http://www.wingz.fr/old/fin-du-monde.jpg

de France Lumiere

http://www.amazon.fr/-/e/B00AHVC1C2

C’est un véritable parcours d’obstacles, de combattant, la timbale à décrocher. Des années de préparation pour quelquefois

quelques secondes seulement pour proposer ce qui se voudrait souvent la perfection. Les mêmes gestes sont répétés avec, à chaque fois, la recherche du meilleur, jusqu’au jour espéré, tant attendu, rêvé, celui de la consécration suprême. Il s’agit d’une véritable fierté à porter les couleurs de son club, lors des meetings locaux, départementaux, régionaux, nationaux. Mais les Jeux Olympiques sont bien plus que cela.

 C’est sur l’athlète sélectionné à qui revient la lourde tâche, la responsabilité, de défendre les couleurs de son pays, de naissance et/ou de cœur. Compter parmi les 10.000 sportifs de haut niveau présents à Londres donne un sens profond pour le grand public. Etre membre d’une délégation d’une nation représente un honneur, une grande confiance, la récompense absolue. Ce sont les résultats de la dernière saison qui vont permettre aux méritants de gagner leur billet pour les JO. Que de joie, que de souffrance pour y parvenir.

 Il ne viendrait à l’idée d’aucun  lauréat, élu, de bouder une épreuve sportive, de ne pas combattre pour obtenir le titre, au nom de la symbolique forte mais aussi par respect pour toutes celles et tous ceux qui ont loupé la marche de sélection, celles et ceux qui sont condamnés à suivre les JO sur leur poste de télévision. Grotesque cette façon de parler de « jouer le jeu ». Ce qui est sûr c’est que si règlements il y a, ils doivent être appliqués et applicables par tous, même, pour ne pas dire surtout, par le pays organisateur. CQFD.

 France LUMIERE