de France Lumiere

http://www.amazon.fr/-/e/B00AHVC1C2

Immobile, le souffle coupé, incapable d’agir et n’osant pas bouger, tout son être flotte en suspension. Les deux regards se croisent, intenses. Ils s’observent, tout aussi surpris l’un que l’autre, se jaugent, se toisent. Ce face à face tout à fait improbable est foudroyant de hasard. L’air est doux. Au loin, le monde s’agite. L’ombre gagne légèrement le champ, les bois protecteurs, touffus, dessinent un tableau rassurant et frais. Les muscles bandés, prêts à fuir, aucun des deux ne provoque la rupture. Tel des statuts, les antagonistes économisent leur respiration. Seule une légère brise frise légèrement

les poils de son dos pendant que quelques mèches de cheveux frémissent par cette douce et légère caresse.  Pas de témoin : cette scène statique de plusieurs minutes s’apparente à des heures de tournage cinématographique.

Soudain, comme une provocation, l’animal feint un éternuement. Avec malice, la même réponse lui revient avec humilité presque de la timidité, comme si l’intimité qui vient de subtilement se créer était à préserver, à prolonger de quelques secondes encore. Moment magique ! L’animal ne s’échappe pas et les regards échangés s’adoucissent, se comprennent.

Une trentaine de mètres les séparent. Aucun obstacle entre eux : rien qu’une distance respectable habitée par la beauté du moment. Encore quelques instants privilégiés à faire perdurer entre l’animal et son prédateur  naturel. Puis, calmement, sereinement, la biche tourne la tête et reprend tranquillement sa route. L’homme respire à nouveau profondément, encore tout médusé de cette rencontre du troisième type. Qu’en sera-t-il dans 50 ans pour nos enfants ?

France LUMIERE