Publications

Recherche d'articles

Dernières Nouvelles

Publié le 22/12/2017, 13:23 par Claire Mollien
stages-emplois-chiffres-rhmerci à Isis de Romefort pour sa participation : http://www.saint-jean.fr/nos-offres-d-emploi A VOS CV : Saint Jean recrute 2...
Publié le 22/12/2017, 13:14 par Claire Mollien
52% des entrepreneurs ne consacrent pas plus de 4 heures hebdomadaires à leur compta
Publié le 21/12/2017, 09:18 par Claire Mollien
Les entrepreneurs qui créent leur société avec une néobanque : Qui

La joute nautique, sa pratique, son histoire, aujourd'hui au CN de condrieu

 

CN CONDRIEU section joutes - point de la situation 

20/30 licenciés composent en 2016  la section joutes du Club Nautique de Condrieu : 15 jouteurs soit 3 cadets, 2 juniors, et tous les seniors. Rencontre avec Rémi Crouzet, un des responsables de la section au sein du Club, qui, avec quelques encadrants, porte ce sport à bout de bras et s’active à améliorer les performances des jeunes. La saison est déjà bien engagée et, contrairement aux années passées, le cru 2016 ne restera pas dans les annales. Il convient d’ores et déjà de préparer la saison prochaine pour bien faire représenter la joute pour les rendez-vous à venir. Une meilleure connaissance de cette discipline s’impose et Rémi Crouzet répond volontiers aux interrogations que suscite ce sport, fort de sa représentation patrimoniale et de ses différences régionales.

“Les entraînements en hiver se réalisent en salle dès le mois de janvier, explique Rémi Crouzet. Il s’agit d’une préparation physique d’une heure 45 minutes à une heure qui consiste en un renforcement musculaire et du travail cardiologique (course à pied, étirements). Il n’y a pas franchement d’école de joute à Condrieu car il faut que les enfants aient au minimum 11 ans, catégorie minime, pour démarrer l’apprentissage. Aussi, faute d’une structure adaptée en terme d’encadrement, il n’y a que des garçons qui s’adonnent à cette pratique, pas de fille. Nous souhaitons vraiment développer la section joute  au sein du CN de Condrieu. Nous constatons, d’une façon générale, que la joute est en perte de vitesse au profit d’occupations plus ludiques pour les jeunes. La raison d’être de la joute, de part ses origines, risque de perdre de son sens.”

“L’objectif du jouteur, avec 3 à 8 passes par entrainements en fonction du nombre de jouteurs sur le bateau (contrôleur encadrant, barreur, un ou plusieurs jouteurs), est d’être le plus en ligne possible afin d’optimiser la force et la transmission au plastron au moment de l’impact de la rencontre, avec l’acquisition d’une souplesse indispensable. Les séances sont filmées et le visionnage de la vidéo contribue à l’amélioration des perceptions, des attitudes, de l’endurance, de la force pour mieux les corriger. Il y a deux entraînements par semaine à partir du mois de juin voire plus dès le début de saison de championnats.”

Les pratiques en fonction des régions
La pratique de la joute est ancrée dans les us et coutumes au sein de notre patrimoine culturel distingué par des usages de localisation géographique. Les méthodes givordines et lyonnaises se pratiquent entre Paris et l’Isle sur la Sorgue. Les plus anciennes représentations de joutes nautiques parvenues jusqu'à nous se trouvent sur des bas-reliefs datant de l'ancien empire égyptien (IIIe à VIedynasties, -2780 à -2380). Il semblerait pourtant s'agir davantage de rixe plutôt que de loisirs, vu que l'affrontement se déroulait sans aucune protection avec des gaffes munies de ferrures à deux pointes à leurs extrémités. Après l'époque romaine, il faut attendre le xiie siècle pour revoir des joutes nautiques. Il est possible qu'elles aient survécu durant cette période au sein de communautés proches de l'eau, mais il n'en fut fait mention nulle part. Le plus ancien document de l'époque post-latine fait état d'un tournoi de joute à Lyon le 2 juin 1177, pour la commémoration du millénaire des martyrs chrétiens de Lyon et de Vienne.

Concrètement : la lyonnaise : croisement à droite, taquet du bateau à droite - la givordine croisement à gauche, taquet à gauche, simple modification des taquets sur la planche arrière du bateau ; l’une est en ligne l’autre de côté - même règlement dans les deux cas - la fête des clochers entre les mariniers aux beaux jours. 
Il existe plusieurs compétitions. La plus cotée restant le championnat de France, en individuel, qui se déroule comme une coupe : phases éliminatoires, demi-finale et finale (à quatre). Toujours en individuel, mais seulement en ligue Rhône-Alpes, il y a le "classement du jouteur", aux points sur toutes les compétitions régionales de la saison. Il y a enfin la coupe de France par équipes, où chaque club engage un jouteur par catégorie. Il existe de nombreuses autres méthodes de joutes nautiques pratiquées en France. Citons ici la joute Cognaçaise ( Cognac 16 ), l'Accoloise ( Accolay 89), la Clamecycoise (Clamecy 58) , les Joutes du Nord Pas de Calais telles que la Mervilloise (Merville 62), l'Arrageoise (Arras 62) et l'Orsoise (Ors 59) et les différentes joutes bretonnes. Ces différentes méthodes alsaciennes, parisiennes, provençale, lanquedocienne, etc, pérennisent toutes la longue histoire de la joute à travers les temps. Souhaitons simplement que nos jeunes choisirons, avec autant sinon plus de fierté que leurs aiëuls, ce sport ancestral qui marie engagement physique avec détente et partage ludique au bord de l’eau.

Contact : Rémi CROUZET
Société Nautique de Condrieu
06 50 72 96 85





Encadrement du CN DE CONDRIEU Section joute  : 
2 diplômés deux assistants managers
Frédéric Richard, entraîneur fédéral
Yves Thonnerieux, vice président section joute, médaillé de la ligue
Arnaud Moretton, éducateur fédéral
Rémi Crouzet, entraîneur adjoint diplôme fédéral

 

 

Première parution :
le 05/10/2016 - édition Reveil_Vivarais page 000048
Le dernier plan de gestion du site des 2 Rives de l'Ile du Beurre arrivant à son terme fin 2015, une évaluation a été réalisée par le bureau d’études Ecosphère et ATEMIA, qui s’est davantage penché sur le volet accueil des publics. Les actions prévues au plan de gestion ont été très largement mises en œuvre. La juxtaposition de deux sites protégés, l’île du Beurre et la forêt de Gerbey, a été soulignée comme une particularité logique. Avec des inventaires sur de nombreux groupes, le site est bien connu, mais la connaissance reste à compléter sur des groupes spécifiques. Le patrimoine naturel Rhône évolue de façon plutôt favorable, ce qui est lié à la protection du site et au choix de non intervention sur certaines parcelles.
Le plan de gestion a ainsi un effet peu spectaculaire mais très important, en préservant le site de menaces qui peuvent peser sur lui  ; ce rôle est particulièrement important dans un contexte soumis à autant de pressions que la moyenne vallée du Rhône. L’intérêt du site
pour le public est totalement lié à l’action du CONIB : création de sentiers et des observatoires, activités pédagogiques...  ; néanmoins, il serait opportun de mieux connaître les visiteurs qui fréquentent le site.
Cela permettrait ensuite de déployer une offre d’accueil pour les publics non encadrés, majoritaires sur le site. Au vu de l’augmentation du nombre de personnes qui entrent dans la maison d’accueil (6000 par an, 35 % du passage sur la Viarhôna capté) et des 15 172
personnes qui ont bénéficié d’une animation ou d’une sortie, le centre d’observation mériterait une modernisation  !
l y a vingt-huit ans, l’association s’est donné pour objectifs de faire connaître et découvrir le milieu naturel de l’Île du Beurre, de sensibiliser et d’éveiller la curiosité, en particulier celle des plus jeunes, à ce qui les entoure, notamment par le biais de l’observation. Avec l’arrivée de la ViaRhona et l’augmentation de l’affluence sur le site, l’association avait pu bénéficier d’un outil de très haute qualité pour atteindre ses objectifs. Un très bel observatoire a été anéanti par les flammes qui ont intégralement tout consummé le 26 juin dernier au matin.
Cet observatoire offrait l’opportunité d’une halte, d’un moment de tranquillité, et assurait de bonnes conditions pour recevoir des groupes.  Un des outils essentiels vient de partir en fumée. Les membres investis de l'Association et tous ses adhérents espèrent simplement qu’il y aura une prise de conscience pour que cela ne se reproduise plus, pour que l’équipe de l’Île du Beurre puisse poursuivre au mieux ce qu’elle fait depuis de nombreuses années : transmettre des valeurs simples mais essentielles et contribuer, à son échelle, à l’éducation à l’environnement. 

Première parution :
le 02/11/2016 - édition Reveil_Vivarais page 000035
C'est devenu une tradition. Les premières compétitions d'aviron démarrent pour la saison 2016/2017, et les jeunes rameurs du CN DE CONDRIEU sont déjà portés par les excellents résultats obtenus aux Championnats Drôme-Ardèche à Tain il y a une quinzaine de jours. Désormais, il s'agit de conforter, d'améliorer les chronos, de peaufiner la technique, de mobiliser de nouvelles troupes par l'intégration de jeunes rameurs plein d'ambitions. Tout au long de l'année, plusieurs stages sont ainsi organisés par Bernard Cote, l'entraîneur émérite de cette poignée de passionnés qui espèrent bien figurer sur les grands rendez-vous qui ponctuent l'année qui commence.

Trois jours durant, sept jeunes s'entraînent matin et après-midi selon un programme bien défini. Ils rament, selon, en skiff, en double, en quatre sans barreur. La cohésion d'équipe est essentielle pour obtenir les meilleurs résultats sur une compétition. Cela fait également partie intégrante des objectifs de ces stages. Le prochain rendez-vous est proche : 20 novembre à Romans sur Isère, pour la seconde manche du Championnat Drôme-Ardèche qui permet d'engranger des points pour le Club entre autre chose.
Notons qu'une équipe féminine «senior» s'est entraînée mercredi matin et après-midi en vue de tenter un podium à cette prochaine manifestation et ainsi renouveler peut être ses bons résultats de leader de l'année passée.

Les conditions optimales sont à saluer pour ces vacances de Toussaint où il est incontestablement plus facile d'améliorer certains points techniques avec un plan d'eau «d'huile» sans vent et quasi sans courant perturbateur. Gageons que ces jeunes sauront en tirer partie.




 

 

CN CONDRIEU section joutes - point de la situation

20/30 licenciés composent en 2016  la section joutes du Club Nautique de Condrieu : 15 jouteurs soit 3 cadets, 2 juniors, et tous les seniors. Rencontre avec Rémi Crouzet, un des responsables de la section au sein du Club, qui, avec quelques encadrants, porte ce sport à bout de bras et s’active à améliorer les performances des jeunes. La saison est déjà bien engagée et, contrairement aux années passées, le cru 2016 ne restera pas dans les annales. Il convient d’ores et déjà de préparer la saison prochaine pour bien faire représenter la joute pour les rendez-vous à venir. Une meilleure connaissance de cette discipline s’impose et Rémi Crouzet répond volontiers aux interrogations que suscite ce sport, fort de sa représentation patrimoniale et de ses différences régionales.

“Les entraînements en hiver se réalisent en salle dès le mois de janvier, explique Rémi Crouzet. Il s’agit d’une préparation physique d’une heure 45 minutes à une heure qui consiste en un renforcement musculaire et du travail cardiologique (course à pied, étirements). Il n’y a pas franchement d’école de joute à Condrieu car il faut que les enfants aient au minimum 11 ans, catégorie minime, pour démarrer l’apprentissage. Aussi, faute d’une structure adaptée en terme d’encadrement, il n’y a que des garçons qui s’adonnent à cette pratique, pas de fille. Nous souhaitons vraiment développer la section joute  au sein du CN de Condrieu. Nous constatons, d’une façon générale, que la joute est en perte de vitesse au profit d’occupations plus ludiques pour les jeunes. La raison d’être de la joute, de part ses origines, risque de perdre de son sens.”

“L’objectif du jouteur, avec 3 à 8 passes par entrainements en fonction du nombre de jouteurs sur le bateau (contrôleur encadrant, barreur, un ou plusieurs jouteurs), est d’être le plus en ligne possible afin d’optimiser la force et la transmission au plastron au moment de l’impact de la rencontre, avec l’acquisition d’une souplesse indispensable. Les séances sont filmées et le visionnage de la vidéo contribue à l’amélioration des perceptions, des attitudes, de l’endurance, de la force pour mieux les corriger. Il y a deux entraînements par semaine à partir du mois de juin voire plus dès le début de saison de championnats.”

Les pratiques en fonction des régions
La pratique de la joute est ancrée dans les us et coutumes au sein de notre patrimoine culturel distingué par des usages de localisation géographique. Les méthodes givordines et lyonnaises se pratiquent entre Paris et l’Isle sur la Sorgue. Les plus anciennes représentations de joutes nautiques parvenues jusqu'à nous se trouvent sur des bas-reliefs datant de l'ancien empire égyptien (IIIe à VIedynasties, -2780 à -2380). Il semblerait pourtant s'agir davantage de rixe plutôt que de loisirs, vu que l'affrontement se déroulait sans aucune protection avec des gaffes munies de ferrures à deux pointes à leurs extrémités. Après l'époque romaine, il faut attendre le xiie siècle pour revoir des joutes nautiques. Il est possible qu'elles aient survécu durant cette période au sein de communautés proches de l'eau, mais il n'en fut fait mention nulle part. Le plus ancien document de l'époque post-latine fait état d'un tournoi de joute à Lyon le 2 juin 1177, pour la commémoration du millénaire des martyrs chrétiens de Lyon et de Vienne.

Concrètement : la lyonnaise : croisement à droite, taquet du bateau à droite - la givordine croisement à gauche, taquet à gauche, simple modification des taquets sur la planche arrière du bateau ; l’une est en ligne l’autre de côté - même règlement dans les deux cas - la fête des clochers entre les mariniers aux beaux jours. 
Il existe plusieurs compétitions. La plus cotée restant le championnat de France, en individuel, qui se déroule comme une coupe : phases éliminatoires, demi-finale et finale (à quatre). Toujours en individuel, mais seulement en ligue Rhône-Alpes, il y a le "classement du jouteur", aux points sur toutes les compétitions régionales de la saison. Il y a enfin la coupe de France par équipes, où chaque club engage un jouteur par catégorie. Il existe de nombreuses autres méthodes de joutes nautiques pratiquées en France. Citons ici la joute Cognaçaise ( Cognac 16 ), l'Accoloise ( Accolay 89), la Clamecycoise (Clamecy 58) , les Joutes du Nord Pas de Calais telles que la Mervilloise (Merville 62), l'Arrageoise (Arras 62) et l'Orsoise (Ors 59) et les différentes joutes bretonnes. Ces différentes méthodes alsaciennes, parisiennes, provençale, lanquedocienne, etc, pérennisent toutes la longue histoire de la joute à travers les temps. Souhaitons simplement que nos jeunes choisirons, avec autant sinon plus de fierté que leurs aiëuls, ce sport ancestral qui marie engagement physique avec détente et partage ludique au bord de l’eau.

Contact : Rémi CROUZET
Société Nautique de Condrieu
06 50 72 96 85





Encadrement du CN DE CONDRIEU Section joute  : 
2 diplômés deux assistants managers
Frédéric Richard, entraîneur fédéral
Yves Thonnerieux, vice président section joute, médaillé de la ligue
Arnaud Moretton, éducateur fédéral
Rémi Crouzet, entraîneur adjoint diplôme fédéral