Le pouvoir d’achat est à nouveau en baisse cette année. Le train de vie des ménages a été amputé de 0,4 % en un an. Carburants, gaz… Les hausses touchent surtout les dépenses contraintes, pénalisant davantage les ménages modestes. Ce n’est pas qu’une impression : en 2010, les consommateurs doivent encore plus se serrer la ceinture qu’en 2009. L’indice que 60 publie pour la septième année consécutive confirme une baisse du pouvoir d’achat des ménages de 0,4 % entre juin 2009 et juin 2010. Concrètement, chaque mois, ils ont 15 € de moins à dépenser qu’il y a un an.

Carburants, chauffage… ou le grand luxe

Quels sont les produits ou services qui pénalisent le plus les consommateurs ? La remontée des prix du pétrole fait très mal. Les carburants et le fioul domestique ont respectivement augmenté de 12 et 24 % en un an. Par exemple, les personnes qui se chauffent au fioul devaient débourser 587 € pour 1 000 litres en juin 2009. Un an plus tard, pour la même quantité du précieux liquide, ils doivent se délester de 730 €. A ce rythme, se chauffer deviendra bientôt un luxe.

Ceux qui utilisent le gaz pour la cuisine, l’eau chaude et le chauffage ne sont beaucoup mieux lotis : leur facture a augmenté en moyenne de 130 €. On peut craindre les mêmes effets en 2011 pour ceux qui sont équipés d’un chauffage électrique, puisque les tarifs d’électricité viennent d’augmenter de 3 % au 15 août.

Moins de fruits, plus de télé ?

Notre indice montre également une hausse importante du prix des fruits. + 14 % en un an ! Dans le budget alimentation, il faut se tourner vers le lait, les fromages et les œufs pour voir les prix (un peu) baisser : - 2 %.

Au chapitre des bonnes nouvelles, les médicaments et les produits pharmaceutiques se vendent moins cher qu’il y a un an. C’est également le cas de plusieurs produits de grande consommation : les voitures neuves, les téléviseurs et le matériel informatique.

Pas de pitié pour les vieilles autos à réparer

Autant de produits utiles mais pas forcément indispensables, car si s’acheter une voiture neuve revient 2 % moins cher qu’en 2009, tout le monde n’a pas les moyens d’investir plusieurs milliers d’euros dans une auto.

Beaucoup de ménages modestes préfèreront faire réparer leur voiture. Hélas, ils subiront la hausse de 3 % des pièces détachées. Moralité : mieux vaut être riche et rouler en voiture neuve...