Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 16/09/2019, 13:10 par Claire Mollien
Cet article a été proposé à l'Hebdo de l'Ardèche Terre Vivaroise seconde semaine du mois de septembre 2019. Trop long, il n'est...
Publié le 13/08/2019, 08:14 par Claire Mollien
un-mois-de-juillet-2019-resume-des-publicationsHebdo de l'Ardèche, Terre Vivaroise, des articles sur diverses communes : Saint-Barthélémy-Grozon, côté Vallée du Doux, Boffres,...
Publié le 21/08/2019, 08:38 par Claire Mollien
des-lectures-de-l-humour-finissons-le-mois-d-aout-en-beauteAvec un grand merci à Pierre-Jean Llorens pour son implication, ses recherches, ses trouvailles, ses lectures et blagues en partage,...

Le métier de boucher charcutier de père en fils

Première parution :
le 13/04/2016 - édition Le Réveil du Vivarais page 48

Depuis 2014, la profession de boucher charcutier retrouve un regain d'intérêt. Bernard Dugand en sait quelque chose. Quatre générations se sont suivies pour pérenniser et développer l'activité de la société.

Celle-ci a démarré avec un aïeul né en 1910 qui a démarré en 1926, à 16ans. C'est à St Victor, bourgade aujourd'hui de 900 âmes en Ardèche, que la SARL Dugand a vu le jour. Très vite, toute la famille a concentré sa passion du métier sur un abattage local des génisses de race viande Limousine née, élevée, nourrie localement. Le cousin s'est porté négociant et les tractations se réalisent à Annonay. Les veaux, agneaux proviennent de fermes stéphanoises. Les porcs quant à eux sont abattus à Valence.

 

Depuis 2014, le métier intéresse à nouveau les jeunes. L’insertion professionnelle s’effectue le plus souvent par la voie de l’apprentissage à la sortie de la troisième. Deux voies principales sont aujourd’hui possibles : en préparant le CAP Boucher ou le BAC PRO Boucher charcutier traiteur. « La profession a connu un déclin important, explique Bernard Dugand.

 

Aujourd'hui, deux apprentis reviennent travailler tôt le matin pour préparer les salaisons, les viandes de détail, de gros et demi gros. Avec nos ateliers et magasins à St Bonnet le Froid, St Victor, Davezieux, nous travaillons la proximité avec les restaurateurs d'Ardèche, de la Loire et de la Haute-Loire et sommes présents aux Roches de Condrieu, Tournon, Porte les Valence, Serrière, à raison de 5 marchés par semaine au total. »Plus qu'une tradition bouchère et charcutière : devenir apprenti amène à un métier qui se transmet de père en fils.

 

 

 

L'inspiration et la force d'une Etoile

Première parution :
le 20/04/2016 - édition Reveil_Vivarais page 000035

Certaines circonstances de la vie influent sur nos comportements. C'est le cas d'Ahleme NASR. Cette mère de quatre enfants, 38 ans, a perdu sa grand-mère qu'elle chérissait. Doucement mais surement, l'idée fait son chemin. Cette grand-mère, originaire de Sousse, a transmis de fortes valeurs à ses petits enfants avec une générosité de cœur sans pareil. Elle se nommait « Nejma » qui signifie en Arabe « Etoile de l'Orient ». Précisément, la base de réflexion d'Ahleme NASR repose sur le rayonnement de cette grand-mère exemplaire.

 

En mai 2015, après de multiples petits boulots aussi divers que variés, Ahleme NASR se lance en créant son petit commerce « Les délices de Nejma ». De marchés en marchés, entre Clonas sur Vareze, les Roches de Condrieu, Péage de Roussillon, Roussillon, elle excelle en proposant les spécialités tunisiennes dont son fameux couscous royal. C'est sur place qu'elle réalise tous ses plats à emporter dès 7 heures le matin.

 

« Elle me soutenait ma grand-mère, elle voulait me transmettre sa force, ses valeurs, elle voulait que je réussisse et me poussait tout en me protégeant. J'ai lancé cette activité peu lucrative surtout pour m'épanouir au contact de mes clients, aidé par mon mari qui me porte car lui aussi croie en moi. L'Etoile « Nejma » prend tout son sens car elle apporte cette lumière qui me manquait en l'absence de feu ma grand-mère.»

 

Voilà une superbe expérience humaine, un tournant de vie digne d'intérêt, une belle initiative à souligner, à l'heure où les emplois se font de plus en plus rares.

 

 

Stage de Pâques aviron - lourde préparation pour les prochains rendez vous

Première parution :
le 20/04/2016 - édition Le Réveil du Vivarais page 52

C'est devenu indispensable d'organiser un stage pendant les vacances scolaires.

 

Pour des raisons de logistique les rameurs de la SN Condrieu se sont retrouvés sur le bassin de l'Arbuel, lieu habituel des entraînements. En 5 jours ils ont effectué 9 séances alternant les sorties en 1X avec les sorties en bateau long( 2X et 4X voire yolette lorsque les conditions devenaient vraiment difficiles).

 

Huit rameurs: 6 cadets, 2 aînés ont participé à ce stage. Ils ont parcouru plus de 150 km en variant le travail à cadence réduite ce qui n'est pas forcément le plus facile et le travail à cadence élevée pour se mettre dans l'esprit des compétitions. Le sérieux n'a pas empêché la bonne humeur et la convivialité en particulier pendant le repas de midi .A la fin du stage la fatigue était bien présente mais après un peu de repos tout sera oublié et on espère voir les progrès réalisés dès la prochaine régate qui aura lieu à Annecy le vieux le 24 avril prochain.

 

A cette occasion le club de Condrieu est heureux d'annoncer la participation d'un 4Y entièrement féminin.

 

Bonne chance à tous.