Face au choc que représente le décès d’un proche, que faut-il faire ?

 Deux possibilités : s’il s’agit d’un décès violent tel que le suicide, l’accident, le meurtre, le juge sera saisi par les autorités policières pour les démarches d’inhumation après constat des circonstances du décès dont celles du médecin.

 Ce dernier établira également un certificat de décès à la demande expresse des proches. Celui-ci doit impérativement être réalisé dans les 24 heures (jours ouvrables). En saisissant une société de pompe funèbre, cette dernière, même à ce stade, pourra démarrer toutes les démarches. Le lieu d’hospitalisation du patient qui a décédé se substituera à la famille. Les obsèques, sous 6 jours après le décès, et d’une façon générale pour toutes les démarches, doivent faire l’objet d’un devis complet et détaillé et dans des termes compréhensibles (arrêt du 11/01/1999).

 Les démarches administratives se poursuivent avec la rupture de tous les liens avec divers organismes : l’employeur ou le pôle emploi, les caisses de sécurité sociale, assurance maladie, familiales, les banques, assurances, mutuelles, bailleur ou maison de retraite ainsi que tous les prestataires, sociétés avec contrats etc.

 N’oublions pas, avant de saisir le Notaire pour organiser la succession, de vérifier la prise en charge ou non de tout ou partie des frais d’obsèques par les contrats d’assurances.