de France Lumiere

http://www.amazon.fr/-/e/B00AHVC1C2

Reprenons les résultats d’une étude réalisée courant 2011 sur un panel de 700 chefs d’entreprise. Les structures ciblées comptaient de 3 à 249 salariés. L’objectif visait à mettre en lumière l’état de santé des patrons de PME. Créateurs, gestionnaires et dirigeants de leur propre société, les entrepreneurs, pour un tiers d’entre eux, connaissent le stress. 81 % constatent avoir connu, non pas l’état dépressif,

mais plus l’impression d’isolement. Les salariés et les cadres, pour 40 % de ces catégories, ne peuvent pas en dire autant. Hormis, pour les chefs d’entreprise d’une PME d’un effectif supérieur à 10 personnes dont le taux s’abaisse de 10 % en moins, 92 % des dirigeants apprécient comme « correct » voire « très correct » leur état psychologique. La situation de santé physique constatée laisse apparaître que 81 % de cette même population pense être pourvu, de façon satisfaisante voire très satisfaisante d’un bon bilan général.

Il faut constater que dans les rangs des salariés, 71 % partagent la même opinion. La proportion passe à 76 % pour les cadres. La sur-estimation cache néanmoins, sous ces airs d’optimismes affichés, un suivi médical très relatif pour ne pas dire inexistant, et ce, de façon régulière. Notons que sur les 70 % des patrons de PME interrogés reconnaissent, pour 8,6 % parmi eux, être pénalisés régulièrement par des troubles du sommeil. 50 % des salariés, dans le même temps, connaissent les mêmes déboires, dont 6,4 % dans des proportions importantes. 21 % se retrouvent dans le fait de ne quasiment jamais fréquenter la médecine généraliste. Les dirigeants ont été recensés pour 30 % dans cette même carence. C’est évidemment d’autant plus alarmant que parfois cela peut s’avérer tardif lorsque l’initiative est enfin prise.

Assurer sa relève ne figure pas dans le langage des entrepreneurs qui oublient qu’ils ne sont pas immortels.

France LUMIERE