de France Lumiere


http://www.amazon.fr/France-Lumi%C3%A8re/e/B00AHVC1C2/ref=ntt_athr_dp_pel_1

 Cela arrive ! En mai 2009, une résolution a été déposée visant à encadrer les activités de lobbying. Celle-ci est aussi importante que le vote des lois visant à purger le financement de la vie politique fin 1980. La profession de lobbying n’était jusqu’alors pas reconnue et s’exerçait en quintimini. 

Cette résolution prévoit la création d’uns registre public où seront précisés les intérêts représentés. Le plus important consiste en la mise en place d’un cadre avec des règles de bonne conduite tant au niveau quantitatif qu’au niveau qualitatif. Une partie de ces éléments concernent les parlementaires. Les laissé-passés de complaisance au profit des lobbystes étaient monnaie courante. L’exercice de cette profession bénéficiait d’un réel vide juridique relatif contrairement aux parlementaires. Ces derniers sont effet soumis à des codes et des interdits tels que le trafic d’influence « monnayé », infraction sanctionnée pénalement.

 Les lobbyistes s’intéressent plus spécifiquement au pouvoir exécutif, centre névralgique de l’Etat. Leurs influences s’étendent ensuite auprès des collectivités locales, les médias, là où se prennent les décisions. D’où ce flou artistique de qui décide quoi et pour l’intérêt de qui …

 Le non cumul des mandats n’empêchera pas la défense/influence pour la corporation d’origine des parlementaires mais devrait limiter le risque. N’oubliions pas qu’un député est sensé être le représentant du peuple tout entier.

France LUMIERE