http://www.linternaute.com/actualite/cartoons/images/154-logo.jpg

de France Lumiere

http://www.amazon.fr/-/e/B00AHVC1C2

Le débat à ce sujet est ouvert depuis que les nageuses est-allemandes en particulier se sont particulièrement distinguées aux Jeux Olympiques dans les années 70. Plus trapues, à la voix grave, des épaules d’haltérophiles, leurs carrures

impressionnaient. Façonnées des années durant, entraînements après entraînements, comme de vraies bêtes de course, les nageuses des pays de l’Est ont imposé des cadences de folie et des chronos incroyables. La volonté politique de l’époque était claire. Elles occupaient les premières places des tous meilleurs podiums internationaux.

Moins de cinquante ans plus tard, leurs suprématies se sont estompées. Les nageuses, de plus en plus performantes, sont lus longilignes et la masse musculaire est aussi mieux répartie. Dans tous les sports, les femmes tiennent la dragée haute, certaines réalisant des performances proches de celles des hommes. Pour autant, elles n’ont rien perdu de leur féminité, bien au contraire. Il s’agit bien sûr d’un point de vue qui vient d’une femme concernée mais le constat est vérifiable.

 L’image des femmes déformées par leur musculature est loin derrière nous. Aujourd’hui, plus que jamais, elles affichent une sérénité féminine pleine d’allant, ambitieuse par leurs aptitudes, épanouies par leurs réalisations. Quand en plus on imagine aisément qu’elles assurent de front leur carrière sportive, carrière professionnelle et vie de famille, on a une seule chose à leur dire : bravo Mesdames ! Vous le valez bien.

 France LUMIERE