Février, comme janvier, sont des mois chargés d'évènements divers, surtout dans les petites communes où les associations sont très actives et visibles des administrés. Fin février, une toute nouvelle commune de la Communauté de

Communes Rhône-Crussol, BOFFRES. Intérim du secteur de Vernoux en Vivarais sur fin février début mars 2017.

 

Alboussière - Les jeunes du Boxing Club donnent du talent

Déplacement ce weekend à Charvieu où se déroulait le Trophée de l'Isère. Le Boxing Club Alboussière s'est rendu avec sa petite équipe de débutants (1ère année de combats) qui continu son lent apprentissage de la compétition.

Ce genre de Coupe, mis en place par la Lraakmda, Hubert Guillermard et sa team, est l'idéal pour celles et ceux désirant démarrer dans ces disciplines et se tester en affrontant d’autres combattants de leurs catégories.

Des victoires, des défaites, mais surtout une coupe de l'Isère remportée par Maël Mounier, le  jeune espoir du Club dans cette catégorie reine que sont les poids lourds.

Et une fois de plus, la deuxième satisfaction de ce genre de journée, est que pour cette saison, et plus que jamais, le club peut compter sur l’aide et le soutien des familles. C'est une chance d'avoir des parents très investis dans le suivi de leurs enfants et des résultats du club.

Richard Guillot, entraîneur et Président du Club, éprouve une immense satisfaction de voir ainsi tous ces jeunes s’adonner avec passion et engagement dans ce sport. Merci à Jérémie, Erika, Hélène Gourdon, Martine Chauche, Cristina Bergeron, Manu et Vincent.

Tous les espoirs sont permis pour chacun et pour l’ensemble du club ainsi honoré.

Alboussière -  Guy Gaillard fait le bilan 2016 des activités de la caserne

Comme chaque année, Guy Gaillard, Lieutenant Chef en charge de la bonne gestion de la caserne, présente le bilan de l’année écoulée mais surtout rend hommage à ses équipes. Il annonce ainsi que le nombre d’interventions va continuer à croître pour aider et assister la population locale mais pas seulement. Il rappelle que pour ce qui est du matériel, la caserne devrait réception un CCFM (camion citerne feux de forêt moyen) début 2018. En ce qui concerne le VSAV (véhicule de secours et d’assistance aux victimes), ce n’est pas au programme malheureusement. “A mon avis, complète Guy Gaillard, le besoin est fortement ressenti de nos populations qui ne comprennent pas toujours le nombre de sapeurs-pompiers engagés pour un secours à personne. Il est vrai que notre action de prompt secours est, pour les gens du plateau, primordiale voir vitale. Je tiens vraiment à remercier toutes les femmes et les hommes investis de cette entité qui, tout au long de l’année, se forment au mépris quelquefois de leur vies familiales associative et professionnelle. Il s’agit d’un véritable dilemme que tous les centres de secours connaissent car il s’agit là d’une lourde implication personnelle.  Je souhaite donc, pour appuyer toutes ces personnes, dans leurs lourdes missions, que les membres de la CATSIS veuillent bien revoir leur positionnement pour ce qui est de la dotation d’un VSAV en regardant de plus près les coûts et les disponibilités des centres voisins…!”

 

Les interventions sur le secteur d’activité se décompose de la façon suivante :

ALBOUSSIERE : 89 dont 7 secours routier, secours à personne, 75 opérations diverses 2  TS1, personne ne répondant pas aux appels 2 service de sécurité

CHAMPIS : 40 dont 2 feux d’habitation,1 feu d’exploitation agricole,1 feu de VL, 1  feu de foret, 3 secours routier,1 Carence AP24 SAP, 3 TS , 1 OD, 2 feux de cheminée, 1 service de sécurité,1 sortie pour vent violent

ST SYLVESTRE : 19 dont 1 feu d’habitation,1 secours routier, 14 SAP, 1 OD,1 feu de cheminée,1 sortie pour vent violent

ST BARTHELEMY DE GROZON : 9 ,1 secours routier, 7 SAP, 1 TS

BOFFRES : 31 ,1 feu de VL, 1 SR, 24 SAP, 1 TS,2 feu de cheminée,1 sortie pour vent violent,

GILHOC 3 SAP

Soit un total de 191 interventions, plus 12 manœuvres mensuelles auxquelles participent tous les sapeurs, sauf cas exceptionnels.

 

2393 signets

 

Assemblée générale ordinaire des Anciens Combattants d'Alboussière Champis Saint Romain de Lerps et Saint Sylvestre

Sous l’invitation du président Jean Soton, les anciens combattants ACPG-CATM (anciens combattants prisonniers de guerre Combattants Algérie Tunisie Maroc) de la section d’Alboussière, Champis, Saint Romain de Lerps et Saint Sylvestre, se sont réunis ce samedi 28 janvier en la salle du conseil de la mairie de Champis pour leur assemblée générale annuelle.

Le président a salué les personnalités présentes : Jean-Paul Vallon, Conseiller Départemental du canton de Lamastre ; Jacques Dubay, Conseiller Départemental du canton de St Péray, Gilbert Dejours, Maire de Champis et Gilbert Devise représentant le Maire de Saint Sylvestre, Mme Eliane Blache. . Lors de la minute de silence, en mémoire en mémoire des anciens combattants disparus ces dernières années, le président a nommé les 2 jeunes portes drapeau ardéchois décédés accidentellement : Florian Margerie de Tournon âgé de 17 ans et Clément Coulaud de Talencieux, 17 ans, qui s'est éteint il y a deux ans.

Le compte rendu des activités 2016 a fait suite à ces moments d'émotion du souvenir. Un compte rendu activités a rappelé les nombreuses cérémonies commémoratives qui se sont déroulées sur les quatre communes ainsi que la journée familiale rassemblant les anciens combattants et leurs familles, tous soucieux de la pérennité du devoir de mémoire.

Ensuite le trésorier Michel Hanicotte, dans une présentation très explicite, annonçait les chiffres de l’exercice 2016, laissant apparaître des comptes sains et équilibrés. Après avoir soumis au vote l’approbation de ces derniers, le président donnait la parole aux invités en particulier aux conseillers départementaux et aux responsables des communes qui soulignaient d’un commun accord, le sérieux de l’association.

Après de riches débats, la journée s’est poursuivie par un excellent repas dans une très bonne ambiance tous enchantés de se retrouver et de passer une agréable journée ensemble.

 

Saint Barthelemy Grozon - Amusaté et Boujaté et ses ateliers de la semaine

Comme un restaurant entre copines, une fois par mois, cet atelier de cuisine renforce les liens entre toutes les participantes. Cet atelier est bien évidemment ouvert aux hommes car il n’est pas restreint à la gente féminine, bien au contraire. Tous les petits plats préparés, cuits et dégustés entre tous donnent à ces ateliers de cuisine asiatique un petit air de voyage et de dépaysement dans la bonne humeur et l’harmonie d’un travail commun. Ainsi, toutes ces mains rassemblées ont permis la réalisation de nems, la préparation d’un riz cantonnais ainsi que du poulet aux pousses de bambou. Une véritable régalade à renouveler encore et encore sur de nouvelles thématiques gustatives.

763 signets

St Barthelemy Grozon - Assemblée Générale du Club des Aînés

C’est autour de sa Présidente, Etienne Delarbre, que s’est tenu l’Assemblée Générale annuelle du Club des Aînés ruraux de St Barthelemy Grozon le 25 janvier dernier. Les chutes de neige intenses n’ont pas permis, pour une grande majorité d’anciens, de se déplacer en toute sérénité à cette réunion importante pour eux qui se tenait en salle du Conseil à la Mairie. Ce sont donc une trentaine de personnes qui ont participé à cette assemblée où un tiers du bureau a été renouvelé conformant aux statuts de l’association. Il fut question du bilan et des manifestations qui ont ponctué toute l’année écoulée avec un clin d’oeil sur l’état des finances du club. Les perspectives 2017 ont été évoquées et seront reprécisées au fur et à mesure de l’année.

 

 

Saint Barthelemy Grozon - Les bénévoles entretiennent l’église de Grozon

Au sein de ce petit village, ancien fief des Templiers, depuis une dizaine d’années s’activent des bénévoles comme trop souvent anonymes. Ainsi, Henriette Gauchier, préparatrice également des messes, aidée par Cécile Chopin et Etiennette Delarbre, toutes deux l’assistant pour le ménage de l’église, Henri Maitre, portier et surveillant, Marie-Thérèse Colas, Marcel Gauchier, Arlette Gauchier (lectrice à tour de rôle) Michel Gauchier et André Junique à l’harmonium, tous donnent de leur temps pour l’intérêt général de la Communauté de Grozon. N’oublions pas les donateurs comme Roger Grillet, qui ne manque jamais de décorer l’intérieur de l’édifice lors de chaque cérémonie par de superbes gerbes de fleurs, Serge Garcia qui s’est adonné à la peinture des bancs, de la porte d’entrée entre autre chose. Ainsi, la veille ou avant-veille d’une cérémonie religieuse telle que les baptêmes, mariages, funérailles, la petite troupe s’active une heure trente durant à nettoyer, remettre en état, aménager l’église et préparer l’office. Les nappes, aube du prêtre, vitraux sont revisités. Durant la messe, à défaut d’enfants de coeur comme cela fut le cas par le passé, l’un d’entre eux, à tour de rôle, assiste le Père Deloche, Père Messat et Père Mastre, tout le long de la messe dans leurs prérogatives. Tous les frais (cierges, vins de messe, hosties, petites bougies, charbons de funérailles, frais de sacristie, les 500 litres de la cuve de mazout) sont ensuite déclarés auprès du Presbytère du canton à Lamastre par l’entremise de Mauricette Roche qui supervise l’ensemble ainsi que la quête paroissiale. Michel Gauchier a fait don à l’église de Grozon d’un aspirateur pour faciliter le ménage des lieux.

Tous contribuent par ces actions à entretenir l’église de Grozon et de son histoire indissociable.

 

EGLISE DE GROZON ET SON HISTOIRE

L'empreinte des guerres de religion du XVIeme siècle et du contexte social, a laissé un riche patrimoine religieux à l'Ardèche. Aujourd'hui encore de nombreux villages arborent fièrement leur dualité catholiques/protestants, avec la présence d'une église et d'un temple. Cette richesse historique et religieuse se traduit par des édifices aux styles architecturaux aussi nombreux que variés, et même si la majorité sont romans, d'autres styles témoignent de l'histoire chaotique Ardéchoise.

 

L’église remaniée de Grozon a été construite dans les années 1870. A cette époque, de nombreuses subventions étaient proposées aux communes pour la construction de tels édifices. Beaucoups de petites communes comme Grozon ont donc érigé leurs églises. A l’époque de sa construction, l’église n’était pas dotée des nefs latérales visibles aujourd’hui. C’est dans les années 1920/1921 que fut décidé ce rajout bien pensé car elle s'avérait déjà trop petite pour recevoir tous les paroissiens très pratiquants. Elle fut bâtie aux lieu et place d’une petite église dont l’entrée se présentait sur le côté.  Le cimetière était quasi accolé à cet édifice, sur la place même de l’église actuelle. Aujourd’hui, la fréquentation du lieu est tout autre, principalement à l’occasion des événements qui ponctuent la vie des paroissiens.

 

Appel à la générosité pour des dons de chaises pour l’église de Grozon

Henriette Gauchier tire pourtant la sonnette d’alarme. Si l’église est moins fréquenté, lors de ses messes dominicales, elle s’avère en revanche trop petite lors des cérémonies de funérailles et de mariages. L’église contient 100 places assises actuellement (certaines chaises sont en mauvais état). Il manque des bancs, des chaises hautes pour l’intérieur mais aussi des chaises pliantes pour l’extérieur. Il n’est pas rare en effet que devant le parterre de l’église, en période estivale, les paroissiens restent debout pour suivre la cérémonie qu’ils entendent grâce à un micro utilisé à cette occasion. La tribune, jugée trop dangereuse, a été condamnée et restreint de fait les places assises à l’intérieur de l’édifice religieux. (Deux numéros pour les dons : Henriette Gauchier au 04.75.06.59.47 et Etiennette Delarbre au 04.75.06.54.91)

 

Anecdote :

Episode banal mais significatif de la condition précaire des “Non Chrétiens” après l’Edit de Louis XV de mai 1724 qui aggrave les sanctions contre les protestants : un forgeron, dénommé Reboul, réparait une charrette. Ce travail était certes très courant mais il était interdit le “lundi 8 septembre 1732, jour de la fête de la Nativité de la Très Sainte Vierge, au mépris des ordonnances anciennes pour l’observation des fêtes de fin d’année. Réprimandé par de bonnes chrétiennes, il n’en continua pas moins son travail et dit “qu’il s’en foutait et n’en connaissait aucune” (ni ces dames, ni … la Sainte!) Or, à cette époque, il se rendait coupable du “crime de lèse majestée divine qui mérite “punition capitale”. C’était grave dans un pays suspect de religion …

Sur ordonnance, le 17 septembre, un sergent et trois cavaliers vinrent au lieu-dit Léorat -où Reboul n’était plus- et procédèrent à la saisie de ses biens (1 poêle à frire, 2 pots de fer, l’attirail d’un maréchal, 12 draps, 30 brebis…) qui furent mis en dépôt chez deux voisins à charge pour eux d’en rendre “bon et fidèle compte lorsqu’ils en seront requis”.

La fin de l’histoire est heureuse car Reboul fit amende honorable et paya 30 livres pour la réparation de l’église de Grozon, en plus des frais de procédure. La journée sacrilège, où il risqua sa vie, lui coûta  .. plus d’un mois de revenus. (source Le Haut Vivarais)

 

St Barthelemy Grozon - Un dimanche après-midi pour la chasse aux lots gagnants

Événement annuel pour l’Association communale de chasse agréée d’Alboussière/St Barthelemy Grozon/Boffres : l’organisation du Loto. Belle fréquentation pour ce dimanche 22 janvier dans la salle de Matras en présence de Dominique Espenel, Maire de la Commune. Rencontre avec le Président de l’ACCA, Albert ZECCHINI.

 

Petit rappel sur l’étendue d’application de la Loi Verdeille

Les points essentiels à se souvenir de cette Loi Verdeille, promulguée le 10 juillet 1964, du nom du sénateur socialiste qui en fut l’inspirateur, reposent sur la création en France des Associations Communales de Chasse Agrées (ACCA). Celles-ci, qui ne sont du reste pas obligatoires dans tous les départements, permettent la prise en compte du mitage du territoire à tout propriétaire foncier de moins de 20 hectares d’un seul tenant. Ce dernier intègre alors un ACCA en apportant son terrain au domaine de chasse communale. Cette loi vient ainsi contrecarrer toute velléité d’une nouvelle aristocratie de chasse en favorisant le plus nombre (25 000 chasseurs en Ardèche et Drôme) sur des territoire de chasse privé. Les règles d’application s’avèrent assez strictes pour les responsables d’ACCA et garantissent un cadre législatif très précis, dont une chasse interdite à moins de 150 mètres des habitations. Enfin, chaque sortie de chasseurs en battue est répertoriée sur un carnet avec numéro de permis, numéro d’assurance personnel et la signature de l’intéressé.

 

ACCA de la commune

“Depuis sa date de création, 1967, l’ACCA a ainsi pu définir un territoire de chasse d’environ 2000 hectares dont 800 sont réellement exploitables, les 200 restant servant à la réserve de chasse obligatoire. L’ACCA de la commune regroupe actuellement 62 chasseurs (aucune femme) depuis environ 4/5 ans et peu de jeunes rejoignent la communauté. Le Doyen affiche fièrement ses 80 printemps. Dans le département ardéchois, les gibiers fréquents se recensent par les sangliers, chevreuils, lièvres, lapins, faisans, grives, bécasses. Les chevreuils connaissent des quotas, comme par exemple pour l’année 22 au minimum à chasser. Albert Zecchini assure la Présidence (ex Vice Président auparavant) depuis 2005 et ce, jusqu’en 2018. L’équipe du bureau est ainsi constituée de 7 personnes.”

 

“Il existe 4 équipes, explique Albert Zecchini, 2 dédiés aux sangliers et 2 aux chevreuils et lièvres. Les renards, considérés comme nuisibles, sont traqués dans la commune. Les ouvertures légales de la chasse sont le deuxième dimanche de septembre jusqu’au deuxième décembre de janvier pour le gibier classique. Nous chassons en Ardèche du 1er juillet au 30 juin pour les sangliers, chevreuils et renards. Nous nous devons d’entretenir d’excellentes relations avec les agriculteurs chez qui nous organisons des battues. Chaque chasseur dédié aux sangliers règle le coût d’un timbre de 41 euros. Cette somme contribue à constituer une cagnotte prévue pour l’indemnisation des agriculteurs des ravages que cet animal peut provoquer. Le loto annuel joue un rôle essentiel pour notre ACCA”.

 

Le Loto de l’ACCA

“Le solde budgétaire s’élève à environ 2000 euros. 3500 euros environ proviennent des cartes d’adhérents. Une bonne partie de cette somme permet l’achat de faisans d’élevage (entre 100 et 150/an), des lièvres reproducteurs (320 euros le trio). Nous avons donc écoulé, poursuit Albert Zecchini, 62 cartes en 2016, dont 2 offertes aux jeunes étudiants pour qui le permis a été également remboursé. Nous faisons participer les chasseurs à des formations “sécurité” Dans la cotisation, 15 euros ont été rajoutés et donnent droit à 10 cartes de Loto à chaque chasseur. Il s’agit de la seule manifestation annuelle permettant de nous constituer un budget de fonctionnement. L’année passée, nous avons écoulé donc 620 cartons de Loto + 400 pour les autres participants. Ainsi, la somme récoltée est ainsi répartie :

  • 1 tiers est conservé en caisse

  • 1 autre tiers permet l’achat de matériel de protection pour les agriculteurs (câbles, piquets, postes électrifiés

  • le dernier tiers est consacré à l’acquisition d’appâts et pièges pour les fouines et autres nuisibles

L’Assemblée Générale de l’ACCA se tient le dernier dimanche du mois de juin de chaque année. Le Président ou l’un de ses remplaçants est tenu de participer au Congrès départemental annuel afin d’espérer toucher une subvention pour aider l’ACCA à équiper les agriculteurs qui se trouvent sur leur territoire de chasse.

“Maintenir un lien permanent et convivial avec les agriculteurs favorise grandement la cohabitation sur les terrains et assure une écoute réciproque”, conclut Albert Zecchini.

 

4671 signets

St Barthelemy Grozon - Amusaté et Boujaté se projette pour la rentrée de septembre

Les idées fusent et les envies aussi. Parmi ces voeux exprimés, les “danses de salon” s’affichent dans le “Boujaté” de l’association en pleine explosion de nouveaux membres toujours plus nombreux.

En perspective de ce nouvel atelier, il est par contre nécessaire de sonder les adhérent(es) pour connaître leurs réelles intentions d’inscriptions. Pour que ce nouvel atelier ait des raisons d’exister et de se pérenniser, une vingtaine de personnes en couples ou non sont nécessaires pour constituer le groupe de cette nouvelle activité physique. Un intervenant extérieur devra être retenu sur ces bases minimum puis une salle assez grande devra être trouvée.

Pré-inscriptions avant le 28 février prochain : Bar de St Barthelemy, Ana Luisa Esposito 06 33 48 44 04 ou   analuisaesposito @ hotmail.fr ,   C. Mollien 06 43 38 98 61 ou claire42520 @ gmail.com, référente pour l’atelier.

 

Alboussière - Cérémonie des “anneaux d’or 2017” pour les personnalités sportives

Le 3 février dernier, à Aubenas, le Comité Ardèche Olympique a rendu hommage à la soeur Eva Guillot, Ingrid Guillot, dans la catégorie “arbitre” par l’entremise d’Hervé Saulignac. Alboussière est décidément mis à l’honneur par la nomination également de Jean Chirouze, ancien Président du Club de Pétanque, ainsi que Dominique Hélène Dupret, responsable du club d’équitation. Une belle reconnaissance d’excellence pour la commune ardéchoise.

522 signets

Alboussière - Visite de la Maison de services au public à Alboussière

Jeudi 2 février 2017, un comité départemental de la MSA (Mutualité Sociale Agricole) Ardèche Drôme Loire s’est réuni au sein de la Maison de services au public à Alboussière.

M. Jacques DUBAY, président de la Communauté de Communes Rhône Crussol, Mme Sylvie BARD, Directrice Générale des Services de la Communauté de Communes Rhône Crussol, structure porteuse de la Maison de services au public, ont pu accueillir les nombreux participants à cette visite.

M. Henry JOUVE, président de la MSA Ardèche Drôme Loire, M. Dominique RABOTEAU, directeur de la vie mutualiste au sein de la MSA, Mme Isabelle FERRE et M. Gilles LANOOTE, techniciens de la MSA, et de nombreux élus venus de toute l’Ardèche, ont ainsi pu apprécier les moyens humains et matériels mis à disposition de l'accueil des ressortissants de la MSA Ardèche Drôme Loire.

L’animatrice du lieu, Mme Céline DEBAUD, a présenté les locaux et le fonctionnement de la Maison de services au public (implantée dans un Espace Public Numérique (EPN) pour plus de complémentarité). Elle a également évoqué la diversité offerte par cette Maison, un point d'accueil où il est possible de :

- bénéficier d'un accompagnement personnalisé,

- être informé de ses droits auprès de divers organismes,

- être aidé et conseillé dans la constitution, le transfert de dossiers, la lecture et la rédaction de courriers,

- accéder aux formulaires administratifs disponibles en ligne,

- effectuer des démarches administratives par internet ou téléphone,

- créer et accéder à ses comptes sur ses espaces personnels,

- télécharger et imprimer des attestations, des formulaires et notices...

L'accès à la Maison est gratuit, confidentiel et accessible à tous, résident permanent, nouvel arrivant, de passage dans la région ou à la recherche d'informations spécifiques.

Un outil qui gagne à être connu et reconnu ! Pour plus de renseignements, Mme Céline DEBAUD

au 04 75 58 29 13.

 

Alboussière - Le Pôle médical accueille une nouvelle kinésithérapeute

Elle était annoncée depuis la fin de l’année dernière. Son arrivée a été confirmée par Philippe Ponton, Maire de la commune, lors de ses voeux de janvier 2017. Depuis le départ du couple de kinésithérapeutes en été 2016, la commune souffrait de l’absence d’un tel praticien. Les patients devaient se rendre dans des communes voisines comme Vernoux. Voilà c’est chose faite. Elle se nomme Alice ONEA et est arrivée en France en 2008. D’origine roumaine où elle étudia sa spécialisation, Alice ONEA professait de 2011 à 2016 à Tarb dans un cabinet de quatre associés. Pour des raisons professionnelles, Alice ONEA décide de rejoindre la petite commune d’Alboussière. Elle cumule une autre spécialisation : l’ostéopathie. C’est à Aix en Provence qu’elle aiguise ses connaissances dans ce domaine. La différence essentielle entre ces deux spécialisations repose sur le fait que la kinésithérapie se pratique en étroite liaison avec les médecins et soigne, sur ordonnance, certaines parties du corps à traiter. L’ostéopathie, en revanche, travaille sur le corps en fonction de certains critères que ce praticien diplômé pronostique.

Alice ONEA a démarré ses activités ce lundi 13 février dans les locaux communaux nommés “Pôle Médical” 40 route de tournon.  Elle est accompagnée, dans sa phase d’installation, par Maxime Corbin, Adjoint au Maire en charge des affaires sociales.  Alice ONEA reçoit, sous réserves de changement  :

  • du lundi au vendredi de 9 à 12h puis

  • de 13h15 à 16h30/17h à domicile

  • de 17h à 19/19h30 à son nouveau cabinet

Alice ONEA précisera ultérieurement le jour et heures choisis pour la pratique ostéopathe. Elle affinera également ses créneaux de présence à l’Ehpad au “Grand Pré”.

Pour tous renseignements et prises de rendez-vous : 06.37.48.92.79

 

 

Champis - La Mairie informe les administrés

Dans la semaine écoulée, un vol de bois de chauffage a été constaté à la Bâtie de Crussol. Les membres du Conseil Municipal informent la population qu’il convient de signaler ce type de pratique tant en Mairie qu’à la Gendarmerie.

Gendarmerie de LAMASTRE
3 avenue de Tournon - 07270 LAMASTRE - 04 75 06 41 81
350 signets

 

MAIRIE
30 route de la Bâtie de Crussol - 07440 CHAMPIS - Tel: 04.75.58.31.37 - Fax: 04.75.58.28.13
Site de la Mairie www champis fr ou mairie.champis @ inforoutes-ardeche.fr

Horaires d'ouverture au public:
Lundi : 14 h-16 h - Mardi et Jeudi : 9h-12h - Vendredi : 13h-16h

 

Mairie de CHAMPIS : chiens / morsures / divagations - Communiqué

Depuis ce début d'année déjà 5 signalements en mairie liés à la divagation de chiens :

- 3 agressions sur des promeneurs dans le périmètre de la Bâtie de Crussol

- 1 cadavre de chien trouvé toujours sur le secteur de la Bâtie

- 1 chien errant à Antoulin signalé à de nombreuses reprises.

Une nouvelle fois il est rappelé aux propriétaires de chiens que la divagation de leur animal est interdite et que leur responsabilité serait lourdement engagée en cas d’accident de la circulation ou de morsures. Par ailleurs, trop nombreuses sont les plaintes déposées en mairie relatives aux nuisances causées dans le voisinage par les aboiements répétés et prolongés. Ces troubles de voisinage sont inacceptables et il appartient à chaque propriétaire concerné d’y mettre un terme (pose d’un collier anti-aboiement par exemple, éducation et dressage de l’animal…). Dans ce domaine, trop d’incivilité sont constatées. Dans l’intérêt de tous il est demandé aux propriétaires d’assumer leurs responsabilités avant qu’un signalement ou une plainte ne soit déposée.   

Code de bonne conduite :

Le bien vivre ensemble - auquel nous aspirons tous - commence d'abord par nos comportements individuels. Les animaux sont nos amis. Merci de ne pas mettre nos voisins en danger.

le Maire

Gilbert DEJOURS

-- 1114 signets

Champis - Les bilans et les projets de la Municipalité - Points du début d’année

Les débuts d’année, après les voeux prononcés, sont l’occasion de faire le point d’un bilan de douze mois pour mieux expliquer l’avenir et ses choix.

 

Rencontre avec Gilbert Dejours, Maire de la Commune

A la tête de la commune, Gilbert Dejours reste fidèle à la lignée familiale puisqu’aussi bien il assume cette charge après deux de ses aïeux qui ont occupé cette place avant lui. Né à Champis en 1949, Gilbert Dejours a suivi une carrière, dès les années 1968, à l’issue de concours à la fonction publique, au sein du Ministère des Finances. Il a ainsi gravi les échelons en officiant d’un poste d’inspecteur du trésor à Marseille, Bourges dans le Cher, puis contrôleur, enfin comme comptable percepteur 15 ans à St Jean de Bournay en Isère. Affecté à la Trésorerie Générale du RH à Lyon Place Bellecour, il assume le rôle de receveur principal et Secrétaire Général avant de partir à la Verpillière comme trésorier principal jusqu’en 2009.

“Autant dire, explique Gilbert Dejours, que cette longue carrière bien remplie m’a particulièrement préparé et formé à assumer les lourdes charges et responsabilités au sein d’une municipalité”. Il lui aura fallu jongler dès 2008 avec un double emploi de temps entre ses activités professionnelles et ses tâches municipales. Sportif accompli, il s’adonne depuis longtemps au marathon.

“Une personne de mon entourage, raconte Gilbert Dejours, m’a dit un jour que je devrais être candidat à la Mairie de Champis car l’aspect gestion pour un Maire est prépondérant. Pour m’aider précieusement dans la vie de la commune, dès ma prise de poste en 2008, je suis assistée de Stéphanie Desbos-Laurent qui assume ce poste généraliste depuis le 1er mars 2005 et est appréciée de tous. “

 

Un moment fort pour la commune

La municipalité de Champis connaît une augmentation de sa population malgré la fermeture, sur le plateau, de l’usine de salaison Calixte, qui assurait une trentaine d’emplois. Actuellement 620 administrés sont recensés, 70 personnes d’entre eux ont plus de 70 ans dont le doyen, 96 ans, vit en établissement dans la vallée. 80% des actifs travaillent dans la vallée du Rhône. Le choix de demeurer à Champis repose en grande partie sur le bas coût du foncier, la qualité de vie. Le territoire de la commune s’étend sur 1600 hectares et se compose de 72 hameaux qui ne se trouvent pas autour du coeur du village. “En 2011, il y a eu une tentative de fusion, explique Gilbert Dejours, avec Alboussière. Il s’agissait d’une demande bilatérale car tout converge vers cette commune commerçante. Il y eu une consultation de  tous les habitants, avec l’aval de la Préfecture et sous-Préfecture. Au final, les alboussiérois ont voté à 60% favorablement à ce projet mais les champinois ont voté à 75% “non”. Cette décision n’altère en rien nos excellents rapports avec les administrés et le l’équipe municipale d’Alboussière avec qui nous avons beaucoup d’actions communes. Nous sommes de la même façon liés à la Communauté de communes de Rhône-Crussol. Ce fut un moment fort pour moi!”

 

Le devenir des petites communes suite au regroupement intercommunal

“3600 habitants pour cinq communes du plateau, voilà ce que nous étions en 2011, poursuit Gilbert Dejours. Aujourd’hui il s’agit d’un poids de décisions qui repose sur 13 communes et 33.000 habitants. L'intercommunalité Rhône-Crussol supporte les lourds investissements techniques et financiers d’assainissement, voirie communale, transports, enseignements, santé, etc. Ce n’est pas rien. En Mairie, nous conservons précieusement les services de proximité. Le niveau de satisfaction croissante exprimé par les habitants de Champis n’est pas atteignable comme en ville. Il s’agit d’un vrai choix de vie pour les personnes qui décident de venir vivre dans la campagne de Champis. Nous connaissons des contraintes du PLUI où des hectares ont été bouclés pour ne pas avoir à viabiliser les zones. Il convient alors de faire revivre les hameaux. Nous repérons les fermes ou bâtiments agricoles pour une réhabilitation éventuelle. Tout cela est régi par des contraintes financières. Nous connaissons des asphyxies budgétaires par des baisses de dotations. Nous sommes favorables à élargir les champs du possible avec l’intercommunalité mais pas de perdre la maîtrise de notre destin et devenir. Refuser le regroupement “ce serait reculer pour mieux sauter” car en 2020, lors des élections municipales, nous n’aurons plus droit au chapitre. Il convient de sauvegarder notre suprématie communale, défendre nos intérêts pour le village et pour nous faire entendre ; internet nous y aide beaucoup. Tout cela repose sur le bon vouloir des hommes et de leurs bonnes volontés à contribuer à l’équité communautaire. Je reste malgré confiant dans l’avenir mais il ne faut surtout pas nous reposer sur nos lauriers!”.

 

Champis - Les grandes orientations de la commune pour 2017

Chaque nouvelle séance du conseil municipal amène son lot de décisions importantes.

 

Tout d’abord, concernant les orientations budgétaires, la commission des finances se réunira le 14 février prochain de préparation pour le vote du 31 mars. En effet, pour la troisième année, la participation des communes au redressement des comptes publics est maintenue mais allégée de moitié pour 2017. La réforme de la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) qui devait créer plus d’équité entre les collectivités a malheureusement été ajoutée, au grand damne des petits villages. Cela impacte directement sur la capacité de financement des investissements projetés. La loi de finances 2017, quant à elle, a fixé une hausse générale des bases d’imposition de 0,4 %, en retrait par rapport aux années précédentes (0,9 % en 2014 et 2015, 1% en 2016). Concrètement, les principales orientations vont cibler le remplacement du camion de la commune de plus de 200 000 km, le point de vente au Collectif du Fringuet, frais d’étude et rénovation de la salle Toinou, agrandissement de la Mam.

 

Accueil d’une famille de réfugiés : Les travaux de la maison 55 chemin de la Croix à Champis sont désormais achevés, le bail signé avec le Secours Populaire de l’Ardèche court depuis le 01 janvier avec un loyer de 400 €.

 

Gouvernance : élection d’un adjoint en remplacement de  Françoise BARBAZANGES, Adjointe en charge de la communication du tourisme et de la culture, a démissionné de son poste de troisième adjointe pour raison de santé et déménagement. Après vote au scrutin secret, Madame Solange BERGERON est désignée en qualité de 4ème adjointe au Maire à compter du 28 janvier 2017. De ce fait,  Madame Catherine RISCH remonte d’un cran suivant l’ordre du tableau des adjoints ainsi Denis DUPIN Premier Adjoint Alain LADREYT Deuxième Adjoint Catherine RISCH Troisième Adjointe Solange BERGERON Quatrième Adjointe  

 

Voirie :  Chemin piétonnier le Fringuet : Régulièrement des riverains, des enfants notamment qui rejoignent l’abri bus depuis la route des Crêtes empruntent les accotements de la RD 533 particulièrement dangereuse en raison de la vitesse souvent excessive des véhicules. Afin de sécuriser ce passage, l’équipe municipale a décidé de réaliser dans les meilleurs délais un cheminement piétonnier en « gore » sur une largeur d’environ 1,20 m. Ces travaux seront réalisés début mars 2017. Avis favorable du service des routes du Conseil Général. Coût estimé 2100 €

 

Aire de covoiturage : Portes du Pays de Crussol : éclairage : Un point lumineux sera installé pour sécuriser l’aire de covoiturage. En cas de besoin, pourrait être installé ultérieurement un système de vidéo surveillance pour réduire les éventuels dépôts « sauvages » autour des bacs semi enterrés. Dépense estimée de 2600 €, subventionnée à hauteur de 50 % par le SDE 07.

 

PLU : Transfert de la compétence à la CCRC : Une charte de gouvernance accompagnant le transfert éventuel de la compétence a été élaborée par la CCRC. L’équipe municipale devra prendre position lors de la prochaine séance du conseil municipal sur le transfert de compétence PLU à la CCRC. Préalablement une réunion d’information sera organisée en mairie de Champis le 17 février par la CCRC.

Sont enfin élaborés des points importants concernant l’aménagement des chemins de randonnées et routes d’accès dont les précisions sont disponibles en Mairie.

 

Prochaine séance du conseil municipal : Le vendredi 17 février 2017 à 20 heures salle du conseil à Champis

 

Lamastre- Plus de 300 personnes sont venues lui rendre hommage

L’église de Macheville à Lamastre s’est révélée bien trop petite pour abriter tous les amis, proches et relations d’Anne-Marie Valayer et son époux Alain, qu’elle épousa en juin 2010. De cette union, naîtra leur unique fille Delphine. Anne-Marie Valayer est décédée le samedi 28 janvier dernier à la Clinique Pasteur de Guilherand Granges. Il ne s’agissait à l’origine que d’une petite intervention qui s’est révélée plus complexe et fatale à son issue. Son décès survient après huit années de tempête contre la maladie qu’elle a surmontée en poursuivant toutes les activités qui l’animait : les fleurs, les voyages en camping-car avec sa famille, son champs de myrtilles (héritage de ses parents), sa vie à Désaignes dans un mobil-home aménagé avec amour. Elle adorait être entourée de sa grande famille : 16 neveux et nièces, sa filleule Céline ..

Anne-Marie Valayer est née à St Prix en janvier 1956 ; c’était la seule fille dans une fratrie de quatre enfants. Sa vie professionnelle se passa à Lamastre, tout d’abord à l’usine Trigano puis chez Bacou où elle connut deux licenciements. Anne-Marie a subi le choc du décès de son papa Marcel en décembre 2012, de son frère Jean-Louis en septembre 2014, de sa maman en février 2015, toutes des épreuves lourdes à porter tant la douleur a été vive pour elle.

Alain Valayer, sa fille Delphine, et toute la famille réunie, ont été extrêmement touchés et émus devant la manifestation d’une telle assistance pour ces funérailles du mardi 31 janvier à 14h30. A l’issue de la cérémonie, ils s’unissent pour remercier chaleureusement toutes les personnes présentes et toutes celles qui, un mardi, n’ont pu se dépêcher sur place pour accompagner Anne-Marie Valayer dans sa dernière demeure. Sa maladie lui a ôté la vie bien trop tôt et trop vite à 61 ans.

 

Saint Barthelemy Grozon - L’entraîneur du Club de Gilhoc amène à l’ASSBG une nouvelle dynamique

Le rapprochement du club de foot de Gilhoc avec celui de St Barthelemy Grozon a permis l’adjonction d’un maillon fort et essentiel : son entraîneur. Lumière sur homme engagé dans son sport corps et âmes.

 

Vincent Junique se raconte :

Marié et père de trois enfants, papy de deux petites filles à 53 ans, Vincent Junique est employé dans une entreprise de Vernoux en qualité de maçon. Fier de ses passions, il est supporter assidu de l’AS Monaco. Pratiquant, il est licencié à la Fédération Nationale de Football depuis 1980. Il évolue à Gilhoc sur Ormèze et a été membre de l’équipe au FC Mougins (06, P.H.A.). Il a encore récemment joué un match officiel cette année avec la 2. Sa carrière sportive évolue. Il entraînait à Gilhoc (4ème et 3ème division de district) de 2000 à 2005, puis à Tournon de 2010 à 2012 (U17 première division), à Tournon de 2010 à 2012 (U17 1ère division), enfin Tournon saison 2013/2014 (U19 promotion excellence). Vincent Junique récidive à Gilhoc sur Ormèze de 2014 à 2016 en 3ème division. C’est un début de saison août 2016 qu’il entame en 2ème division au club de St Barthelemy-Grozon. Il ne lui reste plus qu’à valider une formation d’éducateur U17/U19-Seniors (CFF3, ex animateur seniors) au district Drôme-Ardèche de football à Guilherand-Granges.

 

Quelles sont les motivations d’un entraîneur engagé ?

“Tout d’abord, explique Vincent Junique, c’est avant tout l’amour de jeu, le fait de voir évoluer ses joueurs qui prennent du plaisir sur le terrain, l’intelligence de ce qu’ils entreprennent entre eux, la solidarité, le respect et leur rigueur. J’aime entendre “La Rosalie” dans les vestiaires après le match. Pas de prise de tête ; nous assurons les matchs avec sérieux les uns après les autres. Actuellement nous sommes 2ème du groupe C, 2ème division, et donc toujours en course en coupe René Giraud (1/8ème de finale à jouer le 19 février). Il faut rester à l’écoute des joueurs et être disponible. Tous les postes sont de qualité et doublés. Pas de star dans l’équipe : que des pièces “maîtresses”. Un entraîneur se doit de faire des remises en cause, en particulier dans le jeu tactique de l’équipe.”

 

Les difficultés vécues dans un club de foot de petite taille

“C’est compliqué, dans un village de 500 âmes de pouvoir tenir deux entraînements par semaine, pas simple déjà avec beaucoup de joueurs. Ils sont scolarisés, travaillent parfois loin, ne sont disponibles que le vendredi. Sous l’impulsion d’un président dynamique, Thomas Brunel, la bonne entente entre eux s’en ressent, les deux équipes confondues. Mais le manque de présence assidue aux entraînements se paye “cash” et le début de saison est plutôt moyen malgré les efforts du coach Julien Quentin et de son adjoint Emmanuel Cluzel. Il manque (et c’est un appel appuyé) un gardien en 2 ; les candidatures sont les bienvenues. N’oublions pas le travail de Bernard Ponson, ex coach, qui s’occupe du terrain et qui arbitre en équipe2 le dimanche à domicile. Merci à Jean-Paul Julien qui m’aide et officie en tant qu’arbitre aussi. “

“Il faut garder les pieds sur le terrain ; l’avenir se joue avec des jeunes de qualité, avec de la stabilité car trop de changements troublent la bonne marche d’un club. Je renouvelle la saison prochaine avec St Barthelemy-Grozon avec la bénédiction du bureau et de son président qui sera soulagé de le savoir. Avec tous ces ingrédients, nous pouvons peut être envisager de passer en 1ère division avec du travail et de la persévérance. Le classement est serré, il ne faut pas faire de mauvais pas, soyons réaliste. Dernière chose et pas des moindres : avec un peu plus de public pour nous soutenir, malgré la taille de notre village, nous pourrions trouver un nouvel élan et vaincre avec plus de coeur. Trop de villages aux alentours n’ont plus de club et se meurent, nous avons un match toutes les 2 semaines, c’est un moment de rencontre et d’échanges avec les anciens et la nouvelle génération. Une belle histoire est en train de s’écrire à St Barthelemy Grozon, enfin je l’espère. Alors nous comptons sur les amoureux du ballon rond au bord du stade et autour de la vitale buvette pour nous soutenir tous. Nous en avons besoin.”

4258 signets

Claire Mollien

CLP

 

St Barthelemy Grozon - Amusé et Boujaté se réunit en Assemblée Générale

L’Association se réunira en Assemblée Générale Extraordinaire le Vendredi 24 février à 19h30, à la salle du conseil de la Mairie, afin de débattre d’un point statutaire, à savoir la modification des membres du bureau suite à la démission de la trésorière de l’association puis des questions diverses. Afin que les décisions soient prises à la majorité des voix par les membres présents, selon les dispositions des statuts, les membres doivent être à jour de cotisation à la date de la séance. Ne peuvent être abordés que les points fixés à l’ordre du jour. Si vous souhaitez aborder d’autres sujets concernant le fonctionnement de l’association, vous devez adresser, par écrit ou par mail, vos demandes à la Présidente (analuisaesposition @ hotmail.fr 48 heures avant la date de la réunion. Sauf accord de tous les participants, les délibérations seront prises à bulletin secret et constatées sur un procès-verbal signé par le Président et le secrétaire.

St Barthelemy Grozon - Un deuxième atelier mensuel “tarot” qui tient toutes ses promesses

Le lundi 13 février au soir, 18 personnes, autant de femmes que d’hommes, se sont retrouvés autour de quatre tables pour battre des cartes et tirer les atouts. Pour cette deuxième édition, l’atelier attire de nouveaux joueurs répartis en différents niveaux. S’affrontent alors “les premiers pas” avec des débutants plus confirmés, des habitués et des participants plus expérimentés. Les tables s’animent au gré de ces niveaux, la plus silencieuse revenant à celles et ceux qui comptent leurs points en fin de partie. Ana Luisa Esposito, Présidente d’Amusaté et Boujaté, annonce par ailleurs que deux référents, Michel LEFORT et Raymonde ANDRE vont sous peu encadrer un nouvel atelier printanier : le jardinage. Un rendez-vous se tiendra ce jeudi 16 février pour en débattre quant aux modalités. Rendez-vous dans un mois pour un nouvel atelier tarot.

Saint Romain de Lerps - Assemblée générale des Aînés Ruraux du club du Belvédère de St Romain de Lerps.

 

Les adhérents du club du Belvédère de St Romain de Lerps se sont réunis jeudi 2 février à la salle des Sapins pour leur AG annuelle avec un quorum largement atteint. La municipalité était représentée par Michel Pommaret 1er adjoint. Les bilans 2016 évoquent le dynamisme du club : concours de belote, repas de printemps, voyage (Visite de la grotte Chauvet – Repas à Ruoms – Visite du village de Balazuc), pique-nique en juillet, voyage en Alsace avec une dizaine d’adhérents de divers clubs du plateau, le téléthon et son traditionnel concours de belote. Tous les premiers jeudis et troisièmes jeudis de chaque mois, à l’invitation du président Yves Courbis, les adhérents se réunissent régulièrement pour la mise en commun des activités. Celles de 2017, s’annoncent par le concours de belote (au profit de la romanaise à hauteur de 1.118€ récoltés) qui eut lieu en janvier, le 26 février le concours de belote au profit du club cette fois. Se préparent : un voyage d’une journée, plusieurs idées sont à l’étude. Au mois de mars repas de printemps ; Club Rencontre et Amitié Secteur propose séjour en Corse du 16 au 23 septembre 2017 ; se renseigner auprès du président du club.

Comme par le passé, les rencontres bimensuelles restent toujours les premiers et troisièmes jeudis de chaque mois.

A l’issue de l’Assemblée Générale, un tiers du bureau a été réélu à l’unanimité comme le prévoit les statuts.

 

 

Alboussière - la 7ème route de la Châtaigne s’organise

Ce mercredi 15 février à 20h30 se tenait en Mairie d’Alboussière la réunion préparatoire de la “Team-Eyrieux-Auto-Retro”. Cette passion des rallyes historiques trouve son organisation dans la “Route de la Châtaigne Ardéchoise” dans sa version 2017. Cette route passera par Alboussière (parc de regroupement) le SAMEDI 4 MARS prochain dans l’après-midi, à partir de 15h30.

Le programme : après le petit déjeuner, départ à 9h30 de la place de la gare des Ollières sur la commune d’Eyrieux. Les participants seront accueillis cette année par la commune de Saint-Pierreville, le parc de regroupement à la salle des fêtes.

Puis repas de midi et la route se poursuivra en direction d’Alboussière, parc de regroupement, pour finir le soir aux Ollières sur Eyrieux.

 

Alboussière - le Domaine du Trouillet en café tricot

Moment sympathique à partager ce samedi 25 février de 16 à 19 heures avec Auto Le Gelato d’Alboussière autour d’un “Café Tricot and Co” : papoter, tricoter, crocheter, broder ou déguster une glace entre deux mailles.

Pour les experts ou les débutants curieux, tous les âges et tous les projets.

Pour plus d’informations:, contacter Aurélie au 06 70 47 65 25

 

 

 

Boffres - annonces

Les aînés ruraux Club rencontre et amitié organisent à la salle des fêtes du village, à 14 heures, la traditionnelle rencontre du “loto”. Les lots à gagner sont : un sèche linge, un frigo congélateur, une TV Led 100 cm et bien d’autres lots d’appareils ménager sont à gagner…

 

Boffres - Bilan des travaux 2016 et prévisions 2017

Janvier a été l’occasion, pour Monsieur le Maire Raymond Edmont et son équipe municipale, de faire le point sur les moments forts de l’année écoulée et des projets 2017.

 

Points des travaux déjà réalisés

La commune a connu en 2016 la rénovation de deux calades dans les hauteurs du village, du réseau d’eaux pluviales installé dans la montée du Château via la rue des Fontaines jusqu’au Temple (à hauteur du bar) et du revêtement de la voie montant au ruines.

 

2017, de nouvelles tranches de travaux importants :

Il va s’agir de l’aménagement de la traversée du village, notamment avec une mise aux normes qui comportera des trottoirs, rampes, etc. Il sera également question de l’isolation de l’école par l’extérieur avec le changement de toutes les huisseries. Ces travaux généreront une importante économie d’énergie pour Boffres. Puis vient cette année la révision du P.L.U. afin de le mettre en conformité avec le Grenelle 2. Sera également mise en place la numérotation de la commune dans son ensemble, qui permettra, dans les deux à trois à venir, d’accéder au numérique.  La Communauté de Communes Rhône-Crussol n’est pas en reste : elle prévoit la réfection de la place du Château, le curage de la lagune ainsi que l’assainissement du hameau des Rioux. Le village de Boffres a rejoint la CCRC en 2010.

Tous ces travaux vont générer quelques désagréments et l’équipe municipale sollicite l’indulgence des administrés pendant cette période. Tous ces investissements vont vers un objectif souhaité : obtenir le label distinctif “Village de Caractère”. Ne restera plus qu’à faire revivre l’Auberge du Village pour parfaire aux critères sélectifs.

 

Les travaux d’embellissement et de restaurations des calades de Boffres

Ce grand projet repose sur la collaboration avec la Fondation du Patrimoine et la collecte de dons sous forme de souscription avec réduction d’impôts. Le coût de ces travaux (réalisés au cours du premier trimestre 2017) s’élève à 22 193,46 € HT.  Cet appel au don revient à rechercher des mécènes pour sauver le patrimoine de Boffres et l’aider à obtenir le label si convoité de “Village de Caractère”. Deux adresses mail :

rhonealpes @ fondation-patrimoine.or

mairie-boffres @ orange.fr

Calendrier des événements à Boffres

5 mars 2017 - Loto organisé par le Club rencontre et amitié

11 mars 2017 - repas dansant à partir de 20 heures à la salle communale (Sou des Ecoles)

9 avril 2017 - Concert à l’église (Biboffreloula)

23 avril 2017 - 1er tour des élections présidentielles, second tour le 7 mai 2017

30 avril 2017 - Fête des fleurs à partir de 8 heures à la salle communale (Sou des écoles)

8 mai 2017 - Cérémonie au Monument aux morts à 11 heures

21 mai 2017 - Fête de la randonnée à Boffres

27 mai 2017 - Grand défi inter-villages (Foyer des jeunes)

11 juin 2017 - 1er tour des élections législatives et second tour le 18 juin 2017

Du 14 au 17 juin 2017 - l’Ardéchoise : 26ème édition - traversée du village (14 et 15)

22 juillet 2017 - Fête du village (Comité des Fêtes)

31 octobre - Défilé Halloween au village (Foyer des jeunes)

11 novembre 2017 - Cérémonie au Monument aux morts à 11 heures

Tous les derniers lundis du mois : Conseil Municipal mensuel

 

Rencontre avec Raymond EDMONT et une partie de l’équipe municipale

Entouré d’Eliette Saint-André, 4ème adjointe aux affaires scolaires et sociales, d’Odette Roumanet, conseillère aux écoles et au tourisme et d’Antoine de PAMPELONNE, 1er Adjoint, Monsieur Raymond EDMONT revient sur les moments forts de la commune.

 

Raymond EDMONT s’est investi dans la commune depuis 1996

Maire de Boffres depuis 2005, lors de son départ à la retraite, Raymond Edmont a fait toute sa carrière dans les assurances, Vie en particulier. Originaire de la commune Le Cheylard, il ne s’est guère éloigné de l’Ardèche les années durant : Viviers sur Rhône, St Peray. Dès 1996, il intègre l’équipe municipale comme Conseiller sur deux mandats après s’être installé en 1995 dans le village de Boffres qu’il connaît bien.

 

Le Village de Boffres en 2017

Boffres s’étale sur une large superficie : 3.100 hectares et se situe à 25 kilomètres de Valence. 666 habitants sont recensés dont une centaine de personnes âgées de plus de 70 ans et 36 enfants (deux classes). 70% des administrés sont agriculteurs. Le village compte 98 kilomètres de voirie au total. Cinq personnes (dont certains à mi-temps) travaillent pour entretenir et faire vivre harmonieusement la municipalité. Boffres compte neuf associations (Club rencontre et amitié, le Sou des écoles, Acca pour les chasseurs, les Anciens combattants, C’si bon, Culture et Patrimoine, A.E.P., Foyer des Jeunes et le Comité des fêtes, l’Association La Marelle connue pour ses stages de musique). La commune abrite plusieurs artistes : fleurs séchées, peintres. Enfin, Boffres c’est aussi deux superbes demeures historiques qui appartiennent ou ont appartenu au célèbre compositeur Français et professeur, Vincent d’Indy, créateur de la Schola Cantorum de Paris, le Château des Faugs et la Maison forte de Chabret ou demeure familiale, construite pour la partie ancienne, en 1589. La part économique de la commune revient à deux entités. L’usine de chips artisanales “La Ducale” qui emploie 15 personnes actuellement et pourrait passer à terme à 15/20 salariés supplémentaires. Le traiteur “Lucas Restauration” apporte, quant à lui, une dynamique dans la commune en préparant 350 repas par jour pour les cantines de Vernoux en Vivarais, Gilhoc et Boffres.

 

Le moment le plus marquant pour Raymond EDMONT et son équipe :

“En 2009, nous avons vécu un grand événement, raconte Raymond Edmont  : la construction d’une nouvelle mairie avec l’installation de la salle municipale de 100m2 (et 35m2) toute équipée, le regroupement dans ce même bâtiment des services techniques de la commune, la transformation de l’ancienne mairie en Médiathèque. L’inauguration a eu lieu le 4 juillet 2010. Le Parc a été réinvesti pour le plaisir des petits avec une aire de jeux et pour les plus anciens avec le terrain de pétanque. Le tout a permis à l’équipe administrative, aux conseillers, aux adjoints et moi-même, de pouvoir travailler dans de saines conditions. Par ailleurs, depuis huit ans, nous vivons au rythme de l’embellissement du village avec la rénovation régulière de tous les murs de soutènement du village, et ils sont nombreux.  Enfin, nous nous félicitons d’avoir rejoint la Communauté de Commune Rhône Crussol avec qui nous oeuvrons de concert pour le bien être et le développement de notre commune. Le seul point noir réside aux difficultés liées à la pratique des sports par les jeunes du fait de l’éloignement des centres névralgiques parfois peu commodes pour les parents qui les accompagnent. Je formule le voeu pieux de voir l’Auberge trouver un nouvel essor car cela permettrait au village de répondre à l’une des exigences du Label “Village de Caractère” qui nous tient à coeur pour se faire mieux connaître sur un plan touristique.”

 

Saint-Romain de Lerps - Michel Bret, Maire, évoque sa commune

L’histoire humaine des communes s’écrit sous l’influence des tendances du moment. A l’image de la Mairie de St-Romain de Lerps, située à 600 mètres environ sur les hauteurs de Saint-Péray, il s’agit d’une bonne connaissance de cette municipalité gérée sur trois mandats consécutifs.

 

Rencontre avec Michel Bret, Maire du village :

Romanais d’origine, Michel Bret a brillamment suivi des études d’ingénieur dans les travaux publics de l’Etat (1971/1975. Il se professionnalise sur Lyon, les Alpes de Haute-Provence (1982/1986), puis en Ardèche sur le territoire de St Romain de Lerps (1987). Il choisit de s’y poser à mi-chemin entre sa famille romanaise et sa belle famille à Lamastre (1986/1990). C’est en 1989 qu’il est élu Adjoint au Maire puis Maire en 1995 jusqu’en 2001. Il ne poursuit pas pour raisons professionnelles (DDE jusqu’en 2005, puis au conseil Général de la Drôme). Il se représentera un peu plus tard au poste de Maire qu’il obtiendra à la majorité. Évidemment, en liens constants avec les élus, les conseillers départementaux, à traiter des dossiers de territorialité souvent pointus, la culture de l’intérêt général l’imprègne au fil du temps et il se fait reconnaître par ses pairs. Il intègre par ailleurs, depuis 2011, le SCOT (Schéma Cohérence Territoriale) en tant que Vice-Président en charge des mobilités (vision urbaine de l’habitat à la mobilité la plus écologique possible en lignes de transport). Il intègre à ce titre de nouvelles formes de mobilité comme le covoiturage. Michel Bret est Maire du Village depuis 2008 jusqu’en 202 en cumulant trois mandats. “La récompense du travail bien fait s’est traduit, moment fort, par la dernière liste électorale entièrement votée dans son intégralité”.

 

Quel regard portez-vous actuellement sur la commune de St Romain-de-Lerps?

“J’ai été frappé, lors de mon arrivée à St-Romain de Lerps, par l’accueil sympathique qui m’a été réservé par mon voisinage alors que je ne connaissais personne.” Voilà l’un des nombreux aspects évoqués par Michel Bret. “Le foncier est plus avantageux qu’à St-Peray entre autre. La qualité de vie, les grands espaces sont un argument évident. Une rapide intégration facilitée par des villageois qui sont ouverts et chaleureux, qui manifeste régulièrement leur solidarité. Un frein est toutefois porté, dans cette liste de constats enthousiasmants, par une restriction de l’aménagement du territoire et de son PLU pour suivre un chemin de cohérence territoriale aux fins de préserver les espaces agricoles..! “Nul doute que les paysages se modifient et les successions des propriétés d’élevages agricoles sont loin d’être évidentes. Nous enregistrons un certain nombre de demandes, non satisfaites, d’agriculteurs qui veulent se reconvertir à d’autres choses et sont confrontés aux refus des administrations. A cela, les aides publiques ne suivent pas et les banques se renfrognent devant de tels projets. Il n’est pas simple non plus de construire sur sa propre parcelle. Tout cela est au prix d’une centralisée à outrance qui ne tient pas compte des besoins exprimés localement et de la mouvance du monde social dans lequel nous vivons. Le PLU d’avant 2008 était bien trop ouvert et désormais c’est l’effet inverse. L'afflux de population risque de diminuer avec les conséquences inhérentes à ces situations. Avec une moyenne d’âge de 45 ans dans notre commune (doyen 95 ans, doyenne 90 ans en maisons de retraite), nous enregistrons en moyenne une dizaine d’inscriptions d’enfants dans les écoles en plus  chaque année. Des bus sont aménagés pour permettre aux enfants scolarisés dans les lycées de la vallée de s’y rendre chaque jour, la route étant bien dégagée l’hiver. Aujourd’hui nous devons composer avec les endettements, les nécessités d’investissement, la dépossession d’une partie de nos prérogatives. Malgré cela, nous parvenons à quelques grosses satisfactions car grâce à une bonne gestion financière de nos collectivités, nous parvenons à faire un certain nombre de choses. La gestion intercommunale a un prix et elle ne tend pas toujours sur une approche économe des projets. Les retours de ce regroupement de communes ne sont pas liés aux besoins exprimés.”

 

Quel est le dossier qui vous a récemment le plus soucié ?

“Il est de plus en plus difficile de faire comprendre qu’une Mairie défend avant tout le service public et non les intérêts privés. Pour les écoles par exemple, nous faisons notre possible, sans y être obligé, pour apporter à l’école privée de la commune une contribution financière autant que faire ce peut (cantine, garderie, transport, etc). Nous apportons une aide de la collectivité sans distinction d’écoles. A l’impossible, nul n’est tenu. Les rapports tendus actuels polluent vraiment la sérénité des débats car il convient d’avoir conscience des obligations des uns et des autres.”

 

L’organisation de La Romanaise : où en est la collecte de fonds à ce jour ?

“Je reconnais, raconte Michel Bret, qu’au début du projet j’étais très perplexe quant à la faisabilité financière de l’organisation. Le réveillon de la st sylvestre a amené 6.000 euros de recettes pour l’Association. Nous avons fait un point lors de notre dernière réunion du mardi 31 janvier. Le concours de belote a dégagé 1.200 euros de gain. Me voilà rassuré. Au total, grâce aux diverses manifestations déjà organisées, il s’agit de 14.000 euros récoltés sur les 20/25 000 euros estimés pour le montage d’un tel événement. Au-delà de la recherche de bénévoles lors de La Romanaise, nous aurons surtout besoin d’être nombreux pour toute la phase préparatoire. Il va falloir que ça monte en puissance avec les subventions (peut être 10 000 euros ce compris les 3 000 euros de la commune). D’ici à l’été, nous aurons certainement d’autres raisons de satisfaction. Merci à l’équipe pour leur engagement.”

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 04/08/2017, 07:36 par Claire Mollien
L’activité détonne au sein de cette contrée de Vernoux en Vivarais. Voilà la deuxième année qui s’annonce pour
Publié le 04/08/2017, 07:34 par Claire Mollien
Les samedi 1er juillet et dimanche 2 juillet, la commune de St Romain de Lerps était en ébullition. Une
Publié le 04/08/2017, 07:31 par Claire Mollien
Alboussière - Une belle Fête des Écoles entre les gouttes Dès le début d’après-midi de samedi 1er juillet, tous les enfants et leurs...