de France Lumiere

http://www.amazon.fr/-/e/B00AHVC1C2

La reconnaissance a ses mots. Il faut juste ouvrir la bouche, l’inscrire dans son cerveau pour qu’il sache imprimer qu’un « merci » est un tout petit mot de cinq lettres mais qu’il produit une belle image dans l’esprit de celui qui en est gratifié. Dites-moi, ce mot figure-t-il toujours dans les dictionnaires ? Le doute est permis. Comme « pardon » « excusez-moi »

lorsque l’on est bousculé, l’expression lâchée est toujours mieux perçue qu’un silence rempli par un air affligeant de provocation, de désintérêt, d’habitude, de colère, d’agressivité. Un « merci » exprimé irradie le sourire de celui qui le reçoit et illumine ce moment privilégié pour celui qui le dit. Un service rendu, un renseignement donné, une recommandation fournie, un bonheur apporté,  et voilà que le merci prend toutes ses lettres de noblesse et quelles douceurs pour les oreilles !

 A force de faire croire aux plus jeunes que tout est permis, gratuit, s’obtient sans effort, que c’est un « dû », plus il est désastreux de constater que certains mots disparaissent du vocabulaire. La gifle est immédiate. L’effet est instantané. Le « merci » est la forme verbale de la reconnaissance d’une bonne action non obligatoire et volontaire pour celui qui en est l’auteur. Mais pas seulement les mots : le regard. Si l’on ne sait pas bien s’exprimer avec des mots, le regard lui en dit long sur les pensées du moment. Un regard exprime à lui seul la beauté de l’âme. Omettre, instinctivement, cette règle absolue de politesse, si ce n’est de courtoisie et de respect, c’est s’exposer inévitablement à un rejet et de l’amertume.

 C’est alors que la gentillesse revêt son caractère péjoratif. Il est certain que celle ou celui qui est sensible à cette attention incontournable, fruit d’une bonne éducation sociale, va revenir très vite de cet élan généreux et spontané vis-à-vis de ce mufle. C’est vrai, en particulier dans le monde très ouvert et très restreint d’un Réseau qui se tient solidairement. Il saura alors en faire l’écho si l’occasion se présente. Il  y a vraiment des gaffes à ne pas faire dans sa vie sociale et professionnelle.

 France LUMIERE