de France Lumiere

http://www.amazon.fr/-/e/B00AHVC1C2

Les affections longues durées sont classées dans une catégorie où les modalités de prise en charge sont particulières. Considérée comme maladie grave ou maladie chronique, l’ALD inflige un suivi médical parfois important et des traitements lourds souvent longs. Le processus est enclenché par le médecin traitant du patient. La demande de prise en charge, une

fois validée par l’assurance maladie, ouvre une couverture de 100 % pour les sommes engagées en examens, analyses, soins et traitements proprement liés à l’affection. En dehors de ce cadre précis, les taux habituels de la CPAM sont applicables. Il s’agit véritablement d’un protocole auquel le médecin donne son concours.

Pour suivre parfaitement le mode d’emploi, ce dernier doit annoncer précisément la maladie de son patient, le traitement qu’elle va nécessiter et le parcours nécessaire pour atteindre la guérison. Ainsi, seront désignés les divers professionnels par qui le chemin devra passer. A l’assurance maladie, le médecin conseil étudiera la demande de prise en charge. Il validera le dossier et retournera au médecin de référence le volet du protocole ainsi qu’au patient pour son laisser passer. Muni d’un guide « ALD » et de son protocole dûment signé par lui, le patient pourra envisager les soins et la guérison avec une plus grande sérénité.

Les complémentaires de santé, en fonction des garanties, seront appréciables pour certains frais, hors les tarifs conventionnels pour des accompagnements facturés lors des soins directement liés à l’ALD. La santé est bien au cœur du sujet.

France LUMIERE