de France Lumiere

http://www.amazon.fr/-/e/B00AHVC1C2

Les travaux d’Hercule ! A peine l’année scolaire expirée, les épreuves des examens franchies, pas le temps de souffler, il faut songer à trouver son logement d’étudiant universitaire pour les mieux lotis dans cette course aux diplômes. Les obstacles sont multiples et la tâche est rude. Les vacances ne sont pas alors, pour certains, le moment de migrer vers des cieux plus favorables pour se ressourcer et se

reposer d’une année difficile. Il faut songer à se loger, à se nourrir pour mieux étudier. Cette période au contraire est propice aussi à chercher un job assez rémunérateur pour permettre sa mise sous abri et prévoir sa subsistance.

Bien sûr, plus l’éloignement de la grande ville universitaire est important, plus les chambres d’étudiant sont abordables mais contraignantes en transport.

A chaque nouvelle génération, l’ancienne s’en lamente. On ne peut nier que l’éducation est passablement transmise, que la politesse est optionnelle et à la tête du client, que le savoir-vivre est compris lorsque que l’adolescent sort de sa bulle familiale protectionniste pour se confronter à la vraie vie de jeune adulte. Tous les jeunes ne sont pas tous mal élevés et immatures. Réconcilier les deux générations tout en préparant la nouvelle aux affres et turbulences de la vie qui les attendent, tout le monde est gagnant sur ce terrain. Les vieux ne radotent pas tous, loin s'en faut. Ils ont un vécu à partager pour éviter aux primo-adultes les écueils douloureux auxquels il vaut mieux être vacciné dès que possible.

La solidarité des logements étudiants, entre autre dans d’anciennes familles où les chambrés sont vacantes, favorise l’entente, la compréhension et optimise l’accompagnement tout un bout de chemin. Il peut être de croix comme devenir luminescent. Cohabiter solidairement est une excellente façon de guider le bateau protecteur et nourricier avec plus de chance d’atteindre l’autre rive.

France LUMIERE