Première parution : le 10/08/2016 - édition Le Réveil du Vivarais page 36

Qui pouvait deviner que derrière la porte d’un particulier demeurant aux Roches de Condrieu, se cachait l’une des
plus belles croix des mariniers? Cela tient à une superbe restauration réalisée une année durant par son auteur dans les années 1978/1979. Alexandre Couillandeau, menuisier de formation à la retraite, a savamment, patiemment, reconstituer les éléments manquants à cette Croix de très belle facture. 
Mais parmi nos jeunes têtes blondes, combien savent ce que cette Croix d’équipage représentaient dans les années 1850?

Le convoi de barques
Cette fameuse Croix des mariniers se plaçait sur la proue de la première des barques de la rigue (la Barque Capitaine ou patron de l’équipage) lors des processions. Le convoi convenait cinq embarcations. La croix d’équipage portait aussi le nom de “croix patronale”, “croix de confrérie. Ces croix religieuses avaient pour vocation de protéger l’équipage lors de leurs navigations sur le Rhône pour les transports fluviaux, redoutable d’impétuosité à certaines époques de l’année. Ainsi, avec le temps, ces merveilles artisanales non académiques sont rentrées dans l’Art Populaire français et correspondent bien à la ferveur qu’elles inspiraient. L’origine du bois utilisé varie. Il peut tout aussi bien s’agir de bois échoué, flotté, trouvé sur le fleuve, le long de rives, ou bien encore acquis sur la Foire de Beaucaire. Ce travail était réalisé avec l’usage de couleurs vives par les mariniers eux-mêmes, dès que leur temps libre le leur permettait.

Ce qu’il fait la spécificité des Croix des Marniers répond à l’ornement des “Arma Christi” dont elles sont dotées, c’est à dire les instruments de la passion du Christ. Même pour les analphabètes de cette époque, les croix pouvaient se décrypter par tout à chacun, sans difficulté de représentation. La variante repose sur la “signature” du marinier lui même qui représente sa propre barque, fixée au sommet de la croix, où le nom de sa corporation apparaît alors.

Le prêtre bénissait la croix qui devait porter chance à l’équipage, avant le départ pour la “décize” (descente du Rhône) ou lors de la remontée. La navigation sur ce fleuve puissant et redouté était sans conteste l’activité la plus importante. La pêche aux bateaux-lavoirs, des moulins à blés aux bacs à taille, le Rhône n’en finissait pas de fournir aux hommes du travail permanent malgré le danger qui menaçait.

La Croix des mariniers au sein des églises
Cela faisait partie de la tradition. Dès que les mariniers cessaient leurs activités, la croix était définitivement porté à l’église, ce qui explique que cette expression artistique populaire se retrouve fréquemment exposés sur des trépieds ex-votos. Précisons que les instruments de la Passion de ces croix sont typiques de la région rhodanienne. Les plus anciens exemplaires retrouvés sont datés environ de 1830. A l’arrivée des premiers bateaux à vapeur sonnèrent le glas de la batellerie rhodanienne dans le milieu du XIXème siècle et par voie de conséquence la fin de la réalisation artisanale des Croix des Mariniers.

Le symbolisme de la Croix des mariniers :
Dans l’ensemble, l’”Arma Christi” est systématiquement respecté sur toutes les Croix car la vocation est religieuse. De haut en bas, voici ce que l’on y retrouve :
le bateau à fond plat, le coq qui chante trois fois lors du reniement du Christ, également symbole de virilité, INRI signifiant “Jérus de Nazareth, Roi des Juifs”, le coeur traversé d’une flèche qui symbolise la Passion du Christ.
la ciboire et le calice, les palmes rappelant la Fête des Rameaux, la tenaille et le marteau qui servirent à crucifier Jésus, outils indispensables aux charpentiers et aux maréchaux-ferrants travaillant sur les berges
Quatre quilles, les joies, les fêtes (la Saint Nicolas), le pichet ou le tonnelet, les bons vins de la Vallée du Rhône, la main de Dieu, de la justice, la lune, l’Ancien Testament. Rappelons que la journée des mariniers se terminait quand la lune pointait.
Le soleil, le Nouveau Testament. Au point du jour, le travail commençait.
les glands, symboles d’abondance et de prospérité,
les fouets des charretiers, les fanaux (lanternes pour éclairer les bateaux la nuit,
le glaive, couteau des mariniers
la verge de la flagellation
la tunique du Christ
la bourse renversée avec  les 30 deniers
la lance qui perça le côté du christ,
la perche qui a tenu l’éponge avec le filet de vinaigre à boire
les 3 dés (la tunique du Christ fut jouée aux dés, la tête de mort et les tibias pour conjurer le sort,
deux pénitents au pied de la Croix (les plus patients sculptaient parfois tous les personnages de la Passion)
le poulain, échelle pour décharger les marchandises et d’autres

Cette Croix restera-t-elle dans le domaine privé ? L'histoire familiale lui appartient mais l'occasion était trop belle pour ne pas la partager avec nos lecteurs.

Claire Mollien

Web rédacteur, community manager, photographe
https://twitter.com/claire42520
http://www.associationletriangle.fr/blog-claire
http://www.viadeo.com/profile/0021z57g2xeuqme7/fr/?readOnly=true
https://www.linkedin.com/profile/edit?trk=nav_responsive_sub_nav_edit_profile

Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 09/06/2017, 08:39 par Claire Mollien
Les formations dans l'industrie textile, le journalisme ou la chimie = futurs chômeurs ?
Publié le 09/06/2017, 08:37 par Claire Mollien
systeme-u-recrute-et-divershttp://www.pole-emploi.fr/actualites/systeme-u-recrute-@/article.jspz?id=477236 Système U, enseigne de Grande Distribution, est une...
Publié le 06/06/2017, 09:22 par Claire Mollien
Les candidates parlent beaucoup plus à 51% que les candidats à seulement 24%