baisse de prix doit être comprise par les professionnels qui veulent avoir, aux yeux de leurs clients, une image d’honnêteté et d’équité.