de France Lumiere

http://www.amazon.fr/-/e/B00AHVC1C2

Avant que l’enfer ne règne, c’était le bien être et la quiétude. Avant que les ennemis jurés ne se rendent coups pour coups, c’était une amitié inconditionnelle. Avant que la justice ne serve l’un et ne desserve l’autre, c’était l’équité dans le couple. Avant, la famille avait un sens. Chacun avait sa place, en parfait équilibre ou presque. Rien n’était parfait mais on savait s’accommoder des évènements, bonan-malan. L’harmonie sonnait joyeusement ainsi que la joie et la bonne humeur. Une ou deux années de couple, un embryon de sa vie

maritale, c’est tout juste le temps d’un rodage et surtout celui du début des désillusions. Se connaître depuis l’enfance ne semble pas un gage supplémentaire de réussite. Peut-être même est-ce l’inverse. Pendant que les circonstances de l’un le font avancer, l’autre se meut moins vite, stagne voire régresse. Ce qui les rapprochait les désunis. Tout est matière à dispute. Un rien suffit pour qu’une crise éclate. Les tensions sont extrêmes, les malentendus s’accumulent.

Des scènes, grandioses, entre autre celle de la « Pomponette » de la « Femme du Boulanger », se réécrivent sous toutes les latitudes, toutes les langues, toutes les saisons. Tout est prétexte à mésentente, à suspicion. Les enfants jouent leur partition comme ils le peuvent dans ce capharnaüm ambiant et incessant.

Machiavélique, l’un sait et prend le temps de s’organiser, l’autre non. Le litige éclate et éclabousse tous les acteurs, même involontaires, de ces drames humains. L’animosité est à son comble et, face au Juge des affaires matrimoniales, le déséquilibre, l’iniquité est flagrante. L’un quitte le tribunal sans avoir de pension alimentaire à payer pour les trois victimes mineures de ce fiasco familial. Pas de garde alternée : juste un droit de visite limité.

Remontent alors à la surface les arrangements passés, les magouilles pernicieuses, les comportements irresponsables mais savamment entretenus. Incompréhension, pleurs, mais la vengeance n’a ni odeur ni saveur. C’est un plat qui se mange froid et sans « fin ». Le temps ne fera rien à l’affaire sauf à être judicieusement surveillée. Les choses changent, tout est réversible. La bêtise, la méchanceté gratuite, la vénalité sont des denrées qui pourrissent toute l’existence de deux êtres et de ses progénitures. Qui veut du râble ?

France LUMIERE